Preuve d’un lien entre le Covid et l’exposition aux ondes électromagnétiques. Impact de la 5g inclus.

Très tôt après l’apparition du SARS CoV2 à Wuhan, certains ont incriminé le désastre qui avait frappé la ville avec l’activation des antennes 5 G. Un complotisme qui n’a pas échappé au regard acéré des scientifiques des médias mainstream.

Du coup, la voix importante de scientifiques sérieux a été étouffée par les médias grand public. Dommage car nous avons là un article de avril 2020 qui titrait  » Ondes électromagnétiques (RNI) et système immunitaire : il vaudrait mieux éviter une surexposition aux ondes durant une pandémie ». Dans cet article, nous relevons ce passage d’un député européen, le Pr Klaus Buchner:

« Il peut être exclu avec certitude que le virus corona ait été causé par les rayonnements non ionisants (RNI) émis par la téléphonie mobile. Mais il est prouvé que la propagation des virus est favorisée par ces rayonnements ».

https://b00794c5-007a-4f83-9a09-7468658335ed.filesusr.com/ugd/12550c_dc1add6570954599b8d081dce158688a.pdf

18 mois plus tard, voici une publication réalisée et publiée sur le site du gouvernement américain par des scientifiques professionnels de premier plan. Or, celle-ci met en exergue le rôle de l’exposition aux antennes GSM tout en s’appuyant sur une littérature abondante qui remonte à la période qui précède la 2ème guerre mondiale…

On nous y dit par exemple qu’en mai 2020, Mordachev [ 4 ] a signalé une corrélation statistiquement significative entre l’intensité du rayonnement radiofréquence et la mortalité due au SRAS-CoV-2 dans 31 pays à travers le monde.

Mordachev VI. Correlation between the Potential Electromagnetic Pollution Level and the Danger of COVID-19. 4G/5G/6G can be Safe for People. Doklady BGUIR. 2020;18:96–112. [Google Scholar]

Avant de vous laisser prendre connaissance de cette étude édifiante qui bouleverse passablement le narratif mainstream qui nous accompagne depuis bientôt 2 ans, je voudrais vous rappeler le zèle avec lequel nos entreprises de télécommunications, soutenues par nos autorités, à intensifier le déploiement de ces antennes fortement décriées depuis de nombreuses années.

Je relèverais enfin que sans ces antennes 5G, il aurait été impossible de tracer scrupuleusement les personnes infectées, leurs réseaux contact, le renvoi de l’humanité pour travailler depuis chez elle sans aucun problème technique, l’avènement de la télémédecine, la mise en place de la nanomédecine par l’outillage nanotechnologique, etc.

Bonne lecture.

LHK

Preuve d’un lien entre la maladie à coronavirus-19 et l’exposition aux rayonnements radiofréquences provenant des communications sans fil, y compris la 5G

Beverly Rubik et Robert R. Brown

Résumé

Contexte et objectif :

La politique de santé publique de la maladie à coronavirus (COVID-19) s’est concentrée sur le virus du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et ses effets sur la santé humaine, tandis que les facteurs environnementaux ont été largement ignorés.

En considérant la triade épidémiologique (agent-hôte-environnement) applicable à toutes les maladies, nous avons étudié un facteur environnemental possible dans la pandémie de COVID-19 : le rayonnement radiofréquence ambiant des systèmes de communication sans fil, y compris les micro-ondes et les ondes millimétriques.

Le SRAS-CoV-2, le virus qui a causé la pandémie de COVID-19, a fait surface à Wuhan, en Chine, peu de temps après la mise en œuvre du rayonnement de la cinquième génération [5G] de communications sans fil [WCR]) et s’est rapidement propagé à l’échelle mondiale, initialement démontrant une corrélation statistique avec les communautés internationales avec les réseaux 5G récemment établis.

Dans cette étude, nous avons examiné la littérature scientifique évaluée par des pairs sur les effets biologiques néfastes du WCR et identifié plusieurs mécanismes par lesquels le WCR peut avoir contribué à la pandémie de COVID-19 en tant que cofacteur environnemental toxique.

En franchissant les frontières entre les disciplines de la biophysique et de la physiopathologie, nous présentons des preuves que la WCR peut :

  • (1) provoquer des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d’échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l’hypercoagulation ;
  • (2) altérer la microcirculation et réduire les taux d’érythrocytes et d’hémoglobine exacerbant l’hypoxie ;
  • (3) amplifier le dysfonctionnement du système immunitaire, y compris l’immunosuppression, l’auto-immunité et l’hyperinflammation ;
  • (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ;
  • (5) augmenter le Ca intracellulaire2+ essentiel pour l’entrée, la réplication et la libération virales, en plus de favoriser les voies pro-inflammatoires ;
  • et (6) aggraver les arythmies cardiaques et les troubles cardiaques.

Pertinence pour les patients :

En bref, le WCR est devenu un facteur de stress environnemental omniprésent qui, selon nous, pourrait avoir contribué aux effets néfastes sur la santé des patients infectés par le SRAS-CoV-2 et augmenté la gravité de la pandémie de COVID-19.

Par conséquent, nous recommandons à toutes les personnes, en particulier celles souffrant d’une infection par le SRAS-CoV-2, de réduire leur exposition au WCR autant que raisonnablement possible jusqu’à ce que des recherches supplémentaires clarifient mieux les effets systémiques sur la santé associés à l’exposition chronique au WCR.

1. Introduction

1.1. Fond

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est au centre des politiques internationales de santé publique depuis 2020. Malgré des protocoles de santé publique sans précédent pour enrayer la pandémie, le nombre de cas de COVID-19 continue d’augmenter.

Nous proposons une réévaluation de nos stratégies de santé publique.

Selon le Center for Disease Control and Prevention (CDC), le modèle le plus simple de causalité de la maladie est la triade épidémiologique composée de trois facteurs interactifs : l’agent (pathogène), l’environnement et l’état de santé de l’hôte [ 1 ]. Des recherches approfondies sont en cours sur l’agent, le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Les facteurs de risque qui rendent un hôte plus susceptible de succomber à la maladie ont été élucidés.

Cependant, les facteurs environnementaux n’ont pas été suffisamment explorés. Dans cet article, nous avons étudié le rôle du rayonnement de communication sans fil (WCR), un facteur de stress environnemental répandu.

Nous explorons les preuves scientifiques suggérant une relation possible entre COVID-19 et le rayonnement radiofréquence lié à la technologie de communication sans fil, y compris la cinquième génération (5G) de technologie de communication sans fil, désormais appelée WCR.

La WCR a déjà été reconnue comme une forme de pollution de l’environnement et un facteur de stress physiologique [ 2 ].

L’évaluation des effets potentiellement néfastes de la WCR sur la santé peut être cruciale pour développer une politique de santé publique efficace et rationnelle qui peut aider à accélérer l’éradication de la pandémie de COVID-19. De plus, étant donné que nous sommes sur le point de déployer la 5G dans le monde entier, il est essentiel de prendre en compte les éventuels effets néfastes de la WCR sur la santé avant que le public ne soit potentiellement lésé.

La 5G est un protocole qui utilisera des bandes de hautes fréquences et des bandes passantes étendues du spectre électromagnétique dans la vaste gamme de radiofréquences de 600 MHz à près de 100 GHz, qui comprend des ondes millimétriques (>20 GHz), en plus de la troisième génération actuellement utilisée (3G ) et les bandes hyperfréquences à évolution à long terme (LTE) de quatrième génération (4G). Les attributions de spectre de fréquences 5G diffèrent d’un pays à l’autre. Des faisceaux de rayonnement pulsés focalisés seront émis par de nouvelles stations de base et des antennes à commande de phase placées à proximité des bâtiments chaque fois que des personnes accéderont au réseau 5G. Parce que ces hautes fréquences sont fortement absorbées par l’atmosphère et surtout pendant la pluie, la portée d’un émetteur est limitée à 300 mètres.

Par conséquent, la 5G nécessite que les stations de base et les antennes soient beaucoup plus rapprochées que les générations précédentes.

Plus,les satellites dans l’espace émettront des bandes 5G à l’échelle mondiale pour créer un réseau mondial sans fil. Le nouveau système nécessite donc une densification importante des infrastructures 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G susceptibles d’augmenter considérablement l’exposition de la population au BFR tant à l’intérieur des structures qu’à l’extérieur.

Environ 100 000 satellites émetteurs devraient être mis en orbite.

Cette infrastructure modifiera considérablement l’environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l’ensemble de la biosphère, y compris les humains.

La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, notamment les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l’Internet des objets.

La norme industrielle mondiale pour la 5G est définie par le 3G Partnership Project (3GPP), qui est un terme générique pour plusieurs organisations développant des protocoles standard pour les télécommunications mobiles. La norme 5G spécifie tous les aspects clés de la technologie, y compris l’attribution du spectre de fréquences, la formation de faisceaux, l’orientation des faisceaux, le multiplexage à entrées multiples, les schémas de sorties multiples, ainsi que les schémas de modulation, entre autres. La 5G utilisera de 64 à 256 antennes sur de courtes distances pour desservir pratiquement simultanément un grand nombre d’appareils au sein d’une cellule. La dernière norme 5G finalisée, la version 16, est codifiée dans le rapport technique publié 3GPP TR 21.916 et peut être téléchargée à partir du serveur 3GPP à l’adresse https://www.3gpp.org/specifications.

