Créer une Nouvelle Société digitalisée sous surveillance permanente. LHK

https://campus.hesge.ch/blog-master-is/wp-content/uploads/2018/12/Digital_information_simulation.png

Source image: ICI

Le confinement que nous avons commencé à expérimenter pourrait bien être le départ d’une nouvelle forme de société entièrement digitalisée.

Vers un post-humanisme

Les concepteurs du Nouveau monde prône d’ailleurs le post-humanisme. « Selon cette conception, la science aurait modifié la condition humaine et serait capable de la modifier encore (par le génie génétique par exemple) au point que l’humanité serait à un tournant radical de son histoire3, voire à la fin de son histoire4. Elle devrait aussi « s’élargir au non humain (cyborgs, clones, robots, tous les objets intelligents), l’espèce humaine perdant son privilège au profit d’individus inédits, façonnés par les technologies »2.  » (Wikipédia)

Pour l’heure, le cher coronavirus pourrait être le catalyseur qui permettrait de faire basculer l’humanité vers cette nouvelle société, constituée d’êtres ou d’objets dont le dénominateur commun est d’être connectés à la machine. Comment? Par le confinement qui progressivement amènerait l’individu à être coupé relationnellement, affectivement, et socialement de tout contact choisi, librement décidé.

https://lilianeheldkhawam.com/2018/10/28/etes-vous-daccord-davoir-un-clone-numerique-vous-laurez-quand-meme-lhk/

Suprématie de la machine informationnelle

Cette nouvelle société totalement digitalisée est centrée sur le mariage de tous les instants de la technologie et de l’information. L’idée est que vous ne puissiez communiquer hors de la surveillance et du contrôle d’une plateforme dédiée à la technologie de l’information et de la communication. Nous appellerons une telle plateforme qui engloberait l’ensemble de la technologie de l’information et de la communication: machine informationnelle. Un super ordinateur qui récupèrerait l’ensemble des informations émises. Mais pas seulement.

Cette machine est alimentée dans l’autre sens, en direction des « membres » qui la constituent. Elle émet elle-même des informations sous contrôle de la superstructure. Le but étant de corriger les perceptions et croyances de la masse de ses ressources humaines. Dans ce sens, l’envoi d’information est vital afin de changer les valeurs individuelles et collectives, d’admettre la fin des  libertés, et générer la conviction que hors du système en place point de salut.

L’importance de la machine informationnelle est donc stratégique pour arriver à accompagner la révolution sociétale, et maintenir ses actions durablement. C’est pourquoi, les ambassadeurs de la très haute finance planétaire ont mis la main sur l’industrie du divertissement, les principaux médias (sous toutes leurs formes), et ce que ceux-ci soient de droite ou de gauche, religieux ou athées, destinés aux petits/ados/adultes/vieux, etc.  Aucune importance.

Un confinement, oui mais… digitalisé

Par la digitalisation, le phénomène informationnel a explosé depuis la mise en place du confinement.  Ainsi, à l’heure actuelle, la quasi totalité des activités a été transformée en… information. Nous devrions plutôt dire qu’elle est transformée en bit, unité de l’unité de mesure de base de l’information en informatique.

Chaque fois que vous traitez quelque chose avec votre smartphone, vous échangez automatiquement de l’information informatisée. Ce faisant, vous n’êtes jamais à 2 avec l’interlocuteur, mais au moins à 3 avec le gestionnaire de la plateforme technologique.

Ce qui précède est très important pour les concepteurs de la Nouvelle Société. C’est si vrai que  « selon certaines idées au confluent de l’informatique et de la physique, l’information immatérielle donnerait naissance à la matière. » Le physicien John Wheeler a été jusqu’à présenter en 1989 « l’idée que l’information soit première et que la matière et les lois de la physique émergent dans un monde d’information, ce qu’il a résumé avec l’expression it from bit.« 

https://www.pourlascience.fr/sr/homo-sapiens-informaticus/it-from-bit-la-matiere-repensee-15984.php

Ce qui est frappant avec cette philosophie de l’information qui crée la matière, c’est que l’idée semble avoir plagié directement la Genèse, 1er livre de la Bible. Il y est dit:

