Quelle corrélation entre le taux de mortalité par pays et le niveau de l’épargne? LHK

https://www.ieif.fr/wp-content/uploads/2018/02/INF91354bf6-159d-11e8-9898-ffd1d10f0b1e-805x624-1030x798.jpg

Les statistiques sont l’un des outils de la gouvernance politique globalisée. Si celles-ci sont fausses, toute la chaîne de décisions politiques sera biaisée, avec des conséquences sociétales potentiellement incontrôlables.

Dans la crise actuelle due au COVID-19, nous avons retenu au fil de nos publications au moins quatre raisons pour supposer fortement que les statistiques qui circulent sont fausses:

  1. Le virus était très probablement présent dans les pays d’Europe de nombreuses semaines avant que le chrono des épidémiologistes ne soit lancé.
  2. L’indisponibilité des tests de dépistage du virus auprès des cabinets médicaux.
  3. La volonté politique de ne tester que les personnes présentant déjà des symptômes prononcés.
  4. L’absence de mesures des personnes ayant présenté peu, voire pas de symptômes. Ce facteur qui s’il avait été pris en compte aurait fait chuter drastiquement le taux de mortalité dû à ce virus. Les autorités sanitaires pourront toujours le contrôler. Il leur suffirait de prendre un échantillon représentatif de la population, d’en tester l’immunité par un examen sérologique, et d’établir un rapport entre le nombre de personnes immunisées au nombre de décès dû au COVID-19. Nous pouvons supposer que compte tenu du haut de gré de contagiosité, la faiblesse du taux de mortalité risquera d’en surprendre beaucoup.

A ce qui précède, vient s’ajouter toute la polémique autour du protocole de traitement préconisé par le professeur Raoult. Pourtant, si les chiffres que son institut présente devaient se vérifier -ce dont nous ne doutons pas- l’efficacité de ses résultats est sans appel.

Pourtant, tout est fait pour mettre hors de portée de la population un traitement qui semble prometteur! A ce sujet le comportement erratique des décideurs politiques français est assez surprenant…

Toutefois, nous avons trouvé encore plus intéressant!

L’identification des 15 pays qui présentent le plus fort taux de mortalité par million d’habitants.  Nous y trouvons 12 pays de l’Eurozone  (y compris Suisse qui en fait de facto partie), la Grande-Bretagne, et les Etats-Unis. Pour une surprise, c’est une énorme surprise pour toute personne qui a lu Dépossession, ou qui suit les publications de ce site!(Cf. Annexe 2 ci-dessous)

14 des 15 pays qui sont les plus durement frappés par la mortalité au COVID-19 sont parmi ceux qui présentent aussi un niveau d’épargne parmi les plus élevés! Quand nous savons que le taux de mortalité pénalise le plus les personnes âgées au bénéfice d’une pension de retraite, nous ne pouvons que conclure que les plus grands bénéficiaires de la pandémie sont les décideurs gestionnaires des actifs des caisses de pension! Chaque décès de retraité réduit d’autant le poids de la charge.

Epargne-retraite, un accès toujours plus compliqué.https://lilianeheldkhawam.com/2019/12/10/epargne-retraite-un-acces-toujours-plus-complique-lhk/
Top 15 pays touchés par le coronavirus

Y a-t-il corrélation entre le volume (non le taux) d’épargne des pays (dépôts bancaires, assurance-viagère, caisses de pension, et leur taux de mortalité? …

Les personnes âgées livrées à la haute finance globale. https://lilianeheldkhawam.com/2020/03/19/les-personnes-agees-livrees-a-la-haute-finance-globale-lhk/

Une question se pose au sujet du taux de mortalité de la Suisse. Nous savons que son système hospitalier soulage le français. Ainsi, elle reçoit des patients français gravement atteints. Questions: l’a-t-on fait avec les Italiens, Allemands, etc.? Si décès il devait y avoir, viennent-ils gonfler les décès comptabilisés par la Suisse? Selon les réponses, cela signifierait que même le taux de mortalité serait faux en Suisse.

