Le casino vous dit MERCI! Liliane Held-Khawam

Vous travaillez pour enrichir le casino.

Vous épargnez pour enrichir le casino.

Le casino a la possibilité de créer de la monnaie sur la base de VOS dettes, de ceux de votre employeur, de votre commune, de votre région, de votre pays, de vos institutions supranationales.

Les prix Nobel ont dit: « il faut de la croissance pour atteindre le plein emploi ».

Il n’y a pas de croissance? Alors il faut créer des dettes. La croissance par les dettes.

Depuis,le casino a la croissance. Vous, les dettes.

Voilà le monde dans lequel nous vivons depuis une bonne trentaine d’années.

Les initiés ont oublié de vous informer que pour chaque franc /euro que vous empruntez, vous offrez la possibilité à votre banquier de créer un multiple de cette dette en fortune.

Mais ça ne suffit pas. Le casino est gourmand.

Alors, il spécule. Son inventivité est débordante. Il crée de nouveaux produits. Des dérivés. Puis les dérivés des dérivés… Ca en est à tel point que l’on ne sait évaluer la masse monétaire que cela représente.

La baudruche gonfle, gonfle, gonfle. Elle menace d’exploser.

Mais les menaces deviennent sérieuses quand les plus gros poissons du casino menacent de vendre ou quand ils spéculent sur votre mort.

Mais ils ne le feront pas n’importe quand. Ils font du chantage. Vos représentants politiques et monétaires en sont tour à tour les complices mais aussi les otages.

Là les banquiers centraux sont sommés de prendre la relève.

Ils s’exécutent. Ils apportent de l’argent frais. Le vôtre. Celui de vos retraites et de vos assurances. Celui du patrimoine de votre pays, région, canton, commune.

A ce prix, le casino tient bon.

Combien de jours? On ne sait pas. Il faudra bientôt recommencer car on n’a rien exigé du casino en retour.

Le casino est au-dessus des lois, des règlements, de la morale et de l’éthique.

Bon vous n’êtes pas content parce qu’on vous prend tout?

Ce n’est pas grave. Vos gouvernants savent que vous êtes impuissants et appauvris.

Vous regardez vos nouvelles et on vous montre à quel point les citoyens d’autres pays sont plus mal en point que vous.

Alors vous vous résignez. Vous rouspétez sur Facebook, par envois massifs de mails à vos amis et à votre famille.

Puis arrive votre émission télé préférée et vous vous videz la tête de ces soucis.

Demain est un autre jour….

De toute façon, le casino est trop fort. On n’y peut rien.

Aux prochaines élections vous ne voterez plus pour le parti au pouvoir. Vous choisirez celui qui vous représentait durant la législature précédente. Il était moins mauvais.

Et pour cause, le casino avait un seuil d’exigences inférieures à l’actuel. N’oubliez pas la croissance illimitée du casino…. sur votre dos.

Mais bon vous avez bon dos, et puis demain il faut aller travailler. Pour payer vos impôts qui servent à payer les dettes que vous ne devez que miraculeusement. Grâce à des lois votées à petite dose au fil des décennies.

Ni vu ni connu, les lois ont été mises en place doucettement. Homéopathiquement.

Tous vos gouvernants ont été impliqués par leur mise en place. Vous n’aviez rien vu. Vous leur faisiez confiance.

Aujourd’hui, la pile de lois cumulées commencent à faire leur effet. Un sacré effet!

Comment en finir avec ce casino?

Il faut fermer le robinet. Il faut que vous arrêtiez de l’enrichir et de lui servir d’hélium pour maintenir artificiellement la bulle.

Comment? Vous ne faites-rien pour ça?

Vous non, mais votre banquier central oui. Et même qu’il n’arrête pas de souffler dans la bulle pour apporter de l’air frais en même temps qu’il donne du cash et reprend les déchets à son… euh pardon à votre compte.

Votre banquier central ne vous écoute pas. C’est normal. Mais souvenez-vous que VOUS payez son salaire. Et qui paie commande.

Il est donc temps de renvoyer votre banquier central chez lui et d’en choisir un autre qui défendrait vos intérêts.

En attendant, le casino vous remercie et ses fonctionnaires vous informeront en temps opportun de ses besoins.

Continuez de bien travailler et surtout de ne pas poser les questions qui fâchent.

Certains appellent ça la résilience. Il paraît que c’est une force.

Fortifiez-vous bien car vous ne passerez bientôt plus à la caisse mais à la casserole. Oui le casino n’a bientôt plus besoin de  sa poule. Il s’est fait faire avec votre argent des robots bien plus efficaces et performants que vous. Vous allez pouvoir vous reposer à vie.

La vie! Ca, ça reste une énigme pour le casino dont il aimerait bien craquer le secret… Il va se greffer toutes sortes de puces petites mais très puissantes pour vaincre la mort et devenir immortel…

Ca me rappelle l’histoire de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf. C’est aussi une histoire de croissance au-delà de ses  moyens jusqu’au jour où pouf! la grenouille explose… Comme la bulle du casino….

grenouille explose

Les siècles passent. L’homme reste vide et avide.

Dormez bien!

Liliane Held-Khawam

 

 

 

 

 

 

 

 

3 réflexions sur “Le casino vous dit MERCI! Liliane Held-Khawam

  1. On devine de l’aigreur et de la colère dans cet article. C’est dommage car stérile. Ce que le citoyen attend de l’élite qui comprend le système et qui n’est pas vendue au Casino, c’est d’expliquer, exposer, de critiquer le système, pas d’être jugé à l’emporte-pièces.
    Le citoyen n’est pas une masse ignorante et abrutie, c’est une force endormie et endoctrinée par la désinformation massive financée par le Casino.
    Tenir un blog est un engagement envers soi-même et envers les lecteurs. Si l’auteur a l’impression d’écrire dans le vide, se décourage ou est victime d’un coup de blues, il peut toujours se reposer, réfléchir, remettre en question son engagement.
    Perso, j’apprécie vos articles aussi ne voyez dans ce premier commentaire que la marque d’un appétit d’apprendre et de comprendre qui craint de perdre sa pitance.

    J'aime

  2. Aigreur et colère ne sont pas les sentiments qui ont motivé ce billet. Je dirais qu’il s’ agit de raccourcis et d’ironie. Ceci dit je peux par les autres publications prouver chaque phrase de ce texte.
    Ceci étant, je vous comprends puisque j’ai hésité moi-même à le poster.

    J'aime

  3. Daniel. La franchise est toujours bienvenue sur ce blog. Si vous connaissez bien les travaux de Liliane alors vous auriez néanmoins dû davantage pecevoir de l’ironie que de la rancoeur dans ce papier. Dommage aussi que vous soyez plus prompt à la critique même constructive qu’au commentaire sur les articles que vous appréciez. Au plaisir d’échanger avec vous sur l’un d’entre-eux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s