Une zone d’ombre sur 6 millions d’électeurs? + Mises à jour Liliane Held-Khawam

Dans mon précédent billet « Élections françaises, des questions se posent autour des non-inscrits« , certains messages  de lecteurs me donnent à penser que la finalité de la publication n’était peut-être pas très clair…

Pour faire simple, selon les chiffres que nous avons, il y aurait un risque d’être en présence de 6 millions d’électeurs de trop. Ce seraient des électeurs mal-inscrits mais non radiés. (cf Élections présidentielles, des failles qui interrogent la fiabilité des résultats)

Selon le ministère de l’intérieur, « le corps électoral se divise en 45,678 millions d’inscrits en France, soit 88,6% des Français majeurs résidant sur le territoire, et 1,3 million de Français établis hors de France inscrits sur les listes électorales consulaires. »

Ce commentaire nous indique que nous avons 51 555 304 personnes (hors expatriés) ayant le droit de voter EN France.

Donc, selon le ministère de l’intérieur:

  1. 51 555 304 personnes admissibles qui sont à la fois sur le territoire français, détentrices de la nationalité française et en âge de voter.
  2. 45 678 000  électeurs inscrits, chiffre qui servira de référence au décomptage de voix
  3. 5’877’304 non-inscrits et mal-inscrits radiés qui est le solde entre le total des admissibles (point 1) et celui des inscrits (point 2)

Mais ce chiffre de 5’877’304 de non inscrits et de mal-inscrits radiés n’est pas conforme à celui d’un spécialiste. Le professeur J-Y Dormagen est une référence absolue en France en matière de non-inscrits. Il est même mandaté depuis les années 2000 par le gouvernement français pour aborder les difficultés liés à un système d’inscription au corps électoral plus que problématique.

Or M Dormagen affirme avec Cécile braconnier,  dans un récent article du 19.03.2017   intitulé: »Communiquer plus efficacement pour réduire la mal-inscription électorale« , qu’il existe en France 12 millions de non-inscrits ou mal-inscrits. Il y est dit:

« 12 millions de citoyens, non-inscrits ou mal-inscrits sur les listes électorales, sont empêchés de voter ou gênés pour le faire. La réforme de la procédure d’inscription, qui entrera en vigueur en 2020, devrait être l’occasion d’inventer les dispositifs de communication qui permettront de relever ce grand défi démocratique. »

Un article du Monde fait référence aux mêmes auteurs pour cette fois définir la mal-inscription: « « le fait d’être inscrit dans un bureau de vote qui ne correspond plus à son lieu de résidence effectif ». Elle concerne « les personnes qui, après avoir déménagé, ne se sont pas réinscrites sur les listes électorales de leur nouveau quartier, sans pour autant avoir été radiées du bureau de vote de leur ancienne adresse. »

Or, « Etre inscrit sur une liste électorale différente de sa commune ou de son arrondissement de résidence est un facteur d’abstention. Et l’un des motifs de radiation des listes. » (L’Express)

Ce chiffre de 12 millions du professeur Dormagen est deux fois plus important que celui du ministère de l’Intérieur!

Nous avons donc un problème potentiel de comptage de plus de 6 millions de mal-inscrits englobés dans le corps électoral retenu.

Notre objectif n’est pas de dire qu’il y a tant ou tant de mal-inscrits. Notre but est de dire que ce chiffre de 12 millions jette le trouble sur la taille du corps électoral.

Dès lors, quatre hypothèses s’imposent: (ajout d’une 5ème hypothèse)

  1. La proportion de 88,6% qui permet de conclure que le pays permet à 51 555 304 personnes de voter est fausse.
  2. Les 12 millions du professeur Dormagen sont faux, ce dont on peut douter tant sa méthode a été éprouvée et reconnue y compris par le gouvernement français (Rapport précédent commandé par le Premier Ministre)
  3. 6 des 12 millions des mal-inscrits ont réussi à voter quand même. Difficile à concevoir puisque l’Express nous dit bien que la mal-inscription est un motif de radiation des listes.
  4. Le nombre d’inscrits de l’INSEE présente 6 millions de trop. Et là nous avons un sérieux problème dans le déroulement des élections. Si l’hypothèse 4 devait se vérifier, cela signifierait que le corps électoral inclurait 6 millions de voix de trop.
  5. Problème de mise à jour du fichier électoral: Un flou semble régner autour des mal-inscrits qui sont radiés par certaines communes ou villes à l’image du cas de Strasbourg (cf mise à jour 1) et maintenus dans d’autres. L’exemple de 500’000 votants normalement inscrits mais ayant été maintenus par leur ancienne commune se retrouvent ainsi inscrits deux fois sur les listes électorales. (Rajout du 29.04.17) (Cf les conditions de vote dans la mise à jour 2)

