BNS en mode d’autodestruction. Liliane Held-Khawam

BNS logo

Une autodestruction qui se déroule au vu et au su de tous!

Carl Icahn est un investisseur américain qui a aussi été ces dernières années un des principaux actionnaires de Apple.
Alors que C Icahn visait les 200$ pour l’action, il s’est soudainement mis à douter du titre et à vendre ces derniers temps son stock (cf stratégie de Apple en Chine en annexe ci-dessous). TOUT son stock selon Zerohedge!

Cela a eu pour vertu de faire dégringoler la valeur du titre.

Mais voilà qu’au même moment une entité cherchait à acheter chaque titre disponible AAPL. Devinez qui peut acheter des titres américains en perte de vitesse? La BNS bien sûr!

Selon Zerohedge, la Banque nationale suisse a rajouté un paquet de 4,1 millions d’actions AAPL à son portefeuille déjà bien garni.

Ainsi le portefeuille de la BNS en actions Apple atteint le record de 14,5 millions d’actions pour une valeur de plus de 1.32 milliards après les pertes (valeur retenue 90$)!

Volume d’actions Apple en millions! (Zerohedge)!

La BNS achète massivement des actions alors même qu’elles sont en perte de valeur.

Et voici l’évolution du prix Apple dont la tendance de fond ne fait que se dégrader  alors même que la BNS en accumule les titres. Deux trends inversés…

Voici l’évolution du titre Apple qui ne rassurera personne:

Apple Mai 2016

De 112 à 90$ en quelques jours!

Cela ne va pas sans rappeler le titre Valeant grand perdant des marchés mais chouchou de la BNS:

Valeant Mai 2016

De 250 à 25 $ en 1 an! On ne dit pas bravo au directoire de la Banque centrale suisse.

Souvenons-nous aussi des mésaventures dans le gaz de schiste.

On ne peut même plus invoquer la « faute à pas de chance » ou l’incompétence!

La BNS détient 130milliards de dollars de ce genre de choses perdantes. C’est l’équivalent de 20% du PIB de la Suisse qui pourrait partir en fumée le jour de l’effondrement du Casino.

On peut toutefois saluer  la constance de la BNS dans son désir de mettre les citoyens-épargnants-contribuables sur la paille.

La trahison de la BNS se confirme tous les jours un peu plus. Les excuses ne sont désormais plus possibles.

Reste une question: Comment et pourquoi les élus permettent-ils cette entreprise d’auto-démolition dont l’issue funeste devient une certitude?

Liliane Held-Khawam

Mise à jour: Warren Buffet investit  1 milliard de dollars dans Apple. La surprise a fait le tour des médias il y a quelques heures.

Tant mieux pour la BNS qui détient pour 1,3 milliards de dollars d’actions Apple.

Cette arrivée surprise et bienfaisante à l’action Apple -qui passe à 92,08 francs- ne change en rien le constat de cet article sur la stratégie perdante de la BNS. 

Nous regrettons que l’Agefi qui relaie l’information ne cite pas dans son article la BNS comme actionnaire de Apple.

Annexe: La stratégie de diversification de Apple qui ne convainc pas tout le monde.

Pourquoi Apple mise 1 milliard sur le concurrent d’Uber en Chine, BFMTV

A la surprise générale, Apple a annoncé cette nuit avoir investi 1 milliard de dollars dans la société de VTC chinoise Didi Chuxing. Quelle est la logique d’une telle opération? Eléments de réponse.

21 réflexions sur “BNS en mode d’autodestruction. Liliane Held-Khawam

  1. Comment se fait-il qu’à Berne, on fasse comme si de rien n’était ? Peut-être cela participe-t-il à la destruction de notre pays pour l’obliger, vite, à intégrer les miasmes de l’UE ?

    J'aime

  2. Je ne sais pas… Je ne sais vraiment pas. Je regrette beaucoup. je crains que mon modèle de dissolution des Etats ne soit bien avancé….

