Les déboires monétaires du Liban sont-ils liés à la création d’une Union Monétaire Arabe? LHK

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/eb/ArabLeague_Diagram-fr.svg/660px-ArabLeague_Diagram-fr.svg.png

La Grande zone arabe de libre-échange1,2,3, en abrégé GZALE (en anglais, Greater Arab Free Trade Area, GAFTA), est un pacte de la Ligue arabe en vigueur depuis le . Il vise à créer une zone de libre-échange arabe et un marché de plus de 300 millions de personnes. 19 des 22 États membres de la Ligue arabe ont signé le pacte à Amman, en Jordanie, en 19974 (Wikipédia) En , la zone de libre-échange est opérationnelle

Une union monétaire qui ne dit pas son nom semblerait s’imposer dans la région qui va des pays du Golfe jusqu’au Liban, en passant par la Jordanie. Il est important de bien comprendre que par la fusion des politiques monétaires, on force les populations à accepter tôt ou tard la fusion des territoires nationaux. C’est obligé. Aucun pays ne peut demeurer souverain sans politique monétaire indépendante.

Il existe au moins 2 possibilités pour adhérer à une union monétaire. Soit, on y entre en adoptant la monnaie commune (euro pour l’Europe, l’Eco pour l’Afrique, etc), soit en cherchant à défendre un taux de change fixe entre la monnaie nationale et celle de l’Union comme l’a fait la Suisse (taux plancher).

https://lilianeheldkhawam.com/2015/01/18/comment-la-bns-a-piege-la-suisse-pour-adherer-a-la-zone-euro/

Problème. Quand vous rigidifiez le taux de change de la monnaie de votre pays (y compris par un taux plancher), vous le mettez dans l’impossibilité de maintenir une indépendance monétaire et/ou une parfaite mobilité de capitaux. Cette impossibilité est démontrée dans le triangle de Mundell:

Triangle d’incompatibilité

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/76/Triangle_dincompatibilit%C3%A9.png/600px-Triangle_dincompatibilit%C3%A9.png

Le triangle d’incompatibilité ou triangle de Mundell, est un principe économique développé par Robert Mundell et Marcus Fleming dans les années 1960, selon lequel, dans un contexte international, une économie nationale ne peut pas atteindre simultanément les trois objectifs suivants :
avoir un régime de change fixe ;
disposer d’une politique monétaire autonome, c’est-à-dire fixer les taux d’intérêt à court terme ;
avoir une parfaite liberté de circulation des capitaux.

La conquête par la politique monétaire

On pense que les pays ne sont détruits que par les armes de pays tiers. Ce fut effectivement le cas dans l’Ancien Monde, et c’est encore le cas dans certaines régions où on a par exemple instrumentalisé des milices terroristes.

Ensuite, on croit que les dirigeants sont corrompus. Et c’est hélas souvent le cas. La manière en revanche change. Elle est plus ou moins visible, plus ou moins subtile, et plus ou mins directe.

Alors le peuple descend dans la rue et manifeste. Alors on change de « régime ». On passe de la droite à la gauche, puis au centre, pour revenir à la gauche, etc. Et on constate que la tendance à la destruction d’un pays se poursuit inexorablement. La manière change. Le fond reste et apporte avec lui: une Dépossession généralisée.

Un sentiment d’impuissance génère alors une lassitude, et les citoyens finissent par confiner leurs frustrations. Ils apprennent à vivre avec. C’est la résilience.

La conquête de la planète est avant tout une conquête monétaire, puis financière, et enfin économique et sociale

La conquête d’un Etat par des privés ne peut se faire que par l’accaparement de sa politique monétaire ET de sa création monétaire bien sûr. La voie est royablement libre depuis les années 70 en tout cas, et la fin du Golden Exchange standard:

Système monétaire basé sur l’étalon Or. Dans ce système monétaire, l’Or sert de référence pour établir les taux de change entre les principales devises. C’est le stock d’Or des pays qui permet de déterminer les cours des parités de devises. Jusqu’à la première guerre mondiale, toutes les monnaies étaient convertibles en Or, avant que seuls le Dollar (USD) et la Livre Sterling (GBP) ne le soient pendant l’entre deux guerres. Les accords de Bretton Woods en 1944 ont défini la convertibilité Or du Dollar, nouvelle devise de référence du marché des changes. Le Gold Exchange Standard est terminé depuis la fin de la convertibilité Or du Dollar en 1971 et les premiers pas du Forex, le marché des changes flottants. (BFM Bourse)

A partir de là, les banquiers centraux ont été seuls maîtres à bord pour faire à peu près ce qu’ils veulent avec la monnaie, y compris de lâcher la bride aux banquiers commerciaux pour leur permettre de créer la monnaie bancaire contre dettes.

Dans le cas du Liban, une banque centrale (personne morale) fut créée en 1963, et celle-ci reçut la prérogative de la création monétaire, ainsi que les privilèges qui en découlent (Code of Money and Credit).

La grande chance des banquiers centraux est le fait que les gens même de très bon niveau académique ne sont pas à l’aise avec la chose monétaire.