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. .
3 Dieu dit : « Qu’il y ait de la lumière ! » et il y eut de la lumière.
5 Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
6 Dieu dit : « Qu’il y ait une étendue entre les eaux pour les séparer les unes des autres ! »
9 Dieu dit : « Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent à un seul endroit et que le sec apparaisse ! » Et cela se passa ainsi.
11 Puis Dieu dit : « Que la terre produise de la verdure, de l’herbe à graine, des arbres fruitiers qui donnent du fruit selon leur espèce et qui contiennent leur semence sur la terre ! » Et cela se passa ainsi :
14 Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel pour séparer le jour de la nuit ! Ils serviront de signes pour marquer les époques, les jours et les années,
15 ainsi que de luminaires dans l’étendue du ciel pour éclairer la terre. » Et cela se passa ainsi :
20 Dieu dit : « Que l’eau pullule d’animaux vivants et que des oiseaux volent dans le ciel au-dessus de la terre ! »
21 Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants capables de se déplacer : l’eau en pullula selon leur espèce. Il créa aussi tous les oiseaux selon leur espèce. Dieu vit que c’était bon,
24 Dieu dit : « Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce : du bétail, des reptiles et des animaux terrestres selon leur espèce. » Et cela se passa ainsi.
26 Puis Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance ! Qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. »
27 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu. *Il créa l’homme et la femme.

Le livre de l’évangéliste Jean commence par:

1 Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu.
2 Elle était au commencement avec Dieu.
3 Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.
4 En elle il y avait la vie, et cette vie était la lumière des êtres humains.

Nous voyons ainsi que des scientifiques ramènent la Bible à leur niveau et ont la volonté de recréer le monde avec les outils dont ils disposent. Les risques ne sont ni communiqués, ni pris en considération!

Si nous comprenons bien, une nouvelle forme de société devrait émerger d’une société confinée soumise à haute dose à une information virtuelle car digitalisée.

Montée en puissance de la place de la neutralisation de l’humain et de son activité par confinement

Le confinement actuel dicte tout ce que vous devez faire ou ne pas faire. L’information répétée à l’envi vous conditionne si bien que spontanément les parents ne veulent plus voir leurs enfants, et vice-versa. Un conditionnement activé par la peur de la maladie et de la mort est en train de diviser et de séparer les membres de la famille.

Mais pas seulement. On refuse, de manière concertée entre les différents pays,  aux individus d’aller se procurer des produits de base qui pourraient générer une activité alimentaire! En Suisse, il est interdit de vendre semences et plantons en pleine saison de préparation des potagers. Selon un horticulteur, « les clients qui aimeraient planter pour avoir une auto-suffisance alimentaire ne peuvent pas acheter et nous avons les serres pleines de marchandises sans pouvoir les vendre. Nous travaillons toute l’année pour préparer ces deux mois qui sont pour nous le moment où toute la marchandise doit sortir des serres« .

https://www.sudouest.fr/2020/03/29/horticulture-des-tonnes-de-plants-de-fruits-et-legumes-a-la-poubelle-7371205-11000.php?fbclid=IwAR01NcJRfps1Q-sBuIOOS6spDaOu5bbRKrI_uvk493TxVizsDDabhcnu8x4
Une grande diversité de plantons est cultivée par la fondation ProSpecieRara.
Pétition lancée pour continuer d’acheter graines et plantons en magasin

Mais voilà le gouvernement central suisse, devenu hautement autoritaire ces derniers temps émet des décrets qui régissent la vie des individus dans leurs moindres détails. Et les technocrates qui le constituent préfèrent importer de l’ail chinois mondialement connu pour être gravement pollué par des métaux lourds, et autres légumes fabriqués sous les océans de plastique espagnol plutôt que de laisser tranquilles les citoyens qui veulent jardiner.

https://www.lematin.ch/suisse/marches-fermes-colere-luescher-zisyadis/story/31660150

https://www.humanite.fr/sites/default/files/styles/1048x350/public/images/927529_7_78e2_vue-aerienne-de-serres-dans-la-region.jpg?itok=lPcwU-7Z

Sauf que jardiner est une activité qui demande à aller au magasin chercher les éléments nécessaires, alors que Berne veut les rééduquer et leur apprendre à ne pas sortir de chez eux sans raison valable, et en France sans autorisation!

Nous pensons que tôt ou tard, il devrait y avoir pénurie alimentaire en Occident pour cause de confinement au moment crucial où on doit semer et planter. Par conséquent, la récolte sera plutôt très maigre, alors que les Chinois se sont remis au travail… Et entre les deux continents, les traders des denrées alimentaires se feront une joie de faire flamber les prix. Souvenez-vous, ce sont ceux-là même qui organisent et spéculent sur les famines (cf Dépossession).

