La blockchain, une technologie qui devrait atomiser la structure des Etats.

Vous pouvez activer la traduction automatique en français.

Il est indispensable de comprendre la technologie blockchain pour comprendre comment à l’heure actuelle, là tout de suite, nos Etats sont en train de muter, de se digitaliser, de faire disparaître le tiers de confiance et d’imposer la technologie qui le permet.

A l’heure actuelle, l’ancien monde avec un Etat doté d’une souveraineté, relative soit, semble exister. La réalité est qu’ils sont en train de s’atomiser autour de plateformes digitales. Certains sont plus avancés que d’autres, mais tous sont en chemin pour une gouvernance mondiale digitalisée.

Nous avons abondamment parlé de cette technologie blockchain qui est apparue au lendemain de la crise des subprimes avec l’arrivée surprise du Bitcoin. Pour rappel, e principe est que dès qu’un membre de la plateforme envoie un Bitcoin, le système va garder l’enregistrement de ce paiement en mémoire. Les transactions sont ensuite groupés en blocs, d’où le nom de blockchain ou chaîne de blocs.

C’est grâce à cette technologie que par exemple les banquiers centraux imposeront les cryptomonnaies. Mais cela ne devrait pas s’arrêter à la monnaie, et devrait aller au-delà dans le but de digitaliser tout ce qui peut l’être, mais aussi de le décentraliser. Le grand break du COVID devrait arriver à liquider le fonctionnement du monde tel que nous l’avons connu et le remplacer par un squelette technologie à la mode blockchain.

https://lilianeheldkhawam.com/2020/10/22/reset-possible-esclavage-de-lhumanite-apres-la-gigantesque-faillite-due-a-larret-des-activites/

Ethereum pour aller au-delà des cryptomonnaies

L’évènement majeur devrait être que le monde après-Covid sera toujours plus digitalisé et grâce à la blockchain n’aura plus besoin du tiers de confiance (Etat, banque, notaire, juge, etc.). Pour y arriver, la blockchain devrait aller plus loin que l’hébergement d’une cryptomonnaie du genre Bitcoin. Elle devra traiter de contrats intelligents (smart contracts) comme vous l’indique dans la vidéo ci-dessous M blockchain de IBM.

Vidéo à partir de 12 minutes.https://www.01net.com/actualites/a-quoi-sert-la-blockchain-01hebdo-251-1846498.html?fbclid=IwAR1HZ-b9m1Cv8Oe2ZWXnLjPUocAMHroJpPkmSHWxuSoRKnMOHg4szMbnjGY

Or, pour traiter de smart contracts, il faut tenter de saisir la technologie blockchain d’Ethereum, hébergée par la crypto valley suisse (région zougoise).

Voici donc une vidéo dans laquelle un des cofondateurs d’Ethereum vous explique, entre autres, que l’on pourra, grâce à la technologie en question, tout décentraliser.

On peut commencer à envisager l’atomisation des Etats grâce à cette technologie. Un véritable great reset, qu’il s’agirait d’appréhender le plus vite possible. Les conséquences vont être existentielles. Une commission française aurait estimé en 2018 à dix voire vingt ans pour que la technologie arrive à maturité. De notre côté nous avons le sentiment que tout serait en place d’ici 2030, si aucun impondérable ne devait venir faire dérailler le système.

Pour la première fois, un acte de naissance a été enregistré sur la blockchain.

2019 Extrait de: https://www.presse-citron.net/pour-la-premiere-fois-un-acte-de-naissance-a-ete-enregistre-sur-la-blockchain/

« C’est cette fois au Brésil que cela se passe avec pour la fois dans l’histoire, l’enregistrement d’un acte de naissance sur la blockchain. La déclaration de ce nouveau-né de Rio de Janeiro s’est faite à l’aide la Blockchain Platform d’IBM. Álvaro de Medeiros Mendonça est venu au monde en juillet dernier mais l’information n’a été révélée que très récemment. Si cette nouvelle est autant scrutée par les observateurs, c’est qu’elle appelle de nombreuses autres applications, comme le souligne Dan Gisolfi, responsable de la technologie chez Trusted Identity IBM :

Le certificat de naissance est un document d’identité fondamental qui permet d’établir une confiance pour les autres documents d’identité tels que le permis de conduire. Cette démonstration signifie la mise en place d’une piste de vérification immuable qui conduit à une attestation du gouvernement sur l’identité et la réputation d’une personne. Tout comme dans le domaine des cartes physiques, la publication d’un enregistrement numérique des naissances est un tremplin pour amorcer un marché de titres de compétences numériques plus vaste.

