Fake news: Le caprice du prince. Serge Halimi

Source image: Bilan

Après avoir été confortablement élu à la présidence de la République avec le concours de la quasi-totalité des médias français, M. Emmanuel Macron exige que sa majorité parlementaire lui concocte une loi contre la diffusion de « fausses informations » en période électorale. Peut-être prépare-t-il déjà sa prochaine campagne.

Le texte qui devrait être bientôt voté trahit à la fois la cécité des gouvernants quant aux contestations qu’ils affrontent et — en même temps — leur inclination à imaginer sans cesse des dispositifs coercitifs pour y remédier. Il faut en effet avoir la vue basse pour croire encore que la victoire des candidats, des partis ou des causes « antisystème » (M. Donald Trump, le Brexit, le référendum catalan, le Mouvement 5 étoiles en Italie…) serait due, même marginalement, à la dissémination de fausses nouvelles par des régimes autoritaires. Depuis plus d’un an, la presse américaine s’acharne à démontrer, sans éléments probants, que le président des États-Unis doit son élection aux fake news fabriquées par M. Vladimir Poutine ; M. Macron paraît habité par le même type d’obsession.

Au point d’espérer la conjurer par un dispositif inutile autant que dangereux. Inutile : consulté sur le sujet, le Conseil d’État a rappelé le 19 avril dernier que « le droit français contient déjà plusieurs dispositions visant, en substance, à lutter contre la diffusion de fausses informations ». En particulier la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui permet de réprimer la diffusion de fausses nouvelles et les propos diffamatoires ou injurieux. Dangereux : la proposition parlementaire demanderait à un juge d’agir dans les quarante-huit heures pour « faire cesser la diffusion artificielle et massive (…) de faits constituant des fausses informations ». Pourtant, relève encore le Conseil d’État, ceux-ci « sont délicats à qualifier juridiquement, à plus forte raison lorsque le juge saisi doit statuer à très brefs délais ». Enfin, le dispositif imaginé par M. Macron renforce démesurément le « devoir de coopération » avec les autorités publiques des fournisseurs d’accès à Internet et des hébergeurs, puisqu’il étend à toute « fausse information » une contrainte qui au départ visait à prévenir… « l’apologie des crimes contre l’humanité, l’incitation à la haine ainsi que la pornographie enfantine ».

La détention des médias par des milliardaires amis du président de la République, l’intoxication publicitaire, l’étouffement financier des chaînes de télévision publiques ne font pas, eux, l’objet d’une proposition de loi. Et puis, pourquoi réserver un attirail judiciaire aux seules périodes électorales ? Pour s’en tenir aux dernières décennies, presque chaque guerre — celles du Golfe, du Kosovo, d’Irak, de Libye — a vu proliférer les mensonges et les manipulations de l’information. Non pas à cause de Moscou, de Facebook ou d’autres réseaux sociaux, mais parce que des maîtres de la démocratie et du journalisme en étaient les auteurs : les plus grands quotidiens occidentaux, le New York Times en tête, la Maison Blanche, les grandes capitales européennes. Sans oublier le gouvernement ukrainien le mois dernier, qui annonça la fausse mort d’un journaliste russe. Si un juge devait un jour mettre la main au collet des criminels qui ont propagé toutes ces fausses nouvelles, au moins connaîtrait-il déjà leur adresse…

20 réflexions sur “Fake news: Le caprice du prince. Serge Halimi

  1. A l’aimable attention de Serge Halimi

    « Le Prince » n’a pas été « confortablement  » élu à la présidence de la République. De toutes les élections présidentielles de la 5 eme république c’est celle de 2017 qui a été entachée du plus d’irrégularités, notamment dans les comptages sur Marseille, Lyon et Paris.