Vers une pénurie? L‘agriculture cherche 200 000 saisonniers pour éviter une pénurie alimentaire et surtout une rupture de Vitamine C. Et ça n’est pas à l’Etat de trouver une solution ..https://www.atlantico.fr/decryptage/3588401/l-agriculture-cherche-200-000-saisonniers-pour-eviter-une-penurie-alimentaire-et-surtout-une-rupture-de-vitamine-c-et-ca-n-est-pas-a-l-etat-de-trouver-une-solution–?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR16uaEZ1IyC7D4SN8M10JO3xBFMkDV_8rNobaYGKQDoZDDdhLc4jPCI3cg#Echobox=1585550407

Supprimer les relations humaines qui ne sont pas prévues par l’ingénierie sociale et sa machine informationnelle

Pour l’instant encore, en Suisse comme en France, on limite vos déplacements en forçant quelqu’un d’autre à se déplacer pour vous. Ainsi, vos achats les plus élémentaires passent non plus par votre relation personnelle et directe avec un autre être humain, mais sont obligés de transiter par un tiers représenté par une plateforme.

A terme, idéalement plutôt court que long, les livreurs devraient être remplacés par des engins autonomes: drones ou véhicules autonomes.

https://www.presse-citron.net/ups-sassocie-startup-wingcopter-pour-developper-nouveaux-drones/?fbclid=IwAR239m65NsWsFuhmCVmP_taNrD1kiZYllPiKElQuqdTReYXrQzRXpntCxHY
https://www.post.ch/fr/notre-profil/actualites/news/2018/un-drone-transporte-des-echantillons-de-laboratoire-au-dessus-du-lac-de-zurich

Mais il ne suffit pas de décider pour que la technologie suive. Même si l’objectif est clairement de renvoyer à la maison les livreurs la technologie aligne des échecs. Pour le moment…

https://www.lenouvelliste.ch/articles/suisse/la-poste-un-drone-de-transport-s-est-ecrase-a-zurich-839551

Les risques que nous encourons de voir un drone risquer le crash existe, mais on nous rassure. « Malgré un niveau élevé des mesures de sécurité, il n’est pas possible d’exclure totalement les risques dans le domaine de l’aviation, précise le communiqué. Pour minimiser ce risque, le drone devra effectuer un atterrissage d’urgence en parachute s’il dévie de sa course. » Alors selon ce que transporte le drone, une catastrophe sanitaire ne peut être exclue…

https://www.lacote.ch/articles/suisse/la-poste-les-drones-vont-pouvoir-reprendre-leur-envol-895901

Côté voitures autonomes. Pas mieux. Berne veut les légaliser. Pourtant techniquement le projet est un flop. « Le premier essai a été effectué en 2015 dans les rues de Zurich avec une voiture autopilotée, équipée de capteurs et de logiciels. Swisscom était de la partie. Depuis il y a eu plusieurs essais notamment en Suisse romande, initiée principalement par les régies de transports publics. On connaît la navette autonome de Sion. Elle circule à petite vitesse, 20 km/h maximum. C’est d’ailleurs un des problèmes que les transports publics fribourgeois ont rencontrés lors de leur essai à Marly. Leur constat est assez négatif si on en croit leur rapport: «Après 6 mois d’exploitation, le bilan a été très insuffisant sur le plan du fonctionnement des véhicules et de leur fiabilité. En termes d’efficacité de la ligne, le service proposé aux usagers est peu compétitif en comparaison avec une ligne de transports publics classique». « 

https://www.24heures.ch/suisse/berne-veut-legaliser-voitures-autonomes/story/20242157

Ca ne marche pas, ou en tout cas ça ne marche pas bien, pourtant les autorités locales ne désarment pas. A Genève, les « Transports publics genevois, qui gèrent un projet de navette à Meyrin, sont plus optimistes » que les fribourgeois. Alors pourquoi insister? Parce que c’est idéologique.

Suspendu après une collision, le test des bus sans pilote reprend à Sion:

Difficultés, échecs multiples, coûts faramineux? Peu importe les concepteurs du Nouveau Monde ont drastiquement besoin de ces vecteurs de transport, et ce malgré les risques. Pourquoi renoncer aux livreurs? Pourquoi vouloir financer des engins qui non seulement détruisent les emplois  -pour autant qu’ils fonctionnent- mais tendront à isoler les individus de leurs contacts humains? Pourquoi empêcher les individus de conduire?

https://www.01net.com/actualites/confinement-le-gouvernement-prend-des-mesures-pour-proteger-les-livreurs-a-domicile-et-les-chauffeurs-1878536.html?fbclid=IwAR38jI0__4VVy4qG-oQrFV_eWqIc_63FF6XwUF3zLYkCH-q_qHVlbwEWePo

La réponse semble évidente: fabriquer une société qui transforme l’ensemble (y compris ceux qui font ami-ami) des individus en ressources plaçables là où le système en a besoin sans trop de palabres inutiles.

