Le passeport universel sera sanitaire sous contrôle possible de l’OMS. Le Conseil fédéral veut nous l’imposer.

Voir les donateurs de Sorin ICI https://sovrin.org/membership/

« Cela fait des dizaines d’années que les dirigeants suisses (ailleurs c’est pareil) travaillent à paver le chemin d’un Agenda 2030, ou de n’importe quoi d’autre, du moment que cela parle de développement durable. Dans un rapport approuvé par le Conseil fédéral, il est dit « L’Agenda 2030 a valeur universelle et ses objectifs de développement durable (ODD) sont intégrés et indivisibles. En les adoptant, tous les États se sont engagés à les réaliser ensemble d’ici 2030, chaque pays y contribuant de manière appropriée au niveau national et international. Il en va de même pour la Suisse qui, depuis 2016, a fait de l’Agenda 2030 le cadre de référence de sa politique en matière de développement. Elle entend poursuivre la réalisation de l’Agenda 2030 en accord avec d’autres processus internationaux qui contribuent à la transition vers une société durable et résiliente. »

Ces dizaines d’années, qui ont introduit le changement du paradigme en matière de gouvernance du territoire helvétique, ont servi à augmenter la résilience du peuple. Celui-ci peut bien s’énerver en décelant des bizarreries, mais ses réactions se limitent à une expression sur les réseaux sociaux ou dans le cadre de rencontres très limitées. Personne n’a interpellé les autorités de manière vigoureuse. Ni dans les Chambres, ni dans les tribunaux, ni dans la rue. Effectivement, la société est devenue résiliente à l’image de la grenouille plongée dans une casserole d’eau froide et que l’on cuit doucement. Elle n’a pas l’idée de sauter hors de la casserole, chose qu’elle aurait faite au contact brusque avec une eau bouillante… » Coup d’Etat planétaire – 2019

A gouvernance mondiale, la pièce d’identité universelle

La globalisation de la planète se fait par l’intermédiaire de la digitalisation. D’ailleurs, nous avons vu précédemment et à de nombreuses reprises comment les gouvernants soutiennent la mutation de leurs populations en transhumains ou en cyborgs.

Qui dit transhumanisme dit aussi Smart Cities et Smart Régions, sur fond de e-gouvernement ou cybergouvernement. Et là les dirigeants suisses se donnent beaucoup beaucoup de mal pour connecter les espaces, abattre massivement les arbres qui pourraient ralentir l’efficacité des antennes GSM, édicter toutes sortes de normes au niveau de la rénovation des bâtiments d’habitation, soutenir les populations à quitter les logements classiques pour s’engouffrer dans les éco-quartiers (loyers offerts, intérêts hypothécaires ridicules, etc.), etc. etc.

En Suisse, le gouvernement travaille d’arrache-pied depuis de nombreuses années pour faire muter l’administration fédérale et cantonale en cyber-administration. Ce n’est rien d’autre qu’un montage de structure parallèle à celle qui s’appuie sur la démocratie et la Constitution. Et cela dure depuis de nombreuses années sans que le grand public n’en sache quoi que soit.

Nous avons eu l’occasion de signaler que le développement du e-gouvernement suisse n’a pas de base législative ou constitutionnelle. Il est basé sur des contrats-cadres. Ca tombe bien puisque la Suisse, officiellement une Confédération, est actuellement inscrite dans un Registre de Commerce HORS du pays. Ce qui signifie que les citoyens ont des paquets de problèmes cumulés.

Revenons à notre environnement ultra-connecté. Pour que celui-ci ait un sens et pour que le modèle global qui va jusqu’à intégrer la vie intime des citoyens, il est nécessaire que chacun soit répertorié par une identification digitale officielle. Toute la technologie de la blockchain repose dessus, et la Berne fédérale n’a pas l’intention de faire marche arrière. Il faut que les tenants du pouvoir arrivent à faire muter l’identité classique suisse en identité numérique universelle.

Le Suisse doit donc devenir un citoyen universel digitalisé. Le modèle prévoit la chose depuis de nombreuses décennies. Rappelons que la globalisation dans laquelle nous avons été propulsés correspond à la mise en place d’un Système-Monde et celui-ci s’appuie sur la digitalisation de TOUT et de TOUS. Et celui-ci a besoin d’attribuer une identité à ses membres, et un répertoire de leurs profils (professionnels, éducatifs, comportementaux, génétiques, etc.) Voici un exemple. Il nous vient de l’ONU et n’a rien à voir avec le Covid puisque l’animation ci-dessous a été postée début mars 2020 (UN Digital Solutions Centre). Tout était déjà prêt.

