Suisse: Connaissez-vous le egovernment?

Connaissez-vous la « Convention-cadre de droit public concernant la collaboration en matière de cyberadministration en Suisse 2016-2019 »? Non? Et pourtant cette convention signée par le Conseil fédéral et la « Conférence des gouvernements cantonaux  » (!) est une véritable feuille de route qui va transformer de fond en comble votre quotidien de citoyen.

C’est décidé. Vous ne serez plus citoyen, mais cybercitoyen! Et là que vous le vouliez ou pas tous les secteurs sont touchés (y compris le vote).

Que vous soyez opposés ou pas ne change rien, car les autorités pensent que:

«La cyberadministration va de soi: des prestations administratives transparentes et efficaces fournies de manière entièrement électronique à la population, aux acteurs économiques et au secteur public.»

Quel titre étonnant tout de même pour des représentants d’une démocratie directe…

Les citoyens ne sont pas consultés. Ils ne sont même pas informés. En tout cas, l’information n’a pas franchement circulé, si jamais elle a existé…

Si jamais vous êtes comme moi ignorants de la chose, sachez que la fameuse convention-cadre a créé une organisation qui porte le nom de egovernment suisse…Texte de la convention-cadre:

https://www.admin.ch/opc/fr/federal-gazette/2015/8805.pdf

L’article 1 de ladite convention:

2 Elle crée à cet effet l’organisation «Cyberadministration suisse» et ses organes.
… dont le logo est:
egovernment suisse
Pour une surprise, c’est une surprise!
Dans l’article 2, vous avez la collaboration. Voici un extrait:
Art.2 Collaboration
1La Confédération, les cantons et les communes (collectivités publiques) s’engagent à mettre en œuvre la stratégie suisse de cyberadministration de manière coordonnée.
Ils s’assistent mutuellement en vertu de la présente convention-cadre pour concrétiser l’idée directrice commune qui préside à celle-ci. Pour leur domaine, ils se basent sur les décisions des organes prévus dans la convention-cadre et partagent, dans le cadre des prescriptions légales, des idées, des méthodes et des solutions avec leurs partenaires.
Le mot partenaires interpelle d’autant plus qu’il s’agit de confier TOUTES les données à TOUS les niveaux de la vie de la cité à des tiers inconnus!
L’inquiétude est d’autant plus justifiée que egovernment Suisse a émis un document intitulé « Guide Partenariats public-privé (PPP) dans le domaine de la cyberadministration et des TIC.  N’hésitez pas à le lire et le partager autour de vous:

egovernemnt guide PPP 

 

L’idée serait de créer un système unique pour la Suisse avec une intégration aussi bien verticale qu’horizontale.
Je suppose que les emplois cantonaux et communaux seront fortement réduits de par cette concentration de l’activité sur une seule et même plateforme!
Vous êtes vivement invités à découvrir ce guide qui vante le partenariat public-privé qui sous-entendrait la création d’une structure commerciale -au sens du registre du commerce- qui inclurait un ou plusieurs partenaires du privé suisse mais peut-être bien étranger…
Dans la structure de ce PPP, le partenaire peut être intégré en tant qu’actionnaire minoritaire.
egovernment structure.PNG
Enfin, pour rassurer les inquiets, le guide fait référence à un succès de partenariat avec une société:
egovernment référence
Sauf que cette référence à la société Six Terravis Sa qui appartient à Six group, bien connue des lecteurs de ce site, ne manque pas de surprendre…
Six group est en effet la propriété des banquiers suisses. Elle détient la gestion de tout le trafic de paiement suisse, de la bourse, des informations financières Telekurs, du système des REPOS, etc.
Du coup, cela fait penser à une autre information. Dans la revue UBS impulse, Veronica Lange, chargée d’ancrer l’innovation dans l' »ADN » de UBS disait ceci:
« Le problème de l’identité numérique n’est pas résolu… Nous entendons rendre les choses plus simples, plus conviviales et entièrement numériques grâce à un ID numérique, et ce, dans un système fédéral avec plusieurs parties ».
UBS serait en train de travailler avec CS et Swisscom sur un projet pilote sur l’identité numérique avec une entreprise lettone…
Les banques ne sont pas très loin de ce projet de dématérialisation de l’administration et par voie de conséquence naturelle de suppression du cash…
En attendant, je vous invite à vous intéreser au plus vite à ce projet de egovernement, de motiver des spécialistes de la chose d’expliquer les tenants et les aboutissants de la chose.
N’hésitez pas aussi à chercher l’information chez vos élus pour qu’ils nous informent des enjeux et de la finalité de tout ceci…
N’hésitez pas à aller sur le site du egovernment voir tous les services qui seront obligatoirement numérisés.
Voilà déjà celui des fichiers d’identités qui s’appelle « Fédération suisse d’identités »! et qui vante les mérites de la chose dans un langage fort attractif:

« Pour simplifier et rendre plus conviviales les transactions avec les autorités, une fédération d’identités doit être mise sur pied afin de permettre aux utilisateurs de s’enregistrer par une procédure uniforme auprès des portails des diverses autorités. »

Tout est prévu pour que le egovernement soit le passage obligé…. Visite indispensable ici:

https://www.egovernment.ch/fr/umsetzung/schwerpunktplan/

Liliane Held-Khawam

En complément:

Cyberadministration Suisse

E-Government Schweiz 2016

La cyberadministration a pour objectif de rendre les activités administratives plus efficaces, plus rentables et plus proches des citoyens, grâce à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Stratégie suisse de cyberadministration

La mise en oeuvre de la cyberadministration en Suisse nécessite une collaboration étroite entre Confédération, cantons et communes. Les bases de cette collaboration sont fixées par la «stratégie suisse de cyberadministration», ainsi que par la «convention-cadre concernant la collaboration en matière de cyberadministration en Suisse», adoptée par le Conseil fédéral et la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) et ratifié par le gouvernement de chacun des cantons. Le plan stratégique est l’instrument de mise en oeuvre de la stratégie suisse de cyberadministration de la Confédération, des cantons et des communes. Il répertorie les objectifs opérationnels nécessaires à l’atteinte des objectifs stratégiques.

Direction opérationelle de la cyberadministration suisse à l’UPIC

Afin de coordoner les travaux entre Confédération, cantons et communes, une direction opérationnelle a été mise sur pied dès 2009 au sein de l’UPIC. La Confédération et les cantons financent la direction opérationnelle paritairement.

Toutes les informations concernant la cyberadministration suisse se trouvent dorénavant sur le site internet de la direction opérationnelle:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s