Une révolution technotronique

Le concept est si extrémiste dans son principe que même l’Etat doit s’effacer devant l’armada technologique. Nous avons déjà parlé ici du cybergouvernement qui a la prétention (bien en place) de transformer l’ensemble des rapports citoyens-administration publique en informations digitalisées. La Suisse l’a mise en place sans, selon nos dernières nouvelles, mandat parlementaire. Cela s’est fait par contrat et accord.

https://lilianeheldkhawam.com/2017/06/15/suisse-connaissez-vous-le-egovernment/
https://lilianeheldkhawam.com/2019/04/27/le-conseil-federal-offre-un-privilege-regalien-de-plus-a-la-haute-finance-internationale-le-cas-de-swiss-id-lhk/

Une idéologie technotronique extrémiste a été installée au plus haut niveau de la gouvernance. Elle a prévu de mettre l’interface des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) tout autour de chaque humain, de sorte qu’il ne puisse rien faire sans passer par elle. Ainsi à chaque action est associée une ou plusieurs informations.

Progressivement, l’individu devient un élément, une ressource, parmi bien d’autres intégré à la machine informationnelle géante.

Les seigneurs de la haute finance mettent en place une révolution sociétale dans laquelle le paradigme habituel doit être changé de fond en comble. Zbigniew Brzezinski, conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter de 1977 à 1981, lui a donné un nom : la révolution technotronique, contraction des mots technologie et électronique[1]. Alors qu’il vantait dans son texte la gestion par les banques internationales et les corporations multinationales, Brzezinski écrivait :

« L’ère technotronique implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée. Une telle société serait dominée par une élite, débarrassée des valeurs traditionnelles. Bientôt, il sera possible d’assurer une surveillance presque continue de chaque citoyen et de maintenir des fichiers complets à jour contenant même les informations les plus personnelles sur le citoyen. Ces fichiers feront l’objet d’une récupération instantanée par les autorités ».

Plus besoin de services de renseignement nationaux. Des entités comme Facebook les remplacent déjà tous. De gigantesques données sont collectées, stockées, gérées, et revendues. De plus, la technologie et les algorithmes leur permettent de procéder à des recoupements de données pour faire des projections –avec un succès discutable- sur les comportements futurs des utilisateurs.

Le système veut mettre l’humanité sous surveillance permanente. La technologie de ce qui est dominé par les GAFAM, pour Google, Alphabet, Facebook, Apple, et Microsoft a permis la transformation du citoyen en cybercitoyen. De fait, elles sont des piliers de la constitution d’une espèce d’enveloppe terrestre virtuelle, tant la densité des interactions et des réseaux est importante.

Leur poids augmente de jour en jour. Exemple. En 1999, il avait fallu 92 opérateurs internationaux pour installer l’immense câble sous-marin, SEA-ME-WE 3, de 40’000 kilomètres de long. Au 21ème siècle, la construction de câbles sous-marins gigantesques, est assurée par des Google et Facebook et non plus par les Etats. En 2016, ces deux entreprises ont annoncé la construction, pour l’été 2018, d’un câble sous-marin ultra-rapide à travers l’océan Pacifique. 12’800 kilomètres devraient ainsi relier Hong-Kong à Los Angeles.

Une question taraude l’esprit, à savoir comment deux entreprises ont les moyens de financer de tels chantiers ? Qui les autorise à traverser les régions océaniques ? Une réponse se trouve en mains des banquiers centraux et leur politique monétaire non conventionnelle, combiné à la bienveillance du marché global de la finance qui dispose de l’épargne!

Il est bon de rappeler que les 1% du S&P 500 que sont Facebook, Apple, Amazon, Netflix, Google (Alphabet), ont vu leur capitalisation boursière prendre 260 Milliards en quelques petite semaines (1er mars 2017 – 9 mai 2017).