En novembre 2020, c’est l’Identity Card que l’ONU présente. Et celle-ci est porteuse d’un nombre conséquent d’informations personnelles (y compris médicales!) et professionnelles . Cet outil doit être pris en compte en pensant au carnet scolaire numérisé de l’enfant!

Toutes ces informations sont entre les mains de votre employeur!

Evidemment que les assureurs, logeurs, et autres partenaires pourraient y avoir accès aussi. Pensez à toutes ces données qui sont d’ores et déjà -hackées ou pas- vendues pour une poignée de dollars.

En Suisse, le peuple a dit NON à l’e-ID

Le 7 mars 2021, le peuple a dit massivement NON au Conseil fédéral au sujet d’une carte d’identité émise par des privés. Le problème va au-delà de la simple privatisation de la carte d’identité. Nous ne voulons pas devenir des cyborgs connectés en permanence dans un environnement sous haute surveillance par la technologie. https://www.ictjournal.ch/news/2021-03-09/rejet-de-la-loi-sur-le-id-reactions-et-nouveaux-projets

Nous ne voulons pas du modèle qui définit le cadre de la mission individuelle et collective de M Berset, de ses collègues du jour, et de ses prédécesseurs. De quel droit a-t-on élaboré un projet sans nous consulter, et surtout sans nous présenter l’image finale.

Bref, Sans ce sésame électronique, le projet de M Berset et des autres parties prenantes de la compagnie Suisse peut piquer du bec. Alors voici en quoi consiste l’idée du Conseil fédéral pour contourner le blocage. On a introduit quelques jours après le rejet par le peuple de l’e-ID un petit article dans la Loi sur laquelle le peuple doit se prononcer le 13 juin. Problème, l’alinéa en question n’a pas été communiqué aux votants! Sans la vigilance des citoyens, ce Conseil fédéral aurait pu réussir son coup, qualifié par certains éminents juristes de diabolique. Mme Sandoz a été professeur de Droit et Doyenne de la Faculté de Droit de Lausanne.

Voici le petit article glissé vite fait qui coûte à la Suisse sa réputation en matière de démocratie tant cette présence est choquante aussi bien au niveau du fond que de la forme. Nous avions l’habitude de la manipulation dans un contexte de votations, mais là quelque chose au niveau de la confiance dans ces dirigeants est brisée, d’autant plus que ce sont les mêmes personnages qui approuvent les statistiques publiques frauduleuses ainsi que leurs conséquences désastreuses..

Art. 6a21 Certificat sanitaire

1 Le Conseil fédéral définit les exigences applicables au document prouvant que son titulaire a été vacciné contre le COVID-19, qu’il en est guéri ou qu’il dispose d’un résultat de test du dépistage du COVID-19.

2 Ce document doit être délivré sur de­mande.

3 Il doit être personnel, infalsifiable et, dans le respect de la protection des données, vérifiab­le; il doit être conçu de manière que seule une vérification décentralisée ou loca­le de son authenticité et de sa validité soit possible et qu’il puis­se, dans la mesure du possible, être utilisé par son détenteur pour entrer dans d’au­tres pays et en sortir.

4 Le Conseil fédéral peut régler la prise en charge des coûts du document.

5 La Confédération peut mettre un systè­me pour la délivrance du document à la disposition des can­tons et de tiers.

21 Introduit par le ch. I de la LF du 19 mars 2021 (Cas de rigueur, assurance-chômage, accueil extra-familial pour enfants, acteurs culturels, manifestations), en vigueur du 20 mars 2021 au 31 déc. 2022 (RO 2021 153; FF 2021 285).

https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2020/711/fr#art_6_a

Cela ne s’appelle plus e-ID, mais certificat sanitaire, ou mieux passeport sanitaire numérique. Et comme ils voudront être en conformité avec Bruxelles pour « faciliter » la circulation, etc. il suffit de regarder celui qui sera en place en Europe en juillet pour savoir ce que nous réserve nos administrateurs délégués fédéraux.