Une sacrée zone d’ombre qu’il conviendrait de lever…

Liliane Held-Khawam

Suite de cet article: Élections présidentielles et fiabilité des résultats.Élections présidentielles et fiabilité des résultats

MISE A JOUR1 (28.04.17)

Un changement d’adresse entraîne la radiation de la précédente liste électorale (article de LCI)

Théorie: « Lorsqu’un changement d’adresse est signalé, la mairie doit en informer l’Insee, qui se charge alors de rayer le nom de la précédente liste électorale. « 

Si les mairies ET l’Insee sont à jour avec leurs fichiers, les personnes ayant déménagé sont radiées de la liste électorale… Si l’électeur ne s’est pas réinscrit à son nouveau lieu de domicile, c’est en principe perdu, sauf si par chance la mairie précédente et/ou l’INSEE  n’a/ont pas effectué la mise à jour…

Or, il semblerait que la réactualisation des fichiers soit obligatoire:

« La mairie de Strasbourg l’a confirmé, dimanche soir 23 avril : 15 000 personnes ont été radiées des listes électorales lors de la traditionnelle mise à jour des fichiers qui a eu lieu cette année ; un chiffre important pour une ville de 270 000 habitants.

Mais à la suite de cette réactualisation, prévue par la loi, de très nombreux électeurs ont eu la mauvaise surprise de découvrir au dernier moment dans leur bureau de vote qu’ils n’étaient plus inscrits pour voter.

Selon les témoignages recueillis par Le Monde dans la capitale alsacienne, il s’avère que plusieurs électeurs ont été radiés pour avoir omis de signaler un déménagement, qui remontait, pour certains, à plus de dix ans. »    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/23/dans-plusieurs-villes-des-electeurs-saisissent-le-tribunal-apres-avoir-ete-radies-des-listes_5115944_4854003.html

Enfin, si un électeur a été radié de manière erronée, il devrait pouvoir s’adresser au Tribunal d’instance de sa région, y compris le jour du vote (mieux vaut quand même se renseigner avant de se déplacer). Par conséquent, le vote pour le deuxième tour reste possible en cas d’erreur…

Mise à jour 2 (29.04.17) Droit de vote en France: Parole d’expert, Extrait du site L’Expert-comptable.com

Le droit de vote en France est inscrit dans l’article 3 de la Constitution, qui stipule « sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques ». Ainsi, il y a plusieurs conditions à remplir pour avoir le droit de voter en France :

  • une condition d’âge : il faut avoir 18 ans au jour de l’élection à laquelle on souhaite voter (le critère de l’âge pour avoir le droit de voter en France a été fixé en 1974)
  • une condition de nationalité. : il faut avoir la nationalité française pour avoir le droit de vote en France
  • une condition judiciaire : il faut disposer de ses droits civiques pour avoir le droit de voter en France, ce qui peut exclure les majeurs sous tutelles si le juge en a décidé ainsi et les personnes dont les droits civiques ont été temporairement supprimés par condamnation judiciaire
  • une condition d’inscription préalable : pour avoir le droit de voter à une élection, vous devez vous inscrire préalablement sur la liste électorale de votre commune, prévue dans le cadre de l’organisation de l’élection en question.

La liste électorale : précisions

La liste électorale est établie et tenue par la mairie de chaque commune. C’est à vous de solliciter la mairie pour vous y inscrire préalablement à chaque élection pour laquelle vous souhaiter voter, mais vous devrez être domicilié ou résider dans la commune en question depuis 6 mois pour pouvoir faire partie de la liste électorale.

