[MàJ]On ne peut profiter de l’état d’urgence pour aller au-delà de l’indispensable. LHK

https://www.radiolac.ch/wp-content/uploads/2020/03/409134858_highres-1000x600.jpg

Nous nous réjouissons des bons chiffres présentés par l’OFSP au sujet du ralentissement de l’épidémie. A préciser que l’état d’urgence a été déclaré par le conseiller fédéral Berset le 16 mars, date à laquelle correspond le premier pic qui fait une sorte de bond.

Etat Covid Suisse au 20 janvier 2020

Pouvons-nous en déduire quelque chose de concret? Non car les dépistages du COVID-19 ont tardé à être déployés pour une raison que seules nos autorités connaissent, à moins que le retard soit lié aux décisions de l’OMS, actuellement critiquées…Il faudra en débattre un jour.

Bref, les valeurs proches de zéro de février sont très probablement fausses, car nous supposons sur ce site que le virus était présent dès le dernier trimestre en France, Italie, et même Grande-Bretagne. Alors, à moins qu’il ne se soit arrêté aux frontières, la Suisse a dû aussi connaître des épisodes de pneumonies bizarres… (cf nos précédents articles sur le sujet)

Je vous laisse voir sur le 2ème graphique le nombre de patients qui ont été hospitalisés ces derniers jours. (Attention l’unité de base est à 50!). Le calme après la tempête semble-t-il, tempête qui se manifeste particulièrement après la date qui annonce les mesures d’urgence prises par le CF le 16 mars…

Hospitalisations en Suisse au 20 avril 2020

Côté décès, je ne développerai pas trop, mais je vous mets cette précision indispensable à avoir en tête quand on entend les chiffres. La différenciation des décès du ou avec le COVID-19 n’est pas faite. Si le porteur du virus fait un infarctus alors qu’ils est porteur du virus, il sera comptabilisé dans les statistiques COVID. D’ailleurs, le rapport nous précise que « sur les 1100 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante. » Il nous reste 3% de personnes décédées qui étaient saines avant de contracter le virus sur les 1100 décès. C’est dire à quel point il fallait protéger les personnes à risques plutôt que de mettre à mort l’ensemble de l’économie, ce qui ne manquera pas d’impacter la santé psychique avec son cortège de suicides…

dàcès au 20 avril 2020

Le rapport précise ceci: Évolution du nombre de personnes décédées en lien avec un COVID-19 confirmé en laboratoire en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein.

En lien ne signifie pas à cause du virus ou alors il faut le préciser autrement.

Pourquoi je refuse d’utiliser certaines courbes? (Mise à jour)

décès cumulés

Ces courbes donnent une fausse impression de l’évolution de l’épidémie.
Pourquoi?
    • Les chiffres sont cumulés.
    • Puisque c’est cumulé, la courbe ne peut jamais redescendre. Pire, il suffit d’un décès supplémentaire, et hop, elle repart à la hausse depuis son plateau.
    • On fausse les perceptions de la grande masse de la population qui ne voit qu’une courbe fortement ascendante, et ce même si elle se met en plateau.
    • Le fait d’avoir refusé le dépistage et donc la comptabilisation de l’ensemble des malades, et donc de certains décès, fait monter brusquement la courbe au moment où on se met à dépister fortement.
https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/situation-schweiz-und-international.html#1164290551

Tout cela pour dire que nous avons largement hypothéqué l’économie réelle locale du pays pour une raison qui échappe à la logique d’un individu normalement intelligent.

Eh bien figurez-vous qu’à la catastrophe économique, financière et monétaire annoncée suite à la fermeture des commerces, le même Conseil fédéral a pris la décision de fermer les bureaux de change! Est spécialement concerné Western Union! Les bureaux vaudois de cette entreprise ont dûfermer cet après-midi à 15 heures (les genevois les ont fermés il y a quelques jours).

https://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Geneve-fait-fermer-tous-les-bureaux-de-change-30360321

Pourquoi donc alors qu’il était prévu de rouvrir de plus en plus de commerces?

Beaucoup d’hypothèses pourraient être échafaudées ici, mais nous refuserons d’ajouter inutilement du stress au stress. En revanche, tout citoyen a le droit de connaître les motivations de la Berne fédérale. On ne peut profiter de l’état d’urgence pour aller au-delà de ce qui est nécessaire. Et manifestement, fermer les bureaux de change au vu de l’évolution de l’épidémie n’est pas une mesure indispensable pour contenir une épidémie en bout de course.

Il nous reste le concept du Nouveau Monde que nous avons présenté dans le livre Coup d’Etat planétaire qui impose entre autres la liquidation du paradigme économique ancestral, et l’organisation sociétale classique… Il s’agirait alors de profiter de la fenêtre offerte à nos 7 sages pour faire le nécessaire via des ordonnances…

LHK

Ordonnance fédérale liée au COVID-19

https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/20200744/index.html

 

 

3 réflexions sur “[MàJ]On ne peut profiter de l’état d’urgence pour aller au-delà de l’indispensable. LHK

  1. Pingback: Le blog de Liliane Held-Khawam:On ne peut profiter de l’état d’urgence pour aller au-delà de l’indispensable. – chaos

  2. J’ai la ferme intuition qu’avec cette pseudo-épidémie, on nous a joué un magnifique morceau de pipeau. Et ce n’est pas la mise en avant et l’activité étonnante de nos deux conseillers fédéraux socialistes qui m’en fera douter. Tout le monde sait, mais peut-être se le cache, que le parti socialiste n’est pas un parti démocratique. Leur rêve bien caché est quand même de faire le « bonheur » du peuple malgré lui. On réouvre les magasins et les écoles obligatoires, il faudra bien que l’on m’explique pourquoi les petites boutiques et les restaurants doivent encore rester fermés. Le morceau (de pipeau) ne semble pas encore avoir été joué jusqu’au bout.

    Aimé par 1 personne

  3. Je pense que le crash boursier était inévitable et que les politiques ont profité de cette épidémie pour cacher la merde au chat. Plutôt que de reconnaître le côté systémique de cette crise économique et faire payer les banques qui ont créé cette situation en spéculant encore plus qu’avant 2008, ils en profitent pour prendre des mesures de confinement qui place l’ensemble des PME dans la merde et font que les banques, avec les prêts « garantis » par la Confédération, peuvent réaliser le hold-up du siècle sur de nombreuses PME qui auparavant n’étaient pas endettées.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s