Les ingénieurs affirment que la 5G offrira des performances jusqu’à 10 fois supérieures à celles des réseaux 4G actuels [ 3].

Le COVID-19 a commencé à Wuhan, en Chine, en décembre 2019, peu de temps après que la 5G à l’échelle de la ville soit devenue un système opérationnel, le 31 octobre 2019. Des épidémies de COVID-19 ont rapidement suivi dans d’autres régions où la 5G avait également été au moins partiellement mis en œuvre, notamment en Corée du Sud, en Italie du Nord, à New York, à Seattle et en Californie du Sud.

En mai 2020, Mordachev [ 4 ] a signalé une corrélation statistiquement significative entre l’intensité du rayonnement radiofréquence et la mortalité due au SRAS-CoV-2 dans 31 pays à travers le monde.

Au cours de la première vague pandémique aux États-Unis, les cas et les décès attribués au COVID-19 étaient statistiquement plus élevés dans les États et les grandes villes dotés d’une infrastructure 5G que dans les États et les villes qui ne disposaient pas encore de cette technologie [ 5 ].

Depuis avant la Seconde Guerre mondiale, il existe un grand nombre de publications évaluées par des pairs sur les effets biologiques de la WCR qui ont un impact sur de nombreux aspects de notre santé.

En examinant cette littérature, nous avons trouvé des intersections entre la physiopathologie du SRAS-CoV-2 et les effets biologiques néfastes de l’exposition au WCR. Ici, nous présentons les preuves suggérant que le WCR a été un facteur contributif possible aggravant le COVID-19.

1.2. Aperçu sur COVID-19

La présentation clinique de COVID-19 s’est avérée très variable, avec un large éventail de symptômes et une variabilité d’un cas à l’autre. Selon le CDC, les premiers symptômes de la maladie peuvent inclure des maux de gorge, des maux de tête, de la fièvre, de la toux, des frissons, entre autres. Des symptômes plus graves, notamment un essoufflement, une fièvre élevée et une fatigue intense, peuvent survenir à un stade ultérieur. Les séquelles neurologiques de la perte du goût et de l’odorat ont également été décrites.

Ing et al . [ 6 ] a déterminé que 80 % des personnes touchées présentent des symptômes légers ou aucun, mais les populations plus âgées et celles présentant des comorbidités, telles que l’hypertension, le diabète et l’obésité, présentent un risque plus élevé de maladie grave [ 7 ]. Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) peut survenir rapidement [ 8 ] et provoquer un essoufflement sévère car les cellules endothéliales tapissant les vaisseaux sanguins et les cellules épithéliales tapissant les voies respiratoires perdent leur intégrité et un fluide riche en protéines s’infiltre dans les sacs aériens adjacents. COVID-19 peut provoquer des niveaux d’oxygène insuffisants (hypoxie) qui ont été observés chez jusqu’à 80% des patients des unités de soins intensifs (USI) [ 9] présentant une détresse respiratoire. Une diminution de l’oxygénation et des niveaux élevés de dioxyde de carbone dans le sang des patients ont été observés, bien que l’étiologie de ces résultats reste incertaine.

Des dommages oxydatifs massifs aux poumons ont été observés dans des zones d’opacification de l’espace aérien documentées sur des radiographies thoraciques et des tomodensitogrammes (TDM) chez des patients atteints de pneumonie SARS-CoV-2 [ 10 ].

Ce stress cellulaire peut indiquer une étiologie biochimique plutôt que virale [ 11 ].

Parce que le virus disséminé peut s’attacher aux cellules contenant un récepteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) ; il peut se propager et endommager les organes et les tissus mous dans tout le corps, y compris les poumons, le cœur, les intestins, les reins, les vaisseaux sanguins, la graisse, les testicules et les ovaires, entre autres. La maladie peut augmenter l’inflammation systémique et induire un état d’hypercoagulabilité.

Sans anticoagulation, les caillots sanguins intravasculaires peuvent être dévastateurs [ 12 ].

Chez les patients COVID-19 appelés « covid-long», les symptômes peuvent croître et décroître pendant des mois [ 13 ]. L’essoufflement, la fatigue, les douleurs articulaires et les douleurs thoraciques peuvent devenir des symptômes persistants. Un brouillard cérébral post-infectieux, une arythmie cardiaque et une hypertension d’apparition récente ont également été décrits. Les complications chroniques à long terme du COVID-19 sont définies au fur et à mesure que les données épidémiologiques sont collectées au fil du temps.

Alors que notre compréhension du COVID-19 continue d’évoluer, les facteurs environnementaux, en particulier ceux des champs électromagnétiques de communication sans fil, restent des variables inexplorées qui peuvent contribuer à la maladie, y compris sa gravité chez certains patients.

Ensuite, nous résumons les effets biologiques de l’exposition à la WCR à partir de la littérature scientifique évaluée par des pairs publiée au fil des décennies.

1.3. Aperçu des effets biologiques de l’exposition à la WCR

Les organismes sont des êtres électrochimiques. WCR de bas niveau des appareils, y compris les antennes de base de téléphonie mobile, les protocoles de réseau sans fil utilisés pour la mise en réseau local des appareils et l’accès Internet, marque déposée comme Wi-Fi (officiellement IEEE 802.11b Direct Sequence protocol ; IEEE, Institute of Electrical and Electronic Engineers) par l’alliance Wi-Fi, et les téléphones portables, entre autres, peuvent perturber la régulation de nombreuses fonctions physiologiques. Des effets biologiques non thermiques (inférieurs à la densité de puissance qui provoque un échauffement des tissus) d’une très faible exposition à la WCR ont été signalés dans de nombreuses publications scientifiques évaluées par des pairs à des densités de puissance inférieures aux directives d’exposition de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) [ 14].

Le WCR de bas niveau s’est avéré avoir un impact sur l’organisme à tous les niveaux d’organisation, du niveau moléculaire au niveau cellulaire, physiologique, comportemental et psychologique. De plus, il a été démontré qu’il provoque des effets systémiques néfastes sur la santé, notamment un risque accru de:

  • cancer [ 15 ],
  • des modifications endocriniennes [ 16 ],
  • une augmentation de la production de radicaux libres [ 17 ],
  • des dommages à l’acide désoxyribonucléique (ADN) [ 18 ],
  • des modifications du système reproducteur [ 19 ],
  • des défauts d’apprentissage et de mémoire [ 20 ]
  • et des troubles neurologiques [ 21].

Ayant évolué dans le fond naturel de radiofréquence de niveau extrêmement bas de la Terre, les organismes n’ont pas la capacité de s’adapter aux niveaux accrus de rayonnement non naturel de la technologie de communication sans fil avec une modulation numérique qui comprend de courtes impulsions intenses (rafales).

La littérature scientifique mondiale évaluée par des pairs a documenté des preuves d’effets biologiques néfastes de l’exposition à la WCR, y compris les fréquences 5G sur plusieurs décennies.

La littérature soviétique et d’Europe de l’Est des années 1960 aux années 1970 démontre des effets biologiques importants, même à des niveaux d’exposition plus de 1000 fois inférieurs à 1 mW/cm 2 , la ligne directrice actuelle pour l’exposition maximale du public aux États-Unis.

Des études orientales sur des sujets animaux et humains ont été réalisées à de faibles niveaux d’exposition (<1 mW/cm 2 ) pendant de longues durées (généralement des mois). Effets biologiques nocifs dus à des niveaux d’exposition au WCR inférieurs à 0,001 mW/cm 2ont également été documentés dans la littérature occidentale. Des dommages à la viabilité du sperme humain, y compris la fragmentation de l’ADN par des ordinateurs portables connectés à Internet à des densités de puissance de 0,0005 à 0,001 mW/cm 2 ont été signalés [ 22 ]. L’exposition humaine chronique à 0,000006 à 0,00001 mW/cm 2 a produit des changements significatifs dans les hormones de stress humaines suite à l’installation d’une station de base de téléphone portable [ 23 ]. L’ exposition humaine aux rayonnements du téléphone cellulaire à 0,00001 à 0,00005 mW / cm 2 conduit à des plaintes de maux de tête, des problèmes neurologiques, les troubles du sommeil et des problèmes de concentration, ce qui correspond à la « maladie des micro – ondes » [ 24 , 25]. Les effets du WCR sur le développement prénatal chez des souris placées à proximité d’un « parc d’antennes » exposées à des densités de puissance de 0,000168 à 0,001053 mW/cm 2 ont montré une diminution progressive du nombre de nouveau-nés et se sont soldés par une infertilité irréversible [ 26 ]. La plupart des recherches américaines ont été effectuées sur de courtes durées de quelques semaines ou moins. Ces dernières années, il y a eu peu d’études à long terme sur les animaux ou les humains.