Dernière remarque au sujet de la top liste des 15 pays présentant le taux de mortalité le plus élevé pour un million d’habitants. Nous trouvons en 7ème place l’Iran… Nous nous abstiendrons de la commenter…

LHK

 

Annexe1

Global Pension System Ranking by Country
Rank Country 2019 Index Score
1 The Netherlands 81
2 Denmark 80.3
3 Australia 75.3
4 Finland 73.6
5 Sweden 72.3
6 Norway 71.2
7 Singapore 70.8
8 New Zealand 70.1
9 Canada 69.2
10 Chile 68.7
11 Ireland 67.3
12 Switzerland 66.7
13 Germany 66.1
14 United Kingdom 64.4
15 Hong Kong 61.9
16 United States 60.6
16 Malaysia 60.6
18 France 60.2
19 Peru 58.5
20 Colombia 58.4
21 Poland 57.4
22 Saudi Arabia 57.1
23 Brazil 55.9
24 Spain 54.7
25 Austria 53.9
26 South Africa 52.6
27 Italy 52.2
27 Indonesia 52.2
29 Korea 49.8
30 China 48.7
31 Japan 48.3
32 India 45.8
33 Mexico 45.3
34 Philippines 43.7
35 Turkey 42.2
36 Argentina 39.5
37 Thailand 39.4
https://www.investopedia.com/articles/personal-finance/042914/top-pension-systems-world.asp#citation-2

Annexe 2.

Extrait de Dépossession

Parallèlement à cette restructuration des agents du marché, l’alliance « grandes banques+banques centrales+asset managers » veut pouvoir disposer des immenses capitaux des différents pays sans risques de retrait desdits capitaux. Une forme de collectivisation, sauf que dans notre cas, celle-ci ne serait pas destinée à un quelconque prolétariat, mais au microcosme qui dirige le marché de la haute finance.

Et dans ce domaine, l’épargne représente bien évidemment un enjeu de premier plan, qu’il s’agit de récupérer. Cette denrée rare doit ensuite être rendue inaccessible à l’épargnant, et ce de manière durable !

 Or, la principale épargne est celle de la retraite[1].

Pour illustrer notre propos, voici l’exemple de François Villeroy de Galhau, banquier central français qui va monter au créneau auprès de son gouvernement pour compliquer l’accès des déposants à leur épargne. En septembre 2015, suite au programme d’assouplissement quantitatif annoncé en janvier de la même année par la BCE, il va remettre un document officiel[2] au gouvernement français.

Détaillant l’usage qu’il souhaite faire de l’épargne européenne, cet ancien dirigeant de la BNP Paribas[3] va émettre des propositions visant à limiter au maximum les retraits. Il va ainsi proposer un moyen de bloquer les capitaux confiés aux établissements financiers tels que les banques, les assurances, et autres caisses de pension.

Dans son rapport, le banquier central va se plaindre de la prudence qui entoure l’investissement de l’épargne. « De ces travaux ressortent un défi et une conviction. Le défi pour la France et l’Europe est d’assurer la bonne compatibilité du « triangle de financement [4]», entre des attentes également légitimes mais en tension potentielle : des investissements plus innovants et donc plus risqués ; une épargne abondante mais prudente ; un système financier mieux sécurisé après la crise.

La conviction est qu’une Union de financement et d’investissement4 efficace en Europe est porteuse de solutions, si nous lui donnons bien trois ambitions : diversifier les possibilités de financement des entreprises ; mieux mutualiser l’épargne en zone euro ; orienter davantage les épargnants européens vers le long terme”[5].

Ces quelques lignes de M. Villeroy de Galhau nous renvoient aux commentaires relatifs au modèle d’intermédiation financière du shadow banking system. On y détecte les arguments en faveur d’investissements plus risqués et sur une durée plus longue, allant ainsi à l’encontre de l’intérêt des détenteurs de cette épargne. Le marché a besoin de l’épargne abondante de la zone euro pour faciliter l’emploi des produits dérivés et l’émission de créances à risques. De fait, l’épargne des ménages se montait à plus de 20’000 milliards d’euros en 2014, soit 12,7 % du PIB. Une manne bienvenue !

Des propositions cohérentes avec son statut de banquier et son appartenance à la corporation bancaire. L’idée de « mutualiser » l’épargne en zone euro est un point particulièrement intéressant. Le banquier central propose ainsi de mettre en commun l’épargne au sein de la zone euro. Nous revoilà donc avec un siphonage des liquidités vers le circuit financier supranational, avalisé par les représentants des États qui sont invités à mettre en place la législation nécessaire pour que les épargnants ne soient pas tentés par les retraits. Il s’agit donc d’une confiscation de la propriété privée au profit d’un « collectivisme » privatisé.