Source: https://www.l-expert-comptable.com/a/532321-le-droit-de-vote-en-france-qui-droit-quelles-elections.html

Mise à jour 3: Données disponibles de l’INSEE

Inscrits france 2016 Insee

Figure: Les données disponibles de l’INSEE au 1 er mars 2016

*Electeurs stables: électeurs n’ayant pas changé de lieu d’inscription entre le 1er mars 2015 et le 1er mars 2016

**Electeurs radiés à l’initiative des communes, principalement des électeurs ayant déménagé sans s’être réinscrits ailleurs

Source: Insee, fichier électoral

Bilan de révision électorale

Source: INSEE https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908498

Note: Ce qui est troublant dans ces deux tableaux, ce sont les chiffres ronds systématiques… Exceptionnel en statistiques.

Suite de cet article:Élections présidentielles et  fiabilité des résultats

VIDEO TRES UTILE A VISIONNER

37 réflexions sur “Une zone d’ombre sur 6 millions d’électeurs? + Mises à jour Liliane Held-Khawam

  1. Le QI n’a aucune importance, le but est de toujours faire gagner leurs idées progressistes, mondialistes, immigrationistes, sociétales … quels qu’en soient les moyens.
    Tant que les gens continueront d’être naifs et de fermer les yeux, ils seront soummis à cette dictature molle qui pour se maintenir, va devoir employer des moyens de plus en plus grossiers et répressifs !

    J'aime

  2. Article intéressant … mais cela n’explique pas comment on peut faire pencher les résultats en faveur de l’un ou de l’autre avec une précision telle que les résultats finaux correspond aux sondages.
    Autant je trouve que tout ceci est très bizarre, autant j’ai du mal à en conclure que le processus électoral même si on peut déjà conclure qu’il y a eu pas mal d’irrégularités et de choses très bizarres:
    – le maire d’un arrondissement de Marseille qui quitte le bureau de vote avec les bulletins et les emmène chez lui,
    – les radiés dans l’Est en 2017, et l’excuse bidon (pour faire baisser l’abstention),
    – les cartes d’électeur envoyés en double à des expatriés (500,000 cas au total quand même),
    – certains bureaux où il manquait l’affiche d’un candidat (comme par hasard de MLP),
    – le processus des élections en Autriche, avec le candidat d’extrême droite qui gagne, puis qui perd après réception des votes par correspondance, 100 fois supérieurs à la normale, puis qui perd à nouveau très facilement après annulation du scrutin, …
    – les sondages qui ne se trompent pas, aucune surprise alors qu’ils se sont souvent trompés avant, et que le scrutin était le plus indécis,
    – etc etc
    Bizarre bizarre

    J'aime

  3. Bonjour Deles

    « …Des cartes d’électeur envoyées en double à des expatriés (500 000 au total quand même ).

    Vous pouvez préciser s’il vous plaît ? Je ne suis pas sûre de bien vous comprendre.

    Que voulez -vous que les expats fassent avec une carte d’électeur ?

    Je suis expat et les expats n’ont pas de carte d’électeurs. On s’inscrit sur les listes électorales via les consulats concernés et ensuite on se présente au bureau de vote muni de sa seule pièce d’identité. Sur place il y a un double controle avec des listes émises par le Consulat.

    J'aime

  4. Corrigez moi si je me trompe, mais je pense que votre hypothèse de base est erronée:

    Le troisième chiffre (5’877’304) correspond selon moi seulement aux non-inscrits, pas aux mal-inscrits, qui par définition… font partie des inscrits!

    Ce qui change tout au niveau du calcul: d’après l’article de M Dormagen que vous citez il y aurait 3,5 millions de non inscrits.

    La question qui se pose n’est donc pas « nous avons peut-être 6 millions d’électeurs en trop » mais plutôt pourquoi avons-nous environ 2,4 millions de non-inscrits de plus que prévu?

    J'aime

  5. Selon ce qui est communiqué, les mal-inscrits sont radiés des listes électorales au moment de la mise à jour des listes avant les élections.
    Voici une précision:
    « La mairie de Strasbourg l’a confirmé, dimanche soir 23 avril : 15 000 personnes ont été radiées des listes électorales lors de la traditionnelle mise à jour des fichiers qui a eu lieu cette année ; un chiffre important pour une ville de 270 000 habitants.