Les maladies dues à l’exposition à la WCR ont été documentées depuis les premières utilisations du radar. Une exposition prolongée aux micro-ondes et aux ondes millimétriques du radar a été associée à divers troubles appelés «mal des ondes radio» il y a des décennies par les scientifiques russes. Une grande variété d’effets biologiques provenant des densités de puissance non thermique de la WCR ont été signalés par des groupes de recherche soviétiques depuis les années 1960. Une bibliographie de plus de 3700 références sur les effets biologiques rapportés dans la littérature scientifique mondiale a été publiée en 1972 (révisée en 1976) par l’US Naval Medical Research Institute [ 27 , 28 ]. Plusieurs études russes pertinentes sont résumées comme suit. Recherche sur Escherichia coliles cultures bactériennes montrent des fenêtres de densité de puissance pour les effets de résonance micro-ondes pour une stimulation de 51,755 GHz de la croissance bactérienne, observée à des densités de puissance extrêmement faibles de 10 -13 mW/cm 2 [ 29 ], illustrant un effet biologique de niveau extrêmement faible. Plus récemment, des études russes ont confirmé des résultats antérieurs de groupes de recherche soviétiques sur les effets de 2,45 GHz à 0,5 mW/cm 2 sur des rats (exposition de 30 jours pendant 7 h/jour), démontrant la formation d’anticorps dirigés contre le cerveau (réponse auto-immune) et le stress. réactions [ 30].

Dans une étude à long terme (1 à 4 ans) comparant des enfants qui utilisent des téléphones portables à un groupe témoin, des changements fonctionnels, notamment une plus grande fatigue, une diminution de l’attention volontaire et un affaiblissement de la mémoire sémantique, entre autres changements psychophysiologiques indésirables, ont été signalés [ 31 ].

Les principaux rapports de recherche russes qui sous-tendent la base scientifique des directives soviétiques et russes d’exposition à la WCR pour protéger le public, qui sont bien inférieures aux directives américaines, ont été résumés [ 32 ].

Par comparaison avec les niveaux d’exposition utilisés dans ces études, nous avons mesuré le niveau ambiant de WCR de 100 MHz à 8 GHz au centre-ville de San Francisco, Californie en décembre 2020, et avons trouvé une densité de puissance moyenne de 0,0002 mW/cm 2 . Ce niveau est issu de la superposition de plusieurs dispositifs WCR. Il est environ 2 × 10 10 fois au-dessus du fond naturel.

Le rayonnement radiofréquence pulsé tel que le WCR présente des effets biologiques sensiblement différents, à la fois qualitativement et quantitativement (généralement plus prononcés) par rapport aux ondes continues à des densités de puissance moyennes dans le temps similaires [ 3336 ]. Les mécanismes d’interaction spécifiques ne sont pas bien compris. Tous les types de communications sans fil utilisent des fréquences extrêmement basses (ELF) dans la modulation des signaux de porteuse radiofréquence, généralement des impulsions pour augmenter la capacité des informations transmises. Cette combinaison de rayonnement radiofréquence et de modulation(s) ELF est généralement plus bioactive, car on suppose que les organismes ne peuvent pas s’adapter facilement à des formes d’onde qui changent rapidement [ 3740]. Par conséquent, la présence de composants ELF des ondes radiofréquences provenant d’impulsions ou d’autres modulations doit être prise en compte dans les études sur les effets biologiques de la WCR. Malheureusement, le rapport de ces modulations n’a pas été fiable, en particulier dans les études plus anciennes [ 41 ].

Le rapport BioInitiative [ 42 ], rédigé par 29 experts de dix pays, et mis à jour en 2020, fournit un résumé scientifique contemporain de la littérature sur les effets biologiques et les conséquences sur la santé de l’exposition à la WCR, y compris un recueil de recherches à l’appui. Des revues récentes ont été publiées [ 4346 ]. Deux études complètes sur les effets biologiques des ondes millimétriques indiquent que même des expositions à court terme produisent des effets biologiques marqués [ 47 , 48 ].Aller à:

2. Méthodes

Une étude bibliographique en cours sur la physiopathologie en cours du SRAS-CoV-2 a été réalisée. Pour étudier un lien possible avec les effets biologiques de l’exposition à la WCR, nous avons examiné plus de 250 rapports de recherche évalués par des pairs de 1969 à 2021, y compris des revues et des études sur les cellules, les animaux et les humains. Nous avons inclus la littérature mondiale en anglais et des rapports russes traduits en anglais, sur les fréquences radio de 600 MHz à 90 GHz, le spectre d’ondes porteuses du WCR (2G à 5G inclus), avec un accent particulier sur les densités de puissance non thermiques et faibles (<1 mW /cm 2 ), et les expositions à long terme. Les termes de recherche suivants ont été utilisés dans les requêtes dans MEDLINE ®et le Centre d’information technique de la Défense (https://discover.dtic.mil) pour trouver des rapports d’étude pertinents : rayonnement radiofréquence, micro-ondes, ondes millimétriques, radar, MHz, GHz, sang, globule rouge, érythrocytes, hémoglobine, hémodynamique, oxygène , hypoxie, vasculaire, inflammation, pro-inflammatoire, immunitaire, lymphocyte, cellule T, cytokine, calcium intracellulaire, fonction sympathique, arythmie, cœur, cardiovasculaire, stress oxydatif, glutathion, espèces réactives de l’oxygène (ROS), COVID-19, virus, et SARS-CoV-2. Des études professionnelles sur des travailleurs exposés à la WCR ont été incluses dans l’étude. Notre approche s’apparente à la découverte liée à la littérature, dans laquelle deux concepts qui n’ont pas été liés jusqu’à présent sont explorés dans les recherches bibliographiques pour rechercher des liens permettant de produire des connaissances nouvelles, intéressantes, plausibles et intelligibles, c’est-à-dire une découverte potentielle. [49 ]. À partir de l’analyse de ces études en comparaison avec de nouvelles informations sur la physiopathologie du SRAS-CoV-2, nous avons identifié plusieurs façons dont les effets biologiques néfastes de l’exposition au WCR recoupent les manifestations du COVID-19 et avons organisé nos résultats en cinq catégories.

3. Résultats

Tableau 1répertorie les manifestations communes à COVID-19, y compris la progression de la maladie et les effets biologiques indésirables correspondants de l’exposition au WCR. Bien que ces effets soient classés en catégories — changements sanguins, stress oxydatif, perturbation et activation du système immunitaire, augmentation du calcium intracellulaire (Ca 2+ ) et effets cardiaques — il faut souligner que ces effets ne sont pas indépendants les uns des autres. Par exemple, la coagulation sanguine et l’inflammation ont des mécanismes qui se chevauchent, et le stress oxydatif est impliqué dans les changements morphologiques des érythrocytes ainsi que dans l’hypercoagulation, l’inflammation et les dommages aux organes.

Tableau 1

Effets biologiques de l’exposition aux rayonnements de communication sans fil (WCR) en relation avec les manifestations de COVID-19 et leur progression

Effets biologiques de l’exposition aux rayonnements des communications sans fil (WCR)manifestations COVID-19
Modifications sanguines À
 court terme : rouleaux, échinocytes À
 long terme : temps de coagulation sanguine réduit, hémoglobine réduite, troubles hémodynamiques
Modifications sanguines
 Rouleaux, échinocytes
 Effets sur l’hémoglobine ; effets vasculaires
 →Hémoglobine réduite en cas de maladie grave ; anémie hémolytique auto-immune; hypoxémie et hypoxie
 → Lésion endothéliale ; microcirculation altérée; hypercoagulation; coagulopathie intravasculaire disséminée (CIVD) ; embolie pulmonaire; accident vasculaire cérébral
Stress oxydatif
 Diminution du taux de glutathion ; augmentation des radicaux libres et du peroxyde lipidique; diminution de l’activité de la superoxyde dismutase ; lésion oxydative dans les tissus et les organes
Stress oxydatif
 Diminution du taux de glutathion ; augmentation et dommages des radicaux libres; apoptose→Blessure oxydative ; dommages aux organes dans les maladies graves
Perturbation et activation du système
 immunitaire Suppression immunitaire dans certaines études ; hyperactivation immunitaire dans d’autres études À
 long terme : suppression des lymphocytes T ; les biomarqueurs inflammatoires ont augmenté ; auto-immunité; lésion d’organe
Perturbation et activation du système immunitaire
 Diminution de la production de lymphocytes T ; biomarqueurs inflammatoires élevés.
 →Hyperactivation immunitaire et inflammation ; tempête de cytokines dans les maladies graves ; hypoperfusion induite par les cytokines avec hypoxie résultante; lésion d’organes; défaillance d’organe
Augmentation du calcium intracellulaire
 De l’activation des canaux calciques voltage-dépendants sur les membranes cellulaires, avec de nombreux effets secondaires
Augmentation du calcium intracellulaire
 → Augmentation de l’entrée, de la réplication et de la libération du virus
 → Augmentation du NF-κB, des processus pro-inflammatoires, de la coagulation et de la thrombose
Effets cardiaques
 Régulation à la hausse du système nerveux sympathique ; palpitations et arythmies
Effets cardiaques
 Arythmies
 →Myocardite ; ischémie myocardique; lésion cardiaque; insuffisance cardiaque

Des preuves à l’appui, y compris les détails de l’étude et les citations, sont fournies dans le texte sous chaque titre de sujet, c’est-à-dire les changements sanguins, le stress oxydatif, etc.

