L’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre miserait aujourd’hui sur l’or (2 articles)

George Soros, l’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre en 1992 , miserait aujourd’hui sur l’or et les minières

BILLIONAIRE INVESTOR SEES OPPORTUNITIES TO PROFIT FROM VARIOUS ECONOMIC AND POLITICAL ISSUES AFFLICTING THE WORLD (en Français ci-dessous)

Updated June 8, 2016 8:03 p.m. ET

After a long hiatus, George Soros has returned to trading, lured by opportunities to profit from what he sees as coming economic troubles. WSJ reports.

M Soros voit des opportunités de profit dans les problèmes qui affectent le monde

Le Wall Street Journal fait un coup en annonçant que Soros revient directement aux affaires dans son fonds privé familial (Soros Fund Management LLC) et qu’il le fait en prenant des positions très baissières.

Soros s’attend à des évènements très perturbants, voire à des chocs. Il n’était, dit-on, pas intervenu dans la gestion directe de sa firme depuis 2007.

Soros serait inquiet de la situation globale et il pense  que les marchés sont inefficaces, « ils n’anticipent pas correctement les évènements à venir ». Donc il joue contre eux, c’est sa philosophie habituelle. On peut supposer que « l’inefficacité  » doit être grande pour que le Maître des grands paris Macro spectaculaires se mette lui même en avant et à la barre.

En fait depuis plusieurs mois Soros ne cesse de crier gare et de dire que les évolutions globales sont tès inquiétantes. L’une de ses idées est que la Chine n’échappera pas à une crise et que la division du pouvoir en place, les divergences et rivalités internes vont empêcher de prendre les bonnes décisions.

Il est vrai que la situation politique et sociale Chinoise pose des problèmes: certaines couches sociales victimes des purges liées à la corruption ont envie d’en découdre. De toute façon la Chine doit résoudre son problème majeur de transition et d’alignement sur les valeurs internationales.

Les fuites de capitaux sont colossales et elles ne présagent rien de bon de la part de gens qui eux, sont du pays, et connaissent sa situation réelle. Ce sont des initiés.

Les autorités Chinoises ont fait l’erreur de maintenir un change surévalué pour plaire aux occidentaux et éviter de déstabiliser encore plus le monde global. Ce pari, leur lie les mains, c’est une contradiction au sens de Mao et il  leur complique considérablement la tache face au ralentissement.

Il semble que l’inquiétude majeure de Soros soit la Chine, il croit à la contagion, mais il n’est guère optimiste et positif sur l’avenir de l’Union Européenne. Récemment il s’est inquiété des problèmes posés par l’immigration et mal traités. 

Le fond privé familial de Soros serait de l’ordre de 30 millards et il aurait constitué des positions significatives sur l’or et les mines. Sur les USA Soros aurait des positions vendeurs par le biais des dérivés.

Soros aurait 85 ans. 

Nul doute qu’il connait son statut de gourou puisqu’il en use et abuse. Il sait que ses actions et ses propos peuvent être interprétés commes des « self fulfilling prophecies », des prophéties qui se réalisent parce qu’elles sont crues. Soros est considéré comme un ennemi du pays par les autorités Chinoises. 

Traduction Bruno Bertez

Comment George Soros a t-il fait sauter la Banque d’Angleterre ?

Le 16 septembre 1992, le financier américain George Soros est devenu « l’homme qui fit sauter la Banque d’Angleterre », en profitant des faiblesses du système monétaire européen pour réaliser une attaque spéculative. Le système monétaire européen (SME) ? Une attaque spéculative ?  La semaine dernière, le Captain’ avait publié deux articles pour vous aider à comprendre toutes les subtilités de l’attaque spéculative de Soros contre le SME, que je vous conseille de lire si une remise à niveau s’impose (1) « Le serpent monétaire européen et le système monétaire européen » et (2) « Comment une attaque spéculative peut faire s’écrouler un régime de change ?« . C’est bon ? Vous êtes au top sur le SME et sur les techniques utilisées par une Banque Centrale pour maintenir un taux de change fixe ? Et bien c’est parti !

