Les richesses inépuisables des créanciers de la planète. Liliane Held-Khawam

picsou

Dans les années soixante-dix, Richard Nixon a suspendu la couverture-or du dollar (Gold-exchange standard). Cela fut confirmé dans les accords de  la Jamaïque. « Les accords de la Jamaïque font suite à la réunion de Kingston en Jamaïque les 7 et 8 janvier 1976, du Comité intérimaire du Fonds monétaire international (FMI) qui met un terme définitif au système monétaire de parités fixes mais ajustables. Ils confirment officiellement l’abandon du rôle légal international de l’or. (Wikipédia)« 

Pourtant la Suisse a maintenu sa couverture-or partielle jusqu’à la signature de son adhésion au FMI en 1992. Là, il lui a fallu l’abandonner. Ce fut fait grâce à la nouvelle constitution et la nouvelle loi de 2003.  Le seul pays qui donnait encore une consistance à sa monnaie par l’or et qui offrait à celle-ci la crédibilité suffisante pour être mondialement reconnue comme valeur refuge a dû jeter l’éponge et vendre une bonne partie de son or (Comment on aurait forcé la Suisse à abandonner la couverture-or). Nous assistons depuis à la liquidation du franc suisse pour les besoins du casino.

La particularité des accords de la Jamaïque, c’est que la levée de ces restrictions va transférer aux banques un privilège régalien injuste et injustifié de créer de la monnaie ex-nihilo (à partir de rien) mais en échange de dettes.

La star-or devait céder la place à la star-dettes.

Toute la croissance de l’économie financiarisée de la planète repose sur l’endettement. Grâce à l’endettement facile et bon marché pour une tranche de la population, une concentration impressionnante des richesses a vu le jour dans une dynamique qui s’auto-alimente, appelée « effet de levier« , notion que tout un chacun devrait intégrer pour éviter les déconvenues… La toupie  définit ainsi l’effet de levier:

« Dans le domaine de la finance, la locution « effet de levier » est utilisée pour désigner une technique quelconque ayant pour but d’amplifier les profits, mais aussi les pertes.

L’effet de levier par endettement
L’emprunt permet d’acquérir des actifs ou d’investir avec un minimum de fonds propres, pour une entreprise, ou d’apport personnel, pour un particulier.

      Si le taux de rentabilité de l’actif est supérieur au taux du crédit, l’effet de levier est positif et amplificateur. L’endettement permet alors d’augmenter la rentabilité des capitaux propres.
      Si le taux de rentabilité de l’actif est inférieur au taux du crédit, l’effet de levier est négatif. Le coût du financement (intérêts de l’emprunt) vient pénaliser la rentabilité des fonds propres. On parle alors d’effet de massue ou de boomerang.

L’effet de levier permet, en fonction de la rentabilité d’une activité ou d’un projet et des taux d’intérêt de mesurer l’utilité de recourir à des financements bancaires ou auprès de tiers. C’est un moyen puissant pour permettre aux détenteurs de capitaux d’obtenir des rendements financiers élevés. Cependant, plus le levier utilisé est important, plus l’effet boomerang peut être terrible.« 

les banques appelées too big to fail profitent au maximum de l’effet de levier, ne craignant aucunement l’effet boomerang. Leur botte secrète est la suivante: soit l’argent public garantit les pertes en tout temps et en tout lieu et on parle de bailout, soit l’argent des déposants, principalement les caisses de retraite les garantit et on parle de bail-in. Dans tous les cas, le casino too big to fail est gagnant.

Ce mécanisme a créé des richesses hallucinantes dont les détenteurs menacent directement les Etats et leurs peuples, c’est-à-dire l’humanité.

A l’opposé, plus vous êtes en situation de précarité, et plus votre créancier va vous « coller » des pénalités. Celles-ci peuvent devenir selon les cas aléatoires, voire arbitraires. Nous avions vu précédemment que les gains des créanciers de la Grèce pouvaient atteindre plus de 30% d’intérêts. De l’usure crasse.

Face à ce cumul de phénomènes aléatoires plus ou moins légalisés, l’or continue de représenter une potentielle valeur refuge pour les gens qui ont perdu confiance dans le système-casino.

Le visuel qui suit présente la conversion de différentes valeurs au travers d’un volume-or. Il est intéressant à plus d’un titre.

L’exemple de l’enrichissement de Microsoft  et bien sûr de ses actionnaires, est impressionnant. Il montre la place de la technologie dans la société du 21ème siècle.

Mais pour nous le plus important est le top 3 depuis le bas avec:

  1. La valeur totale de l’endettement 63,3 trillions
  2. La valeur de la production totale et en tout temps de l’or 6,8 Trillions
  3. La valeur or détenue par les banques centrales 1,3 trillions

Sans surprise, le champion de ce top 3 nous montre qui sont les grand gagnants des accords de la Jamaïque. Avoir réussi à introduire l’endettement comme moteur du système économico-financier a été un coup de « génie« ! En avoir transmis les clés aux patrons du casino en est un autre. La modification des différentes législations pour accueillir cette double révolution révèle la puissance des tenants du système-dettes

La création monétaire bancaire privée, basée sur le crédit a mis des chaînes sur l’humanité entière tout en s’appropriant à la fois les richesses mondiales et en s’offrant les garanties publiques. Les banquiers centraux veillent sur le système en garnissant un coussin de monnaie garantie par le public, appelée monnaie centrale.