Ainsi par la voie des banquiers centraux, les tenants du Nouveau Monde renversent les murs des frontières et des spécificités des uns et des autres pour construire partout des espaces standardisés, corporatisés et privatisés, dans lesquels les migrants économiques peuvent vite trouver leurs marques et participer à bas coûts à maximiser la productivité.

https://lilianeheldkhawam.com/2018/06/09/liban-les-refugies-ne-doivent-pas-rentrer-chez-eux-croissance-economique-oblige-enfin-peut-etre/

La ruine du Liban par la dette publique et ses intérêts

Nous ne reviendrons plus ici sur le rôle essentiel de la Banque du Liban dans la faillite du pays. Sa dette est partie de quasi 0 en 1993 et culmine actuellement à environ 83 milliards de $:

https://lilianeheldkhawam.com/2019/11/21/depossession-la-banque-du-liban-a-mene-le-pays-au-fond-du-gouffre-liliane-held-khawam/

dette liban 2

https://lilianeheldkhawam.com/2017/10/19/le-liban-decouvre-la-politique-monetaire-non-conventionnelle-lhk/
https://lilianeheldkhawam.com/2019/11/26/liban-2251-cest-la-performance-de-la-croissance-de-la-dette-publique-grace-a-la-politique-monetaire-des-taux-eleves/

Le Liban a-t-il adhéré à l’Union monétaire du Golfe?

Nous avons découvert que depuis début décembre 2017 (environ le 8), la livre libanaise avait un taux de conversion très stable avec SAR, la monnaie saoudienne! Une sorte de taux plancher qui rappelle la politique monétaire du banquier central suisse avec l’euro.

Il serait intéressant d’avoir une explication officielle qui ne semble pas disponible au sein du grand public. Si tel devait être le cas, cela signifierait que le Liban a renoncé à son indépendance monétaire, et donc financière et économique en faveur du royaume saoudien. (cf le triangle de l’incompatibilité ci-dessus).

En creusant un peu plus, on se rend compte qu’en fait, la Banque du Liban défend d’autres valeurs quasi fixes avec le Qatar ou la Jordanie. A la même période!

Livre libanaise fixe saoudienne

riyad qatar to livre lib

jordanie livre lib

Dans le cas du Liban, un autre évènement doit être introduit pour tenter de comprendre ces taux de change rigidifiés avec les  devises arabes. En effet, hasard de calendrier, cette politique monétaire libanaise est intervenue au lendemain du jour où M Saad Hariri réunissait à nouveau son conseil des ministres le 5 décembre 2017 durant lequel il était revenu sur sa démission. Il avait alors confirmé être toujours le président du Conseil des ministres du Liban. Y a-t-il un lien entre les deux évènements?

 Est-ce que cet arrimage fut le prix de la libération de M Hariri en 2017? Explique-t-il les difficultés des banques libanaises dans lesquels l’actionnariat saoudien est fortement représenté? Est-ce la dernière pierre d’un projet commencé avec la signature des accords de Taëf en Arabie saoudite en octobre 1989 par la Communauté internationale pour faire rentrer par les réalités monétaires et économiques le Liban dans le giron de l’Arabie saoudite, et par conséquent de l’islamiser?

En tout cas, cette découverte est une donnée qu’il s’agit de prendre en compte pour réévaluer la situation de la Banque du Liban et la politique de son gouverneur. Pour rappel, celui-ci devra se présenter en octobre devant un tribunal. Il est accusé « d’avoir violé les articles 319, 320, 359, 360, 363, and 373 du code pénal, indique la dépêche de l’Agence Nationale d’Information qui annonce cette nouvelle. Riad Salamé est fortement critiqué pour le rôle qu’il a joué alors que la parité entre livre libanaise et dollar continue à se détériorer en dépit de ses promesses. Certains activistes estiment qu’il viole ainsi la mission qui lui est assignée suite à l’effondrement économique résultant de la détérioration de la Livre Libanaise face au dollar et les opérations d’ingénierie financière menées entre 2016 et 2018 au bénéfice des banques privées et non des déposants. »

https://libnanews.com/effondrement-economique-riad-salame-devant-un-tribunal-le-14-octobre/
https://www.middleeastmonitor.com/20191112-governor-of-lebanon-central-bank-reveals-saudi-role-in-deteriorating-economy/

Une Union monétaire au sein des pays du Golfe?

En poursuivant les recherches, on découvre que le phénomène monétaire s’étend aux taux de change entre les monnaies du Qatar, des Emirats arabes unis et de l’Arabie Saoudite. A la même période!

Le Koweit ne semble pas concerné. Il faut dire que contrairement à ses voisins dont la monnaie est arrimée au dollar américain, le dinar du Koweit est arrimé à un panier de devises…

Riyal Qatar saoudien

Emirats arabes riyal saoudien

Fonds monétaire arabe

Un fonds monétaire arabe a été fondée en 1976, et a commencé ses opérations en 1977. Les pays membres (22) sont: Jordanie, Emirats Arabes Unis, Bahreïn, Tunisie, Algérie, Djibouti, l’Arabie Saoudite, le Soudan, la Syrie, la Somalie, l’Irak, Oman, Palestine, Qatar, Koweït, Liban, Libye, Egypte, Maroc, Mauritanie, Yémen, Comoros.

