Qui contrôlera notre alimentation et notre eau nous imposera sa vision. Planète finance s’impose.

Thierry Déau, le financier outsider et inconnu qui soutint Veolia dans son OPA contre Suez. Ecoutez-le parler de la grande disponibilité de fonds pour le développement des infrastructures. Interrogé par RFI et Jeune Afrique, cet ingénieur des Ponts et chaussées, réputé proche de l’Élysée, revient sur les conséquences de la pandémie de Covid et commente les stratégies de relance des économies africaines. Extraits.
https://www.jeuneafrique.com/1206647/economie/thierry-deau-meridiam-face-a-la-chine-europe-et-etats-unis-doivent-unir-leurs-forces-pour-aider-lafrique/

e-ID. L’identité numérique gérée par des entités commerciales aux mains de Planète finance est en train de digitaliser l’humanité entière grâce à sa technologie blockchain.

Pourtant si les structures et infrastructures publiques sont transmises aux financiers, nous en serons les sujets. Or, pas à pas, de nombreuses mutations essentielles et existentielles ont lieu quotidiennement sans qu’aucune vision finale et globale ne soit communiquée aux principaux intéressés…

Extrait « Convention-cadre de droit public concernant la collaboration en matière de cyber-administration en Suisse 2016 –2019 », novembre 2015https://lilianeheldkhawam.com/2020/04/30/la-gestion-de-la-crise-cache-mal-une-espece-de-coup-detat-de-loligarchie-lhk/

Vous comprenez pourquoi vous avez vécu le cauchemar du pass vaccinal, une eID sanitaire? Dans la même veine, voici l’identité numérique qui débarque pour digitaliser les données du secteur agricole.

Les agriculteurs ont été volontairement harcelés.

Les agriculteurs ont été globalement ciblés par le fisc local et par le monde hyper-normé de Bruxelles. Ces exigences fort coûteuses les ont forcés à se surendetter, et finalement ont permis à leurs créanciers de leur mettre toujours plus le couteau sous la gorge.

Beaucoup ont, soit fait faillite, soit mis fin à leur jour. Leurs exploitations ont été transformées en lotissements grâce à des politiques d e dézonage devenus au même moment disponibles, par hasard bien sûr, car vidées de leurs propriétaires. 100% bénèf pour les financiers promoteurs de constructions surnommées « poteaux-dalles », soutenus par les politiques accommodantes des banquiers centraux (y compris taux d’intérêts négatifs pour les gros bétonneurs).

Nous avons tout lieu de penser que le processus de leur évacuation a été conduit de manière délibérée, s’appuyant sur une volonté politique, et des exigences de mises aux normes, financièrement intenables.

Maintenant, pour ceux qui ont survécu et qui auraient des velléités d’échapper à la mainmise des financiers qui ont obtenu la financiarisation du secteur agricole et donc des matières premières, Planète finance arrive avec la digitalisation de leurs activités. Avec bien entendu le consentement des politiques…

La société de surveillance permanente chère à Zbigniew Brzeziński se met en place à la vitesse V. Tout est prêt pour mal faire. C’est dans ce contexte de dépossession du droit de disposer de sa vie qu’une application-identité, portant le nom de Agriconsent, va être proposée. Suggérée dans un premier temps avec un argumentaire très attractif (cf articles ci-dessous), il y a peu de doute sur le fait qu’elle deviendra dans un 2ème temps une obligation pour tout agriculteur qui veut rester dans le jeu commercial. les têtes dures et récalcitrantes, qui auraient l’idée farfelue de vendre par exemple directement au consommateur, seront fortement sanctionnées…