Le cadre d’IBM insiste donc sur cette dimension administrative que pourrait revêtir la blockchain. On peut aisément imaginer l’énorme marché que cela représente. Il précise également que cela permet un gain de temps non négligeable pour les administrations et les particuliers quant au traitement des enregistrements. Un certificat de naissance peut être obtenu en seulement 15 minutes. Le hic est que cette technologie repose totalement sur la confiance. »

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/af/VitalikButerinProfile.jpg/1024px-VitalikButerinProfile.jpg
Vitaly Dmitriyevich plus connu sous le nom de « Vitalik » Buterin est né à Kolomna dans l’Oblast de Moscou. Il émigre au Canada avec ses parents à l’âge de six ans.
A quatre ans, il s’amuse sur des ordinateurs Excels et à sept ans, il écrit une encyclopédie très détaillée et complexe sur le thème des lapins
Il co-fonde Bitcoin Magazine en 2011, et développe Ethereum, une infrastructure blockchain étendant les possibilités de Bitcoin6. L’Ethereum est à l’heure actuelle la deuxième crypto-monnaie en termes de capitalisation derrière le Bitcoin.
Sa fortune est actuellement estimée à environ 80 000 000 $. Le salaire de Buterin est estimé à environ 140 000 $ relativement modeste. Wikipédia

En Suisse, le egovernement

En Suisse, l’administration publique avance à la vitesse V, et ce depuis de nombreuses années. Seul le public n’en est pas vraiment conscient. D’ailleurs, on ne lui a pas demandé son avis.

https://www.isb.admin.ch/isb/fr/home/themen/e-government/e-government-schweiz/_jcr_content/par/textimage/image.imagespooler.jpg/1545230295467/logo-egov.jpg
https://lilianeheldkhawam.com/2017/06/15/suisse-connaissez-vous-le-egovernment/

La blockchain en France

https://static.latribune.fr/full_width/1166730/infographie-blockchain-h289-rectif-rvb.jpg

Les administrations publiques invitées à se saisir du potentiel de la blockchain

Publié le 17 décembre 2018 par Lucas Boncourt / EVS pour Localtis dans Infrastructures numériques, données

De l’état civil au cadastre en passant par les marchés publics et les diplômes, un rapport parlementaire publié mi-décembre invite la France à se saisir du potentiel de simplification de la blockchain. Un domaine dans lequel il ne serait pas trop tard pour que la France affirme son leadership.

Si la blockchain est surtout connue du grand public pour sa sulfureuse crypto-monnaie, le Bitcoin, la technologie recèle un potentiel d’usage que la France aurait tort de négliger. Avec à la clef un secteur prometteur et de substantielles économies, notamment dans le secteur public. C’est en substance le message qu’ont voulu délivrer Laure de La Raudière, députée de l’Eure-et-Loir, et Jean-Michel Mis, député de la Loire, dans un rapport remis mi-décembre.

L’ubérisation des tiers de confiance

Selon la définition établie par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, la blockchain désigne

« des technologies de stockage et de transmission d’informations, permettant la constitution de registres répliqués et distribués, sans organe central de contrôle, sécurisées grâce à la cryptographie, et structurées par des blocs liés les uns aux autres, à intervalles de temps réguliers ».

Elle est souvent comparée à une sorte de gigantesque livre de compte décentralisé où l’ensemble des écritures seraient rendues inaltérables et infalsifiables, comme gravée dans le marbre. Une technologie dont le potentiel disruptif serait immense car la blockchain remet potentiellement en cause les tiers de confiance intervenants dans des transactions ou des contrats, telles que les banques, les notaires, les assureurs ou encore… les administrations publiques.

La Suisse et l’Estonie en avance

En Suisse, le canton de Genève utilise ainsi la blockchain depuis 2017 pour assurer la certification automatique des données contenues dans le registre du commerce. Un service qui devrait être prochainement étendu à d’autres documents officiels comme les actes de naissance et de décès.

