Le dangereux bilan de la BNS, le tabou commence à tomber. Vincent Held

BNS logo

Dans un article paru cet été et depuis largement diffusé sur les réseaux sociaux, le grand magazine économique romand Bilan a, l’air de rien, brisé un tabou journalistique majeur : alerter sur la dangerosité du gonflement du bilan de la BNS, dont les réserves de devises dépassaient désormais les 640 milliards de francs. (1)

Il y attirait l’attention du lecteur sur l’existence d’un coût caché de la politique d’affaiblissement du franc, à savoir : le risque d’une fonte – voire d’une disparition – des fonds propres de la BNS en cas de « retournement des marchés », notamment du fait de sa « surexposition à l’euro et au dollar ».

Pour en finir avec le mythe de l’autofinancement de la BNS

Pourtant, selon la thèse communément admise par les médias helvétiques, la BNS peut parfaitement « opérer avec des fonds propres négatifs » (2), puisqu’elle financerait gratuitement ses achats d’actifs en créant elle-même de la monnaie à hauteur de plusieurs centaines de milliards de francs (3). Dans ce cas, en effet, comment les pertes de la BNS pourraient-elles avoir la moindre incidence sur l’économie suisse ?

Au vu de ces arguments bien installés depuis septembre 2011, le fait qu’une revue spécialisée bien établie soulève les fragilités du bilan de notre institut monétaire a de quoi interpeller. Se pourrait-il que les propos tranquillisants dont notre presse s’est fait l’écho depuis des années reposent, tout compte fait, sur des fondements moins sûrs qu’il n’y paraissait ?

Pour y voir plus clair, il est nécessaire de rappeler que le gros de la « création monétaire » à laquelle notre banque centrale se serait livrée ces dernières années est lié à l’augmentation vertigineuse des « avoirs en compte de virement des banques suisses et étrangères » à la BNS, avoirs qui sont passés de quelque 5.5 milliards de francs en août 2008 à plus de 470 milliards en août 2016.

Or, une analyse publiée sur ce blog en début d’année 2016 nous apprenait que la compétence constitutionnelle de la BNS en termes de « création monétaire » se limite à l’approvisionnement du marché en numéraire (billets de banques et pièces de monnaie). (4) Ce constat est par ailleurs confirmé par la BNS elle-même dans son glossaire en ligne :

creation

 Or, cette monnaie numéraire qui relève de la compétence constitutionnelle de la BNS est passée de 40 à 72 milliards entre 2008 et 2016… Le reste vient des banques commerciales!

La conclusion, même si elle ne se trouve pas dans les manuels scolaires, n’en est pas moins évidente : les centaines de milliards de francs « d’avoirs en compte de virement des banques » dont nous venons de parler sont autant de dettes que les banques commerciales détiennent vis-à-vis de la BNS. (5)

En d’autres termes : l’explication convenue et rassurante qui nous a tant été rabâchée depuis des années, selon laquelle la BNS financerait gratuitement ses achats massifs d’actifs sur simple recours à la « planche à billets » était, au mieux, un mythe – au pire, un leurre.

Oser aller au bout du raisonnement

En Suisse alémanique, le Dr. Marc Meyer, éditorialiste bien connu d’InsideParadeplatz, intègre pleinement cette donnée dans ses analyses. Il indique désormais explicitement que la BNS est bel et bien financée par les banques, compagnies d’assurances et autres caisses de pension qui disposent d’avoirs auprès d’elle (on y apprend aussi que le Crédit Suisse dispose, à lui seul, de quelque 120 milliards de francs d’avoirs auprès de banques centrales).