Les multinationales ont fait du chemin depuis que Zbigniew Brzezinski a présenté sa révolution technotronique. Ce sont elles qui pilotent et qui transforme la société. En imposant le tout numérique, ce qu’il reste de fonctions publiques va s’intégrer dans les flux et processus mondiaux d’activités. Ce faisant, celles-ci vont se fondre dans le Système-monde, dissolvant peut-être définitivement la présence étatique.

Avec la cyberadministration, nous quittons le monde de l’Etat public pour entrer dans un Système-monde globalisé, centré sur l’information. Le cybercitoyen est happé par une ingénierie que permet la collecte de données par la machine ordinateur, que nous appelleront machine informationnelle.

La machine informationnelle englobe planète, humanité et ressourcestechnotronique

La machine informationnelle doit englober l’humanité qui risque de perdre ses dernières libertés et ses droits, en perdant le droit à la relation personnelle avec autrui, le droit de se déplacer, le droit à la propriété privée, et même le droit de choisir librement son travail. Ce faisant, elle dépendra du système omniprésent pour assurer sa subsistance.

Un revenu universel et une économie de partage seront mis à disposition du terrien contre services rendus à la communauté.

Dans ce modèle hypernormé et hyperrationnalisé, une fonction est affectée aux uns et aux autres, en fonction des compétences… A l’image des attributions de fonctions dans les entreprises aux ressources humaines.

Quid des personnes âgées, handicapées, ou hors circuit professionnel? La réponse se trouve dans ce qui est actuellement admis en tant qu’eugénisme… libéral.

https://lilianeheldkhawam.com/2017/02/07/reorganisation-du-monde-le-developpement-dun-eugenisme-marchand-dossier/

Liliane Held-Khawam

Ce qui précède doit être lu avec en arrière-plan l’idée que les statistiques sur lesquelles s’appuient les décideurs politiques en matière de confinement et surtout de son étendue sont incertaines, voire fausses. Veuillez pour cela vous reporter aux précédents articles de ce site.

Suppléments:

pour la Suisse https://www.24heures.ch/suisse/coronavirus/berne-montre-incapable-fournir-chiffres/story/28011622

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/coronavirus-et-lincertitude-statistique-1185076

NOTE

Certaines informations sont issues des livres Dépossession et Coup d’Etat planétaire, disponibles ICI: https://reorganisationdumonde.com/

livres 2

 

28 réflexions sur “Créer une Nouvelle Société digitalisée sous surveillance permanente. LHK

  1. Bonjour,

    Ces idées sur ce futur technotronique potentiel me rappellent certaines pages de Robots d’Isaac Asimov. Merci d’ailleurs en passant pour le livre «coup d’état planétaire».

    Personnellement, je suis prêt à tolérer le confinement jusqu’à Pâques maximum. Ensuite, je ne le respecterai plus du tout et j’entame l’action politique directe pour que nos gouvernants cessent leurs conneries. S’il y a des volontaires en Suisse sur ce blog, n’hésitez pas à me joindre. Je ferai de l’activisme et de l’information.
    Je pense que nous devons commencer par manifester, intervenir dans toutes les conférences de presse des gouvernements, cantonaux et fédéraux, pétition online évidemment, actions de désobéissance civile, puis actions plus musclées si rien ne bouge.

    Nos gouvernants se plantent totalement sur la stratégie face à la pandémie. Je leur laisse par charité encore 2 semaines en gros pour changer de cap.

    Après, c’est lutte à mort sans pitié…

    J'aime

  2. « il faut motivés le « matériau humaine », la « ressource humaine. Le facteur travail, pour produire un maximum »

    Les influences nazies du management moderne.

    France Culture 2020
    Johann Chapoutot, professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne (spécialiste d’histoire de l’Allemagne, auteur « Libres d’obéir : le management, du nazisme à la RFA » Éd. Gallimard).

    J'aime

  3. « l’individu n’a pas de droit a la vie en dehors de ça productivité, il ne sert a rien si il ne produit pas pour le Reich »

    « Campagne de stérilisation de
    400 000 individus non productifs »

    « 200 000 fusillades »

    Les influences nazies du management moderne.

    France Culture 2020
    Johann Chapoutot,
    professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne
    (spécialiste d’histoire de l’Allemagne, auteur « Libres d’obéir :
    le management, du nazisme à la RFA » Éd. Gallimard).

    J'aime

  4. « Il faut pulvériser l’Etat et le remplacer par des agences »

    Les influences nazies du management moderne.