    Mais à la suite de cette réactualisation, prévue par la loi, de très nombreux électeurs ont eu la mauvaise surprise de découvrir au dernier moment dans leur bureau de vote qu’ils n’étaient plus inscrits pour voter.

    Selon les témoignages recueillis par Le Monde dans la capitale alsacienne, il s’avère que plusieurs électeurs ont été radiés pour avoir omis de signaler un déménagement, qui remontait, pour certains, à plus de dix ans. »

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/23/dans-plusieurs-villes-des-electeurs-saisissent-le-tribunal-apres-avoir-ete-radies-des-listes_5115944_4854003.html

    J'aime

  6. Vu la polémique qui a enflé sur les réseaux sociaux veille du premier tour de la présidentielle, où nombre d’électeurs se gaussaient d’avoir reçu deux voire trois cartes d’électeur, et suite au silence assourdissant des candidats et de leurs états major sur cette anomalie de taille, comment peut-on s’assurer que les listes électorales ont été précisément mises à jour ?
    Sauf erreur de ma part, les électeurs n’ont pas accès à ces documents.

    J'aime

  7. Je me borne à essayer de comprendre les chiffres annoncés…
    Pour le reste, il existe un collectif qui recense les anomalies.

    J'aime

  8. Pas du tout, la moindre des choses aurait été de prévenir les intéressés qu’ils devaient s’inscrire maintenant sur les listes de leur commune d’habitation, surtout si la situation perdurait depuis tant d’années et qu’il s’agissait de votants réguliers.
    Pourquoi ce zèle intempestif juste avant les Présidentielles de 2017 ? On dirait bien qu’il s’agit d’une directive générale, puisque le même phénomène s’est produit sur de nombreuses communes très éloignées géographiquement ? A ce moment là il fallait donner un avis général aux électeurs. Il y a eu faute quelque part ! Et qui finit par invalider les résultats, car au moins 15 000 personnes radiées de cette façon, déjà identifiées si je comprends bien, c’est à peu près
    5 % des voix qui n’ont pas pu s’exprimer et pouvaient changer le résultat
    final du vote !?
    J’ai même eu connaissance du cas d’une dame dont la rue avait changé de nom (par la mairie!) et qui s’est trouvée radiée, car son adresse ne correspondait plus…

    J'aime

  9. La radiation sanctionne la mal-inscription. C’est la loi et cela me semble normal, même si on peut discuter le principe (ce que le professeur Dormagen fait d’ailleurs). Il y des changements mais seulement pour 2018 ou 2020.
    La loi demande aussi, selon la presse, la réactualisation des listes. Les communes qui l’ont fait ont radié des électeurs mal-inscrits.
    Pour l’instant, je crois savoir que si vous avez été radiée de manière erronée, vous pouvez vous adresser au tribunal d’instance, y compris le jour du vote. Pour le deuxième tour, il y a moyen de rattraper la chose. Les gens ne le savent pas semble-t-il.

    J'aime

  10. Non grossière erreur: 15 000 personnes reste quand même une proportion infime du corps électoral…oups… Là j’ai bon ?

    J'aime

  11. Nonobstant le mystère des chiffres qui ne coïncident pas à éclaircir entre « mal inscrits » et « non inscrits » en trop…, il y a eu pour le premier tour de ces Présidentielles vraiment beaucoup de « mal inscrits » qui se sont découverts radiés des listes sur lesquelles il avaient l’habitude de voter et d’autres -beaucoup aussi- qui ont reçu leur carte d’électeur en double ou triple sur plusieurs communes (mal inscriptions aussi en masse dans l’autre sens…).
    Est-ce que tout ce « cafouillage » peut invalider sérieusement le résultat final du vote? Peut-on vérifier une fraude manifeste d’inscrits qui auraient voté plusieurs fois et la chiffrer ?

    J'aime

  12. J’avoue être impressionnée par le manque de précision.
    Le fait que des personnes aient été inscrites sur plusieurs listes devraient suffire à disqualifier… Mais je ne suis pas juriste…
    Il y a un collectif qui se constitue…
    Bon courage.