  • Agriconsent
Lancement d’Agriconsent, l’identité numérique dédiée aux exploitants agricoles
Agdatahub, Orange et IN Group lancent Agriconsent, une solution d’identité numérique pour les exploitants agricoles. Le certificat d’authentification leur permet de faciliter leurs transactions avec les fournisseurs, les administrations et les clients. Actuellement en phase de test, la plateforme doit être déployée au deuxième semestre 2022.Agdatahub, une plateforme de valorisation des données agricoles opérée par API-Agro, Orange Business Services (OBS), la filiale du groupe Orange dédiée au marché B2B, et IN Group, entreprise spécialisée dans la fabrication de documents sécurisés, ont annoncé le 23 février le lancement d’une solution d’identité numérique dédiée au monde agricole.
https://www.usine-digitale.fr/article/lancement-d-agriconsent-l-identite-numerique-dediee-aux-exploitants-agricoles.N1787642
  • Agdatahub, l’opérateur européen de plateformes pour les échanges de données (je renonce volontairement à parler des consentements).
« Agdatahub », la plate-forme pour protéger et valoriser les données agricoles françaises
La société française API-AGRO annonce le lancement de la plate-forme « Agdatahub » à l’occasion du Salon de l’Agriculture 2020. Objectif : créer une base qui regroupe toutes les données agricoles françaises (données géographiques, de pratiques agricoles et d’IoT) pour faciliter leurs échanges entre acteurs publics et privés. La filière cloud de Dassault Systèmes 3DS Outscale, la start-up française Dawex, le consortium Numagri, l’organisme de standardisation français GS1 et Orange Business Services sont partenaires.

https://www.usine-digitale.fr/article/agdatahub-la-plate-forme-pour-proteger-et-valoriser-les-donnees-agricoles-francaises.N933314 https://agdatahub.eu/
  • de la suppression de la possibilité de vendre de l’agro-alimentaire hors de Planète finance. Cela fait des années que l’on met des bâtons dans les roues de tout agent économie alimentaire indépendant du marché de la haute finance.

Quelques acteurs de la digitalisation du secteur agricole. Le cas de Thierry Déau

Voici un article de 2021 qui nous donne un aperçu d’un autre projet de transition agro-environnementale impliquant le couple Agdatahub-Orange. Dans ce texte, il est question aussi de Suez.

Dans le viseur, la numérisation des filières agricoles.

Dans cet autre projet de 2020, API-Agro SAS, un des financeurs de Agdatabub, est en partenariat avec Atol Conseils et Développements. Celui-ci conçoit et développe des applications métiers au profit d’acteurs majeurs des secteurs publics et privés en France dans différents domaines : industrie, agroalimentaire, santé, collectivités territoriales, services publics, …

Qui contrôle ces acteurs de la numérisation, contrôlera les données agricoles, et donc la nourriture des populations.

L’exemple de Suez

Prenons l’exemple de Suez cité ci-dessus. Qui détient Suez, ou plutôt qui le contrôle? Fin août 2020 Véolia se lance à l’assaut de Suez et en rachète 29,9% des actions auprès de Engie.

« S’en suivit une violente bataille entre les deux rivaux, au tribunal, dans les médias, les ministères… jusqu’à ce que l’affaire se règle en avril, après la médiation secrète menée par un ancien patron de GDF Suez. Aux termes de cet accord, Veolia releva son offre. Ne pouvant garder tout Suez pour des questions de concurrence (on se demande pourquoi il l’achète alors LHK), il accepta aussi de rétrocéder la quasi intégralité des actifs français, plus quelques activités à l’étranger, à un consortium de nouveaux repreneurs chargé de maintenir et développer un Suez indépendant. »

https://www.capital.fr/entreprises-marches/opa-sur-suez-veolia-sur-le-point-dabsorber-son-vieux-rival-1424539
Thierry Déau (Meridiam) : au cœur du dossier Veolia-Suez à 9’49
https://fr.wikipedia.org/wiki/Meridiam

Thierry Déau

Le leader des investisseurs est Thierry Déau. Un outsider inconnu, mais que l’on dit proche du président Macron. Thierry Déau est actuellement une des grosses fortunes françaises alors que jusqu’en 2005, il travailla essentiellement pour la Caisse des Dépôts et des consignations. A partir de 2005, il va créer un fonds d’investissement, Meridiam. Actuellement, il serait à la tête de 180 millions d’euros. Même si cette somme pourrait impressionner, c’est une paille qui n’explique pas en elle-même le pouvoir énorme qui lui permet de mettre la main sur une part essentielle des activités stratégiques de l’infrastructure de la France.

