L’infanticide au coeur de l’eugénisme de la Nouvelle Société.

On impose masques et vaccins de la manière la plus intrusive possible et simultanément , on défend le droit d’euthanasier des bébés dans la période périnatale au nom des droits de disposer de son corps… Le comble de l’hypocrisie politique.

Nous avons depuis 2 ans dénoncé largement l’espèce de génocide qui a frappé les personnes appartenant aux tranches d’âge les plus élevées. Les preuves d’euthanasie active qui ont accompagné la crise covidienne sont là et c’est indiscutable. Les sinistres gestionnaires du Nouveau monde semblent bel et bien s’en prendre aux catégories plus jeunes.

Et cela peut même concerner la phase périnatale des nourrissons (fin de grossesse, à la naissance, ou dans les heures ou les jours qui suivent l’accouchement).

Cette publication est dédiée à tous les bébés, et les jeunes qui ont trouvé la mort de manière non naturelle avec la complicité coupable des représentants de l’Etat.

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/img-jusqu-au-9e-mois-pour-detresse-psychosociale-le-danger-d-un-motif-imprecis-20200812

Quand l’avortement ouvre la voie à la mort périnatale. Immunité demandée pour le personnel « médical »

La Californie introduit une nouvelle loi qui pourrait autoriser les mères à tuer leur bébé jusqu’à 7 jours après leur naissance. Alors ce titre accrocheur est il une simple fake news? Eh bien pas vraiment même si la chose n’est pas écrite en toutes lettres. En Suisse, nous savons bien que la place laissée à l’interprétation est plus stratégique que ce qui est trop facile à lire par tout un chacun (cf le rôle du Conseil fédéral dans la Constitution réformée de 1999, les limites d’achat de devises dans la Loi sur la BNS de 2003, etc.)

Cet article de Miami Standard explique que le projet de loi a été proposé par le « Future of Abortion Council » de Newsom, qui fait des recommandations pour « renforcer et étendre » les avortements dans l’État de Californie. En vertu de la California AB 2223, une mère sera à l’abri des poursuites civiles et pénales pour toute «action ou omission» liée à sa grossesse. Ces actions comprennent non seulement l’avortement à n’importe quel stade de la grossesse, mais aussi la « mort périnatale ». La mort périnatale est définie comme le décès d’un nouveau-né jusqu’à sept jours ou plus.

Puis on nous explique que dans le projet de loi proposé par la députée Buffy Wicks (D-Berkeley), le meurtre d’enfants à naître et nés serait codifié comme un acte juridique et annoncé comme «les droits reproductifs des femmes».

https://leginfo.legislature.ca.gov/faces/billTextClient.xhtml?bill_id=202120220AB2223

Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, cherche à élargir l’accès à l’avortement et à faire de la Californie un « État sanctuaire » pour les droits des femmes.

Un peu plus loin, on nous dit que le nouveau projet de loi protège quiconque « aide ou assiste une personne enceinte dans l’exercice » de ces soi-disant droits. Le projet de loi donne également aux mères le nouveau pouvoir de poursuivre les services de police si un agent arrête quiconque conspire pour tuer des bébés.

Alors, on peut dire que cet article est le fait d’un site de droite qui s’offusque de mesures qui privilégient le progrès, le droit des femmes de disposer de leur corps , et de la protection des minorités pour leur garantir des droits pour un certain niveau de santé, etc. La tarte à la crème classique.

Mais voilà, le fond du problème soulevé par cet article reste entier.

  1. L’appellation sanctuaire pour avorter de ce qui est un bébé viable.

D’abord, l’usage du mot sanctuaire pour permettre l’avortement de bébés (on ne parle plus de foetus) de neuf mois, ainsi que la dépénalisation des intervenants semble le leitmotiv diffusé largement dans les médias et dans les allées des institutions publiques.

est pour le moins curieux, pour ne pas dire pervers. Que veut dire sanctuaire? Selon le Larousse, la définition de base est celle d’un édifice religieux ou d’un lieu saint en général. Intéressant non? Et même si nous prenions les définitions qui en dérivent nous tomberons sur des descriptifs dont la portée est nécessaire à la vie ou même à la survie. On nous parle d’un lieu protégé contre toute agression. Voilà une inversion de mots patente…. Bref, à moins que l’on ne fasse référence à une religion qui autorise l’infanticide, le mot sanctuaire qui devrait mettre à l’abri des agressions ne peut signifier un acte que tout terrien, athée inclus, devrait trouver odieux.