    J'aime

  2. La tromperie des candidats en régime démocratique est un vrai problème de … démocratie.

    Si le candidat reçoit des votes, c’est sur son discours (un peu aussi sur son physique ..). C’est donc sur sa capacité de convaincre, ses promesses à faire.
    Si l’élu ne respecte pas le candidat, que reste-t-il du fonctionnement démocratique ?
    Strictement rien bien-sûr. La volonté populaire (concept flou) est réduite en petit bois.
    Il y a donc destruction volontaire de la démocratie, destruction du régime démocratique lorsque le candidat trompe ses électeurs. Détruire la démocratie c’est entrer en .. dictature, fascisme,… bref c’est quitter délibérément ce régime pour ‘ailleurs’. Et c’est irréversible. Car le décalage entre la volonté populaire et l’action de l’État par les élus est acté. Cette rupture, cette divergence ne peut pas se rattraper par les institutions, il n’existe pas de contre-pouvoir politique institutionnel (en France) tant que le mandat électif court. Et, on l’a vu maintes fois, la tromperie recommence à chaque élection, le temps faisant son œuvre d’oubli, d’imprécision, du flou propice aux doutes.
    Au mieux on voit une alternance entre mensonges des uns et mensonges des autres.
    Quand je dis mensonge, je pèse mes mots, l’ambiguïté délibérée du discours est mensonge puisqu’elle permet à chacun de croire ce qu’il espère. La science de la rhétorique est le domaine privilégié du politicien, c’est, de fait, dévastateur pour un régime démocratique.
    Souvenons-nous des guéguerres Chirac-Balladur : qui pouvait discriminer par leurs discours l’un de l’autre quand aux réelles intentions ? Et au final, qu’a appliqué de ses discours le vainqueur dans ses pratiques de gouvernement (la fracture sociale) ?
    Plus près de nous Macron exposait de nombreux ‘gros-mots’ inconsistants sans jamais expliciter ses intentions devenues manifestes aujourd’hui (favoriser la rente – sans pour autant toucher au casino financier dominateur et dévastateur, maintien de la fuite en avant insoutenable du capitalisme).
    La tromperie est factuelle grâce à la destruction de l’acception des mots.
    Exemple trivial le « libéralisme ». Ce mot n’a plus de sens hors d’une multitude de précautions contextuelles (cf Rosanvallon encore récemment). Libéralisme politique, économique, idéologie … Ce mot pourtant fréquemment utilisé sert à ne rien dire, à laisser entendre tout et donc n’importe-quoi. Les communiqués des gouvernements (français) sont emblématiques pour leur tromperie : l’exemple, parmi tant d’autres similaires, du « démontage » à Notre-dame-des-landes qui recouvre en réalité une destruction au bulldozer prouve s’il en était besoin, la volonté de tromper. La démocratie, nécessairement basée sur le discours politique, est donc morte.
    CQFD

    Il vient que le ce processus de contrôle des fake-news est une tromperie de plus dans un régime de tromperies comme démontré ci-dessus puisqu’il ne touche pas les discours ambigus mais recherche à stopper les tentatives de résistance à ce régime a-démocratique. Comme rappelé, les lois existent déjà, il s’agit donc de pouvoir agir rapidement pour museler dans l’urgence, l’urgence de l’élection, l’obtention du consentement par les discours trompeurs, sa propagande captieuse.

    Souvenons-nous par uchronie de la place des fake-news :
    Depuis des années la rumeur (bidon forcément) dit que les États-Unis espionnent à très grande échelle le monde entier (comme autrefois reproché à l’URSS…). Pas de possibilité de preuve, donc fake-news, donc censure, condamnation, …
    Il a fallut l’épopée exceptionnelle de Snowden pour valider ces rumeurs en faits.
    Or, le comble, quand Snowden est parvenu à faire diffuser ces révélations, on a entendu des gens pour dire, il ne nous a rien appris ! La rumeur, le soupçon pris pour le vrai « a posteriori » !
    D’un coté la rumeur improuvable (précisément parce-qu’elle énonce des secrets) deviendrait illégale, de l’autre la rumeur considérée comme vérité après. Le principe de non-contradiction qui seul permet de structurer sa pensée est plus que fortement malmené …
    Pour en terminer avec ces rumeurs, ces soupçons, nos dictateurs ont fait adopter une nouvelle loi : la loi sur le secret des affaires. La boucle est bouclée. Grâce à la privatisation des systèmes régaliens (armées polices privées, espionnage..) les régimes dit démocratiques sortent des principes démocratiques et nous mènent très insidieusement vers les formes dictatoriales.

    Aimé par 1 personne

  3. On se demande où Serge Halimi est allé trouver que Macron avait été confortablement élu… Le pire score de la 5è ! Après un mensonge aussi grossier, le reste enfonce des portes ouvertes, pour qui roulez-vous au juste M. Halimi ?

    Aimé par 1 personne

  4. Comme tu le soulignes , très bon article de Serge Halimi dans le monde Diplo. Merci d’avoir redistribué cet article. Quant à la politique française,je suis horrifié par la non turgescence du peuple français à fomenter une révolution. Un retraité au minimum vieillesse…Agréable fin de semaine.