La technologie utilisée (protocole Ethereum) permettrait d’assurer ce service pour un coût annuel dérisoire, estimé à 17 euros. Le canton imagine également créer un registre foncier permettant, à terme, aux parties contractantes de se passer des services d’un notaire.

La Suisse n’est pas la seule à souhaiter « ubériser » son administration par la blockchain.

L’Estonie est ainsi le premier pays au monde à s’être doté d’une infrastructure blockchain nationale, baptisée KSI, utilisée pour garantir l’intégrité des données personnelles stockées dans ses 170 bases de données administratives. Au Ghana, pays où près de 90 % des terres rurales ne sont pas enregistrées sur des bases de données officielles, une ONG a mis en place un cadastre utilisant ce procédé. En France, les usages administratifs restent surtout à l’état de réflexion malgré de nombreuses start-up positionnées sur ce secteur prometteur. Le Sgar Bretagne réfléchit ainsi à son utilisation pour garantir la traçabilité des aides publiques. Lorient agglomération recourt pour sa part à un registre virtuel pour certifier l’envoi des convocations aux assemblées.

Se doter d’une stratégie nationale

Le vote électronique, les réseaux électriques intelligents (smart grid), les marchés publics… la liste des services potentiellement impactés par cette technologie est loin d’être close. Aussi, considérant l’apport possible de la technologie pour les services publics et les administrations « en termes de coût, d’efficacité des ressources allouées et de simplification des démarches de l’usager », la mission invite l’État à se saisir « pleinement » du sujet en confiant à la Dinsic la mission d’établir une stratégie nationale. Une stratégie qui pourrait notamment éclairer sur le potentiel de la blockchain pour délivrer plus rapidement des titres administratifs (carte grise, dossier médical partagé, carte Vitale, K Bis, numéro Sirene, etc.), pour archiver en confiance des diplômes universitaires ou encore pour favoriser la participation citoyenne (organisation de consultations locales dématérialisées et sécurisées). (Lire la suite ICI)

La galaxie blockchain en France

En 2019, Bercy se félicitait « de voir se mettre en place « une équipe de France de la Blockchain », cette technologie de transmission et de stockage d’information née avec le Bitcoin. Avec le soutien des pouvoirs publics, de parlementaires et régulateurs ouverts à l’innovation, de grands groupes du CAC 40, notamment dans la finance, portés sur les nouvelles technologies et prêts à coopérer avec les startups, tout un écosystème de la Blockchain émerge dans l’Hexagone. » (lire l’article ICI)

Ajout

1 https://www.zerohedge.com/markets/hedge-fund-cio-there-vague-sense-something-powerful-apolitical-transnational-emerging

2 Le FMI annonce un séminaire pour le 4 décembre…

https://www.imf.org/-/media/Images/IMF/News/Events/2020/2002117-rg6-webbanner-v2.ashx?h=306&w=1099&la=en
https://www.imf.org/en/News/Seminars/Conferences/2020/11/18/sixth-richard-goode-lecture-remaking-the-post-covid-world?fbclid=IwAR01d6ZABPT-b5eP-SYvx-iYgeArXZisIZg–JoM0eB9U7zP-DP52ovgvsA-

…et fait intervenir Daron Acemoglu, professeur au MIT

4 réflexions sur “La blockchain, une technologie qui devrait atomiser la structure des Etats.

  1. Oui l’esclavage est déjà là.Il y a quelques années,j’avais envisagé de m’installer à Zug,mais à la vue de l’installation de la blockchain administrative,je n’ai pas donné suite…Notre lutte contre cette société fermée que l’on nous impose est difficile,mais comme le montre la Théorie des Quanta dans les écrits de David Bohm, et quelques autres scientifiques novateurs, à l’esprit ouvert,on peut penser que le monde implicite imposera au monde explicite une autre voie plus respectueuse de nos âmes et nos consciences…

    J'aime

  2. Pingback: La blockchain, une technologie qui devrait atomiser la structure des Etats. – Les moutons enragés

  3. Pingback: La blockchain, une technologie qui devrait atomiser la structure des Etats. – Les moutons enragés – Le Monde

  4. Pingback: La blockchain, une technologie qui devrait atomiser la structure des Etats. | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s