    France Culture 2020
    Johann Chapoutot, professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne (spécialiste d’histoire de l’Allemagne, auteur
    « Libres d’obéir : le management, du nazisme à la RFA » Éd. Gallimard).

    J'aime

  5. L’horreur eugéniste nazie de retour dans les allées du pouvoir macronien ?

    « Avec un ton de prédicateur d’Apocalypse, il a affirmé en même temps que les élèves des grandes écoles – dont les jeunes polytechniciens venus l’écouter – sont des « DIEUX », qui ont vocation à diriger les masses et à les guider vers la rationalité du XXIe siècle.

    Il a également annoncé que les Gilets jaunes verraient leur niveau de vie continuer à baisser année après année tandis que les « élites » de ce « nouveau monde » allaient gagner des rémunérations de plus en plus colossales. »

    https://www.upr.fr/actualite/lhorreur-eugeniste-nazie-de-retour-dans-les-allees-du-pouvoir-macronien/

    J'aime

  6. L’horreur eugéniste nazie de retour dans les allées du pouvoir macronien ?

    « Chirurgien-urologue, transhumaniste convaincu, essayiste et entrepreneur français,
    cofondateur avec Claude Malhuret du site web Doctissimo
    (qu’il a revendu 139 millions d’euros, dont la moitié pour lui),

    Laurent Alexandre

    est un influent soutien de Macron et un proche de Jacques Attali et d’Alain Madelin. 
    Membre du Siècle, chroniqueur au Monde, à l’Express et au Huffington Post, il possède 28 % du journal la Tribune »

    « Lors d’une conférence en janvier 2019 devant les élèves de l’école Polytechnique, cet homme, influent dans les allées du pouvoir et dans les médias, a carrément affirmé que les Gilets jaunes sont des « INUTILES », des êtres intellectuellement inférieurs, incapables de comprendre les enjeux du monde actuel.

    Avec un ton de prédicateur d’Apocalypse,
    il a affirmé en même temps que les élèves des grandes écoles
    – dont les jeunes polytechniciens venus l’écouter

    – sont des « DIEUX »,

    qui ont vocation à diriger les masses et à les guider vers la rationalité du XXIe siècle.

    Il a également annoncé que les Gilets jaunes verraient leur niveau de vie continuer à baisser année après année tandis que les « élites » de ce « nouveau monde » allaient gagner des rémunérations de plus en plus colossales. »

    https://www.upr.fr/actualite/lhorreur-eugeniste-nazie-de-retour-dans-les-allees-du-pouvoir-macronien/

    J'aime

  7. « Alors que le FMI s’inquiète de la dette chinoise, Pékin a décidé de s’attaquer au « shadow banking ». Le « shadow banking » c’est ce qu’on appelle aussi la finance de l’ombre ou finance fantôme, un système différent du système bancaire classique, qui menace la stabilité financière mondiale. »

    « shadow banking »
    (Banques parallèle de
    92 000 milliards de dollars)
    France Culture (Dec. 2017)

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/le-shadow-banking-la-face-cachee-des-banques

    J'aime

  8. Shadow banking = mode d’emploi.

    Michel Aglietta, économiste, conseiller scientifique au CEPII et professeur émérite à l’Université Paris Ouest.

    J'aime

  9. Dette mondial
    (public + des ménages + entreprises, sans les banques) =
    2007 = 170% le PIB mondial
    97 000 milliards $

    2017 = 210% le PIB mondial
    167 000 milliards $

    2015
    Schadow Banking = 92 000 milliards $
    6000 banques Europe = 48 000 milliards €

    2019
    Shadow Banking = 30% des
    270 000 milliards d’actifs mondiaux.

    Christophe Nijdam, analyste Responsable de la recherche européenne de l’Expert Corporate Governance Service (ECGS) et ancien secrétaire général de Finance Watch, dans le cadre de son livre « La Finance pour les Nuls en 50 notions clés ».