 Retour donc à la fin des années 1980 et au début des années 1990 en Angleterre. Après une période de croissance soutenue, associée à un taux d’inflation modéré et à une baisse progressive du chômage entre 1983 et 1988, la situation commence à s’inverser à partir de l’année 1989-1990. Comme on peut le voir sur le graphique suivant, le « Retail Price Index » (mesurant l’évolution du prix d’un panier de biens et services) augmente alors très rapidement à la fin des années 1980, passant de 3,3% en janvier 1988 à un plus haut niveau de 10,9% en septembre 1990.

inflation-uk-1980-1990

C’est d’ailleurs à cette période, pour être plus précis en octobre 1990, que le Royaume-Uni décida de rejoindre le « Mécanisme de change » (Exchange Rate Mechanism), en complément de son adhésion au Système Monétaire Européen (SME). Le mécanisme de change obligeait alors la banque centrale du pays participant à défendre un cours-pivot de change, en intervenant sur le marché si besoin. L’idée sous-jacente des anglais était que l’adhésion au mécanisme de change allait permettre de réduire l’inflation et d’apporter de la stabilité aux entreprises exportatrices, en contrôlant le taux de change pour limiter sa volatilité.

La livre sterling entre alors dans le mécanisme de change à un cours relativement élevé par rapport au cours historique de la monnaie anglaise. La livre est alors surévaluée, ce qui permet de calmer l’inflation (car réduit le prix des importations, par exemple le prix des matières premières et de l’énergie), mais cette livre sterling forte va rapidement pénaliser les entreprises exportatrices. En 1990-1991, les taux d’intérêt sont très élevés au Royaume-Uni (entre autre pour contrôler le taux de change), ce qui, combiné à un taux de change surévalué et à l’explosion de la bulle immobilière, entraîne le pays dans la récession.

croisse-royaume-uni-1991

Et c’est là que George Soros à une idée lumineuse/démonique : « Etant donné la situation économique de l’Angleterre et le niveau des réserves de change, une attaque spéculative d’ampleur pourrait obliger l’Angleterre à sortir du Système Monétaire Européen (SME) et à dévaluer sa monnaie. En vendant à découvert la livre sterling, ce serait alors le jackpot ».

Pour maintenir la livre sterling dans les banques de fluctuations autorisées par le SME et éviter la dévaluation forcée, la Banque d’Angleterre devait donc soit (1) contrecarrer les attaques en utilisant/vendant ses réserves de change ou bien (2) augmenter les taux d’intérêt pour attirer des capitaux étrangers et contrer la dépréciation. Le problème est que la première solution est limitée par le montant des réserves disponibles, et que la deuxième aurait un impact sur le niveau des investissements et donc sur la croissance (relation inverse entre taux d’intérêt et investissement).

Si Soros et ses potentiels partenaires parvenaient à épuiser les réserves de la Banque d’Angleterre, en vendant à découvert la livre sterling et en s’assurant que la Banque d’Angleterre n’ait pas de quoi faire face à cette attaque, alors la seule solution pour l’Angleterre serait la dévaluation (une hausse significative des taux semblant impensable dans une période de récession).

Le 16 septembre 1992, Soros pris des positions vendeuses (short) sur la livre sterling pour un total d’environ 10 milliards de livre. Soros avait de plus réussi à convaincre d’autres investisseurs et banques d’investissement (JP Morgan, Bank of America, Jones Investment…) que la livre allait s’écrouler en cas d’attaque massive et coordonnée (principe de la théorie des jeux présenté dans l’article « Comment une attaque spéculative peut faire s’écrouler un régime de change ?« ). Pour contrecarrer les ventes massives de livre sterling, la Banque d’Angleterre utilisa donc tout d’abord ses réserves pour « racheter des livres ». Mais les réserves de change étaient trop faibles (et l’attaque trop puissante), et la Banque d’Angleterre a finalement été contrainte d’abandonner le combat quelques heures après l’attaque, en annonçant alors sa sortie du SME et une dévaluation d’environ 15%.

George Soros et tous les fonds et banques ayant participé à l’attaque pouvaient alors rembourser les emprunts qu’ils avaient contracté en livre sterling, mais avec une livre dévaluée par rapport au dollar. En vendant à découvert, c’est à dire en pariant sur la baisse de la livre sterling, la plus-value de Soros sur cette opération fût estimée à environ 1,1 milliard de dollars !

Cette opération n’était cependant pas sans risque. En cas (1) de mauvaises coordinations des spéculateurs, (2) d’anticipation et de réponse forte de la Banque d’Angleterre ou (3) d’interventions coordonnées des autres banques centrales pour soutenir la livre, la monnaie anglaise aurait peut-être résisté et les spéculateurs auraient alors perdu pas mal d’argent. Mais il est vrai qu’il est quasi-impossible de tenir à long terme un taux de change fixe (ou quasi-fixe) lorsqu’il y a des chocs asymétriques et que les disparités entre les pays deviennent trop grandes (principe des « zones monétaires optimales » de Mundell).