3.1. Le sang change

L’exposition au WCR peut provoquer des changements morphologiques dans le sang facilement visibles par contraste de phase ou microscopie à fond noir d’échantillons de sang périphérique vivants. En 2013, Havas a observé une agrégation érythrocytaire comprenant des rouleaux (rouleaux de globules rouges empilés) dans des échantillons de sang périphérique vivants après une exposition humaine de 10 minutes à un téléphone sans fil 2,4 GHz [ 50 ]. Bien qu’il n’ait pas été évalué par des pairs, l’un d’entre nous (Rubik) a étudié l’effet des rayonnements des téléphones portables 4G LTE sur le sang périphérique de dix sujets humains, dont chacun avait été exposé aux rayonnements des téléphones portables pendant deux intervalles consécutifs de 45 minutes [ 51]. Deux types d’effets ont été observés : une augmentation de l’adhérence et de l’agglutination des globules rouges avec la formation de rouleaux, et la formation subséquente d’échinocytes (globules rouges hérissés). L’agglutination et l’agrégation des globules rouges sont connues pour être activement impliquées dans la coagulation du sang [ 52 ]. La prévalence de ce phénomène sur l’exposition au WCR dans la population humaine n’a pas encore été déterminée. Des études contrôlées à plus grande échelle devraient être réalisées pour approfondir l’étude de ce phénomène.

Des modifications similaires des globules rouges ont été décrites dans le sang périphérique des patients COVID-19 [ 53 ]. La formation de rouleaux a été observée chez 1/3 des patients COVID-19, alors que la formation de sphérocytes et d’échinocytes est plus variable. L’engagement de la protéine de pointe avec les récepteurs ACE2 sur les cellules tapissant les vaisseaux sanguins peut entraîner des dommages endothéliaux, même lorsqu’ils sont isolés [ 54 ]. La formation de rouleaux, en particulier dans le cadre d’une lésion endothéliale sous-jacente, peut obstruer la microcirculation, entraver le transport de l’oxygène, contribuer à l’hypoxie et augmenter le risque de thrombose [ 52 ]. La thrombogénèse associée à l’infection par le SRAS-CoV-2 peut également être causée par une liaison virale directe aux récepteurs ACE2 sur les plaquettes [ 55 ].

Des effets sanguins supplémentaires ont été observés chez les humains et les animaux exposés à la WCR. En 1977, une étude russe a rapporté que des rongeurs irradiés avec des ondes de 5 à 8 mm (60 à 37 GHz) à 1 mW/cm 2 pendant 15 min/jour pendant 60 jours développaient des troubles hémodynamiques, supprimaient la formation de globules rouges, réduisaient l’hémoglobine et une inhibition de l’utilisation de l’oxygène (phosphorylation oxydative par les mitochondries) [ 56 ]. En 1978, une étude russe de 3 ans sur 72 ingénieurs exposés à des générateurs d’ondes millimétriques émettant à 1 mW/cm 2 ou moins a montré une diminution de leur taux d’hémoglobine et de leur nombre de globules rouges, et une tendance à l’hypercoagulation, alors qu’un groupe témoin a montré aucun changement [ 57]. De tels effets hématologiques délétères de l’exposition au WCR peuvent également contribuer au développement de l’hypoxie et de la coagulation sanguine observés chez les patients COVID-19.

Il a été proposé que le virus SARS-CoV-2 attaque les érythrocytes et provoque une dégradation de l’hémoglobine [ 11 ]. Les protéines virales peuvent attaquer la chaîne 1-bêta de l’hémoglobine et capturer la porphyrine, ainsi que d’autres protéines du virus catalysant la dissociation du fer de l’hème [ 58 ]. En principe, cela réduirait le nombre d’érythrocytes fonctionnels et provoquerait la libération d’ions de fer libres qui pourraient provoquer un stress oxydatif, des lésions tissulaires et une hypoxie. Avec l’hémoglobine partiellement détruite et le tissu pulmonaire endommagé par l’inflammation, les patients seraient moins capables d’échanger du dioxyde de carbone (CO 2 ) et de l’oxygène (O 2), et deviendrait appauvri en oxygène. En fait, certains patients COVID-19 présentent des taux d’hémoglobine réduits, mesurant 7,1 g/L et même aussi bas que 5,9 g/L dans les cas graves [ 59 ]. Des études cliniques portant sur près de 100 patients de Wuhan ont révélé que les taux d’hémoglobine dans le sang de la plupart des patients infectés par le SRAS-CoV-2 sont considérablement réduits, ce qui compromet l’apport d’oxygène aux tissus et organes [ 60 ]. Dans une méta-analyse de quatre études portant sur un total de 1210 patients et 224 atteints d’une maladie grave, les valeurs d’hémoglobine ont été réduites chez les patients COVID-19 atteints d’une maladie grave par rapport à ceux atteints de formes plus légères [ 59 ]. Dans une autre étude sur 601 patients COVID-19, 14,7% des patients COVID-19 ICU anémiques et 9% des patients COVID-19 non-USI souffraient d’anémie hémolytique auto-immune [61 ]. Chez les patients atteints d’une maladie COVID-19 sévère, une diminution du taux d’hémoglobine ainsi qu’une vitesse de sédimentation érythrocytaire (VS) élevée, une protéine C réactive, la lactate déshydrogénase, l’albumine [ 62 ], la ferritine sérique [ 63 ] et une faible saturation en oxygène [ 64 ] fournissent un soutien supplémentaire pour cette hypothèse. De plus, la transfusion de concentrés de globules rouges peut favoriser le rétablissement des patients atteints de COVID-19 souffrant d’insuffisance respiratoire aiguë [ 65 ].

En bref, l’exposition au WCR et au COVID-19 peuvent provoquer des effets délétères sur les globules rouges et des taux d’hémoglobine réduits contribuant à l’hypoxie dans le COVID-19. Les lésions endothéliales peuvent également contribuer à l’hypoxie et à bon nombre des complications vasculaires observées dans COVID-19 [ 66 ] qui sont discutées dans la section suivante.

3.2. Stress oxydant

Le stress oxydatif est une pathologie non spécifique traduisant un déséquilibre entre une production accrue de ROS et une incapacité de l’organisme à détoxifier les ROS ou à réparer les dommages qu’ils causent aux biomolécules et aux tissus [ 67 ].

Le stress oxydatif peut perturber la signalisation cellulaire, provoquer la formation de protéines de stress et générer des radicaux libres hautement réactifs, qui peuvent endommager l’ADN et la membrane cellulaire.

Le SARS-CoV-2 inhibe les voies intrinsèques conçues pour réduire les niveaux de ROS, augmentant ainsi la morbidité. Un dérèglement immunitaire, c’est-à-dire la régulation positive de l’interleukine (IL)-6 et du facteur de nécrose tumorale (TNF-α) [ 68 ] et la suppression de l’interféron (IFN) et de l’IFN β [ 69 ] ont été identifiés dans la tempête de cytokines accompagnant infections graves au COVID-19 et génère un stress oxydatif [ 10 ]. Le stress oxydatif et le dysfonctionnement mitochondrial peuvent perpétuer davantage la tempête de cytokines, aggravant les lésions tissulaires et augmentant le risque de maladie grave et de décès.

De même, le WCR de bas niveau génère des ROS dans les cellules qui causent des dommages oxydatifs. En fait, le stress oxydatif est considéré comme l’un des principaux mécanismes dans lesquels l’exposition au WCR provoque des dommages cellulaires. Parmi les 100 études évaluées par des pairs actuellement disponibles examinant les effets oxydatifs du WCR de faible intensité, 93 de ces études ont confirmé que le WCR induit des effets oxydatifs dans les systèmes biologiques [ 17 ]. Le WCR est un agent oxydant à haut potentiel pathogène surtout lorsque l’exposition est continue [ 70 ].

Le stress oxydatif est également un mécanisme reconnu provoquant des dommages endothéliaux [ 71 ]. Cela peut se manifester chez les patients atteints de COVID-19 sévère en plus d’augmenter le risque de formation de caillots sanguins et d’aggraver l’hypoxémie [ 10 ]. De faibles niveaux de glutathion, le maître antioxydant, ont été observés dans un petit groupe de patients COVID-19, le niveau le plus bas étant trouvé dans les cas les plus graves [ 72 ]. La découverte de faibles niveaux de glutathion chez ces patients soutient en outre le stress oxydatif en tant que composante de cette maladie [ 72 ]. En fait, le glutathion, la principale source d’activité antioxydante à base de sulfhydryle dans le corps humain, peut être essentiel dans COVID-19 [ 73]. La carence en glutathion a été proposée comme la cause la plus probable des manifestations graves du COVID-19 [ 72 ]. Les comorbidités les plus fréquentes, l’hypertension [ 74 ]; obésité [ 75 ]; diabète [ 76 ]; et la maladie pulmonaire obstructive chronique [ 74 ] soutiennent le concept selon lequel des conditions préexistantes provoquant de faibles niveaux de glutathion peuvent fonctionner en synergie pour créer la « tempête parfaite » pour les complications respiratoires et vasculaires d’une infection grave. Un autre article citant deux cas de pneumonie COVID-19 traitée avec succès avec du glutathion intraveineux soutient également cette hypothèse [ 77 ].

