La Banque nationale suisse, notre gigantesque agence de blanchiment d’argent Par Lukas Hässig

Avec des francs qu’elle crée d’un coup de baguette magique, la Banque nationale finance le trou de la dette en euros – la Suisse donne ainsi des ailes à son business perverti de l’exportation.

Billets ciel


Pour la Banque nationale Suisse (BNS), le maintien du taux plancher devient de plus en plus difficile. Dans la nuit d’hier à aujourd’hui, l’euro a plongé par rapport au dollar à son niveau le plus bas depuis 9 ans.

Graphique euro-swiss franc sur 6 moisGraphique: Euro-franc suisse sur les 6 mois

Cela appelle sans cesse de nouvelles mesures. Après avoir acheté de gigantesques quantités d’euros, la Banque nationale a déjà introduit des intérêts négatifs. On ignore ce qui viendra ensuite.
Comme la BNS change en dollars une part des euros qu’elle achète, et comme la monnaie US grimpe actuellement, ce sont pour l’instant des bénéfices colossaux qui jaillissent.
Un méga succès pour lequel les cantons émettent des prétentions. Ils aimeraient redonner du punch à leurs budgets avec cette pluie d’argent ; même si, en fait, ces bénéfices sont des pertes.
Si le franc n’était pas enchaîné à l’euro, le bilan de la BNS afficherait un trou béant.
Voilà qui met à jour une manœuvre dangereuse. Ce qui ressemble à un modèle de réussite helvétique, unique en son genre, est en vérité l’exemple révélateur d’un gigantesque blanchiment d’argent.
La différence par rapport au blanchiment d’argent sale, tel que les organisations criminelles le pratiquent depuis toujours, n’est finalement qu’une question de point de vue.
La différence réside surtout dans le monopole de pouvoir des banques nationales. Elles agissent avec la bénédiction du politique, c’est-à-dire les gens qui font la société.
Dans le cas de la monnaie suisse le blanchiment d’argent passe par le financement de l’exportation. La BNS avance l’argent dont cette dernière a besoin pour ses achats.
Voilà comment cela fonctionne : d’abord, la BNS enchaîne le franc au taux plancher de CHF 1.20 ; cela signifie que l’industrie suisse peut offrir en Europe ses machines et ses produits à un prix attractif, qui serait impossible sans arrimage.
Idem pour le tourisme. Les stations suisses de ski remplissent leurs lits avec des touristes de la zone euro, qui sans taux plancher, iraient passer leurs vacances en Autriche.
Pour cela, la BNS doit maintenir le franc à un niveau faible.
Comment? Par la grâce de ses ordinateurs, en faisant apparaître par magie des francs, avec lesquels elle achète des euros, qui sinon plongeraient en dessous du taux plancher. Théoriquement, ces francs peuvent être produits en quantités infinies.

Casino
Les milliards d’euros ainsi achetés, la BNS les investit ensuite dans des obligations d’Etats en euros. Elle achète donc à grande échelle de la dette des pays de la zone euro.
En d’autres termes : la BNS fournit à l’Allemagne & Co l’argent dont ces derniers ont besoin pour pouvoir acheter des produits d’exportation suisses, comme des machines et des vacances.
Cela s’appelle vivre à crédit – à l’instar de ce qu’a fait l’Allemagne : cette dernière a montré l’exemple lors de l’introduction de l’euro, il y a 15 ans, avec l’Espagne et les autres pays du Sud.
Le miracle allemand de l’exportation était basé sur la richesse apparente des pays méditerranéens. Du jour au lendemain, ceux-ci s’étaient retrouvés avec en poche une monnaie forte, l’euro, à la place de leur monnaie faible.
Les Ibères et les Grecs s’en sont servis pour acheter des Audi et des trains Siemens à l’Allemagne et au pays du Nord de la zone euro. Sauf que : cet argent, ils ne l’avaient pas gagné, il leur avait été simplement avancé par les pays du Nord.
L’Allemagne et les pays du Nord de la zone euro ont donc financé eux-mêmes leur boom des exportations. La Suisse fait la même chose aujourd’hui – grâce à l’arrimage à l’euro de la Banque nationale.
Le problème, ce sont les risques et les effets indésirables. Si l’euro ne tient pas, alors c’est une perte gigantesque qui menace la BNS.
Le scénario devient plus réaliste. Un article du « Spiegel », selon lequel Berlin autoriserait la Grèce à sortir de l’euro a fait plonger la monnaie unique.
Si Athènes devait lui tourner le dos, d’autres pays du Sud pourraient s’en aller. L’euro serait en danger.
La BNS serait immédiatement touchée. Elle qui a investi plus de 200 milliards de francs en euros.

Lukas Hässig

Traduit par Catherine Riva

Nous remercions M L Hässig pour son autorisation de le traduire et le publier.

Source et version originale: http://insideparadeplatz.ch/2015/01/05/snb-unsere-gigantische-geldwaschanstalt/

Une réflexion sur “La Banque nationale suisse, notre gigantesque agence de blanchiment d’argent Par Lukas Hässig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s