    J'aime

  13. Nous sommes effectivement nombreux – de plus en plus nombreux d’ailleurs – à trouver ces « désordres » suspects.
    Le silence conjugué des candidats, qui habituellement ne ratent pas une occasion pour polémiquer, alimente la paranoïa .

    J'aime

  14. « La fraude électorale désigne toutes les irrégularités qui peuvent se dérouler pendant une élection et concerne les opérations électorales elles-mêmes (bourrage des urnes avec des bulletins en faveur d’un candidat, fraude à la chaussette, etc.) ou des manœuvres constatées pendant la durée de la campagne électorale (tracts diffamatoires ou diffusion de matériel de propagande après la clôture officielle de la campagne électorale).

    Cependant, la jurisprudence veut qu’une élection ne soit annulée, ou les résultats modifiés, que si les fraudes constatées ont eu pour effet de déplacer un nombre suffisant de voix pour fausser les résultats.

    En cas de fraude électorale lors de la présidentielle, c’est le Conseil constitutionnel qui est compétent comme juge électoral, saisi par les préfets, les candidats ou sur auto-saisine, notamment après une réclamation des électeurs portée sur le procès-verbal de dépouillement et pourrait invalider les résultats en cas de fraude massive avérée, jamais constatée en France. »

    Source: http://www.francesoir.fr/politique-france/peut-annuler-election-presidentielle-resultats-fraude-scrutin-vote-conseil-constitutionnel-thierry-vallat-avocat-droit-loi

    Déplacer un nombre suffisant de voix pour fausser les résultats?

    Petit calcul:
    500000 doubles inscriptions; considérons l’hypothèse que tous ont voté 2x mlp; on obtiendrait alors:
    fillon: 20,29%
    mlp:20,19%
    Rien que cette irrégularité suffit donc à fausser le résultat puisque mlp n’est plus au 2nd tour.

    Si la jurisprudence était respectée, les 500000 doubles inscriptions suffiraient donc légalement à annuler l’élection…

    J'aime

  15. Le système est bien verrouillé:
    – les citoyens n’ont que le droit de formuler leurs requêtes le jour du scrutin dans les bureaux de vote, sans possibilité d’adresser directement leurs protestations électorales au Conseil constitutionnel, ces requêtes ne sont en rien contraignantes;
    – les préfets et les candidats disposent d’un recours direct contre le scrutin présidentiel, mais seulement dans un délai de 48 heures suivant la clôture du scrutin.

    Autrement dit même si une fraude massive était mise en évidence aujourd’hui, aucun recours ne serait possible!

    J'aime

  16. Il y a effectivement une difficulté pour obtenir un corps électoral avec zéro défauts d’inscriptionset les publications de J-Y Dormagen et de Céline Braconnier sont en effet de solides références.
    Je pense comme une de vos lectrice que votre solde 3 que vous appelez « non inscrits et mal inscrits » ne convient pas. Il s’agit seulement des non-inscrits, les mal inscrits sont bien des inscrits mais pas à leur bonne résidence.
    Par rapport au potentiel électoral c’est environ 12 millions d’électeurs (non inscrits et mal inscrits) sur lesquels on doit agir afin d’améliorer le processus démocratique.

    J'aime

  17. Selon ce que nous pouvons comprendre, les mal-inscrits devraient être radiés, ce qui a été d’ailleurs fait par certaines villes/communes.
    Comment peut-on alors expliquer que certaines l’aient fait et d’autres pas?