Conclusion: Le milliardaire américain George Soros est toujours vivant (82 ans), et donne encore sa vision sur de nombreux sujets économiques. Il y a seulement quelques semaines, il a d’ailleurs déclaré  « Germany should leave the euro zone if it is not prepared to take a more decisive lead in helping the euro zone’s weaker nations escape a spiral of increasing indebtedness and economic decline ». Pour les non-english, Soros pense que l’Allemagne doit quitter la zone euro si elle n’est pas prête à prendre l’initiative d’aider les pays en difficultés de la zone euro à s’échapper de la spirale de la dette et du déclin économique. On revient encore une fois à la théorie des zones monétaires optimales: en cas de chocs asymétriques, comme c’est le cas actuellement dans la zone euro, il faut soit (1) des transferts budgétaires entre pays ou (2) une mobilité des facteurs de production entre pays pour absorber les chocs (étant donné l’impossibilité de contrer un choc par la politique monétaire). Ce n’est pour le moment pas le cas en Europe, d’où le scepticisme de nombreux économistes, principalement anglo-saxons, sur la viabilité de la zone euro (Krugman « Revenge of the Optimum Currency Area » – « Well, the answer is that lots of economists could and should have seen it coming, and some did. For we have a long-established way to think about the prospects for currency unions, the theory of optimum currency areas – and right from the beginning, this theory suggested serious concerns about the euro project« .

7 réflexions sur “L’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre miserait aujourd’hui sur l’or (2 articles)

  1. Comme il est partie prenante dans la majorité des chocs qu’il annonce, il serait étonnant qu’il soit haussier. C’est une infâme crapule et de le voir sur ce site m’étonne. Plus mondialiste que lui, tu meurs.

    J'aime

  2. Diffuser une info et approuver sont 2 choses différentes n’est-ce pas? Par ailleurs, le processus de ce qu’il a fait à la Banque d’Angleterre est un cas d’école.

    J'aime

  3. Un cas d’école pour escroc, oui, avec le 0,0001 de l’investissement il aura acheté même la raine d’Angleterre, bien sûr, il n’y a pas de preuve, les escrocs de hauts vols sont bien trop malins pour laisser des preuves.
    Madoff était un imbécile en comparaissons à Soros, il a seulement copie le système Ponzi, mais Soros est aller bien plus loin et tout le monde l’applaudis, c’est le must pour un escroc.

    Maintenant tous les médias lui font la résonance à ce qu’il a communiqué de faire par sa puissance sur quelque médias corrompus, il a acheté les actions des minières d’or à vil prix pour les revendre quand l’or aura monté de 10 %, parce qu’il va faire monter le prix de l’or avec c’est associé en gagnant des milliards, après l’or va redescendre, mais Soros les auras tous berner encore une fois et il sera encore applaudi.

    J'aime

  4. Jean, on a toujours dit sur ce site que le marché était influencé, manipulé et truqué…
    Ceci étant, il est intéressant de voir que même G Soros retourne vers l’or ce qui désavoue la stratégie et la communication de la BNS, spécialement lors de la votation sur l’or….

    J'aime

  5. Liliane, le plan de Soros est aussi simple que géniale, il va acheter de l’or papier sur la COMEX afin de le faire remonter de disons 10 % la valeur papier d’or qui provoquera de doubler la valeur des actions des minières d’or dans l’espérance d’une augmentation future du prix de l’or, il se fera un plaisir de vendre les actions des minières d’or achetés à bas prix. Après, il vendra les papiers or acheter à la COMEX.
    Avec une puissance de feux de 30 milliards se sera la casse du siècle.

    Soros ne crois, ni à l’or ni en rien qu’à ces magouilles.

    La BSN comme toute autre banque centrale non aucun intérêt de changer le système mondial puisqu’il est en faillite par les dettes, forcement ils ne peuvent pas soutenir l’or parce que qui n’est pas artificiel comme la dette scripturale. L’année prochaine la BNS aura combien de milliards encore de pertes ? Si l’euro s’effondre se sera catastrophique pour la Suisse, merci à nos petits génies de la BNS.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s