Le fait est que M Déau fut soutenu dès 2005 par 2 entités de poids que sont AECOM et le Crédit Agricole.S.A. Pourquoi lui et pas un autre? L’histoire ne nous le dit pas, mis à part sa proximité de l’Elysée. https://everybodywiki.com/Thierry_D%C3%A9au

Le réseau de Thierry Déau

M Déau est un proche du World Economic Forum. Il y a publié au moins un article. Et il y est question d’infrastructure bien sûr, mais aussi de durabilité. En fait une infrastructure publique est dite durable si elle est soumise aux règles du partenariat public-privé chers à l’ONU et partenaires. De plus, elle doit subir la transformation numérique. Evidemment, ces nouvelles mutations doivent être financées par l’argent du contribuable.

Publication rédigée par M. Déauhttps://www.weforum.org/agenda/2020/09/sustainable-infrastructure-post-pandemic-rebuilding-economy-great-reset-meridiam-laguardia-terminal-b-project/

M Déau est un promoteur des règles qui régissent les accords inter et supranationaux. Interviewé par Jeune Afrique, il dira:

Lisez le programme Build Back Better World, élaboré par le G7 [en réaction à l’offensive chinoise] : vous verrez qu’il préconise d’impliquer les investisseurs privés pour produire, grâce à de l’argent public, un effet de levier maximal. C’est par ces partenariats public-privé, en toute transparence et sans endettement monstrueux, que l’on pourra atteindre un développement durable. C’est une autre vision [que celle que propose la Chine].

https://www.jeuneafrique.com/1206647/economie/thierry-deau-meridiam-face-a-la-chine-europe-et-etats-unis-doivent-unir-leurs-forces-pour-aider-lafrique/

C’est son point de vue et l’on peut le respecter, mais en tant que contribuables qui finançons ces gens, on devrait peut-être être entendus, non? Passons.

Qui sont les soutiens de Thierry Déau?

Dès 2005, on trouve le Credit Agricole dont les actionnaires sont:

Si tout le monde connaît le crédit Agricole, il en va probablement autrement pour AECOM, e l’autre soutien de 2005. Or, cette organisation va aussi permettre à un cadre dirigeant inconnu de monter son fonds d’investissement qui va racheter pour des milliards une partie de Suez.

Et là, c’est passionnant! AECOM sont des consultants mondiaux qui agissent dans le cadre du secteur de l’infrastructure. Soit, l’Eau, le gaz, l’énergie, la gestion des déchets, etc. Ca tombe super bien! C’est l’environnement idéale pour déployer de manière durable les activités reprises de Suez!

Regardez bien les marchés vitaux qui sont visés. https://aecom.com/

Et voici les principaux actionnaires de AECOM. On relèvera la présence massive de Vanguard et de ses divers fonds. Cela explique la présence du secteur Healthcare à côté de l’énergie. Cependant AECOM s’intéresse aussi beaucoup à la transition de l’agro-environnement.

Rapport visant la ville de Londres. https://publications.aecom.com/london-2070/static/b0fd0c764883535aef7acf4d3a0c8c9c/3b1c04f5d50f50a9a99868220374624e.pdf

Le réseau de Thierry Déau est très fourni

Il a même le soutien de l’organisation fondée par David Rockfeller, et dont le conseiller phare était Zbigniew Brzezinski,! https://en.wikipedia.org/wiki/Trilateral_Commission

Orange soutient aussi l’identité numérique des agriculteurs. Qui détient Orange?

Le groupe Orange dont la centralité semble cruciale dans le cadre de la digitalisation de la filière agricole est détenu pour environ 2/3 par des institutions « publiques ». Voici les autres acteurs présents dans l’actionnariat d e ce groupe.

A relever la présence de la Bank of America qui est fortement sous l’influence de Gates-Buffet. .https://finance.yahoo.com/quote/oran/holders?ltr=1

Et qui détient Bank of America?