Et comment faire pour que les épargnants ne touchent pas à leur bien sans que cela ne soit ouvertement présenté comme une mesure de confiscation ? Voici l’argumentaire astucieux et alambiqué de M. Villeroy de Galhau : « Le FEEI[6] émettrait des bons d’épargne à très long terme, assortis d’une garantie de rendement réel minimal sous condition d’une période de détention suffisamment longue (de l’ordre de 1% à 1,5% par an hors inflation, pour un placement sur 20 ans). Différentes durées de détention pourraient être proposées en fonction de la date de départ à la retraite. Les retraits anticipés ne seraient pas possibles, sauf dans certaines circonstances exceptionnelles (et avec pénalités). La maturité moyenne de ces bons serait ainsi d’environ 20 ans. Le caractère attractif de ces bons d’épargne pourrait être renforcé en les rendant éligibles au régime fiscal couramment appliqué en matière d’épargne-retraite : les montants investis dans ces bons seraient déductibles du revenu imposable tandis que leurs produits seraient taxés à la sortie, c’est-à-dire normalement au moment de la retraite. »

Monsieur Villeroy de Galhau va aller encore plus loin en demandant à remettre la gestion de l’immense épargne, une fois centralisée, entre les mains des actionnaires d’actifs tout en interdisant à l’État de s’en mêler. « La collecte de l’épargne pourrait être centralisée au sein des banques publiques nationales (telles que KfW en Allemagne, la Caisse des dépôts en France, Cassa depositi e prestiti en Italie, ICO en Espagne, …). Ces institutions publiques garantiraient le rendement réel minimal et le remboursement des bons d’épargne (avec le soutien des États qui devraient les indemniser contre toute perte éventuelle liée au programme) ». M. Villeroy de Galhau demande donc à l’État, le plus sérieusement et le plus officiellement du monde, de laisser des financiers privés disposer librement et durablement de l’épargne nationale. Il faut donc pouvoir prendre des risques pour gagner de l’argent dans le cadre des investissements (spéculation ?) souhaités, mais en couvrant leurs risques avec l’argent public[7]. Résumons. Voilà un représentant d’un établissement public qui dispose de la puissance publique et qui travaille ouvertement à faire affluer l’épargne vers le circuit financier supranationale privé !

Que vont faire les dirigeants politiques qui reconnaissent le « marché » de la haute finance en tant que pièce centrale du puzzle de la mondialisation ? Ils vont retarder tout naturellement l’âge de la retraite et prôner la « flexibilité »…

C’est exactement ce qui se passe en Suisse. Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset, qui a également milité en faveur de la loi de protection des grandes banques (ou « loi too-big-to-fail »), a fait diverses propositions pour retarder l’âge de la retraite. En voici quelques-unes : Faire passer l’âge de la retraite des femmes de 64[8] à 65ans, puis lier la retraite – hommes et femmes confondus – à une fourchette dont les 65 ans ne sont plus qu’un « âge de référence », avec 70 ans en limite supérieure. En faisant acter cet âge par le législateur, l’homme de gauche brise un tabou !

Quant à M. Villeroy de Galhau, descendant des industriels Villeroy et Boch, il fut président de Cetelem du groupe BNP Paribas, spécialiste du crédit à la consommation, avant de devenir directeur-général délégué du groupe BNP Paribas. La veille de sa nomination au poste de gouverneur de la Banque de France, un collectif de 150 économistes a rappelé le risque de conflits d’intérêts et a demandé aux parlementaires de s’y opposer. En vain.

  1. Villeroy de Galhau siège donc aujourd’hui à la BCE auprès de son ancien collègue de la BGL BNP Paribas[3], Gaston Reinesch, actuel gouverneur de la Banque du Luxembourg.

A propos de M. Gaston Reinesch, on relèvera qu’il a notamment occupé les fonctions suivantes : président de la BGL BNP Paribas, présidentde la National credit and Investment Company, et membre du conseil de European Investment bank…

[1]Estimation des capitaux de la LPP en Suisse varie selon les sources entre 650 et 800 milliards. Certains vont jusqu’à 1000 milliards de franc…
[2]« Le FINANCEMENT DE L’INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES ». Les rapporteurs sont le gouverneur de la Banque de France FRANÇOIS VILLEROY DE GALHAU, Laurent Guerin et Alban Hautier, septembre 2015    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/154000622.pdf
[3]  La BNP est une banque too-big-to-fail et, bien sûr, primary dealer de plusieurs pays.
[4]Schéma en annexe
[5]Page 2 du rapport. Relevons au passage l’emploi du mot « mutualiser » qui indique une fois de plus la méthode concentratrice des richesses, mais aussi un éventuel idéal collectiviste concernant la base du peuple…
[6]Le fonds à créer (on est en 2015). Il a été créé depuis… Fonds d’épargne-investissement, ESIF/ FEEI. Un super-fonds qui vient alimenter cinq autres fonds tels que le FEDER (Fonds européen de développement régional).
[7]Cf la présence des Savings associations dans les relevés des statistiques de produits dérivés
[8]La socialiste Ruth Dreifuss, qui siège dans le board de l’Open society de George Soros, l’avait reculé de 62 à 64…