    J'aime

  3. Selon Marc Faber se sont tous des professeurs universitaires contrôlent les banques centrales comme la FED, la EU, BSN, BoJ, ils n’ont jamais travaillé dans la vraie vie, c’est pour cela qu’ils continueront à faire des conneries monumentales.

    LHK, je ne crois pas à un modèle de dissolution des États, mais plutôt à une arrogance de tous ceux qui sont au pouvoir en occident, ce qui aura malheureusement le même effet. L’arrogance, la corruption et l’incompétence c’est la porte ouverte à la dictature depuis toute l’histoire humaine et c’est ce qu’on contacte partout dans le monde quand la perte du contrôle est imminente, les militaires assurent le relais. Le destin de l’Europe est déjà tout tracé, ce qui entrainera la Suisse aussi dans une période sombre.

    P.M. Vergères, la Suisse est déjà intégrée en Europe avec les accords bilatéraux, tous ceux qui prétende le contraire ce sont des malhonnêtes ou naïfs.

    J'aime

  4. La BNS est clairement dans une logique spéculative… elle pratique sur Apple ce que l’on appelle une moyenne à la baisse… le genre d’obstination que l’on apprend à ne pas faire aux traders débutants… La vérité rejoint votre article précédent.. la BNS a accumulé des dollars et non des euros au cour des derniers mois et il faut bien les placer. Ce qui est réellement choquant c’est non seulement qu’elle investisse en actions mais surtout qu’elle le fasse dans une entreprise qui, vous l’avez déjà dit, est concurrente d’une partie de l’industrie horlogère suisse. La BNS est en train de devenir sinon l’épicentre, à tout le moins un point névralgique du casino.

    J'aime

  5. La Suisse a effectivement adhéré via tous ses accords bilatéraux. Elle en est un des premiers financiers.
    Concernant la dissolution des Etats, je vous mets une page qui regroupe quelques-uns de mes écrits. https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/la-dissolution-des-etats/
    Enfin au sujet des professeurs, j’aurais une approche plus sévère. On ne peut se tromper avec autant d’ampleur et de constance dans une stratégie en étant simplement déconnecté de la réalité. Il faut mettre en perspective de la politique monétaire ses différents effets ravageurs sur la véritable économie. Déflation et récession frappent depuis un bon bout de temps maintenant. Et ce n’est hélas pas fini….

    J'aime

  6. Merci LHK, je viens de lire vos écrits, je vois que ce que vos écrivez rejoint ce qu’écrit aussi Pierre Hillard qui pose la question que si le désastre qui semble bien piloter et annoncé est bien la volonté de nous conduire à la guerre pour parvenir finalement à un gouvernement mondial, mais il termine avec une note positive, que ces élites diaboliques ni arriverons pas, ce qui est aussi de mon humble avis, pour la semple raison qu’ils vives dans un autre monde déconnecter de la réalité, c’est bien notoire les fous prennent leurs rêves pour réalité. Pour mon expérience personnelle, ces élites diaboliques prône le chaos parce que croient que comme dans l’univers c’est le chaos qui va gagner, ils ont perdu de vu que c’est bien Déméter dans la mythologie, la déesse grecque qui a enseigné comment sortir du chaos. Le chaos est toujours présent dans l’univers c’est bien une fausse idée de ces élites diaboliques, mais comme toutes les fanatiques, cela ne leur entre pas dans leur logique démentielle.

    J'aime

  7. Je ne pense pas qu’il y aura des guerres, ni un effondrement du Casino. Il y aura un shift d’un état à un autre.
    Il n’y a pas d’opposition sérieuse pour qu’il y ait de la violence.
    Reste la technologie. Si elle ne répond pas dans les temps ou si elle répond mal, il sera difficile d’établir une gouvernance mondiale.
    J’opte pour cette hypothèse.