Selon France TV Info, ce passeport, incluant un QR Code et des données personnelles, est non seulement validé par l’OMS, mais il doit porter la signature d’un représentant du ministère de la santé validée par l’OMS. (27 Mai 2021)

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/cuba-travaille-sur-son-propre-passeport-sanitaire-numerique-1018768.html

Même si une info de l’AFP du mois d’avril disait que l’OMS n’était pas favorable au caractère obligatoire du passeport vaccinal, nous prenons au sérieux cet article de France

Et derrière tout ce petit monde, nous retrouvons ID 2020, une organisation où les grandes multinationales sont massivement représentées, à commencer par Microsoft.

Site de ID 2020

Maintenant, regardons l’alinéa 3 de cet article 6a

Le tout sur fond de blockchain tant désiré par la haute finance internationale fortement représentée dans ID 2020.

Grande déception donc de notre Conseil fédéral qui nous envoie dans une aventure dont nous ne voulons pas, mais surtout (et c’est le reproche essentiel) dont il ne nous informe pas!

LHK

https://lilianeheldkhawam.com/2020/04/05/la-haute-finance-prend-le-controle-de-votre-sante-lhk/

Est ce que le passeport santé numérique est le sésame dont rêvent les mondialistes?

Bientôt un identifiant numérique pour tous ? Les Echos 2019

Entreprises, institutions internationales et ONG rêvent d’un système mondial permettant d’authentifier l’identité de n’importe qui, n’importe où.

Par Jacques Henno

Comment prouver que je suis bien moi, dans la vraie vie ou sur Internet ? La réponse à cette question vaut aujourd’hui plusieurs dizaines de milliards d’euros, tant l’identification est devenue indispensable dans notre monde connecté. Les transactions (paiements, formalités administratives…) sont dématérialisées et doivent être authentifiées par des plates-formes parfois situées à l’autre bout de la planète. Et les sites Web sont de plus en plus soumis à des obligations de KYC (« Know Your Customer »). Cette vérification de l’identité de leurs clients leur est imposée dans le cadre de la lutte contre les fake news, la fraude fiscale, le financement du terrorisme…

D’où l’idée de quelques Etats, organismes internationaux ou entreprises de proposer une identité numérique unique qui permettrait à tout le monde de s’identifier, partout. Le support de cette identité pourrait être électronique (sous forme de carte à puce ou sans contact…) ou purement digital (une suite de chiffres). L’identifiant serait validé grâce à des données biométriques, financières (compte bancaire) ou à un profil Internet (compte Facebook, Google…). Il donnerait accès à l’état civil, aux informations de santé, financières, etc., de son propriétaire.

« C’est un vieux serpent de mer, relativise Cédric Lauradoux, chargé de recherche au sein de l’équipe Privatics (respect de la vie privée) à Inria Grenoble-Rhône-Alpes. A l’exception de quelques pays comme l’Estonie ou l’Inde, aucun projet n’a abouti, car les freins à l’usage de ces technologies sont nombreux. » En particulier, elles suscitent beaucoup de craintes : surveillance de masse ; fuite, croisement ou revente de données ; cyberattaques…

Un milliard d’êtres humains sans papiers d’identité

Malgré cette méfiance, les travaux de recherche se multiplient. Ils proviennent du secteur privé, d’organismes internationaux, d’ONG ou de consortiums dédiés à cette thématique ( Decentralized Identity Foundation , Fast Identity Online Alliance …). Du côté des entreprises, l’annonce la plus emblématique est venue, tout récemment, du réseau de paiement américain Mastercard .

Fin mars, il a annoncé son ambition de lancer « un modèle d’identité numérique centré sur le consommateur. » « Nous poursuivons deux objectifs : mettre à la disposition des consommateurs une identité numérique, unique et universelle, qui puisse servir aussi bien au commerce en ligne qu’aux formalités administratives ; et permettre aux utilisateurs de contrôler les données qu’ils partagent, via cette identité numérique et avec qui ils le souhaitent »

Rigo Van den Broeck, du département « Intelligence & Cyber » de Mastercard Europe. Le projet est encore à l’état de pilotes, focalisés sur certains aspects très pointus, comme le paiement des impôts.

