Juste pour rire un peu.

« lorsqu’un enfant naît, ses parents s’empressent de le faire rire, en lui faisant des grimaces. Pourquoi ? Parce que, au moment où il rit, cela signifie que l’intelligence est née. Il a su distinguer le vrai du faux, le réel de l’imaginaire, la grimace de la menace. Il a su voir au-delà du masque. Le rire libère l’homme de la peur. Tout obscurantisme, tout système de dictature est fondé sur la peur. Alors, rions ! ». Dario Fo

Dario fo.PNG

Lire la suite

Un banquier à la tête de France stratégie, le think tank qui a donné l’idée de la nationalisation d’une partie du parc immobilier.

Avant-propos:
L’ensemble de ces liens donnent des informations qui appartiennent au dossier. Nous ne pouvons en reprendre le contenu à chaque fois.
https://lilianeheldkhawam.com/2019/04/15/depossession-la-financiarisation-de-limmobilier/
https://lilianeheldkhawam.com/2019/12/30/nouveau-monde-ou-lemergence-dun-etat-collectiviste-corporatise-fortement-inspire-par-des-methodes-nazies-lhk/
https://lilianeheldkhawam.com/2020/01/04/neosovietisme-depossession-de-la-propriete-fonciere-par-le-prive-avec-letat-dans-le-role-de-facilitateur-lhk/
https://lilianeheldkhawam.com/2020/01/05/retour-des-seigneurs-de-la-terre-lhk/
https://lilianeheldkhawam.com/2019/04/15/depossession-la-financiarisation-de-limmobilier/
https://lilianeheldkhawam.com/2020/01/06/reforme-de-limmobilier-attention-a-lobsolescence-programmee-du-bati/

Lire la suite

Réforme de l’immobilier; attention à l’obsolescence programmée du bâti!

L’obsolescence programmée dans le bâtiment c’est de construire une maison (ou la transformer) selon les normes du moment tout en sachant que la construction sera obsolète selon les critères de demain.

L’obsolescence programmée, c’est le présent pour 90% du parc immobilier, le passé également. Et le futur?

Nous sommes actuellement dans une société à 6000 W, l’objectif est de passer à une société à 2000 W.

Toutes les constructions satisfaisant « juste » à la norme actuelle sont obsolète à très courte échéance. Par exemple, l’Union européenne prévoit que tous les nouveaux bâtiments soient à consommation d’énergie quasi nulle d’ici 2020 (lien).

En particulier, il est prévu (tout comme dans la nouvelle norme suisse SIA 180 (fin 2014) que tous les travaux de rénovation importants nécessitent une remise aux normes  de l’ensemble du bâtiment sous l’angle énergétique (…).

La conférence des directeurs cantonaux de l’énergie (MOPEC) donne les contraintes de ce que devront être les bâtiments dans le futur.https://www.acrowatt.ch/

Lire la suite

Néosoviétisme: dépossession de la propriété foncière par le privé, avec l’Etat dans le rôle de facilitateur. LHK

La collectivisation des terres en U.R.S.S., après un premier essai infructueux qui proposait aux paysans une entrée volontaire dans les kolkhoz, ne prit effet qu’en octobre 1929, mais alors sous une forme autoritaire. Cette collectivisation fait suite à l’échec de la N.E.P. qui avait pour but de préserver l’alliance entre les ouvriers et les paysans. Dans une Russie soviétique où 96 p. 100 de la propriété était privée, la paysannerie, ralliée aux koulaks, boycottait les livraisons de surplus de grains destinées à l’État et rompait avec le régime. La collectivisation a pour objectif de briser un courant antisocialiste dans la paysannerie, mais aussi d’opérer un prélèvement plus important sur la production agricole pour financer une industrialisation à court de moyens. La collectivisation s’articule étroitement à la planification et au choix, désormais prioritaire, d’une industrialisation à marche forcée. Après une progression très rapide du secteur collectif (les trois quarts des terres au printemps de 1930), obtenue par une épreuve de force brutale avec la paysannerie, la désorganisation de l’économie soviétique oblige Staline à reculer pour éviter des récoltes catastrophiques, et ce n’est qu’en 1936 que la collectivisation atteint son objectif. Si elle permet à l’État soviétique de briser l’opposition paysanne et de trouver des moyens financiers par une sous-évaluation des prix agricoles, elle va affecter durablement l’agriculture. En dépit de la mécanisation et de la motorisation de l’agriculture, la productivité restera très faible et le cheptel ne retrouvera le niveau qui était le sien à la veille de la collectivisation que sous Leonid Brejnev.
—  Francis DEMIER (Source Universalis)

Lire la suite