    J'aime

  8. Oui l’ordre de grandeur est juste. C’est notre argent qui pallie les épargnes insuffisantes et les déficits de la balance des paiements des pays qui s’endettent pour financer le casino.

    J'aime

  9. Rien n’est caché… c’est ça le pire. c’est la stratégie du plus c’est gros plus ça passe… la BNS a le plus gros bilan de toutes les BC du monde ramené au PIB de son pays et ça ne peut pas s’arranger vu qu’elle a échoué à faire baisser le CHF et est obligée de renforcer ses positions pour les moyenner comme l’illustre le cas Apple.
    .

    Aimé par 1 personne

  10. Il y a la creation de l’argent qui est caché: la BNS n’est pas conformante aux SWISS GAAP (règles comptables). Je lui ai dit à l’assemblée mais les representants des cantons et de la confederation ont fait mine de rien et ils ont approvée le bilan farloque.

    J'aime

  11. La Suisse n’est pas un pays isolé. Le dollar n’est pas la monnaie américaine, mais la monnaie de réserve mondiale. Si un groupe de personnes produit la monnaie à partir du vent pour le reste du monde, ça va aboutir à leur fin logique.

    J'aime

  12. Liliane,
    si je mets une citation convenable d’un article sur lequel je viens de tomber.
    > We’ll “clean up the corruption in the international financial system.” This statement presupposes that the international financial system started out as something good and became corrupted, and such a view has no basis in reality. The international financial system was purpose-built as a slavery system by the International Central Banking Cabal. It cannot be “cleaned up” or “reformed” into something good any more than a meat grinder can be reformed into a cow uterus.
    The international financial system IS corruption; it is corruption incarnate. We must simply walk away from it and build our own system of trade, starting at the local level with our own neighbors, then networking peer-to-peer until there is a true (decentralized) global community. If we don’t build our own financial system, we will use theirs by default, and then we’ll be stuck in yet another of their growth and harvest slavery cycles.
    http://redefininggod.com/2014/11/the-multilateralmultipolar-new-world-order-will-seem-like-heaven-at-first/

    J'aime

  13. La réponse a tant d’idioties d’investissements pour la Suisse se trouve dans la très silencieuse BRI, c’est bien elle qui coordonne tout le système mondial des banques centrales, pour que le système mondial ne s’écroule, tout le système mondial des banques centrales doit comble les pertes, et la Suisse est bien la vache a lait actuel.
    La BRI est bien l’épée de Damoclès sur la complaisance de nos politiciens, pour que notre pays ne tombe pas dans la faillite avec ces banques privées incontrôlables comme l’Islande et Chypre. Mais les banques privées pour échapper au contrôle des États ont créée un nouveau monstre, les Hedg Fonds avec 60.000 milliards de dollars dans le casino mondiale. Résultat plus personne ne contrôle plus rien.

    J'aime

  14. Olga, le but de ce site est bien de faire croire que tout est déjà jouée d’avance et que le plan mondialiste est inévitable, en essayons de modifier la pensée de la population dans le pessimisme et le fatalisme, ces sites polluent le web, sont bien sournois, ils sont utilisés aussi bien par les partis d’extrême droite, rien n’est hasard.

    J'aime

  15. L’idée de « redefining God » ne me plaît pas du tout.
    Cela ne change pas le fait que les personnes propriétaires de la Réserve Fédérale produisent la monnaie mondiale à partir de rien, et donc, tous les BRI, et ONU, et les gouvernements, sont à eux. L’idée de « redefining God » est à eux aussi.

    J'aime

  16. LHK, Je ne comprend pas très bien vos propos…

    Dans l’article, je vous cite, vous dites : « C’est l’équivalent de 20% du PIB de la Suisse qui pourrait partir en fumée le jour de l’effondrement du Casino. »

    Puis dans ce commentaire vous nous dites que  » [vous] ne pense[z] pas qu’il y aura des guerres, ni un effondrement du Casino ».