Netexplo met à l’honneur la « tech for good »

Côté expérimentations, les organismes internationaux sont plus en avance. L’ONU (Organisation des Nations unies) s’est fixé comme objectif de fournir d’ici à 2030 une identité légale au milliard d’êtres humains qui n’ont pas de papier d’identité du tout. Une volonté qui n’est pas totalement désintéressée : beaucoup d’agences des Nations unies sont confrontées à des populations déplacées et sans papier, ce qui peut être source d’erreurs ou de fraudes lors de la distribution des aides. Ainsi, les programmes alimentaires de l’ONU délivrent chaque année plus de 12 milliards de rations à près de 80 millions de personnes. « Nous avons mis au point pour leurs agences des cartes sans contact contenant l’identité, la photo et les empreintes digitales des bénéficiaires. 15 millions de personnes l’utilisent, détaille Lionel Baraban, directeur général de Famoco, une entreprise parisienne spécialisée dans les terminaux professionnels sécurisés. Les coûts des procédures de contrôle ont diminué de 74 % par rapport à une identité papier. »

La blockchain à l’étude

Le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) cherche lui aussi à créer un moyen d’identification crypté, permanent et partageable pour les quelque 20 millions de personnes dont il a la charge. Avec ID2020, un partenariat public privé basé à New York , rassemblant entre autres Accenture, Microsoft, la Fondation Rockefeller et des ONG, il étudie les avantages de la blockchain. « L’idée est d’utiliser la blockchain comme une sorte de registre infalsifiable qui permettrait au réfugié d’autoriser tel ou tel organisme à accéder des données personnelles spécifiques », explique Giuseppe Giordano, un des responsables d’Accenture Labs, à Sophia-Antipolis.

Des recherches qui pourraient demain s’appliquer à tout le monde. « Les besoins en identification sont similaires dans les pays en voie de développement et les pays développés : en fonction des circonstances de la vie, les personnes se déplacent, traversent des frontières… », résume Dakota Gruener, directrice exécutive d’ID2020.

Blockchain : la France rêve de devenir la référence mondiale

Autant d’expérimentations qui ont donné à certains responsables l’idée de fournir directement une identité digitale à toutes les personnes actuellement sans papier à travers le monde. Une initiative soutenue en particulier par la Banque mondiale . « Cela coûtera 9 milliards de dollars [NDLR : 8,07 milliards d’euros], détaille Vyjayanti Desai, responsable du programme ID4D (Identification for Development) de la Banque mondiale, à Washington. Une trentaine de pays ont lancé des études en ce sens : nous leur fournissons une aide technique ou financière. » La Banque mondiale a prévu de débloquer au total 1 milliard de dollars pour ce programme. Le 12 avril dernier, elle avait organisé une conférence sur ce projet. Un jury a récompensé les meilleures idées pour déployer une identité numérique, tout en protégeant les données et la vie privée.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/bientot-un-identifiant-numerique-pour-tous-1016724

Compléments

2. Côté suisse, le carnet de vaccination électronique de Mme Siegrist est toujours hors service…. Ce qui est une bonne chose compte tenu de tous les conflits d’intérêts que l’on a mis au jour…

Vous constaterez que le cerveau de l’humain est représenté clairement puis connecté.
Mais sous couvert de lutte contre le virus, les applis de traçage couplées au tentaculaire réseau de caméras du pays peuvent devenir pour le pouvoir un redoutable outil de surveillance.  Au printemps dernier, la presse avait rapporté le cas d’un homme en fuite depuis 24 ans et qui avait fini par se rendre aux autorités : sans smartphone ni appli de traçage, il lui était devenu impossible de se déplacer, d’entrer dans un magasin ou d’être embauché sur des chantiers.
Elles peuvent aussi s’avérer un instrument de discrimination. A Wuhan, un temps épicentre de l’épidémie et aujourd’hui ville qualifiée de plus sûre du monde par ses habitants, je n’ai pu entrer en discothèque. Pas à cause de ma tenue ou de mon âge. Mais de mon code santé: il indiquait pour origine Pékin où – à plus de 1.000 km – un foyer de contagion venait d’être signalé.https://making-of.afp.com/passeport-sanitaire-la-mode-chinoise

13 réflexions sur “Le passeport universel sera sanitaire sous contrôle possible de l’OMS. Le Conseil fédéral veut nous l’imposer.

  1. Vos articles sont toujours très intéressants, merci beaucoup. Finalement la vérité se fait pas à pas quelque soient les sources que l’on trouve. Je me permets de vous signaler deux sites sur lesquels j’ai trouvé également des informations qui vont dans la même direction que les vôtres : quotidien.com et adonde vamos.
    Finalement, ne pourrait-on pas interpréter ce qui arrive selon deux axes : l’un économique et l’autre spirituel ? Le premier servant de moyen pour atteindre l’autre.
    Car après tout, d’un point de vue Chrétien, la finalité de tout ceci n’est- il pas de nous voler nos âmes ?

