«Le Covid-19 pourrait devenir notre nouvelle guerre contre le terrorisme»Kenneth Roth. Le Temps

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/87/Kenneth_Roth_at_44th_Munich_Security_Conference.jpg/390px-Kenneth_Roth_at_44th_Munich_Security_Conference.jpg
Kenneth Roth est un procureur général américain et le directeur exécutif de Human Rights Watch depuis 1993. Wikipédia

Publié jeudi 2 avril 2020 à 18:53

Les restrictions imposées pour combattre la crise sanitaire due au coronavirus inquiètent les défenseurs des droits fondamentaux. Elles pourraient durer bien au-delà de la fin de la pandémie. Directeur exécutif de Human Rights Watch, Kenneth Roth rappelle les effets encore durables de telles mesures aux Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2001

Le Covid-19 est-il l’occasion rêvée pour les autocrates en puissance de renforcer leur pouvoir? Certains scientifiques voient une corrélation entre une plus forte prévalence de maladies au sein d’une population et un surcroît de politiques autoritaires.

Guantanamo toujours ouverte

Le prolongement des confinements, l’engagement de l’armée et de la police pour les faire respecter, la suspension apparemment temporaire des parlements au profit du pouvoir exécutif sont des mesures sans doute nécessaires. Mais leurs effets à long terme inquiètent. Des mesures d’exception sont nécessaires face à l’urgence sanitaire de la pandémie de SARS-CoV-2. Montesquieu ne disait-il pas: «Il y a des cas où il faut mettre, pour un moment, un voile sur la liberté comme on cache les statues des dieux.» Selon les défenseurs des droits fondamentaux toutefois, nombre de libertés qui sont au cœur des démocraties, liberté d’expression, d’association, de manifestation, de la presse, etc. sont en danger. Ils tirent la sonnette d’alarme.

Directeur exécutif de Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth le dit sans ambages:

«Il y a un vrai danger que la pandémie de Covid-19 devienne notre nouvelle guerre contre le terrorisme, une excuse pour divers gouvernements pour saper les droits fondamentaux en exploitant les peurs des gens.»

Le New-Yorkais a pu observer ce phénomène:

«Une fois que les gouvernements ont acquis de nouveaux pouvoirs, il est difficile pour les citoyens d’exiger de retrouver leurs droits, analyse-t-il. Prenez les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Certaines des mesures d’exception prises par le gouvernement américain sont toujours en place. La prison de Guantanamo est toujours ouverte. Les assassinats ciblés sont toujours pratiqués et la surveillance de masse continue.»

Le Patriot Act américain a laissé des traces.

Dans le contexte du Printemps arabe, en 2011, les peuples ont pu s’exprimer l’espace de quelques mois, mais lorsque la répression s’est mise en route, il a été écrasé. «Or aujourd’hui, le Printemps arabe a vécu. Mais, poursuit Kenneth Roth, les mesures d’exception sont toujours là. L’Egypte est un Etat policier, la Syrie mène une guerre désastreuse.»

Abus de l’état d’urgence en France

Les organisations de défense des droits humains ont dénoncé à l’époque les abus de l’état d’urgence en France au lendemain des attentats terroristes de novembre 2015. Les dispositions d’exception prises à cette période appartiennent désormais au droit commun. Quand le président Emmanuel Macron déclare que «nous sommes en guerre» contre le coronavirus, la métaphore est forte et susceptible de sensibiliser un public au vrai danger de la pandémie. Mais un tel vocabulaire guerrier pourrait justifier des mesures répressives «et transformer une crise sanitaire en crise sécuritaire», prévient Florian Bieber dans Foreign Policy.

Face au Covid-19, la Chine a limité comme peu d’autres les libertés individuelles en usant du bâton autoritaire. Les démocraties limitent elles aussi ces libertés au nom du combat justifié contre la pandémie. Tout est question de proportionnalité. Ces jours-ci, la Corée du Sud est montrée en exemple pour son dépistage systématique qui a permis de contenir la propagation du Covid-19.

Séoul «a transmis des informations détaillées et très claires sur le mouvement de personnes à tout individu qui aurait pu avoir des contacts avec eux», nuance toutefois le directeur de HRW.

Le Covid-19 est un prétexte tout trouvé pour renforcer de façon massive la surveillance digitale des citoyens.

L’une des libertés qui préoccupent les tenants de la démocratie, ce sont les élections. A commencer par les Etats-Unis. Donald Trump laisse planer le doute bien que la Constitution soit claire à ce sujet, obligeant le président sortant, s’il n’est pas réélu, à quitter la Maison-Blanche en janvier 2021. En Serbie et en Macédoine du Nord, les élections d’avril sont repoussées, comme les élections locales de mai au Royaume-Uni. Florian Bieber est catégorique: «Renvoyer des élections pendant des mois est susceptible de priver lesdits gouvernements de leur légitimité et de permettre à des autocrates d’exploiter ces retards pour renforcer leur pouvoir.»

Stéphane Bussard

https://www.letemps.ch/monde/kenneth-roth-covid19-pourrait-devenir-nouvelle-guerre-contre-terrorisme

2 réflexions sur “«Le Covid-19 pourrait devenir notre nouvelle guerre contre le terrorisme»Kenneth Roth. Le Temps

  1. La France est gouvernée par la Peur et le Chaos, grâce à l’état d’urgence sanitaire, voté par des députés qui ne sont que des « godillots »! Il n’y a aucune différence entre l’état d’urgence sanitaire et l’état d’urgence sécuritaire: on peut d’ailleurs considérer que les ukases de Véran (Ministre de la Santé) pour l’hydroxychloroquine suite à une étude bidonnée publiée par The Lancet, et pour confiner les restaurants et bars de Marseille, ne sont qu’un aperçu de ce qui nous attend au moment du Big Reset du WEF de Davos…Le Peuple Français n’arrive plus à mesurer la véracité des propos des médecins, des politiques, des administrations.Par contre le peuple a compris l’inefficacité chronique de son administration et de ses politiques…Ce qui ne sera pas sans conséquences à la moindre erreur des uns et des autres ! Macron a aujourd’hui enfumé le Peuple concernant l’Islamisme en France en vue de sa ré-élection de 2022, mais la réalité pourrait bien le rattraper d’ici là,car s’il gère cette question comme le coronavirus,les erreurs répétéesle mèneront à un échec total…Et comme Dieu guide les pas du Destin du Monde, l’Espoir est la seule issue certaine !

    J'aime

  2. On ne peut qu’être d’accord avec Kenneth Ross.
    Mais je note que le directeur de l’organisation qui prétend défendre les droits de l’homme assimile encore la Syrie à un état voyou ou un état terroriste qui ne serait pas légitime à défendre et libérer son propre territoire des étrangers qui l’ont envahi. Et comme chacun sait, parmi les étrangers figurent en première place les américains.
    Bref, il défend certains droits et il en attaque d’autres en fonction de ses opinions politiques !
    Mais ce qu’il dénonce comme l’excuse du coronavirus pour restreindre les libertés individuelles, c’est une prise de position que beaucoup apprécieront..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s