La crise expliquée simplement + demain le trading des points de retraite. Jean-Claude Werrebrouck

Voici un monsieur qui mérite d’être écoutée. Il explique avec simplicité les mécanismes de la crise. Ci-dessous, son point de vue sur la réforme des retraites et la potentielle création du trading des points de retraite.

Ex professeur de sciences économiques à l’Université de Lille 2, Jean-Claude Werrebrouck s’est d’abord intéressé aux questions du développement, puis de l’économie pétrolière. Devenu directeur D’IUT, puis l’un des fondateurs des Instituts Universitaires Professionnalisés (IUP), il a orienté ses réflexions vers les questions liées au fonctionnement de l’Etat et du management public en général. C’est l’avènement de la présente crise qui l’a invité à redéployer partiellement le champ de ses réflexions avec la publication récente de près d’une centaine d’articles sur ce qu’il appelle la « crise des années 2010 », et pour laquelle il a conçu un blog. http://www.lacrisedesannees2010.com Jean-Claude Werrebrouck est aussi engagé dans des groupes d’actions et de réflexions tels « Roosevelt 2012 » ou le « manifeste pour un débat sur le libre échange ».
Site web: www.lacrisedesannees2010.com

Lire la suite

Blackrock, un pouvoir institutionnalisé. LHK.

Le 9 janvier 2012, le banquier central suisse démissionnait suite à une accusation de présomption de délit d’initié dans une affaire d’opérations de change sur sa fortune privée (Wikipédia), il devint dans la foulée vice-président du groupe Blackrock. Une réelle promotion dans le cadre d’un monde globalisé.

Lorsqu’en septembre 2011, il arrima le franc suisse à l’euro de manière parfaitement anticonstitutionnelle, ce qui ne l’empêcha pas d’être récompensé quelques semaines plus tard par The Banker magazine qui le nomma »Central Bank Governor of the Year 2012 » . Les Suisses ont eu ainsi le privilège de sponsoriser la zone euro très mal en point, tout en étant dénigrés par Bruxelles.

En Suisse, la chose n’a pas de vague. Pourtant, fixer une monnaie nationale à une monnaie tierce est un dépassement clair de la mission d’une banque centrale, puisqu’il y a renonciation à la souveraineté monétaire nationale.

Bref, depuis, l’épargne des Suisses (retraites ou pas) a été happée par une politique monétaire et bancaire confiscatoire. D’ailleurs, nous apprenions aujourd’hui que « selon une étude, une majorité d’établissements envisage désormais de répercuter les taux négatifs de la BNS sur les comptes des petits épargnants »(AFP). Un véritable vol des petites gens au profit du marché de la finance internationale.

Novembre 2017, Darius Rochebin, le journaliste interviewer star de la Télévision publique suisse reçoit Philippe Hildebrand, ancien président du directoire de la Banque nationale suisse.

Lire la suite