    Aimé par 2 personnes

  2. Quand quelques uns d’entre nous disaient, il y a un an, que la crise du Covid-19 n’était en fait destinée qu’à mettre en place le projet ID 2020 d’identification numérique de chaque individu sur la planète, l’accusation de complotiste fusait aussitôt. Et puis, tous ce que nous disions y compris le tatouage électronique est en train de se réaliser très rapidement, sous nos yeux…

    J'aime

  3. L’autre face de l’ID numérique est la possibilité de cible un individu. La démonstration filmée d’individus s’écroulant au sol à Wuhan au début de l’opération n’est pas un symptôme viral mais la démonstration que la panoplie complète de la dictature mondial est désormais opérationnel.

    J'aime

  4. Merci pour votre article !

    J’étais sûr, au lendemain de la votation NON à l’ID en Suisse, que les conseillers fédéraux (je ne mets plus de majuscules, ils ne le méritent pas) avaient un plan B !!! Ils n’ont pas perdu de temps à le mettre en route. Quel dévouement ! J’espère qu’ils seront bien récompensés par leurs commanditaires pour cette trahison de plus de la population et du pays. Honte à eux ! Ca fait un bail que je ne leur accorde plus ma confiance. Ils ont démontré en long, en large et en travers qu’ils en sont indignes. Ce qui me console, c’est qu’ils ne pourront pas échapper à la Justice divine quand leur heure viendra.

    On est dans un simulacre de démocratie, c’est absolument clair.

    Il est clair aussi que le minable conseil fédéral n’a de cesse de nous trahir tous, avec l’aide zélée de nombreux conseillers nationaux. Visiblement, et c’est CHOQUANT, car nous les avons élus, ils n’ont rien fait pour stopper cette plandémie, questionner la fiabilité des chiffres, questionner des mesures non fondées, parfois débiles et surtout dévastatrices. Déni de soins, maltraitance des personnes âgées et des enfants, mensonges et censures des traitements précoces efficaces pour finalement pousser des injections expérimentales de masse pour l’enrichissement d’entreprises privées mafieuses (gigantesques amendes de Pfizer, et Moderna n’est pas sans tache). Qui souhaitent cette loi fasciste honteuse et qui ne sont même pas choqués par la tricherie du cf avec le texte de loi inexact figurant dans livret de votation. Parce que le but n’est évidemment pas sanitaire, on le sait bien depuis une année et aujourd’hui mieux que jamais, mais l’imposition du passeport numérique.

    Qu’ont-ils à y gagner, ces parlementaires ? Pourquoi sont-ils complices dans la transformation de la société en un monde qui devient un enfer pour leurs propres enfants et petits-enfants ? Est-ce qu’ils s’en fichent ? Mais quels monstres sont-ils donc ? La question morale me préoccupe beaucoup à ce sujet.

    J’ai presque ri (malgré la gravité du sujet) quand j’ai lu le nom Microsoft. Je me disais bien que Billy ne pouvait pas être bien loin de cela ! Billy récolte une gigantesque banque de données mondiale, qui va des semences agricoles aux identités, dossiers médicaux et ADN des populations.

    Prochaine étape, et peut-être plus vite qu’on ne le pense : l’identité numérique dans la puce sous-cutanée. Parce que, après-tout, un smartphone, on peut le perdre, non ? C’est piratable, ce n’est pas entièrement fiable, etc. Tous arguments pour avancer leur programme dégoûtant de contrôle, d’eugénisme et d’asservissement.

    Nous serons littéralement pucés comme le sont les chiens depuis une bonne dizaine d’années. Et qu’on ne vienne pas me parler de complotisme, parce que tout ce que les « complotistes », en vérité personnes de bon sens, intelligentes et avisées, ont dit s’est avéré dans cette plandémie. Et déjà des milliers de Suédois se sont fait implanter une puce volontairement ces dernières années. Et dire qu’ils trouvent ça cool…

    (Juste un détail, qui ne change rien à la compréhension du texte : GSM, c’est la génération de mobile 2G. 3G = UMTS, 4G = LTE, 5G = NR)