10 réflexions sur “Quelle corrélation entre le taux de mortalité par pays et le niveau de l’épargne? LHK

  1. Les statistiques sont fausses et pour des raisons différentes par pays. La France a compté dans ses morts un chinois au début de l’épidémie donc il est possible que des français soignés en Suisse et décédés soient comptés chez vous. Ceci dit le nombre de français traités en Suisse est très faible (21 français partagés entre la Suisse et l’Allemagne je crois) et ne peut avoir une incidence significative sur le taux de mortalité final… outre le fait que certains pays testent peu, il y a aussi des explications sociologiques au taux de mortalité, notamment en Italie. C’est d’ailleurs dans le nord ce ce pays, là où les standards médicaux ne peuvent être pointés du doigt qu’on dénombre 95 % des morts… Beaucoup d’américains vont mourir chez eux faute de pouvoir se payer un traitement. Seront-ils comptabilisés ? J’en doute.

    J'aime

  2. @Stéphane ça nous ramène à la proposition de tester l’immunité d’un échantillon représentatif d’une population locale et d’en comparer le résultat au nombre de décès causés par le virus (pour les décès à domicile, il y a je suppose autopsie)…

    J'aime

  3. Madame,
    Croyez-vous que les américains paieront une autopsie pour toutes les personnes âgées mortes chez elles ? Je ne crois pas. ça passera en mort naturelle la plupart du temps…
    Comme le dit le professeur Raoult, à ce jour, le laboratoire le plus fiable qu’on ait eu pour évaluer la dangerosité du virus est le Diamond Princess : 3000 personnes agées enfermées sur un bateau, 712 contaminées et 10 mortes soit environ 1.3 % de mortalité sur une population fragile…

    J'aime

  4. Pingback: COVID_19 • Une curieuse corrélation | Turbulences

  5. Pingback: Quelle corrélation entre le taux de mortalité par pays et le niveau de l’épargne? Par LHK. – Les moutons enragés

  6. https://swprs.org/corona-media-propaganda/
    https://swprs.org/a-swiss-doctor-on-covid-19/

    Les chiffres que donnent les médias et les autorités sont faux. C’est démontré par les plus grands spécialistes mondiaux de la médecine. Tout est fait pour entretenir la panique.


    Cliquer pour accéder à Report-COVID-2019_20_marzo.pdf

    https://en.globes.co.il/en/article-lockdown-lunacy-1001322696

    Et une bonne nouvelle pour terminer !

    https://echelledejacob.blogspot.com/2020/04/le-portugal-est-relativement-epargne.html

    J'aime

  7. Chère Liliane, je tenais à vous féliciter pour l’énorme travail d’information et d’analyse que vous faites car vous êtes une des rares à mettre en perspective les ravages que va induire cette pandémie chimère dans nos vies et ceci dans tous ses aspects. Merci car cela nous permet de mieux comprendre et nous donne aussi la possibilité d’avoir une petite longueur d’avance et de mieux s’organiser. Un grand merci !

    D’autre part, si vos autorités vous empêchent d’obtenir des graines pour faire pousser des légumes, vous pouvez en commander ici.

    https://www.lepotagerdesante.com/

    Pascal Poot produit des espèces anciennes et résistantes, sans OGM ni pesticides. Le problème est que les envois par La Poste sont retardés vu le confinement. Moi je lui en ai commandé il y a deux ans (tomates, poivrons, courgettes) et franchement j’ai eu un excellent rendement. Pascal Poot a eu les honneurs de plusieurs reportages de chaines de télévision.

    Sa chaine Youtube

    https://www.youtube.com/channel/UC05iQ_IpU1R4Qu5bRbty04g

    Une autre chaine Youtube instructive qui donne beaucoup de conseils sur la permaculture. J’ai suivi ses conseils et ai fait pousser tous mes légumes (achetés chez Pascal Poot) en gros pots car tout le monde n’a pas un jardin suffisamment grand pour faire un potager. Dans mon cas, j’avais beaucoup de taupes, donc faire pousser en pots était indispensable. Et puis des pots vous permet de mettre vos plantations à l’abri des intempéries notamment la grêle et les gros orages. Et bien ça a été carrément bluffant. J’ai eu d’excellents résultats et ai pu manger mes légumes pendant tout l’été, mois de septembre compris. J’avais encore des tomates fin octobre.

    J'aime

  8. Etablissements souvent détenus et /ou gérés par des financiers. Hasard ou pas, les bénéfices cumulés sont indéniables…

    J'aime

  9. Pingback: La France loin derrière l’Allemagne dans la gestion de la crise sanitaire. – Le blog de Liliane Held-Khawam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s