2. La Californie ne fait que régurgiter la volonté de l’OMS, c’est-à-dire de ses donateurs avec Gates en tête du sinistre cortège. A relever que le thème est associé au Programme de reproduction humaine. Vous comprenez qu’à ce niveau les mots comptent. Nous nous orientons vers un contrôle de la reproduction sous un vernis humaniste. Et pour défendre l’abomination, on se sert de science et de statistiques…

Extrait d’un rapport publié par l’OMS: LOI ET POLITIQUES

Recommandation 3 : Limites d’âge gestationnel

Déconseiller les lois et autres réglementations qui interdisent l’avortement sur la base des limites d’âge gestationnel.

https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/349316/9789240039483-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y

« Afin d’identifier les impacts des limites d’âge gestationnel sur les demandeurs d’avortement et les agents de santé, une revue systématique des études publiées entre 2010 et 2020 a été entreprise, identifiant 21 études menées en Australie, en Belgique, au Mexique, au Népal, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique (États-Unis).

Les preuves examinées ont démontré que – seules ou en combinaison avec d’autres exigences réglementaires, y compris les approches fondées sur le motif – les limites d’âge gestationnel retardaient l’accès à l’avortement, en particulier chez les femmes cherchant à avorter à des âges gestationnels plus avancés, les femmes proches de la limite d’âge gestationnel et celles vivant en zones où l’accès aux cliniques est limité.

Il a été constaté que les limites d’âge gestationnel étaient associées à des taux accrus de mortalité maternelle et à de mauvais résultats en matière de santé. Le droit international des droits de l’homme exige des États qu’ils réformer la loi afin de prévenir les avortements à risque et de réduire la mortalité et la morbidité maternelles.

Les études ont également montré que lorsque les femmes demandaient un avortement et se voyaient refuser des soins en raison de l’âge gestationnel, cela pouvait entraîner la poursuite non désirée de la grossesse, en particulier chez les femmes présentant des troubles cognitifs ou celles qui se sont présentées à 20 semaines de gestation ou plus tard.

Ce résultat peut être considéré comme incompatible avec l’exigence du droit international des droits de l’homme de rendre l’avortement disponible lorsque mener une grossesse à terme causerait à la femme une douleur ou des souffrances importantes, quelle que soit la viabilité de la grossesse.

Les preuves issues de ces études ont montré que les femmes souffrant de troubles cognitifs, les adolescentes, les jeunes femmes, les femmes vivant plus loin des cliniques, les femmes qui doivent se déplacer pour avorter, les femmes ayant un faible niveau d’instruction, les femmes confrontées à des difficultés financières et les femmes au chômage ont été touchées de manière disproportionnée par les limites d’âge gestationnel. Cela souligne l’impact disproportionné des limites d’âge gestationnel sur certains groupes de femmes, avec des implications pour Obligation des États de garantir la non-discrimination et l’égalité dans la fourniture de services de SSR »

Voilà, c’est dit. Il ne faut plus poser d’âge limite pour évacuer foetus/bébé histoire de cadrer l’avortement. Ce qui devient central dans la démarche c’est la disponibilité de l’infrastructure et des intervenants.

Retenons que dans la Nouvelle société, le droit du bourreau prime sur celui de la victime potentielle.

3.- Alors fait-on ceci pour le bien-être de la mère? Pas forcément.

Dans la capture d’écran ci-dessous, on recommande de ne pas pratiquer d’ultrason avant l’intervention. Et pourquoi donc? Ne serait-ce pas pour éviter de troubler la conscience de la mère et/ou de l’intervenant qui vont tuer un bébé parfaitement formé et vivant? Et si la mère devait être troublée, cela signifie-t-il qu’elle n’est pas forcément décidée à passer à l’acte et qu’on ne veut pas lui laisser trop le temps pour réfléchir et revenir en arrière?

https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/349316/9789240039483-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y

La California Future for abortion council

Cette alliance pratique un lobbying très actif. Elle rédige des recommandations totalement en phase avec celles de l’ONU et de l’OMS. La conséquence est que la Californie, véritable laboratoire de la Nouvelle société eugéniste ET infanticide promeut/soutient un paquet de 13 lois dont voici quelques extraits.