De nombreuses études rapportent un stress oxydatif chez les humains exposés à la WCR. Peraïca et al . [ 78 ] ont trouvé une diminution des taux sanguins de glutathion chez les travailleurs exposés au WCR d’un équipement radar (0,01 mW/cm 2 – 10 mW/cm 2 ; 1,5 – 10,9 GHz). Garaj-Vrhovac et al . [ 79 ] ont étudié les effets biologiques après exposition à des micro-ondes pulsées non thermiques provenant d’un radar marin (3 GHz, 5,5 GHz et 9,4 GHz) et ont signalé des niveaux de glutathion réduits et une augmentation du malondialdéhyde (marqueur du stress oxydatif) dans un groupe professionnel exposé [ 79 ]]. Le plasma sanguin des personnes résidant à proximité des stations de base de téléphonie mobile a montré des niveaux de glutathion, de catalase et de superoxyde dismutase significativement réduits par rapport aux témoins non exposés [ 80 ]. Dans une étude sur l’exposition humaine au WCR à partir de téléphones portables, une augmentation des taux sanguins de peroxyde lipidique a été signalée, tandis que les activités enzymatiques de la superoxyde dismutase et de la glutathion peroxydase dans les globules rouges ont diminué, indiquant un stress oxydatif [ 81 ].

Dans une étude sur des rats exposés à 2450 MHz (fréquence du routeur sans fil), le stress oxydatif a été impliqué dans la lyse des globules rouges (hémolyse) [ 82 ]. Dans une autre étude, des rats exposés à 945 MHz (fréquence de la station de base) à 0,367 mW/cm 2 pendant 7 h/jour, pendant 8 jours, ont montré de faibles niveaux de glutathion et une augmentation de l’activité enzymatique du malondialdéhyde et de la superoxyde dismutase, caractéristiques du stress oxydatif [ 83 ] . Dans une étude contrôlée à long terme sur des rats exposés à 900 MHz (fréquence de téléphonie mobile) à 0,0782 mW/cm 2 pendant 2 h/jour pendant 10 mois, il y a eu une augmentation significative du malondialdéhyde et du statut oxydant total par rapport aux témoins [ 84]. Dans une autre étude contrôlée à long terme sur des rats exposés à deux fréquences de téléphonie mobile, 1800 MHz et 2100 MHz, à des densités de puissance de 0,04 à 0,127 mW/cm 2 pendant 2 h/jour pendant 7 mois, des altérations significatives des paramètres oxydant-antioxydant, ADN des cassures de brins et des dommages oxydatifs à l’ADN ont été trouvés [ 85 ].

Il existe une corrélation entre le stress oxydatif et la thrombogénèse [ 86 ]. Les ROS peuvent provoquer un dysfonctionnement endothélial et des dommages cellulaires. La muqueuse endothéliale du système vasculaire contient des récepteurs ACE2 qui sont ciblés par le SARS-CoV-2. L’endothéliite qui en résulte peut provoquer un rétrécissement luminal et entraîner une diminution du flux sanguin vers les structures en aval. Les thrombus dans les structures artérielles peuvent obstruer davantage le flux sanguin, provoquant une ischémie et/ou des infarctus dans les organes impliqués, y compris des embolies pulmonaires et des accidents vasculaires cérébraux. Une coagulation sanguine anormale conduisant à des micro-emboles était une complication reconnue au début de l’histoire de COVID-19 [ 87 ]. Sur 184 patients en soins intensifs COVID-19, 31 % ont présenté des complications thrombotiques [ 88]. Les événements de coagulation cardiovasculaire sont une cause fréquente de décès par COVID-19 [ 12 ]. Une embolie pulmonaire, une coagulation intravasculaire disséminée (CIVD), une insuffisance hépatique, cardiaque et rénale ont toutes été observées chez des patients COVID-19 [ 89 ].

Les patients présentant les facteurs de risque cardiovasculaire les plus élevés dans COVID-19 incluent les hommes, les personnes âgées, les diabétiques et les patients obèses et hypertendus. Cependant, une incidence accrue d’accidents vasculaires cérébraux chez les patients plus jeunes atteints de COVID-19 a également été décrite [ 90 ].

Le stress oxydatif est causé par l’exposition au WCR et est connu pour être impliqué dans les maladies cardiovasculaires. L’exposition environnementale omniprésente au WCR peut contribuer aux maladies cardiovasculaires en créant un état chronique de stress oxydatif [ 91 ]. Cela entraînerait des dommages oxydatifs aux constituants cellulaires et altérerait les voies de transduction du signal. De plus, le WCR modulé par les impulsions peut provoquer des lésions oxydatives dans les tissus du foie, des poumons, des testicules et du cœur médiées par la peroxydation lipidique, des niveaux accrus d’oxyde nitrique et la suppression du mécanisme de défense antioxydant [ 92 ].

En résumé, le stress oxydatif est une composante majeure de la physiopathologie du COVID-19 ainsi que des dommages cellulaires causés par l’exposition au WCR.

3.3. Perturbation et activation du système immunitaire

Lorsque le SRAS-CoV-2 infecte pour la première fois le corps humain, il attaque les cellules tapissant le nez, la gorge et les voies respiratoires supérieures hébergeant des récepteurs ACE2. Une fois que le virus a accès à une cellule hôte via l’une de ses protéines de pointe, qui sont les multiples protubérances faisant saillie de l’enveloppe virale qui se lient aux récepteurs ACE2, il convertit la cellule en une entité virale auto-répliquante.

En réponse à l’infection par COVID-19, il a été démontré qu’une réponse immunitaire innée systémique immédiate ainsi qu’une réponse adaptative retardée se produisent [ 93 ]. Le virus peut également provoquer un dérèglement de la réponse immunitaire, en particulier dans la diminution de la production de lymphocytes T. [ 94 ]. Les cas graves ont tendance à avoir une numération lymphocytaire plus faible, une numération leucocytaire et un rapport neutrophiles-lymphocytes plus élevés, ainsi que des pourcentages plus faibles de monocytes, d’éosinophiles et de basophiles [ 94 ]. Les cas graves de COVID-19 montrent la plus grande altération des lymphocytes T.

En comparaison, des études de WCR de bas niveau sur des animaux de laboratoire montrent également une altération de la fonction immunitaire [ 95 ].

Les résultats comprennent des altérations physiques des cellules immunitaires, une dégradation des réponses immunologiques, une inflammation et des lésions tissulaires. Baranski [ 96 ] a exposé des cobayes et des lapins à des micro-ondes de 3000 MHz continues ou modulées par impulsions à une densité de puissance moyenne de 3,5 mW/cm 2 pendant 3 h/jour pendant 3 mois et a trouvé des changements non thermiques dans le nombre de lymphocytes, des anomalies dans la structure nucléaire, et la mitose dans la série de cellules érythroblastiques dans la moelle osseuse et dans les cellules lymphoïdes des ganglions lymphatiques et de la rate. D’autres chercheurs ont montré une diminution des lymphocytes T ou une suppression de la fonction immunitaire chez les animaux exposés à la WCR. Lapins exposés à 2,1 GHz à 5 mW/cm 2pendant 3 h/jour, 6 jours/semaine, pendant 3 mois, a montré une suppression des lymphocytes T [ 97 ]. Les rats exposés à 2,45 GHz et 9,7 GHz pendant 2 h/jour, 7 jours/semaine, pendant 21 mois ont montré une diminution significative des taux de lymphocytes et une augmentation de la mortalité à 25 mois dans le groupe irradié [ 98 ]. Les lymphocytes prélevés sur des lapins irradiés à 2,45 GHz pendant 23 h/jour pendant 6 mois montrent une suppression significative de la réponse immunitaire à un mitogène [ 99 ].

En 2009, Johansson a mené une revue de la littérature, qui comprenait le 2007 Bioinitiative Report. Il a conclu que l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM), y compris WCR, peut perturber le système immunitaire et provoquer des réponses allergiques et inflammatoires à des niveaux d’exposition nettement inférieurs aux limites de sécurité nationales et internationales actuelles et augmenter le risque de maladie systémique [ 100 ]. Une revue menée par Szmigielski en 2013 a conclu que de faibles champs RF/micro-ondes, tels que ceux émis par les téléphones portables, peuvent affecter diverses fonctions immunitaires à la fois in vitro et in vivo [ 101]. Bien que les effets soient historiquement quelque peu incohérents, la plupart des études de recherche documentent des modifications du nombre et de l’activité des cellules immunitaires dues à l’exposition aux RF. En général, une exposition à court terme à un faible rayonnement micro-ondes peut temporairement stimuler une réponse immunitaire innée ou adaptative, mais une irradiation prolongée inhibe ces mêmes fonctions.