Berkshire Hathaway est le principal actionnaire de la Bank of America https://money.cnn.com/quote/shareholders/shareholders.html?symb=BAC&subView=institutional

Et qui détient Berkshire Hathaway?

En bonne place, les philanthropes les plus célèbres de la planète. https://money.cnn.com/quote/shareholders/shareholders.html?symb=BRKB&subView=institutional

Les enjeux vitaux de tout cet exercice

Que proposent les Gates au niveau alimentaire?

La cage(-blockchain) numérique devient tous les jours un peu plus une réalité

Toutes ces identités numériques ont une seule et même finalité. S’assurer de votre identité quand vous serez assigné à agir depuis la blockchain et autres métaverses. Les cryptomonnaies y occupent une place de choix

La porte d’une prison numérique est en train de se refermer sur une humanité assommée par des virus et autres propagandes ultra-anxiogènes.

Hypothèses en guise de conclusion

A ce stade, je vous suggère 2 hypothèses de travail à méditer (vite svp):

  • Lorsque l’ensemble des agriculteurs auront été mis sous surveillance et sous contrôle, et que tout devra passer par des réseaux de blockchain dûment surveiller, nous serons tous obligés de consommer ce que l’administration locale de l’empire planétaire nous fournira par drones ou par voitures autonomes. La nourriture de Gates &Co préparée en laboratoire pourrait devenir la norme imposée à la masse.
  • Quand une série d’identités numériques (vaccinale, bancaire, cryptomonnaie, sanitaire, professionnelle, etc.), rien n’empêchera les architectes et contrôleurs de la blockchain universelle d’imposer un identifiant lié à l’ADN par souci de sécurité, et de transparence. Pour l’instant, vous avez déjà l’implant de Microsoft.

Et si tout ceci ne devait pas vous enthousiasmer, vous avez encore le droit de réagir.

LHK

Compléments

Représentation schématique du système alimentaire français.

Pour rejoindre le centre du sablier et y asseoir sa position, il n’y a qu’une seule stratégie véritablement efficace : acheter moins cher et vendre plus. Cela a plusieurs conséquences directes.
Pour les fermes, ce système tire très bas le prix de vente des denrées agricoles, et avec lui les conditions sociales et environnementales de production. Sur 100 euros d’achats alimentaires, seuls 6,50 euros reviennent aux agriculteurs. Ces derniers sont contraints de vendre des volumes importants, ce qui favorise l’hyper-spécialisation, l’homogénéisation des paysages et l’utilisation massive d’intrants.
Pour les citoyens, ce système alimentaire n’a pas pour priorité de nourrir sainement la population ni d’assurer sa sécurité alimentaire, mais d’inciter à la consommation. Cela explique en partie que le taux d’obésité ait doublé en moins de vingt ans, ou que les aliments soient hyper-transformés et conditionnés en petites portions suremballées.Source : Les Greniers d’abondance. https://www.liberation.fr/evenements-libe/2020/07/07/transition-agricole-et-alimentaire-avons-nous-le-choix_1793132/

8 réflexions sur “Qui contrôlera notre alimentation et notre eau nous imposera sa vision. Planète finance s’impose.

  1. GLOBALEMENT j’ai envie de résumer (ET de demander (si ce résumé est juste)) en disant que GLOBALEMENT nous sommes dans dans la dynamique de l’Etat totalitaire. (Et de ce Système qui dit: « à la fin , il n’en restera qu’un »…et qui est l’opposé absolu du communisme… nord-coréen)…
    Nan ??!?

    J’aime

  2. Merci pour cette riche analyse (ou cette analyse des riches)

    Mais qu’est-ce que les relativement petits particuliers que nous sommes peuvent faire d’efficace et de concret contre cette domination ploutocratique dont, pour ce qui est de la France, Macron est une marionnette complaisante, sinon complice ?

    Peut-être développer des maintenant un discours critique pour essayer d’obtenir que son score du premier tour par rapport aux inscrits déjà, mais surtout du second tour soit le plus bas possible en dessous de 50 % toujours pour ce qui est des inscrits.