  • AB 1666 (Bauer-Kahan) : Protège les patients et les prestataires en Californie contre les jugements de responsabilité civile pour avoir fourni des soins de santé reproductive aux patients lorsque les réclamations sont fondées sur des lois d’autres États qui sont hostiles au droit à l’avortement et sont contraires à la politique publique de la Californie . (On protège des délinquants qui violent la loi publique de son lieu de résidence?)
  • AB 2223 (Wicks) : garantit que personne en Californie ne fera l’objet d’une enquête, de poursuites ou d’incarcération pour avoir interrompu une grossesse ou subi une perte de grossesse.
  • AB 2626 (Calderon) : Protège les prestataires d’avortement en Californie en interdisant le retrait ou la suspension des licences médicales pour un titulaire de licence fournissant des soins d’avortement en Californie qui se conforme à la loi californienne. (On peut se demander pourquoi celui-ci devrait s’inquiéter puisqu’il se conforme à la loi californienne…)

Je vous laisse lire la suite ici:

Voici l’organisation faîtière qui gère le lobbying au sein de l’administration californienne.

Le « Future of Abortion Council » (CA FAB Council) est composé d’alliés, de partenaires et de dirigeants pour la liberté reproductive et les soins de santé sexuelle et reproductive. Le CA FAB Council travaille en collaboration avec les décideurs politiques, les chercheurs, les défenseurs, les prestataires, les patients et les principaux constituants pour déterminer les défis potentiels dans l’État et recommander des solutions qui continueront à fournir un accès et une stabilité aux Californiens et à ceux qui peuvent rechercher des services ici. de l’extérieur de l’état. Le CA FAB Council permet à ceux qui se consacrent à la protection des droits reproductifs et à l’élargissement de l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive de se réunir. ​
Le 8 décembre 2021, le CA FAB Council a publié un plan décrivant 45 recommandations politiques que les décideurs politiques peuvent mettre en œuvre pour mieux préparer la Californie alors que la menace pour le droit et l’accès à l’avortement continue de croître, y compris la possibilité que Roe v Wade puisse être annulé par la Cour suprême des États-Unis. et que le droit constitutionnel à l’avortement soit retiré à des millions de personnes à travers le pays. https://www.cafabcouncil.org/

Elle regroupe une série d’associations au centre de laquelle on retrouve la sinistre et incontournable Planned Parenthood dont l’idéologie raciste de la fondatrice avait fait couler beaucoup d’encre… Le père Gates senior en a été longtemps un pilier existentiel…

Souvenez-vous de nos papiers:

Annexes

Et figurez-vous que tout comme l’OMS, International Planned Parenthood croule sous l’argent de l’eugéniste de notre ère: Bill Gates.

Lettre de la sénatrice Toni G. Atkins, présidente du Sénat pro tempore

Madame la sénatrice à l’avant gauche de la photo (enfin je crois…) https://sd39.senate.ca.gov/

La Californie est dans une position unique – alors que nos libertés reproductives et notre capacité à faire des choix concernant notre propre corps sont protégées par la Constitution, il n’en va pas de même dans d’autres régions du pays. Nous l’avons déjà vu, et malheureusement, nous le voyons encore dans des affaires judiciaires qui menacent les droits reproductifs.

Il y a des années, j’ai vu de première main l’impact de l’accès restreint sur les femmes et les familles. J’ai passé le début de ma carrière à travailler pour une clinique de santé des femmes et j’ai occupé le poste de directrice des services cliniques. J’ai parlé directement avec des femmes qui avaient trouvé le chemin de notre clinique pour obtenir de l’aide parce qu’elles vivaient dans des États à accès restreint. J’ai rencontré une mère qui a perdu sa fille suite à un avortement illégal.

Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser les extrémistes revenir en arrière sur nos droits. La législature californienne sait que l’accès aux services est essentiel dans le domaine de la santé, c’est pourquoi nous avons systématiquement pris des mesures pour protéger et étendre davantage les droits reproductifs et l’accès aux services dans notre État.