Dans la phase aiguë de l’infection au COVID-19, les tests sanguins démontrent une VS élevée, une protéine C-réactive et d’autres marqueurs inflammatoires élevés [ 102 ], typiques d’une réponse immunitaire innée. La réplication virale rapide peut entraîner la mort des cellules épithéliales et endothéliales et entraîner des fuites de vaisseaux sanguins et une libération de cytokines pro-inflammatoires [ 103 ]. Les cytokines, les protéines, les peptides et les protéoglycanes qui modulent la réponse immunitaire du corps sont légèrement élevés chez les patients présentant une gravité de la maladie légère à modérée [ 104]. Chez les personnes atteintes d’une maladie grave, une libération incontrôlée de cytokines pro-inflammatoires – une tempête de cytokines – peut se produire. Les tempêtes de cytokines proviennent d’un déséquilibre dans l’activation des lymphocytes T avec une libération dérégulée d’IL-6, d’IL-17 et d’autres cytokines. La mort cellulaire programmée (apoptose), le SDRA, la CIVD et la défaillance de plusieurs organes peuvent tous résulter d’une tempête de cytokines et augmenter le risque de mortalité.

Par comparaison, des chercheurs soviétiques ont découvert dans les années 1970 que les rayonnements radiofréquences peuvent endommager le système immunitaire des animaux. Shandala [ 105 ] a exposé des rats à 0,5 mW/cm 2 de micro-ondes pendant 1 mois, 7 h/jour, et a constaté une altération de la compétence immunitaire et l’induction d’une maladie auto-immune. Les rats irradiés à 2,45 GHz à 0,5 mW/cm 2 pendant 7 h par jour pendant 30 jours ont produit des réactions auto-immunes et 0,1 à 0,5 mW/cm 2 ont produit des réactions immunitaires pathologiques persistantes [ 106 ]. L’exposition aux rayonnements micro-ondes, même à de faibles niveaux (0,1 – 0,5 mW/cm 2 ), peut altérer la fonction immunitaire, provoquant des altérations physiques des cellules essentielles du système immunitaire et une dégradation des réponses immunologiques [ 107]. Szabo et al . [ 108 ] ont examiné les effets de l’exposition à 61,2 GHz sur les kératinocytes épidermiques et ont trouvé une augmentation de l’IL-1b, une cytokine pro-inflammatoire. Makar et al . [ 109 ] ont découvert que des souris immunodéprimées irradiées 30 min/jour pendant 3 jours à 42,2 GHz présentaient des niveaux accrus de TNF-α, une cytokine produite par les macrophages.

En bref, COVID-19 peut entraîner un dérèglement immunitaire ainsi que des tempêtes de cytokines. En comparaison, l’exposition à de faibles niveaux de WCR, telle qu’observée dans les études animales, peut également compromettre le système immunitaire, une exposition quotidienne chronique produisant une immunosuppression ou un dérèglement immunitaire, y compris une hyperactivation.

3.4. Augmentation du calcium intracellulaire

En 1992, Walleczek a suggéré pour la première fois que les champs électromagnétiques ELF (<3000 Hz) pouvaient affecter la signalisation du Ca 2+ à médiation membranaire et conduire à une augmentation du Ca 2+ intracellulaire [ 110 ]. Le mécanisme de déclenchement irrégulier des canaux ioniques voltage-dépendants dans les membranes cellulaires par des champs électriques ou magnétiques oscillants polarisés et cohérents a été présenté pour la première fois en 2000 et 2002 [ 40 , 111 ]. Pall [ 112 ] dans son examen des effets biologiques induits par le WCR combinés à l’utilisation d’inhibiteurs calciques (CCB) a noté que les canaux calciques voltage-dépendants jouent un rôle majeur dans les effets biologiques du WCR. Augmentation du Ca +2 intracellulairerésulte de l’activation des canaux calciques voltage-dépendants, et cela peut être l’un des principaux mécanismes d’action de la WCR sur les organismes.

Le Ca 2+ intracellulaire est essentiel pour l’entrée, la réplication et la libération du virus. Il a été rapporté que certains virus peuvent manipuler les canaux calciques voltage-dépendants pour augmenter le Ca 2+ intracellulaire facilitant ainsi l’entrée et la réplication virales [ 113 ]. La recherche a montré que l’interaction entre un virus et des canaux calciques voltage-dépendants favorise l’entrée du virus à l’étape de fusion virus-cellule hôte [ 113 ]. Ainsi, une fois que le virus se lie à son récepteur sur une cellule hôte et pénètre dans la cellule par endocytose, le virus prend le contrôle de la cellule hôte pour fabriquer ses composants. Certaines protéines virales manipulent alors les canaux calciques, augmentant ainsi le Ca 2+ intracellulaire , ce qui facilite la réplication virale ultérieure.

Même si aucune preuve directe n’a été rapportée, il existe des preuves indirectes qu’une augmentation du Ca 2+ intracellulaire peut être impliquée dans COVID-19. Dans une étude récente, les patients âgés hospitalisés COVID-19 traités avec des ICC, de l’amlodipine ou de la nifédipine, étaient plus susceptibles de survivre et moins susceptibles de nécessiter une intubation ou une ventilation mécanique que les témoins [ 114 ]. De plus, les CCB limitent fortement l’entrée et l’infection du SRAS-CoV-2 dans les cellules pulmonaires épithéliales en culture [ 115 ]. Les CCB bloquent également l’augmentation du Ca 2+ intracellulaire causée par l’exposition au WCR ainsi que l’exposition à d’autres champs électromagnétiques [ 112 ].

Le Ca 2+ intracellulaire est un second messager omniprésent qui transmet les signaux reçus par les récepteurs de la surface cellulaire aux protéines effectrices impliquées dans de nombreux processus biochimiques. L’augmentation du Ca 2+ intracellulaire est un facteur significatif dans la régulation positive du facteur nucléaire de transcription KB (NF-κB) [ 116 ], un régulateur important de la production de cytokines pro-inflammatoires ainsi que de la coagulation et des cascades thrombotiques. Le NF-κB est supposé être un facteur clé sous-jacent aux manifestations cliniques sévères de COVID-19 [ 117 ].

En bref, l’exposition au WCR peut donc augmenter l’infectiosité du virus en augmentant le Ca 2+ intracellulaire qui peut également contribuer indirectement aux processus inflammatoires et à la thrombose.

3.5. Effets cardiaques

Les arythmies cardiaques sont plus fréquemment rencontrées chez les patients gravement malades atteints de COVID-19 [ 118 ]. La cause de l’arythmie chez les patients COVID-19 est multifactorielle et comprend des processus cardiaques et extra-cardiaques [ 119]. L’infection directe du muscle cardiaque par le SRAS-CoV-19 provoquant une myocardite, une ischémie myocardique causée par diverses étiologies et une tension cardiaque secondaire à une hypertension pulmonaire ou systémique peut entraîner une arythmie cardiaque. L’hypoxémie causée par la pneumonie diffuse, le SDRA ou les embolies pulmonaires étendues représentent des causes extracardiaques d’arythmie. Les déséquilibres électrolytiques, le déséquilibre des fluides intravasculaires et les effets secondaires des régimes pharmacologiques peuvent également entraîner des arythmies chez les patients COVID-19. Il a été démontré que les patients admis dans les unités de soins intensifs présentaient une augmentation plus élevée des arythmies cardiaques, 16,5 % dans une étude [ 120].

Bien qu’aucune corrélation entre les CEM et l’arythmie chez les patients COVID-19 n’ait été décrite dans la littérature, de nombreuses unités de soins intensifs sont équipées d’équipements de surveillance des patients sans fil et de dispositifs de communication produisant un large éventail de pollutions électromagnétiques [ 121 ].

Les patients COVID-19 présentent généralement des niveaux accrus de troponine cardiaque, indiquant des dommages au muscle cardiaque [ 122 ]. Des lésions cardiaques ont été associées à des arythmies et à une mortalité accrue. On pense que les lésions cardiaques sont plus souvent secondaires à une embolie pulmonaire et à une septicémie virale, mais une infection directe du cœur, c’est-à-dire une myocardite, peut survenir par liaison virale directe aux récepteurs ACE2 sur les péricytes cardiaques, affectant le flux sanguin cardiaque local et régional. 60 ].

L’activation du système immunitaire ainsi que des altérations du système immunitaire peuvent entraîner une instabilité et une vulnérabilité de la plaque athérosclérotique, c’est-à-dire présenter un risque accru de formation de thrombus et contribuer au développement d’événements coronariens aigus et de maladies cardiovasculaires dans COVID-19.

En ce qui concerne les effets biologiques de l’exposition au WCR, en 1969, Christopher Dodge de la division des biosciences de l’observatoire naval américain à Washington DC, a examiné 54 articles et signalé que les rayonnements radiofréquences peuvent affecter négativement tous les principaux systèmes du corps, notamment en empêchant la circulation sanguine ; modifier la pression artérielle et la fréquence cardiaque; affecter les lectures de l’électrocardiographe ; et provoquant des douleurs thoraciques et des palpitations cardiaques [ 123 ]. Dans les années 1970, Glaser a examiné plus de 2000 publications sur les effets biologiques de l’exposition aux rayonnements radiofréquences et a conclu que les rayonnements micro-ondes peuvent altérer l’électrocardiogramme, provoquer des douleurs thoraciques, une hypercoagulation, une thrombose et une hypertension en plus de l’infarctus du myocarde [ 27 , 28]. Des convulsions, des convulsions et une altération de la réponse du système nerveux autonome (augmentation de la réponse au stress sympathique) ont également été observées.