    J'aime

  5. « Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet, a indiqué à l’AFP que la question était « identifiée » et qu’un « répertoire unique des électeurs » serait « opérationnel d’ici fin 2019 ». En attendant, si « l’Insee poursuit son travail avec les communes », il n’y a pas de solution miracle. Sauf à miser sur l’honnêteté du citoyen et la peur du gendarme… ».
    https://www.marianne.net/

    C’est beau à lire quand même !

    Pour les listes électorales « faut miser sur l’honnêteté du citoyen et la peur du gendarme ». A défaut d’efficacité et de crédibilité, Mr Brandet a un sens de l’humour décapant !

    Quant aux erreurs de comptage et /où comptages fantaisistes dans nombre de bureaux de votes, on peut toujours rester dans l’attente de chiffres crédibles. Et pour cause !

    Au lieu de décliner des généralités événementielles sans aucun intérêt, reprises en boucle tous azimuts pour noircir à moindre effort les colonnes des magazines, Mr Serge Halimi devrait peut-être s’écarter des sentiers d’affluence pour aller investiguer du côté d’espaces inexploités ou désertés. Quel plaisir de le lire alors !

    J'aime

  6. @ Zelectron.

    Ben …. les chiffres sont invérifiables Zelectron. Du moins, je ne retrouve rien de satisfaisant sur ce point.
    En ce qui concerne la fraude, la marge entre les deux chiffres est telle que ça n’inspire rien de sensé 😒.

    J'aime

  7. Bonjour Liliane,

    Il y avait celui-ci. Je n’en ai vu qu’un seul …

    zelectron a répondu sur Fake news: Le caprice du prince. Serge Halimi.

    en réponse à LHK:

    Source image: Bilan

    @Nadine
    Macron : 20 millions de voix sur 50 millions en âge de voter (dont 45 millions d’inscrits, avec 2 à 5 millions de fraude?)

    J'aime

  8. ces chiffres arrondis viennent du ministère de l’intérieur et de l’INSEE : Macron : 20 millions de voix sur 50 millions en âge de voter,(dont 45 millions d’inscrits),
    En clair le président a été élu à une « large » minorité.

    J'aime

  9. C’est bon, je suis allée à la pêche aux commentaires de zeletron 😉 Merci Nadine d’avoir alerté! Belle soirée!

    J'aime

  10. Merci Zelectron !
    C’est fou le manque de précisions dans la (les) communication(s) du Ministère de l’intérieur et de l’INSEE. La gestion scandaleuse de cette élection présidentielle et des législatives qui ont suivi, est tout particulièrement intolérable. Mais que la justice préfère ignorer les droits des plaignants et éventuellement ceux des victimes voire choisisse d’être complice de supercheries, illustre l’état de déliquescence dans lequel patauge notre pays…

    J'aime

  11. @ Liliane

    Oui. Voici quelques liens :

    « Sac de bulletins de votes qui disparaissent. Irrégularités dans le compte des bulletins.
    Important nombre de personnes radiées. Bulletins de certains candidats absents dans les bureaux de vote, etc. »

    https://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/election-presidentielle-2017-trop-73218

    https://www.bfmtv.com/politique/legislatives-des-anomalies-observees-dans-certains-bureaux-de-vote-1183852.html

    https://www.mondialisation.ca/elections-presidentielles-en-france-falsification-mensonges-trahison-colere/5589073

    https://blogs.mediapart.fr/patoudel/blog/270417/scrutin-du-1er-tour-radiations-irregularites-bugs-les-temoignages-s-accumulent

    http://www.liberation.fr/politiques/2017/04/26/trois-petitions-appellent-a-un-autre-second-tour_1565449

    http://vahineblog.over-blog.com/2017/05/premier-tour-elections-presidentielles-liste-des-irregularites.html

    https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-bureau-de-vote-resultats-marseille-7788260794/amp

    https://fr.sputniknews.com/…/201705071031272768-election-bulletins-irregularites

    http://vahineblog.over-blog.com/2017/04/elections-presidentielles-2017-preuve-averee-de-trucage-des-resultats.html

    https://www.lci.fr/politique/la-campagne-de-macron-favorisee-par-la-metropole-et-la-ville-de-lyon-enquete-ouverte-apres-une-plainte-d-elus-2091477.html

    https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/quatre-chiffres-qui-montrent-que-l-election-d-emmanuel-macron-n-est-pas-si-ecrasante_2180067.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s