Qu’il s’agisse d’adopter une législation obligeant les centres de santé pour étudiants des systèmes de l’Université de Californie et de l’Université d’État de Californie à proposer l’avortement médicamenteux, ou de fournir un soutien budgétaire essentiel aux services et programmes de santé reproductive, nos actions et nos investissements témoignent de notre détermination à défendre les droits des Californiens et des tous ceux qui viennent ici.

Mes collègues et moi sommes reconnaissants du partenariat du California Future of Abortion Council et de nos efforts collectifs pour protéger des soins de santé de qualité et l’accès aux options de planification familiale.

Au cours des mois et des années à venir, nous resterons fidèles à cet engagement – pour nous-mêmes, pour nos filles et nos fils, nos proches fluides et non binaires, et tous ceux qui viendront après nous.

Ensemble, nous pouvons façonner les politiques publiques afin que la Californie puisse continuer à avancer sur la voie du progrès et comprendre et continuer à servir de phare d’espoir pour le reste de notre nation. chaleureusement,

TONI G. ATKINS

Président du Sénat pro tempore

39e circonscription du Sénat 3

18 réflexions sur “L’infanticide au coeur de l’eugénisme de la Nouvelle Société.

  1. Pingback: L’infanticide au coeur de l’eugénisme de la Nouvelle Société. — Le blog de Liliane Held-Khawam – La vérité est ailleurs

  2. Le massacre des Innocents, prélude à beaucoup de souffrance humaine, non seulement celle des bébés morts mais surtout celle de leurs parents qui, pris par la culpabilité non assumée, ne pourront plus connecter avec la joie de vivre. Et tous les autres descendants qui paieront la dette de cet acte…Les lois de la systémique sont intraitables, sauf avec l’Amour.

    J’aime

  3. jusqu’où sombrerons nous ? On se dit à chaque fois que l’on a touché le fond, mais non.. Bientôt les sacrifices humains pour sauver la planète du réchauffement climatique peut-être ?

    J’aime

  4. Suite aux avortements après naissance:

    Le Pentagone développe une intelligence artificielle capable de prendre des décisions cruciales de vie ou de mort au combat

    jeudi 31 mars 2022
    par : Arsenio Toledo

    (Natural News) Le ministère de la Défense tente de créer un programme d’intelligence artificielle capable de prendre des décisions concernant la vie ou la mort sur le champ de bataille.

    Le nouveau programme, appelé In The Moment, est dirigé par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), la branche innovation de l’armée. Son objectif est de laisser un programme d’IA prendre les décisions difficiles que les stratèges militaires sont obligés de prendre régulièrement. (En relation: L’armée américaine expérimente l’intelligence artificielle qui peut prédire l’avenir.)

    La DARPA veut que In The Moment prenne des décisions rapides lors de situations stressantes en utilisant des algorithmes et des données. Les partisans du programme d’IA pensent que la suppression des préjugés humains peut sauver des vies.

    Dans les situations hypothétiques qui, selon la DARPA, In The Moment seraient applicables, les commandants militaires pourraient être en désaccord sur ce qu’il faut faire. Un scénario consiste à décider qui reçoit des soins prioritaires à la suite d’un événement faisant de nombreuses victimes comme une attaque terroriste.

    « Deux chefs militaires chevronnés confrontés au même scénario sur le champ de bataille, par exemple, peuvent prendre des décisions tactiques différentes lorsqu’ils sont confrontés à des options difficiles », a écrit la DARPA dans un communiqué de presse. « Alors que les systèmes d’IA deviennent plus avancés dans leur collaboration avec les humains, il est essentiel de renforcer la confiance humaine appropriée dans les capacités de l’IA à prendre des décisions judicieuses. »

    La DARPA a expliqué qu’il est impératif que le programme In The Moment comprenne les caractéristiques clés de la prise de décision humaine experte pour qu’il représente correctement un algorithme pour le programme d’IA et qu’il soit digne de confiance pour prendre de bonnes décisions.

    Lors du développement de In The Moment, la DARPA souhaite également développer des techniques de caractérisation des décideurs et créer un score d’alignement quantitatif entre un algorithme et un décideur humain.