    Alors que si on s’en tient au pourcentage par rapport aux seuls « suffrages exprimés » – considérant que non seulement voter blanc, mais encore s’abstenir c’est aussi s’exprimer en « démocratie » – il faut bien faire la différence entre voter de bon cœur pour son adversaire quel qu’il soit, les incohérences électorales étant ce quelles sont, et utiliser le bulletin de son adversaire pour réduire au maximum le pourcentage de Macron en contribuant par notre message autour de nous au rapprochement le plus possible du 50 % pour souligner la « légitimité » .

    Mais qui ici connait le pourcentage de 2017 par rapport aux inscrits du gamin dont des mougeons vont renouveler le bail élyséen, même si certains « pro-Macron » » ne se sont pas déplacés pour le second tour le succès étant certain ?

    Aimé par 1 personne

  3. Rationalisation, simplification, optimalisation, assainissement de certains secteurs de la vie humaine dans le but d’épargner la nature, ce sont des mesures utiles et nécessaires.

    Ce qui choque, c’est le radicalisme idéologique et pratique de ceux qui agissent, c’est leur nature psychopathologique, leurs intentions cachées, ce sont les méthodes douteuses, mafieuses, parfois criminelles, guerrières, jusqu’aux actes eugénistes et génocidaires massifs, à grande échelle, ciblés sur des races, des groupes sociaux ou des religions et toujours assorti d’un pillage systématique. Ces actions sont issues de jugements historico-religieux partiaux, de croyances entretenant l’occulte, l’ésotérisme et le culte de démons archaïques. Les doctrines sont amorales, criminelles, pour la gloire d’un groupe d’initiés tribaux.

    Ces gens doivent être soumis à un contre-pouvoir. Poutine est en train de nettoyer le marais de l’Etat profond en Ukraine et au Kazakhstan. Trump fait de même aux USA. Xi est aussi en train de faire la même chose en Chine. Ce contre-pouvoir appelé « l’Alliance » est à soutenir contre les excès, les folies et la volonté de puissance de l’hyperclasse financière et commerciale.

    Aimé par 1 personne

  4. Il devient clair pour de plus en plus de gens que le régime capitaliste néolibéral vire totalitaire.

    Les signaux de ce changement sont très anciens mais nous sommes trop conditionnés, hypnotisés, pour simplement les entendre. Les visionnaires reçoivent le qualificatif d’extrémiste ou autres dénigrements (complotistes communistes rouges anarchistes nazie totalitaires …. tout y passe, qu’importe ?) et cela a toujours suffit à nous faire fuir. Bravo. Le Système peut prendre le temps de mettre en place les législations. Et comme force reste à la loi, nous autres légalistes (car comment faire autrement ?) sommes piégés par nous-mêmes : nous affirmons que la loi doit être respectée. Nous oublions qu’une loi peut être scélérate, nous croyant encore dans un monde bizounours.

    Ce sont bien, et c’est le génie de ces salopards, NOS croyances entretenues qui nous font ACCEPTER la lente préparation du totalitarisme. On ne peut pas IMAGINER la félonie des mafieux, il faudrait s’y adonner.
    Ils sont en guerre et nous nous croyons en paix.
    L’argumentaire de ces lois scélérates étant toujours génialement préparé. Exactement comme les États-Unis font la guerre à tous les ‘méchants’, sous prétexte de démocratie tout en mettant au pouvoir les pires crapules qui soient du moment qu’ils obéissent.

    La ‘crise covid’ révèle ce changement aux lobotomisés car elle EST ce changement totalitaire.
    C’est donc trop tard.

    Certains croient encore voir des signes de changement, c’est clairement non plus des signes mais les mesures techniques organisationnelles, la mise en place de l’artillerie, 5G, cartes de paiement, badges, croisement des fichiers grâces à la normalisation de notre identité, armement de guerre des polices, répressions destructrices des forces de l’ordre, déclarations similaires à ce que l’on peut lire dans ‘1984’, censures multiples, …

    C’est manifestement trop tard pour arrêter paisiblement, démocratiquement ce basculement totalitaire en marche.