Les détenteurs du système pousse même le vice à l’occasion en allant grignoter les capitaux des retraites par des taux d’intérêts négatifs dont les effets sur l’économie sont au mieux nuls.

Plus grave encore, si cela est possible, est que pareil processus d’enrichissement est inépuisable aussi longtemps que les législateurs complaisants l’approuveront.

Liliane Held-Khawam

Remarque: ceci n’est pas une invitation à investir dans l’or. Et si vous souhaitiez le faire, optez pour l’or physique. L’or numérique n’est rien d’autre qu’un énième produit du casino.

 

Visuel vu sur http://www.24hgold.com/francais/article-or-argent-visualisation-de-la-valeur-et-de-la-rarete-de-l-or.aspx?article=10440052090H11690&redirect=false&contributor=Charles+Sannat

2 réflexions sur “Les richesses inépuisables des créanciers de la planète. Liliane Held-Khawam

  1. Merci pour tous vos billets très bien rédigés. Ils nous sont utiles pour comprendre dans quoi nous vivons.

    Encore une fois, excellent article de vulgarisation.
    Je fais paraître vos articles et le lien vers votre site dans mes commentaires, sur des blogs, toutes les fois que les circonstances me le permettent.

    Vous n’êtes pas sans savoir que le Conseil Fédéral Suisse vient de boucler son dossier sur la réforme de nos retraites AVS et LPP.
    Il y a une évidente régression qui va amener le peuple à plus de sacrifices, notamment en matière d’âge légal pour en bénéficier (comme un épée de Damoclès, on peut le retarder à 67 ans), en matière de réduction du taux de conversion (ce qui va mettre les caisses et les rentiers dans la difficulté), d’augmentation du taux des cotisations. Par contre, pas un mot sur le taux négatif infligé par la BNS aux différents fonds.

    Vous avez raison de faire remarquer que seule la législation a le pouvoir de changer la donne. Mais comment se fait-il que nos élus avec charge du pays soient si peu soucieux sur cette question?
    Sont-ils ignorants ou sont-ils des complices de joueurs du casino mondial?
    Par ailleurs, je m’étonne aussi du grand « Je-m’en-foutisme » du peuple et de la classe politique censée l’éclairer et défendre ses intérêts.
    De toute la plate-forme de blogs de la Tribune de Genève et de 24 Heures, une seule personne s’attache actuellement à faire de la vulgarisation d’informations et communiqués officiels sur ces problèmes de finance et d’économie et à mettre en évidence les liens entre globalisation de la finance, financiarisation de l’économie réelle et limites de cette économie bien physique de productions.

    Su cette plate-forme, M. Manuel Alonso Unica parle aussi de la création de monnaie pleine – au niveau local, le « Léman » qui ambitionne de circuler dans la zone Lémanique – pour échapper aux sévisses des banques qui comptabilisent déjà les frais sur toutes les transactions. Y compris pour des dépôts importants qui, cependant, contribuent à leur déploiement qu’on voudrait moins imprudent.

    Je suis persuadée que le pas à faire pour taxer négativement les petits avoirs de particuliers en dépôt courant ne tardera plus dès que le principe des frais de prestations diverses et inutiles (artifices de consommation de services) seront entrés dans nos mœurs comme des normes incontestées. N’est-ce pas là, déjà, une forme de libéralité à laquelle les banques veulent très pédagogiquement nous faire admettre. Après tout, les banques pourront en venir, un jour, à nous imposer unilatéralement les termes d’un nouveau contrat de dépôt, entièrement à leur avantage, celui qui explicitera les modalités de leur prétentions et privilèges de vous confisquer une bonne partie de vos avoirs et, pourquoi pas, la totalité, si elles en ont un besoin express. Nous faudra-t-il accepter leur l’addiction au jeu, là où elle les y aura poussées!?
    En quelque sorte, c’est déjà le cas lorsqu’on signe les nombreuses pages du document-contrat au moment de se faire ouvrir un compte. Dès lors votre argent ne vous appartient plus. Comme vous l’avez déjà signalé au fil de vos billets, les relations entre banques et déposants, banques et clients, doivent changer de nature. Les politiques doivent y songer et passer à l’action. Affairisme et service ne sont pas compatibles.

    Les informations sont abondantes, leur compréhension reste un obstacle.
    Il manque l’outil de prise de conscience à grande échelle.
    Que faire pour y parvenir?

    J'aime

  2. Merci Béatrix pour votre commentaire.
    Les politiques sont incapables de réagir, pcq le Système est plus fort qu’eux.
    Les banquiers ne sont que les pipettes qui permettent de siphonner.
    Le système est actuellement très performant. Il dépasse l’homme.
    Mais comme toute créature terrestre, il n’est pas parfait.
    Je crois dans ce que j’appelle l’impondérable qui peut être le grain de sable qui grippe les rouages. Il ne sera pas éternel, même si cela est sa prétention.
    En attendant, la pression est possible à travers l’information dans le calme. Je vous raconte l’histoire d’un groupe de corneilles qui ont été éduquées sur une île à ouvrir des bouteilles.
    Par la suite, on s’est rendu compte que les corneilles d’autres régions ont pu apprendre plus vite à ouvrir des bouteilles similaires.
    Morale de l’histoire. Lorsqu’un groupe comprend qq chose, c’est l’humanité entière qui mettra moins de temps pour l’apprendre.
    Par conséquent, le Système tombera en morceaux tôt ou tard. C’est pourquoi nous devons veiller à préserver de la terre cultivable…. L’enjeu est là!
    Bien à vous!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s