    J'aime

  10. Shadow Banking
    (le marché, les fonds d’investissement, les non banques)

    « Voici le principal risque pour l’économie mondiale selon Moody’s…  »

    Eric Heyer, directeur analyse et prévision de l’OFCE

    Boursorama

    J'aime

  11. C’est ça le fameux “shadow banking”
    BlackRock + Vanguard + State Street
    ils cumulent environ 15 000 milliards de dollars de capitalisation, soit l’équivalent du produit intérieur brut (PIB) de la Chine,
    et contrôlent un bloc majoritaire d’actions dans 90 % des entreprises du S&P 500, le premier indice boursier américain. »

    « BlackRock est actionnaire de près de la moitié des entreprises du CAC 40, 
    telles que BNP Paribas,
    Vinci,
    Saint-Gobain,
    Société Générale ou encore
    Total. »

    « Comme le rapporte Franceinfo dans un article publié à la mi-décembre,
    «depuis plusieurs années, BlackRock se montre extrêmement intéressé pour mettre la main,
    via ses clients (assureurs, banques…),
    sur une partie de l’épargne des Français,
    afin de l’orienter vers l’épargne-retraite». »

    https://www.monde-diplomatique.fr/2020/01/LEDER/61189

    J'aime

  12. il est interdit de vendre semences et plantons en pleine saison de préparation des potagers. Selon un horticulteur, « les clients qui aimeraient planter pour avoir une auto-suffisance alimentaire ne peuvent pas acheter et nous avons les serres pleines de marchandises sans pouvoir les vendre. Nous travaillons toute l’année pour préparer ces deux mois qui sont pour nous le moment où toute la marchandise doit sortir des serres » , . personne n’a mis un pistolet sur la tempe de ces horticulteurs, pour les forcer à cultiver les pousses de printemps ! leur nouvelle liberté d’écraser leurs concitoyens est répugnante.
    Cette loi suisse est inique 😦

    J'aime

  13. Excellent article, merci toutes vos informations

    Pandémie la trahison des médias

    En Suisse où sont les masques où sont les tests et le traitement peu chère du Pr Raoult qui je rappel est une somité mondiale concernant les virus ?
    La politique Suisse en la matière est simplement criminelle. Le profit avant le peuple, c’est honteux

    Aimé par 1 personne

  14. Pingback: La société digitalisée après le Coronavirus – Transhumanisme : "Critique du Système technicien"

  15. Bonjour Liliane

    J’ai largement partagé auprès de mon entourage votre article. Je vous ai rencontré en octobre à Mulhouse lors de notre congrès où j’abordais la question de l’homme mutant. Votre article est très intéressant, car il traite de l’après-Coronavirus et de ses conséquences et incidences sur la vie relationnelle. En octobre lors de mon intervention vous vous souvenez sans doute de ces mots qui peuvent ne pas avoir percuté au moment où ils ont été prononcés : j’évoquais alors l’atomisation future de notre société en citant Tocqueville et surtout l’économiste Jacques Généreux lorsque ce dernier abordait une des caractéristiques de la vie sociale de notre modernité qui est la dissociété. Or cette dissociété est un phénomène amplifié par le confinement des populations, nous sommes en quelque sorte dé-reliés aux autres, détachés, désunis, désolidarisés parce que emmurés, calfeutrés et avec cette situation de confinement nous aboutissons à l’hyper connectivité qui accentue l’ère d’un monde sans relation incarnée.

    Le monde de l’écran étant en passe de devenir le monde réel, mais un monde surtout factice. Notre seul horizon est à peine la fenêtre des voisins, mais devient une fenêtre fermée, un mur sans visage, car ce visage est sans doute rivé à son écran.

    Nous sommes dans l’habituation d’un monde d’informations qui devient pour le coup le substitut de l’autre en chair. L’habituation est le syndrome de l’addiction, celle de l’accoutumance à être privé de vie relationnelle, de vie d’église pour nous chrétiens, une accoutumance qui n’est pas facile à vivre pour nos ainés en réalité qui eux souffrent d’être privés de cette rencontre avec leurs enfants. Nos ainés souffrent de l’absence, de la non-incarnation d’un geste de tendresse d’un petit fils, d’une petite fille, de rires que l’on entend et qui nous relie à celui des vivants, mais à vivre le monde virtuel qui soit disant nous protège, sommes-nous toujours en vie ? Je songe non seulement à nos ainés, mais à toutes les personnes qui vivent seules, isolées, chez elles. Ces personnes qui vivent parfois en êtres désolés sans ressources et passant des journées dans une solitude qui les emmure. Une amie non chrétienne, m’a supplié de suivre par téléphone (hélas) cette personne veuve et qui vit dans le mal être du confinement. Cette personne passe sa vie dans les écrans à consulter et à rechercher désespéramment l’âme sœur dans le monde désincarné des réseaux de rencontres, mais sans réponses, se perdant ainsi dans les méandres des univers virtuels.