Le Dr. Meyer constate ainsi qu’une appréciation du franc de plus de 10% se répercuterait inévitablement sur les bilans des pourvoyeurs de fonds de la BNS, de telle sorte que « ce sont nous les contribuables, les clients et le public, qui finirons par payer les pots cassés ». (6)

Une vision certes peu rassurante, mais qui a le mérite de fournir une clé de lecture à la multiplication des initiatives de la part des milieux politico-économiques suisses pour s’assurer que les pertes du secteur bancaire seront reportées sur le contribuable et le déposant le moment venu : loi « too-big-to-fail » (2011), ordonnance de la Finma sur l’insolvabilité bancaire (2012), rapport du Conseil fédéral sur le « too-big-to-fail » (2015). (7)

Ajoutons pour conclure que l’ampleur des « avoirs en compte de virement » des banques suisses auprès de la BNS, conjuguée au rôle d’interface que joue la BNS entre les banques suisses et le marché des produits dérivés sur la dette européenne (8), est un autre élément qui laisse présager d’une issue peu favorable pour le citoyen.

Vincent Held, économiste, Master of Science in Finance HEC Lausanne

Références

1) La Banque nationale suisse s’expose à des risques élevés, Bilan, 15 août 2016

2) Par exemple : Dominik Studer : « la BNS peut fonctionner avec des fonds propres négatifs », Le Temps, 15 juillet 2015

3) Par exemple : Pourquoi les planches à billets ne créent plus d’inflation, Le Temps, 29 avril 2014

4) Qui dirige la BNS ?, le Blog de Liliane Held-Khawam, 23 janvier 2016

5) Une conclusion à laquelle ce site était déjà parvenu dès le début d’année 2014 sur simple analyse du bilan de la BNS : La loi qui a permis la financiarisation à haut risque de la BNS, le Blog de Liliane Held-Khawam, 14 janvier 2014

Le passif n’est pas moins inquiétant puisqu’on y trouve un compte intitulé «comptes de virement des banques en Suisse», qui a littéralement explosé.

Il s’agit des dépôts des établissements financiers auprès de la BNS, qui sont passés de 7 milliards en 2004 à près de 318 milliards en 2013. Est-ce par ce compte que la BNS finance ses devises?

Les deux comptes ci-dessus montrent le gigantesque déséquilibre de ce bilan. La BNS a immobilisé des actifs sur le long terme en devises étrangères et en grande partie sous forme de créances gouvernementales, en échange d’emprunts bancaires tout aussi gigantesques en francs et à court terme. Elle finance donc le long terme avec du court terme!

A lire également : BNS: taille et financement du bilan 2015. le Blog de Liliane Held-Khawam, 29.01. 2016

6) Le bilan de Crédit Suisse est un terrain miné (en allemand), InsideParadeplatz, 03.08.2016

7) Ce rapport du Conseil fédéral propose de reprendre dans le droit suisse les mesures de ponctions de comptes bancaires déjà prévues par l’Ordonnance de la Finma sur l’insolvabilité bancaire.

Et pour approfondir : Ponction des comptes bancaires : la Suisse s’y met ! P Herlin, Goldbroker

8) A travers son rôle-clé dans le fonctionnement de certains produits « repo » commercialisés par une plateforme boursière allemande : La Banque nationale suisse au cœur de la finance spéculative européenne, le Blog de Liliane Held-Khawam, 22.01.2016

La Banque nationale suisse s’expose à des risques élevés. Myret Zaki, Bilan

Par Bilan.ch Le bilan de la Banque nationale suisse (BNS) n’en finit plus de grossir. Myret Zaki analyse cette croissance sans fin et surtout la composition de celui-ci, qui laisse apparaître de fortes disparités, notamment au détriment de l’or.

Avec 635 milliards de réserves de devises, principalement en euros et en dollars, acquis pour affaiblir le franc suisse, la BNS se voit contrainte de placer cet argent en Europe et aux Etats-Unis. Elle est notamment exposée à plus de 62 milliards de dollars aux actions américaines, qui représentent désormais 60% de son portefeuille actions, un record.

Les fluctuations de marché et les pertes de changes peuvent aisément manger les fonds propres de la BNS, déjà très bas en pourcentage de son bilan.

11 réflexions sur “Le dangereux bilan de la BNS, le tabou commence à tomber. Vincent Held

  1. La preuve que ce n’est pas simple, Myret Zaki dont j’apprécie les analyses par ailleurs était une partisane du plancher des 1.20 contre euro.