    « Nous allons collecter les décisions, les réponses de chacun de ces décideurs et les présenter en aveugle à plusieurs professionnels du triage », a déclaré le responsable du programme, Matt Turek. « Ces professionnels du triage ne sauront pas si la réponse provient d’un algorithme aligné ou d’un algorithme de base ou d’un humain. »

    Des questions subsistent quant à savoir si l’IA devrait avoir le pouvoir sur la vie et la mort

    Le programme In The Moment en est encore à ses premiers stades de développement. Mais la création du programme intervient alors que de nombreux autres pays découvrent comment utiliser la technologie moderne comme l’intelligence artificielle pour mettre à jour des systèmes militaires désuets, comme le système séculaire de triage militaire qui est sujet à l’erreur humaine.

    Mais les éthiciens et les experts en IA craignent de laisser de telles décisions de vie ou de mort entre les mains d’un programme de machine, et ils se demandent si l’IA devrait être impliquée dans ce genre de situations.

    « L’IA est excellente pour compter les choses », a déclaré Sally Applin, anthropologue, chercheuse et experte à l’intersection entre les algorithmes, l’IA et l’éthique. « Mais je pense que cela pourrait créer un précédent en plaçant la décision de la vie de quelqu’un entre les mains d’une machine. »

    D’autres éthiciens s’inquiètent du fonctionnement du programme In The Moment. Dans le cas d’un programme qui résout les questions de triage, ils s’inquiètent de la manière dont le programme choisirait les soldats prioritaires pour les soins par rapport aux autres, et qui serait à blâmer si quelqu’un qui aurait pu être sauvé mourait de toute façon.

    Peter Asaro, un philosophe spécialisé dans la robotique et l’intelligence artificielle à The New School, a déclaré que les responsables militaires devront décider de la responsabilité à accorder à un algorithme qui prend des décisions sur le triage. Il doit également déterminer comment gérer les situations éthiques, telles que la question de savoir qui reçoit les soins prioritaires.

    « C’est un appel aux valeurs », a déclaré Asaro. « C’est quelque chose que vous pouvez dire à la machine de prioriser de certaines manières, mais la machine ne va pas comprendre cela. »

    Applin a également demandé que des tests supplémentaires soient effectués pour s’assurer que le nouveau programme de la DARPA ne perpétue pas des processus de prise de décision biaisés dans son algorithme qui pourraient, par exemple, décider que les patients blancs devraient être prioritaires pour les décisions de santé par rapport aux noirs.

    « Nous savons qu’il y a des biais dans l’IA. Nous savons que les programmeurs ne peuvent pas prévoir toutes les situations. Nous savons que l’IA n’est pas sociale. Nous savons que l’IA n’est pas culturelle », a déclaré Applin. « Il ne peut pas penser à ce genre de choses », mais les gens pourraient inconsciemment prendre ces décisions pour le programme lors du développement de son algorithme.

    MilitaryTechnology.news a plus d’articles concernant les dernières innovations en matière de technologie militaire et d’intelligence artificielle.

    Regardez cette vidéo de « Anastasi in Tech » alors que l’animatrice Anastasiia parle de l’avenir de l’IA.

    – voir sur site –

    Cette vidéo provient de la chaîne High Hopes sur Brighteon.com.

    Plus d’histoires liées :
    La Chine déploie des ROBOTS TUEURS à sa frontière contestée avec l’Inde.

    Les humains ne sont pas à la hauteur de l’intelligence artificielle – « Ce n’est même pas proche », déclare le lauréat du prix Nobel.

    L’UE propose une législation visant à restreindre les technologies de reconnaissance faciale et les applications d’intelligence artificielle « à haut risque ».

    L’armée française teste le chien robot de Boston Dynamics dans des scénarios de combat.

    Guerre de nouvelle génération : la DARPA teste des « essaims de drones » qui seront exploités par l’intelligence artificielle, et non par des êtres humains.

    Sources include:

    WND.com
    GreenwichTime.com
    TheDefensePost.com
    Brighteon.com

    https://www.naturalnews.com/2022-03-31-pentagon-developing-ai-to-make-life-death-decisions.html

    ———————–

    Les blessés (inoculés) ne seront pas rapatriés ! T’as pas intérêt à dire que t’as mal au ventre ou au cul !

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour, Ce qui est salvateur ce sera que tout ce petit monde se dirige vers une implosion. Les lois économiques du marché reprendront leurs places première avec comme accompagnement le sacré. Patience. J’ai 80 ans.

