L’argent suisse au secours du Trésor américain. Vincent Held

BNS logo

Au moment où les créanciers craignent le défaut de paiement du gouvernement américain, l’argent des Suisses vient en soutien des dettes publiques… Sans contrepartie bien sûr…. LHK

C’est un fait : les investisseurs internationaux (au premier rang desquels la Banque populaire de Chine) se débarrassent à une cadence record de la dette d’État américaine.

Un phénomène qui était déjà relevé par CNN au mois de mai dernier et qui s’est, depuis, considérablement accéléré (cf. Annexe ci-dessous).

CNN dettes US.png

Pendant ce temps, la Suisse maintient ses positions. Mieux : elle continue à augmenter son soutien financier à cet État désespérément surendetté – et à l’attitude pas toujours très amicale.

On se souviendra que l’administration Obama n’avait pas hésité à recourir à la menace pour arracher à la Suisse la ratification des « accords » FATCA, adoptés par le Parlement en septembre 2013. Or, trois ans plus tard précisément, la valeur des bons du Trésor US détenus par les « investisseurs » helvétiques atteignait un record historique de 240.7 milliards de dollars !

suisse-creanciere-us

(Source : U.S. Department of the Treasury, TIC Data)

Un cadeau mirobolant offert – sans aucune contrepartie – à une puissance qui, depuis le milieu des années 1990, aura multiplié les pressions légales, médiatiques et politiques contre la place financière suisse.

Force est toutefois de constater que l’approche agressive des États-Unis aura porté ses fruits : abandon du secret bancaire suisse (alors que le leur reste intact !), domination écrasante des fonds US sur la bourse helvétique, rôle de « conseiller » auprès de la Banque nationale du fonds Black Rock, auquel le Fonds AVS a également octroyé son plus important mandat de gestion de fortune…

Et absorption massive par la Suisse d’une dette dont chacun sait qu’elle fera, un jour ou l’autre, l’objet d’un défaut de paiement.

Voici donc les Suisses fortement exposés – bien malgré eux ! – à ce gouffre financier qu’est l’État fédéral américain.

Toutefois, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la responsabilité de cette situation n’incombe pas uniquement à la Banque nationale…

Les gigantesques « avoirs auprès de banques centrales » d’UBS et Crédit Suisse

De fait, à la fin septembre 2016, la BNS détenait en tout et pour tout, pour 220 milliards de francs d’avoirs en dollars. Dont des placements en actions d’une valeur de 63.7 milliards de dollars, d’après le site Internet du Nasdaq.

BNS Nasdaq.png

Au cours des dernières années, des « investisseurs » helvétiques ont ainsi acheté pour des dizaines de milliards de dollars de dette américaine, indépendamment de la politique d’investissement notoirement dangereuse de la BNS.

Se pose dès lors la question : qui d’autre, en Suisse, aurait bien pu contribuer à ce renflouement massif de l’État américain ?

La réponse se trouve peut-être à la page 108 (en version anglaise) du rapport annuel 2015 du Crédit Suisse. L’établissement y indique détenir pour 27.6 milliards de francs d’avoirs auprès de banques centrales (« cash held at central banks ») libellés… en dollars !

liquidite-cs

Or, si le Crédit Suisse dépose des liquidités en dollars auprès d’une banque centrale, pourquoi celle-ci ne les utiliserait-elle pas pour acheter des bons du Trésor américain ? Surtout s’il s’agit de la Réserve fédérale américaine, qui a déjà absorbé pour plusieurs centaines de milliards de dollars de dette fédérale à travers ses programmes de quantitative easing…

Quoiqu’il en soit, UBS affiche, dans ce domaine comme dans d’autres, une situation très similaire à celle de sa sœur jumelle.

Car à la fin 2015, cette rescapée de la crise des subprimes détenait pour 25.5 milliards de francs de liquidités et avoirs auprès de banques centrales (« cash and balances with central banks »)… en Amérique du Nord !

UBS débitrice central money.png

(cf. page 659 [!] du rapport annuel 2015 d’UBS en anglais)

En clair : au 31 décembre 2015, les seules UBS et Credit Suisse détenaient potentiellement pour plus de 53 milliards de francs d’avoirs auprès de la Réserve fédérale américaine.

Peut-on dès lors affirmer que ces fonds n’ont pas été utilisés par la Fed pour financer ses coûteux programmes d’achats de bons du Trésor (les fameux QE2 et QE3, lancés dès 2010) ?

Par ailleurs, que dire des quelque 23 milliards de francs déposés par ces deux too-big-to-fail « dans le reste de l’Europe » et « en euros » – auprès de « banques centrales », là encore ! Ne pourrait-il pas s’agir là d’un financement direct de la Banque centrale européenne ?

Et les plus de 90 milliards de francs détenus auprès de la BNS ? N’est-ce pas précisément avec de tels fonds que sont financées les faramineuses « opérations sur le marché des changes » de notre institut monétaire ?

Il pourrait être temps de regarder tout cela d’un peu plus près !

ANNEXE : le monde est-il en train de larguer la dette US ?

Dette US créanciers 2015 2016.png

A l’heure ou ces lignes sont écrites, les dernières données disponibles indiquent une nette accélération du mouvement de désinvestissement au niveau mondial vis-à-vis de la dette américaine. Reste à voir si cette tendance se poursuivra… et si la Suisse s’obstinera dans son soutien aveugle à un État qui malmène sa place financière (et sa réputation !) depuis plus de vingt ans.

(Source : U.S. Department of the Treasury, TIC Data)

6 réflexions sur “L’argent suisse au secours du Trésor américain. Vincent Held

  1. Ces chiffres ne veulent rien dire à mon avis, parce qu’on trouve en troisièmement position l’Irlande avec 270.9 milliards suivi de tous les paradis fiscaux y inclut la Suisse, ce qu’il faudrait savoir, mais chose impossibles pour le public, a qui cet argent appartiens réellement, en creusent en peut c’est argent appartiendrais à des multinationales ne serais pas exclus et a d’autres Etats qui maquille leur compte, comme la Chine et la Russie…

    J'aime

  2. Vous avez écrit Liliane « La Suisse avec le très long bras de la BNS est au cœur des leviers financiers mondiaux. » Si vous permettez je modifie en « Les plus importantes banques Suisses on avec la BNS de très long bras au cœur des leviers financiers mondiaux. » En effet un pays pauvre comme l’Irlande avec une dette insurmontable se retrouve comme par miracle dans la liste des pays riches…..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s