Depuis lors, de nombreux autres chercheurs ont conclu que l’exposition au WCR peut affecter le système cardiovasculaire. Bien que la nature de la réponse primaire aux ondes millimétriques et aux événements qui en résultent soit mal comprise, un rôle possible des structures des récepteurs et des voies neurales dans le développement de l’arythmie induite par les ondes millimétriques continues a été proposé [ 47 ]. En 1997, une revue a rapporté que certains chercheurs ont découvert des changements cardiovasculaires, y compris des arythmies chez l’homme, dus à une exposition à long terme à faible niveau à la WCR, y compris les micro-ondes [ 124 ]. Cependant, la littérature montre également des résultats non confirmés ainsi que des résultats contradictoires [ 125 ]. Havas et al . [ 126] ont rapporté que des sujets humains dans une étude contrôlée en double aveugle étaient hyper-réactifs lorsqu’ils étaient exposés à un rayonnement micro-ondes à 2,45 GHz à impulsion numérique (100 Hz), développant soit une arythmie, soit une tachycardie et une régulation à la hausse du système nerveux sympathique, qui est associée à la réponse au stress. Saili et al . [ 127 ] ont trouvé que l’exposition au Wi-Fi (2,45 GHz pulsé à 10 Hz) affecte le rythme cardiaque, la pression artérielle et l’efficacité des catécholamines sur le système cardiovasculaire, indiquant que la WCR peut agir directement et/ou indirectement sur le système cardiovasculaire. Plus récemment, Bandara et Weller [ 91] présentent des preuves que les personnes qui vivent à proximité d’installations radar (ondes millimétriques : fréquences 5G) ont un plus grand risque de développer un cancer et de subir des crises cardiaques. De même, les personnes professionnellement exposées ont un plus grand risque de maladie coronarienne. Le rayonnement micro-ondes affecte le cœur et certaines personnes sont plus vulnérables si elles présentent une anomalie cardiaque sous-jacente [ 128 ]. Des recherches plus récentes suggèrent que les ondes millimétriques peuvent agir directement sur les cellules du stimulateur cardiaque du nœud sino-auriculaire du cœur pour modifier la fréquence des battements, ce qui peut être à l’origine d’arythmies et d’autres problèmes cardiaques [ 47 ].

En bref, l’exposition au COVID-19 et au WCR peut affecter le cœur et le système cardiovasculaire, directement et/ou indirectement.

5. Conclusion

Il existe un chevauchement substantiel dans la pathobiologie entre l’exposition au COVID-19 et à la WCR. Les preuves présentées ici indiquent que les mécanismes impliqués dans la progression clinique du COVID-19 pourraient également être générés, selon les données expérimentales, par l’exposition au WCR. Par conséquent, nous proposons un lien entre les effets biologiques néfastes de l’exposition au WCR des appareils sans fil et COVID-19.

Plus précisément, les preuves présentées ici soutiennent l’hypothèse selon laquelle le WCR et, en particulier, la 5G, qui implique la densification de la 4G, peuvent avoir exacerbé la pandémie de COVID-19 en affaiblissant l’immunité de l’hôte et en augmentant la virulence du SRAS-CoV-2 en (1) provoquant des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d’échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l’hypercoagulation ; (2) altération de la microcirculation et réduction des taux d’érythrocytes et d’hémoglobine exacerbant l’hypoxie ; (3) amplifier le dysfonctionnement immunitaire, y compris l’immunosuppression, l’auto-immunité et l’hyperinflammation ; (4) l’augmentation du stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres exacerbant les lésions vasculaires et les dommages aux organes ; (5) augmentation du Ca 2+ intracellulaireessentiel pour l’entrée, la réplication et la libération virales, en plus de favoriser les voies pro-inflammatoires ; et (6) aggravation des arythmies cardiaques et des troubles cardiaques.

L’exposition à la WCR est un facteur de stress environnemental répandu, mais souvent négligé, qui peut produire un large éventail d’effets biologiques négatifs. Pendant des décennies, des chercheurs indépendants du monde entier ont souligné les risques pour la santé et les dommages cumulatifs causés par la WCR [ 42 , 45 ]. Les preuves présentées ici sont cohérentes avec un grand nombre de recherches établies. Les travailleurs de la santé et les décideurs devraient considérer la WCR comme un facteur de stress environnemental potentiellement toxique. Des méthodes pour réduire l’exposition à la WCR doivent être fournies à tous les patients et à la population générale.

Le texte original, les discussions et les références:

17 réflexions sur “Preuve d’un lien entre le Covid et l’exposition aux ondes électromagnétiques. Impact de la 5g inclus.

  1. Pingback: Preuve d’un lien entre le Covid et l’exposition aux ondes électromagnétiques. Impact de la 5g inclus.-Le blog de Liliane Held-Khawam – Titre du site

  2. oui.. dans un tout petit pays, appelé la Suisse… il y a quelques mois, on a raté le référendum contre la 5G (une demande de moratoire contre le déploiement tous azimuts de cette « chose ») pour 12’000 signatures. 88 contre 100 nécessaires… Anon, vraiment on est des irresponsables. Ou des cons finis disons encore (mais sans jeu de mot foireux toutefois ici nb, l’heure, le lieu et les circonstances ne se prêtant en effet pas à ça ici ;.( ).

    J’aime

  3. @Dominique Michelet:

    Oui… et non. Quand bien même le référendum aurait passé, nos singes en cravate aurait trouvé le moyen de passer par dessus, tôt ou tard. Vu ce qu’il se passe actuellement, il ne faut rien espérer d’une quelconque votation. Ce sera la guerre civile ou l’esclavage.

    Et vu l’esprit bêlant autour de moi, la guerre civile n’est pour l’instant pas au programme…

    Aimé par 1 personne

  4. La dictature sanitaire (en cours) est possible grâce – surtout?! – à la complicité/collaboration de victimes et bourreaux volontaires(ou non volontaires); l’ignorance et la peur étant des « ingrédients indispensables » pour tout « bon » totalitarisme.
    Rappelons-nous De La Servitude Volontaire évoquée par La Boétie (toujours autant d’actualité en Ces Temps plus que Troubles).

    2022 s’annonce très difficile et très incertain pour les peuples; et apparemment déterminante pour les élites globalistes machiavéliques (cf notamment à cela: la numérologie et l’occultisme leur étant « chers » (le chiffre/nombre 2…)).

    https://crowdbunker.com/v/GjBigsqUic

    @Mickey: « Et vu l’esprit bêlant autour de moi, la guerre civile n’est pour l’instant pas au programme… ». La soumission d’une grande, très partie de la population confirme – hélas! – votre conclusion. Constat lucide.
    Historiquement, La Résistance et Le Courage sont le plus souvent Le Fait d’Une Minorité.

    Aimé par 1 personne

  5. On se demande pourquoi Swisscom s’est dépêché d’installer 3000 antennes 5G ces dernières années. Car le reset et la pandémie devraient ralentir l’usage des hauts débits. Pour l’utilisateur lambda, il n’y a pas de différences entre 3,4 ou 5G. Tout a été validé comme non dangereux, alors que l’étude présentée dit le contraire. Une fois de plus on a l’impression que les offices de contrôles officiels sont du côté des psychopathes.

    Il est clair que l’association du Covid avec le rayonnement électromagnétique WCR doit être très nocif par la potentialisation des mêmes effets.

    C’est tout de même curieux qu’ils aient les mêmes effets sur l’organisme, sauf si le WCR est nécessaire à la toxicité et la létalité du virus. Cela expliquerait pourquoi les pays avancés d’Occident souffrent d’une pandémie plus sévère, contrairement aux pays moins équipés en WCR.

    Si Swisscom est l’assassin présumé, il serait urgent que nos autorités diminuent le rayonnement général WCR dans les villes très touchées par le Covid grave. Aura-t-on droit à un peu de cohérence de la part de nos politiciens?

    Aimé par 1 personne

  6. Ce ne sont pas des psychopathes !
    Ce sont des tueurs.
    Et comme ILS nous dirigent ce sont des salopards qui trahissent leur mandat.

    ILS font tout pour donner du pouvoir aux ultra-riches afin de soumettre les gueux que nous sommes.
    Les preuves sont pléthores et il est inutile de les sélectionner, ELLES VONT TOUTES DANS LE MÊME SENS.

    Pour les férus de Droit et ceux qui cherchent encore si c’est de la maladresse ou de la malveillance (si si il reste des croyants), je les invite à écouter ce cours de Alain Supiot (et les autres mais celui-ci est particulièrement pertinent) montrant le choix de la (fausse) concurrence comme plus important que TOUT. Donnant ainsi aux actionnaires le pouvoir TOTAL, donc par définition totalitaire sur le fonctionnement social. Supiot nuance d’ailleurs très subtilement la transformation de la fonction de l’Entreprise par nos mafieux.
    Il parle notamment de la loi Macron de 2017 – clairement mafieuse – au sens de privilégier le pouvoir actionnarial via celui des entreprises aux dépends de TOUTE la société, de la population en la privant de sa souveraineté qu’avaient introduit quelques principes démocratiques. C’est donc clairement un basculement dictatorial qui s’instaure lentement mais surement.
    Cette tendance n’est pas nouvelle puisque on la retrouve depuis les touts débuts de la Révolution française pour ne quasiment jamais s’en départir.
    Écoutez Henri Guillemin nous le raconter ; que ce soit dans les conférences sur la Révolution mais aussi sur Napoléon, Thiers la Commune et encore sur Pétain – Nos parlementaires et hommes politiques sont presque toujours et presque tous au service du grand capital.