    J’aime

  6. La substitution du profane au sacré met fin à la Tradition chrétienne et à sa civilisation. L’abandon de l’Intelligence chrétienne, de sa Raison, de sa Vérité, de la transcendance avec Dieu, du sacré et de la métaphysique du dualisme de l’Etre, fait revenir la barbarie de l’Antiquité. Le sacrifice du Christ s’était substitué aux sacrifices humains des sociétés archaïques. Chez les mondialistes au XXIe siècle, les forces religieuses gnostiques, sataniques et polythéistes dominent le domaine de la croyance et de la foi. Il se réfèrent à une métaphysique moniste qui nous fait régresser dans la violence, l’asservissement de l’humanité et le retour vers des coutumes ancestrales sacrificielles sur les enfants. Il s’agit d’un retour en arrière de 3000 ans. Le dieu Baal, dévoreur d’enfants, est toujours d’actualité dans certains milieux qui nous dirigent.

    La société ne peut pas bien fonctionner sans une métaphysique saine, sans valeurs saines, sans références saines, qui constituent les fondements d’une religion, puis d’une philosophie, puis de la civilisation. Le Christianisme a été un énorme progrès intellectuel sur ce qui existait avant en associant la métaphysique du dualisme biblique entre le Créateur et sa création, le rationalisme grec et le décalogue de Moïse. Cette triple association a fondé une civilisation solide, cohérente et au service des intérêts à la fois commun et de chacun.

    Ce que nous proposent les polythéistes adorateurs de Baal comme Klaus Schwab, Jacques Attali ou Bill Gates, c’est la métaphysique moniste, la religion gnostique, la philosophie kabbaliste, machiavélienne et transhumaniste. Si l’on traduit, cela signifie permis de tuer, sacrifices humains et d’enfants par génocides, eugénisme et avortement jusqu’au 7e jour après la naissance, soumission de l’humanité aux initiés, suppression des libertés et du libre-arbitre, réification de l’être humain, absence de différences à tous niveaux et même entre les genres, grand mélange cosmopolite, syncrétique et collectivisme uniformisant dans l’âme unique du grand Tout cosmique et gnostique. Il s’agit d’un concept archaïque source de beaucoup de violences dans l’intérêt de l’élite des initiés et pour qu’ils soient « heureux ».

    J’aime

  7. C’est termine, satan a pris le monde et signe sa haine et sa rage contre l’lhomme et contre Dieu avec ces ‘lois’ et ces personnes toutes soumises au Diable/ De lautre cote les ‘ vaxxins’ tout aussi diaboliques achevent les adultes et les anciens .les gens ont renie Jesus Christ, la FOI, voila le resultat et bientot, le Jugement.

    J’aime

  8. « Should the Baby Live ? »:Toujours dans ce livre, Singer et sa collègue,Helga Kuhse, suggèrent qu' »une période de 28 jours après la naissance pourrait être autorisée avant qu’un nourrisson soit accepté comme ayant le même droit de vivre que les autres. »
    https://wapo.st/3KQk8A6

    J’aime

  9. Courrier international sur Singer.
    https://bit.ly/3tmfYtx

    « M. Singer prétend souvent que ses propos sont déformés, aussi vais-je citer directement quelques passages extraits de ses livres.  »
    https://bit.ly/3tmfYtx

    Dans Practical Ethics, il écrivait : “Les bébés humains ne naissent pas avec une conscience de soi, ni avec la capacité de comprendre qu’ils existent dans le temps. Ce ne sont pas des personnes.” Mais les animaux ont une conscience de soi, et par conséquent, “la vie d’un nouveau-né a moins de valeur que celle d’un cochon, d’un chien ou d’un chimpanzé”.

    J’aime

  10. ET LE DROIT DE L’ENFANT ?

    Pourquoi personne ne pose cette question ?!

    L’enfant est une personne à part entière. Le « droit de la femme à disposer de son corps » nie cette réalité. Les sociétés de la subversion du langage nient la réalité tangible. La parole est déconnectée du réel. Le mal est appelé bien. A ce moment-là, toutes les folies, idéologies, horreurs se déroulent.

    Quant une société tue les plus petits, les plus faibles, que ce soit à 8 semaines ou à 9 mois, elle est devenue inhumaine, voire déshumanisée. On ne touche pas à la Vie.