    Car nous devons ouvrir les yeux (parfois), nos VOTES n’ont déjà plus de poids.
    Quand une loi dérange, ILS en font une autre. Quand un vote ne convient pas, on revote.
    Je ne parle pas seulement des referendums nationaux (totalement disparus) du Traité européen mais des pratiques à l’Assemblée nationale fr.. Malgré l’écrasante et absurde (sans rapport avec la population !!) majorité des partisans de la macronie, quand ces godillots par extraordinaire ne votent pas conformément aux directives de l’exécutif, celui-ci trouve assez de pourris pour organiser un vote en douce la nuit plus conforme.

    Cette pratique montre indéniablement la dictature en marche.
    Plus précisément, c’est la confusion des pouvoirs (ici le législatif soumis à l’exécutif), c’est à dire la définition du totalitarisme.

    Donc espérer sortir paisiblement du totalitarisme avéré est absurde.
    Mais je suis prêt à entendre et surtout à observer une réfutation de cette proposition.

    Quand un chef d’État prône une pratique qui TUE les gens, tout en prétendant le contraire,
    il faut en prendre toute la mesure.
    Quand des dizaines de chefs d’État prônent une même pratique qui TUE les gens, tout en prétendant le contraire,
    il faut en prendre toute la mesure.

    Le totalitarisme EST advenu.

    Aimé par 1 personne

  5. Pingback: Bombage antisémite contre Z : tiens, Jadot est passé par là ! – Riposte Laique

  6. Pingback: Les infos et news du 28 février 2022 – Les moutons enragés

  7. « Qui contrôlera notre eau ? »

    D’abord, il faut faire appel à l’intelligence. Depuis DES milliards d’années, ce sont DES milliards de km³ d’eaux (venus des pluies, des fleuves & des rivières) qui se sont jetés (et se jettent encore !) dans les mers & les océans… sans qu’ils ne montent !! Çà alors !!
    L’eau des bassins s’infiltre continuellement vers le magma. Cette masse ferrique incandescente chauffe/brûle cette arrivée et la transforme sous forme de vapeurs qui s’éloignent et ressortent vers les fonds marins & océanique (78%) et en acclimatent les lames de fonds qui ressortent aux côtes (d’azur et bretonnes, etc) et aussi vers la terre (22 %) où elle surgit aux sources de montagnes et remplit les nappes phréatique d’eau propre, sans couleur, sans odeur et sans bactérie.
    C’est l’eau pure et gratuite.
    L’eau que vous buvez NE VIENT PAS DE L’EAU DE PLUIE infiltrées dans la terre sale qui en feraient une eau imbuvable mais bien de l’eau sale (le poissons chient dedans) des mers & océans.

    Les plantes sur terre poussent naturellement et ‘depuis toujours’ les êtres humains ont déviés les cours d’eau afin d’irriguer les cultures qui seraient en plein déserts.

    C’est l’agriculture. C’est le savoir paysan qu’aucun autre ne peut remplacer (voir les vidéos et forums de jardinage de ‘nouveaux jardiniers’ qui ne connaissent rien à rien mais qui donnent conseils !).

    Heureusement la mécanique est là ! Les tracteurs remplacent les chevaux et les serres permettent aux paysans de travailler dessous en toutes saisons.

    Mais, arrivent les ‘lois’, les restrictions, les interdictions d’apporter des remèdes aux maladies et contrer les bestioles qui ravagent les cultures ! La situation en est là ! S’il n’y a pas de produits de traitements, d’engrais ni d’eau gratuite des cours d’eaux: c’est la famine programmée.

    Aimé par 1 personne

  8. @mimi. Belle analyse, beau « résumé » (l’air de rien). Après, on se consolera « quand même » en se disant que, si TOUT est pourri chez nos élites… chez nous (la populace), « y’en a » pas mal non plus. Du pourri. Et là où, pourri sur pourri, ça donne du bon. Et là où on n’est pas encore trop vite dégagés de ce fait. Soyons optimistes… (autant que possible ;.) )

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s