    J'aime

  18. La problématique des radiées pose un réel problème à la démocratie et en particulier à la mairie de Strasbourg. La majorité des personnes qui suivent cette affaire pensent à juste titre que les électeurs négligents auraient du se prendre en main. C’est la vérité. Toutefois si on se penche sur la ville de Strasbourg, la méthodologie qui a prévalue à ce « toilettage» semble poser un problème. Ma femme a été radiée. La raison invoquée : sa carte d’électeur a été retournée à l’envoyeur. Donc radiée par la mairie. Soit. Malgré 10 ans de participation aux élections dans le même bureau de vote (sans déménagement au cours de ces 10 dernières années). Toutefois, comme des millions de français sans doute, j’ai personnellement pu voter alors que sur ma carte ne figurait pas la bonne adresse. En effet, par négligence je vote dans mon bureau de vote « historique » dans l’agglomération strasbourgeoise où je réside toujours. Ce dimanche comme ces 10 dernières années, ma carte d’électeur m’a été remise par les assesseurs encore dans l’enveloppe d’envoi sur laquelle figurait l’autocollant de la poste « n’habite plus à cette adresse ». On constate donc une application à géométrie variable du code électoral sur notre commune. Ainsi se pose la question de la méthodologie mise en œuvre pour aboutir à ces fameux radiés d’office. Je rappelle que des centaines de milliers voire des millions de français ne votent pas de manière rigoureuse en fonction de leur adresse résidentielle (à tort). Dans mon entourage certains « rentrent chez eux pour voter » (sous entendu dans leur région d’origine). Radier tous ces électeurs aurait posé un réel problème au niveau national cela se chiffre en millions d’électeurs. Donc ceux qui ont pu voter avec une « fausse » adresse devrait se sentir solidaires des radiés qui eux n’ont pas pu voter. Il semble que la gestion de ces listes soit du ressort de chaque mairie. Il est louable de vouloir procéder à une mise à jour des listes électorales mais là manifestement la démarche n’est pas allée au bout et le flou règne. Cette gestion remet profondément en cause l’organisation de notre démocratie.

    Aimé par 1 personne

  19. Votre témoignage m’est précieux! Il confirme ce que j’ai compris. C’est que jusqu’à cette élection, il était possible de s’arranger, mais que d’un coup, il y a eu des radiations au sein d’une même commune pour certains et pas pour d’autres. Il est important de relever que plusieurs communes s’y sont mises.Ce n’est pas un épiphénomène. Pourquoi?
    Et puis pourquoi TOUTES les communes ne l’ont pas fait en même temps? Ceci induit un biais encore plus grave à mes yeux que la radiation qui est légale (au sens strict).
    Il en résulte un arbitraire peut-être involontaire, mais peut-être volontaire. D’où le malaise…

    Aimé par 1 personne

  20. Merci pour ce témoignage JD!

    Une question qui pourrait peut-être nous donner une piste pour comprendre si les radiés sont sélectionnés volontairement en fonction de leur vote probable (assez facile à déterminer à l’heure du big data): vous et votre femme comptiez-vous voter pour le même candidat?

    J'aime

  21. Un rapport intéressant de l’Inspection générale de l’administration (IGA), octobre 2014.
    On y lit par exemple « Les incohérences entre les listes électorales communales et le fichier général des électeurs de l’INSEE sont massives (1,1 million d’incohérences, soit 2,5% des électeurs). », p. 5 – Source : http://www.interieur.gouv.fr/content/download/81124/596179/file/14113-14031-01 – MAP-Moderniser l’organisation des %C3%A9lections .pdf

    Aimé par 1 personne

  22. Bonjour. Tout d’abord, merci de ces données, précisions et interprétations que vous nous offrez. J’aimerais vous faire cependant remarquer, au sujet de la MAJ3, que si vous comparez les chiffres 2015/2016 de chaque tableau, vous constaterez une différence de 1 000 électeurs entre le premier et le second tableau (chiffres 2015) ainsi qu’une différence de 8 000 électeurs entre le premier et le second tableau (chiffres 2016).

    Ces tableaux provenant de la même source et concernant la même période, je ne m’explique pas cette différence qui me semble tout autant suspecte. Bien à vous.

    Aimé par 1 personne

  23. Bonsoir, Ravie que vous l’ayez remarquée! De plus, ces chiffres sont si j’ai bien compris les plus récents qu’ils aient… Par conséquent les données finales de 2017 viendraient du ministère de l’intérieur…

    J’ai aussi effectué le total de la population ayant le droit de voter (y c les non-inscrits). (Rien que la population étrangère-indispensable pour chiffrer le volume de la population munie de nationalité- remonte à 2013.) Je n’ai pas trouvé le même résultat que celui présenté par le ministère public sous forme de ratio…

    Tout cela soulève plus de questions que ça n’offre de réponses.

    Aimé par 1 personne

  24. Les fonctionnaires du ministère de l’intérieur semblent bien légers dans cette affaire,à moins qu’ils aient mal interprétés les ordres et contre-ordres de leur hiérarchie ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s