    Y aura t-il effondrement du Casino, ou pas ?

    Personnellement, je pense qu’effondrement il y aura… financier (le Casino), technologique et civilisationnel. Voir Jared Diamond (Effondrement) et les différents scénario du rapport Meadows (Club de Rome 1972 et réactualisés en 2012).

    Et sur ce point, la Suisse est très mal barrée. Très très mal barrée.

    Et ce n’est pas tant sur la question de la monnaie fiduciaire, mais sur notre capacité à nous nourrir. En 1944, climax du plan Whalen, l’autosuffisance n’a pas dépassé 73% (en gros un repas sur 4 perdu avec un plafond calorique de 2’220 Kcal quotidien).

    Or à l’époque, la population résidente était de seulement 4,364’000 âmes et les meilleures terres arables n’étaient pas (encore) recouverte par des quartiers de villas ou des usines.

    Dans un monde aux ressources en décroissances, le pire est devant nous, et je vous avoue que la faillite de la BNS est le cadet de mes soucis. La nourriture par contre…

    J'aime

  17. En tant qu’économiste LHK aime les chiffres et les graphiques pour étayer son propos. Le constat qu’elle fait à propos de la gestion des avoirs de la BNS est exact.. En effet cette institution qui est aussi emblématique que le le Mont Cervin a pris des risques en cherchant à diversifier son portefeuille en accroissant notamment la part des actions mais aussi celle des dollars. Liliane reproche à la BNS d’investir les fruits amers d’une crise de change dans les actions de mauvaise qualité dont les conséquences prévisibles se traduiraient par une baisse ou la suspension des dividendes distribués aux cantons et donc avec le risque que les contribuables passent à la caisse à dépenses constantes au niveau des cantons.. J’ajouterai aussi qu’on a fait grief à la BNS de ne pas procéder à des placements éthiques. Ainsi elle a acheté des actions des entreprises américaines fabriquant des armes.
    Néanmoins il est difficile de suivre Lilane quand elle affirme que l’Institut d’émission est au service de la finance américaine.. En achetant à tour de bras les dollars usa et des devises scandinaves à doses homéopathiques, la BNS cherchait avant tout à réduire le risque de pertes comptables liées à la détention des euros. Rappelons que la part de ceux-ci a frôlé les 60%. des réserves de change. De ce point de vue les chiffres avancés par LHK confirment la substitution des dollars américains aux, euros. Face à une situation plutôt subie que choisie, la stratégie appropriée pour éviter les pertes comptables en raison d’une forte exposition à la devise européenne est de ne pas mettre ses oeufs dans le même panier selon bon vieil adage populaire..
    De nos jours, il semble que les décisions de la BNS sont de plus en plus contestées et pas seulement par les lobbies de l’industrie exportatrice mais également par des citoyens qui expriment des craintes pour leur bien-être (emplois), alors que les mesures non-conventionnelles prises par la BNS sont censées affaiblir l’attractivité du franc. La question pertinente qui mérite d’être traitée avec toute la sérénité qui sied en la matière est de repenser la relation de délégation du pouvoir monétaire.. Et ce d’autant plus que les décisions prises par les techniciens de la monnaie non élus ont des conséquences économiques, sociales et politiques.. C’est cette question de fond qui me semble plus importante que la nécessité de créer un fonds souverain à l’instar de celui de la Norvège, sauf bien évidemment si l’on assimile la planche à billets à un gisement de pétrole;
    .

    J'aime

  18. Noël, ce que l’on peut reprocher en priorité à la BNS, c’est la dichotomie entre son discours pro exportateurs suisses dans la zone euro et les investissements américains.
    Les suisses sont capables d’entendre la vérité et même de l’accepter même si elle les désavantage.
    Mais discourir sur la nécessité d’augmenter la taille du bilan pour des raisons liées à l’euro et agir contre l’euro (9 premiers mois de l’année 2015) en soutenant le dollar est difficile à défendre…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s