    L’écran ne remplacera jamais le monde réel; le monde vivant n’est pas celui du confinement virtuel. Pourtant ce monde se dessine et l’ennemi demain sera la rencontre, la peur de l’autre tant nous sommes habitués à vivre en confinés. Nous sommes soumis ainsi à un nouvel ordre social, l’ordre de l’immanence, celle du réseau, celle de nos écrans d’où nous recevons de l’information et des injonctions en permanence. Nous sommes dans l’habituation comme je l’ai déjà écrit, une forme d’apprentissage à échelle planétaire d’un monde virtuel, vide de relations humaines, oui j’entends bien qu’il faut bien se protéger, mais surtout nous n’avons pas su anticiper en France le naufrage de cette crise sanitaire. L’habituation à ce monde virtuel, celui des écrans, des smart phones dont il faudra même s’équiper pour justifier et légitimer nos sorties et dont les applications demain anticiperont et géreront pour nous les interactions sociales qu’il faudra éviter, car selon un sondage les Français seraient prêts à se laisser géolocaliser pour prévenir d’éventuels risques de contamination, fuir les pestiférés, les contaminés. Le Prince de l’air et oui car il faut bien parler de lui .nous prépare des lendemains difficiles en voulant domestiquer l’espèce humaine et en la privant d’incarnation.

    La vérité de ce nouvel ordre que vous décrivez (abordé dans mon dernier essai l’homme mécanisé) se révèle et hélas s’incarne dans le confinement.
    L’atomisation de notre vie sociale s’amplifie et chacun à son écran, impuissant est en passe de se laisser domestiquer, naviguant entre ses deux mondes le social-réseau virtuel où il se donne le sentiment d’exister et l’individu atomisé privé de contacts avec l’autre et qui souffre en secret d’être privé d’être en communion avec ses frères en humanité.

    Voilà une réflexion que je pourrais largement développer à la suite de cet excellent article que qui m’a été partagé par une amie,

    J'aime

  16. @Eric, Bonsoir Eric. C’est un plaisir de vous retrouver ici! La dématérialisation des relations humaines, la réduction drastique de la mobilité et des libertés en général devaient faire l’objet de mon 3ème volume. Je me demandais toutefois comment les politiques allaient « vendre » ce projet qui fait partie intégrante d’un système-monde globalisé.
    J’avoue que je n’avais jamais imaginé que le coup de pouce viendrait de l’avènement concomitant d’un virus associé à une pénurie de matériel de protection, de tests, mais aussi de compétences politiques!
    Je suis particulièrement bluffée par la puissance du système qui a pris le pouvoir. Qui aurait imaginé que quelqu’un arriverait à arrêter l’ensemble de la planète d’un coup d’un seul. Un management d’une perfection exceptionnelle!
    La déshumanisation fait partie intégrante du Nouveau Monde, et de sa Nouvelle Société. Il faut dire que la main qui construit le modèle depuis de longues décennies voue une détestation envers l’humain, et l’humanité.
    Ôter les relations humaines est très certainement la torture ultime que ces gens qui se font passer pour des dieux (cf Harari) pouvaient réserver à la race humaine.
    Mais grâce à la Bible nous connaissons la fin de l’histoire, car je dois dire que si je suis bluffée par la puissance du système, je le suis encore plus par les prophéties bibliques millénaires!
    Je me permettrai de partager ces prochains jours votre commentaire pour en faire bénéficier les lecteurs.
    Bien à vous.
    Liliane

    Aimé par 1 personne

  17. De tout coeur je souhaite à nouveau vous rencontrer avec votre époux, très heureux de votre retour et de cette pensée qui vous habite, de cette plume mise au service de la vérité….

    Aimé par 1 personne

  18. Les encouragements des états à créer une entreprise sont trop polis pour être honnête, Bercy ressemble à s’y méprendre à Raminagrobis (qui les croqua l’un et l’autre)

    J'aime

  19. Pingback: L’après coronavirus dans les contextes de confinement de notre société – Transhumanisme : "Critique du Système technicien"

  20. Pingback: La haute finance prend le contrôle de votre santé. LHK – Le blog de Liliane Held-Khawam

  21. Pingback: La haute finance prend le contrôle de votre santé. LHK – Les moutons enragés

  22. Pingback: Une propagande génératrice d’insécurité. – Le blog de Liliane Held-Khawam

  23. Pingback: Le blog de Liliane Held-Khawam:Une propagande génératrice d’insécurité. – chaos

  24. Pingback: Propagande et insécurité. – cathauvent

  25. Pingback: Une propagande génératrice d’insécurité – dzmewordpress

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s