    Aimé par 1 personne

  5. Quand on parle de puce…
    Observons bien Israël, le « laboratoire du monde » comme qualifié par le boss de Pfizer.
    (« Le PDG de Pfizer admet qu’Israël est le laboratoire du monde », Réseau international, 02.03.2021 : https://reseauinternational.net/scoop-le-pdg-de-pfizer-admet-quisrael-est-le-laboratoire-du-monde)

    Covid-19: Un capteur sur les enfants d’Israël
    « Chaque personne et chaque enfant aura une puce, comme des alarmes de voitures. » (Benjamin Netanyahu)
    https://odysee.com/@melgoyer:3/vaccin-Israel-puce:c

    Je ne trouve pas de mots assez forts pour qualifier cette horreur : abject, ignoble, monstrueux, satanique. Ca n’a pas été fait, mais n’y reviendront-ils pas d’une manière ou d’une autre ?

    Ici, quand viendra le moment, parce que la passeport « sanitaire » en est la voie, le cf et les parlementaires trouveront bien des mots pour dire combien c’est génial, altruiste, compassionnel, merveilleux, une avancée technique qui respecte la liberté des personnes, la protection des données et de la sphère privée, bref les mensonges habituels. Car il y a bien une chose dans laquelle ils semblent exceller : le mensonge.

    Aimé par 2 personnes

  6. Pingback: Le passeport universel sera sanitaire sous contrôle possible de l’OMS. Le Conseil fédéral veut no us l’imposer. – Le blog de Liliane Held-Khawam | Boycott

  7. Pingback: Le passeport universel sera sanitaire sous contrôle possible de l’OMS. Le Conseil fédéral veut nous l’imposer.Le blog de Liliane Held-Khawam – naufrage/sauvetage

  8. Chers suisses,un extrait d’un article sur les conflits actuels un peu partout: »Les mercenaires originaires de la Suisse actuelle qui personnifièrent longtemps le service soldé,étaient aussi connus pour leur barbarie et leur totale indifférence au code de l’honneur en vigueur dans la chevalerie;NB:longtemps les helvètes refusèrent le terme de suisses que leur accordaient leur ennemis autrichiens car ce vocable les assimilait aux Schwykzois ,réputés pour leur cruauté ».In « Les nouveaux conflits une modernité archaïque » par Irène Hermann et Daniel Palmert.

    J'aime

  9. Le Covid est bien le Cheval de Troie: il n’y a qu’à voir avec quel promptitude les Français vont se faire « génétiquement modifier » mais pas vacciner ! La plupart sont tellement imbibés par BFM et LCI que leur capacité de discernement en a été édulcorée sans qu’ils s’en aperçoivent ! Nous sommes en pleine période charnière dans la plupart des pays développés,et si nous ne résistons pas fortement,les organisations internationales prendront définitivement la main sur tous nos gouvernements, comme l’UE l’a fait pour la France, où 70% des lois votées sont en fait l’émanation de textes de l’UE. Heureux que la Suisse ait décidée de ne pas s’y rattacher pour son Bien ! Mon sentiment profond depuis le début de la crise du Covid (qui est le plus grand complot mondial jamais ourdi) c’est que nous devons « internationaliser nos résistances » pour faire le poids face aux Macron,Merkel,Biden,Von der Leyen,Berset,Gates et consorts…Merci à Liliane pour son grand travail pour aider à la prise de conscience des Peuples.On ne la remerçiera jamais assez…

    Aimé par 2 personnes

  10. @gmtmistral, merci. Avec des lecteurs comme vous j’y trouve énormément de satisfaction.
    Nous sommes d’ores et déjà internationalisés.
    Excellent we.

    J'aime

  11. Ah non… ah non vraiment… DURCIR le langage.. moi j’dis.. en ces temps apocalyptiques… … … (enfin.. POUR le commentateur nb qui ne se projette pas dans la DUREE bien sûr… et/mais qui n’commente que ponctuellement ci et là)… et là où de ce durcissement il consisterait alors à dire, « par exemple » s’agissant ici du conseil incriminé ici, que, dans une société qui marche sur la tête, c’est en son titre de plus haute autorité de ce pays, que c’est le « premier » DEBILE en fait,,, de ce pays.

    Et là où, ici où on ne parle de ses capacités intellectuelles nb, si on parlait de ses capacités d’intégrités, de courages, honnêtetés et « couille » (oups, pardon), là on parlerait alors de …pourriture. (En référence à ces notions).

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s