    De Alain Supiot : figures juridiques de la démocratie économique-démocratisation de l’entreprise
    la ‘série’ :
    https://www.franceculture.fr/emissions/series/figures-juridiques-de-la-democratie-economique-suite-0
    et plus particulièrement la conférence rediffusée le 2021-12-15 « épisode 7 » La désinstitutionalisation de l’entreprise  (58 minutes extraordinaires) :
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/la-desinstitutionalisation-de-l-entreprise

    Note : Le Collège de France NE PROPOSE PAS de voir ou écouter ces conférences – disons que je ne parviens pas à les trouver – une bizarrerie au moins inquiétante.

    J’aime

  7. Pingback: Preuve d’un lien entre le Covid et l’exposition aux ondes électromagnétiques. Impact de la 5g inclus. – Les moutons enragés

  8. Quand on lit le commentaire de Mauricette ci-dessus, on ne peut qu’approuver son constat clairvoyant. Mais on peut aller plus loin pour nourrir l’enquête des chercheurs de vérité.

    C’est le combat entre l’ésotérisme et l’exotérisme.

    L’ésotérisme naît des mystères mythologiques des divinités antiques grecques ou égyptiennes. Il y a donc des initiés, des secrets, des mystères qui appartiennent aux sciences occultes et à la démonologie. On ajoutera la numérologie, l’hermétisme, l’astrologie, l’alchimie et la magie. Satan en fait partie assurément. Toute cette panoplie de l’irrationnel archaïque a été entretenu ou réactivé par les penseurs polythéistes et ésotéristes esséniens et pharisiens au début de l’ère chrétienne. Ils ont créé la Gnose magico-rationnelle, mais aussi le néo-platonisme, le néo-pythagorisme qui sont des déviances magiques de l’esprit rationnel grec. Le Christ a rejeté la magie et l’ésotérisme car elles sont les pourvoyeuses du Mal, de rituels sacrificiels et d’une pensée qui nie la révélation et l’existence d’un Dieu tout-puissant.

    Le Dieu Créateur génère l’Intelligence absolue, la Raison et le rationalisme objectif. Il n’y a pas de secret, ni d’initiés. Le Christianisme est un exotérisme.

    L’ésotérisme est détenteur de l’intelligence de l’irraison qui est redoutable car basée sur le mensonge pour tromper, dissimuler et favoriser les initiés. Il s’agit donc d’un domaine que le Christianisme ne peut pas soutenir, car cette pensée dévoyée n’obéit pas aux Lois de Moïse qui fondent le Christianisme. Elle incarne Satan, l’Adversaire, donc le Mal.

    Les Gnostiques ont écrit la Kabbale au XIIe siècle où l’occulte est incluse, ce qui permet aux Kabbalistes d’êtres des criminels s’ils en ont envie. La Renaissance a été l’apport de la Gnose et de la Kabbale en Europe chrétienne pour le malheur des Chrétiens. Les sociétés secrètes rose-croix, puis francs-maçonnes ont miné la philosophie, puis la politique et infiltré tous les secteurs de la vie publique avec un Humanisme anti-humain. Cette inversion sert de signature. La particularité de cette philosophie dite moderne ou progressiste est que l’homme devient un assassin pour l’homme. La violence a été au premier plan depuis plus de 300 ans en raison de l’ésotérisme et de l’occulte gnostico-kabbaliste.

    On sait que la finance et le grand capital font partie de la Franc-maçonnerie ésotérique qui a ses racines dans l’occulte principalement de l’Egypte antique, d’où l’égyptomanie de cette secte. Le but des démons comme Lucifer ou Baal, qui guident les ésotéristes, est la toute-puissance sur une humanité méprisée et rabaissée. Ils sont anti-humains et anti-Dieu. Ce qui explique que l’Humanisme évolue vers la destruction de l’oeuvre la plus achevée de Dieu qui est l’homme.

    Le grand capital incarne donc les divinités archaïques de l’Antiquité. Ils souhaitent devenir les maîtres du monde.. à nos dépens.

    J’aime

  9. Pingback: Preuve d’un lien entre le Covid et l’exposition aux ondes électromagnétiques. Impact de la 5g inclus. – Les moutons enragés – Le Monde

  10. Oui oui oui…
    Et si tout ceci nous amènerait à cela, à plus ou moins brève échéance ? Voir :
    http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/de-la-societe/science-du-controle/les-pierres-guides-de-la-georgie-georgia-guidestones
    Quand donc nos dites « doctes autorités sanitaires » vont-elles mettre en action les moyens idoines pour analyser sérieusement, et publier, les résultats (bio-impédance ; HPLC-mass spectrometry, microscopie électronique, etc) des analyses des « fioles » ?!?

    J’aime

  11. Il faut savoir que la méthode de mesure des rayonnements non ionisants a été modifiée récemment en Suisse.
    voir:

    https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/electrosmog/communiques.msg-id-82401.html

    Une antenne 5 G émet à la demande: à savoir quand un client demande une connexion, l’antenne crée un faisceau d’onde en direction de ce client. Afin d’obtenir la bande passante (vitesse de connection) élevée, l’antenne génère dans cette direction une émission nettement au-dessus des normes (telles que fixées jusqu’à aujourd’hui) pendant toute la durée de la communicartion.
    Aujourd’hui, on a introduit un facteur de correction lors mesures de la puissance d’émission d’une antenne 5 G.
    Ainsi on prétend que ce nouveau système n’irradie pas plus que ses prédecesseurs. Les heures creuses (nuit etc.) compensant les heures de grande utilisation. Mais la(les) personne(s) qui se trouve(nt) proche du client sera(ont) soumise(s) à une très forte énergie radioélectrique. Bien supérieure aux normes antérieures à la modification de février 2021.

    A chacun de se faire son opinion…

    Aimé par 1 personne

  12. La formation en rouleaux lors d’expositions aux radiofréquences (RF) est connue depuis des années. La perte du goût et de l’odorat depuis des dizaines d’années. Et bien d’autres problèmes. Tout a été caché, dissimulé, minimisé, surtout depuis la commercialisation de la téléphonie mobile. De plus en plus de gens souffrent et sont malades à cause des radiations sans-fil. L’homme connecté n’a aucune chance de vivre longtemps en bonne santé, et ils le savent parfaitement. Ce qui ne les empêche guère de continuer leur folie. Que vaut pour eux la vie d’un être humain ? Ils nous trouvent trop nombreux….

    Le Dr Havas, cité dans l’étude, avait démontré l’année dernière une corrélation entre lieux avec 5G et covid.
    https://magdahavas.com/5g-and-mm-waves/is-there-an-association-between-covid-19-cases-deaths-and-5g-in-the-united-states/
    https://alerte.ch/fr/activit%C3%A9s/agir/233-mortalit%C3%A9-du-covid-19-et-5g-aux-usa-corr%C3%A9lation-d%C3%A9montr%C3%A9e.html

    Le Dr José Luis Sevillano avait fait cette observation avec ses patients l’année dernière (France). On trouve des vidéos sur Odysee où il en parle.

    Les radiofréquences altèrent tous les rythmes, dont le rythme cardiaque. Crises cardiaques chez des jeunes aussi. Elles font s’affoler les pacemakers, ce qui n’a pas empêché les hôpitaux de bourrer leurs bâtiments d’ondes toxiques puissantes. Des personnes avec un pacemaker doivent blinder leur logement pour pouvoir vivre (blinder = isoler des ondes électromagnétiques). Il ne doit pas y avoir de lieu plus insalubre du point de vue des radiations sans-fil que les hôpitaux. Mais c’est pour la santé, paraît-il (surtout pour surveiller le personnel en permanence avec tablettes et pour la future médecine technologique connectée inhumaine).

    On trouve une liste des troubles et maladies, ainsi qu’une longue liste d’études, et même de la première connue à ce sujet, qui date de 1932, dans ce document : https://alerte.ch/media/kunena/attachments/10001894/RNI-Etatdeslieux-solutions.pdf

    J’aime

  13. Voici une vidéo du dr Sevillano :
    « […]Le docteur Sevillano défend l’hypothèse des irradiations spécifiques émises depuis des antennes de téléphonie. Non pas la 5G… sinon des dispositifs installés exprès pour créer cette pandémie […]  »
    : open.lbry.com/@verit%C3%A9libert%C3%A9:5…jos-luis-sevillano:b

    Il a aussi parlé dans une autre vidéo des bébés naissant de parents ayant été injectés : les yeux noirs, un vieillissement prématuré (se tiennent droit, marchent et parlent bcp trop tôt). C’est effrayant.
    Il a aussi été interviewé par Planet Lockdown.

    J’aime

  14. Pingback: Une étude magistrale sur les Effets de la 5G, alias le Covid (article complet via le lien en fin d'article) - Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s