Sa mission est de jeter les bases monétaires de l’intégration économique arabe et accélérer le processus de développement économique dans tous les pays arabes. La vision de l’AMF est d’être un institution arabe de développement régional et pionnier dans le domaine des programmes de réformes économiques, financières et monétaires à réaliser une croissance durable dans la région arabe.

Le fonds vise à contribuer à la réalisation des objectifs suivants:
La correction des déséquilibres de la balance des paiements des Etats membres.
La recherche de la suppression des restrictions sur les paiements courants entre les Etats membres.
L’établissement des politiques et des modes de coopération monétaire arabe. des conseils de rendu, chaque fois appelé à le faire, en ce qui concerne les politiques relatives à l’investissement des ressources financières des Etats membres sur les marchés étrangers.
Promouvoir le développement des marchés financiers arabes. Ouvrant la voie à la création d’une monnaie arabe unifiée.
Promouvoir le commerce entre les États membres.

1980: During his visit to Abu Dhabi, David Rockefeller (right) shaking hands with Jawad Hashim (left), President of the Arab Monetary Fund at that time, discussing the secondment of Nemir Kirdar from Chase-Manhattan to the Arab Monetary Fund, with the intention to embark on a detailed study for the establishment of an investment entity with international dimensions.

Alors quid d’une banque centrale commune aux pays du Golfe avec extension vers des pays comme le Liban et la Jordanie?

Les résultats des recherches sont minces pour l’instant même si les mouvements de fusion des monnaies semblent  bien réels. Il y eut des suggestions de créer le Khaleej, comme monnaie unique. Le projet ne semble pas avoir fonctionné pour l’instant. Probablement une question de temps…

https://en.wikipedia.org/wiki/Khaleeji_(currency)

La chose est confirmée par le président de l’exécutif de la banque centrale d’Oman en 2016. Selon lui , « la création d’une monnaie unique dans la région arabe du Golfe est devenue inévitable et n’est qu’une question de temps, a déclaré le président exécutif de la banque centrale d’Oman ». Selon les rumeurs, les déboires de l’euro auraient échaudé certains des pays impliqués dans l’unification monétaire…

Affaire à suivre, mais les mouvements des taux de change que nous relayons ici donnent le sentiment que nous ne sommes pas loin d’une mise en place d’une union monétaire.

https://www.reuters.com/article/oman-gulf-currency-idUSL8N1D11O1

Le gouverneur de la Banque du Liban aurait intérêt à expliquer au public si oui ou non sa politique monétaire s’inscrit dans une logique qui fait suite aux accords de Taëf (démarrage tout de suite après de la dette)?

Dans tous les cas, l’appartenance contractuelle du Liban à la Grande zone arabe de libre-échange signifie que quelqu’un a admis l’abolition des frontières nationales dans l’objectif de créer un marché unique. Cette union douanière aboutit en toute logique à l’Union monétaire autour d’une monnaie unique.

Liliane Held-Khawam

A découvrir  

https://www.researchgate.net/publication/271296611_L%27union_monetaire_des_pays_du_Conseil_de_cooperation_du_golfe_viabilite_et_perspectives_d%27avenir

Ajout

La livre libanaise s’est fixée solidement au dollar US début décembre 2017. Les fluctuations sont gommées.

Cela voudrait-il dire que les pays de  la région arrimés au dollar US se seraient réunis dans une possible vision de créer une monnaie unique favorable au dollar US?

USD Lib

2ème ajout

https://www.euromoney.com/v-a890f3e94b2e90ef83330ed210e7eb1c/Media/images/euromoney/magazine/feb-17-1/Nemir%20Kirdar%20and%20David%20Rockefeller-300.jpg

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/61oJLOI9kjL._AC_SL1000_.jpg

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41MPS7CBr1L._AC_.jpg

8 réflexions sur “Les déboires monétaires du Liban sont-ils liés à la création d’une Union Monétaire Arabe? LHK

  1. Encore des gens qui veulent un monnaie unique pour une cause idéologique… Et cela ce termine toujours mal comme on le sait depuis très longtemps. C’est tragique que le Liban ait été « saccagé » alors que c’était un pays relativement stable et prospère et qui aurait put être un modèle pour le monde arabe.

    J'aime

  2. Pingback: Le blog de Liliane Held-Khawam:Les déboires monétaires du Liban sont-ils liés à la création d’une Union Monétaire Arabe? – chaos

  3. deux éléments clés 1789 (les droits sans les devoirs [abbé Grégoire] ?) & Vatican 2 (refus du mariage des prêtres, pas de contrôle des naissances, pas de rejet de l’ancien testament, pas de fusions même partielles avec les courants protestant ou orthodoxes ?),

    J'aime

  4. Pingback: Vers un Nouveau Paradigme de structure coronale — Liliane HELD-KHAWAM – Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s