    Le mal a été fait le jour où l’avortement a été encouragé et légalisé. Depuis que la porte est entrouverte, plus rien ne retient cette mouvance et la dérive ira toujours plus loin. Bientôt l’euthanasie sera permise à tout âge. Le meurtre quoi. Dans l’indifférence quasi-générale.

    J’aime

  11. si vous êtes croyantes, vous savez alors que le contrôle de ce bas monde par Satan est prévu et que ce n’est que le début de l’histoire. Si vous n’êtes pas croyante, il n’y a pas de Satan, juste des psychopathes et sociopathes qu’il va falloir éliminer méthodiquement

    Aimé par 1 personne

  12. Tout catholique français ayant quelque peu étudié les Écritures et les enseignements de l’Église ne comprend que trop bien ce qui est en train d’arriver au monde, singulièrement à l’Occident, et surtout à la France, ex-fille aînée de l’Église en passe de devenir une prostituée babylonienne de plus. Quitte à passer pour Philippulus, le prophète fou de « L’étoile mystérieuse » d’Hergé, force est de souligner que nous assistons aux prémices du châtiment général que tant de prophéties canoniques et privées nous ont annoncé. Et ce châtiment sera d’autant plus terrible que la Miséricorde divine a bien voulu en retarder très longtemps l’échéance. Songeons à la somme astronomique des péchés divers que ce monde accumule depuis tant de siècles, et principalement depuis la fin, en 1965, de l’abominable conciliabule Vatican II, qui a inauguré la Grande Apostasie en éclipsant l’Église du Christ avec une secte moderniste continuant à combattre chaque jour un peu plus la vraie Foi et même la loi morale naturelle. On renonce à dresser la liste de ces péchés, étant donné l’ampleur de la tâche… Signalons quand même – pour n’en citer qu’un, mais le pire – l’avortement légal d’un nombre incalculable d’enfants : huit millions rien qu’en France depuis l’adoption de la loi Veil en 1975, et cela ne suffisait pas, puisque le délai d’abattage vient d’être prolongé à nouveau. C’est peu dire que ce crime commis contre des myriades d’êtres humains supprimés avant de naître crie vengeance au Ciel. À lui seul, il justifierait déjà le déchaînement de la colère divine. Alors, si on lui ajoute tous les autres péchés, on commence à mesurer petitement ce qui nous attend dans un avenir désormais prévisible. Faute d’une conversion, sinon des nations, du moins des individus, l’humanité va réapprendre douloureusement ce qu’il en coûte de se moquer de Dieu.

    J’aime

  13. A vomir. Ces femmes et ces hommes sont de véritables monstres d’égoïsme et de cruauté. Qui, de normal, pourrait ainsi assassiner un enfant. Quand on pense qu’une gifle aux Oscars créée le scandale et que pendant ce temps on massacre joyeusement des enfants ! Mais bien peut-être que la clique qui organise ces crimes le fait dans un but bien précis, soit sacrifier des innocents sur l’autel de Lucifer. Sinon, comment expliquer cette rage de destruction de l’homme?

    J’aime

  14. oui non … moi j’dis que… un contrôle du nuisible que nous sommes (pour les règnes animal, végétal et même humain) est nécessaire et pour n’pas dire indispensable). (Et d’un.)

    Mais dommage que sur 1’000 possibilités de faire cela choses, on aie choisi la pire solution pour le faire. (Et de deux).

    Et/mais ce qui est normal en fait, dans un monde où tout est inversé… qui.. marche sur la tête. (et de trois.)

    PS: Merci pour ce scop (c’est fait pendant la guerre d’ailleurs, pour qu’aucun journal n’en parle… tous tous occupés qu’ils sont à conchier la Russie… (mais laquelle ne prendra(it) JAMAIS de telles décisions …

    J’aime

  15. (Et finalité nb dont j’ai le plaisir d’accuser les religions d’être à l’origine…. lorsqu’elles lançaient toutes en choeur à l’Homme: « Allez et multipliez-vous » … (mais sans le MOINDRE début de discernement (scientifique ou scientiste) pou autant). Au s’cours, satan sauve-nous !! (Mais cela dit, TOUSSS … et pas seulement tes potes ;.)) )

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s