    Je savais que la BNS avait le plus gros bilan du monde comparé au PIB de son pays, j’apprends maintenant qu’elle est la BC détenant le plus petit pourcentage d’or… Tout ceci devrait normalement suffir à empêcher une appréciation supplémentaire du CHF qui ne devrait objectivement plus être une valeur refuge… sauf que les marchés fonctionnent sur de vieux réflexes et continuent même à acheter du JPY en cas de stress. C’est dire leur niveau d’abrutissement.

    La BNS a donc du souci à se faire. J’ai d’ailleurs peur que le prochain problème de la BNS soit davantage l’USD que l’EUR car la FED va reprendre tôt ou tard un programme de QE. Surement quand la BCE arrêtera le sien vu que ces BC agissent de concert…

    J'aime

  2. https://www.letemps.ch/economie/2016/10/11/banque-nationale-suisse-estelle-une-fuite

    L’article du LE TEMPS d’aujourd’hui indique que la BNS est sorti de son rôle principale, elle représente désormais bien un danger pour le franc Suisse, a qui elle doive répondre maintenant que les particuliers et cela est nouveaux ont pris le contrôle de la BNS pour 40%, qui la autorisée à se faire acheter ? Que fait la FINMA ?

    Puisque la BNS est pratiquement une banque privée, elle n’a plus raison d’exister.

    Tout cela est scandaleux.

    J'aime

  3. la mère Zaki, en plus d être contre la souveraineté, contre le peuple suisse. (elle aimerait que la suisse soit dans l union européen)
    a démontrer a dans le passé qu’elle fais que de se planter:
    Quand l’or était au plus haut, elle disait que l or allait continuer d augmenter, que le dollar allait s’effondrer, et l euro monter, c est absolument tout le contraire qui s’ est produit.

    J'aime

  4. Quand a la bns, à soutenir l euro de singe: elle est coupable de haute trahison envers le peuple Suisse.
    Si la bns veut absolument faire baisser la valeur du franc, il lui suffit de pendant un mois ou une année ou plus ci nécessaire, imprimer pour payer tout les impôt sur le revenue des contribuables.
    Ca aurait pour effet immédiat de faire fuir les investisseur et donc de faire baisser la valeur de notre monnaie.
    Mais bon si avoir une monnaie faible était gage de bonne santé, le Zimbabwe serait la meilleur économie du monde.

    J'aime

  5. Suffit de voir les inquiétudes que soulèvent la chute de la livre Sterling suite au Brexit… Le réveil des politiques suisses va être d’autant plus douloureux qu’ils vont porter le chapeau. Eveline Widmer-Schlumpf est partie au bon moment….

    J'aime

  6. La baisse de la livre n’inquiète pas tout le monde… le grand indice qui performe le mieux est de loin le Footsie cette année. Tout au plus la vitesse de la baisse a fait peur mais le marché sait que l’économie britannique va avoir besoin de ce coup de pouce.

    Aimé par 1 personne

  7. Merci Jean pour l’info. La Suisse n’est plus gouvernée à mon sens. Quoiqu’elle fasse, elle se fait taper sur les doigts et personne ne réagit. La réponse de la BNS à ces accusations ne sont pas convaincantes.

    J'aime

  8. Bonjour
    Qu’entendez-vous par  » le franc suisse va fondre  »
    Est ce que l’euro vaudra de nouveau plus de 1,69chf comme dans les années 2006 ou alors l’inverse ?

    J'aime

  9. @Oulharj: il s’agit du risque d’une fonte subite des actifs de la BNS, une possibilité très réelle du fait de la politique de placement totalement déséquilibrée de l’établissement…

    A noter que la gestion des ‘placements de devises’ de la BNS (d’une valeur de 666 milliards de francs à la fin septembre 2016!) a été confiée à un gestionnaire de fortune privé sur mandat du Parlement suisse.

    Une question qui, visiblement, n’intéresse ni les médias ni les partis politiques suisses.

    Je ne m’aventure en revanche pas à un quelconque pronostic sur l’évolution des taux de change!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s