Un virus sous forte influence politique…

Avant-propos:

Ne comprenant rien à cette épidémie, je fais intuitivement confiance au professeur Raoult, référence mondiale du domaine.

Il me rappelle dans une autre discipline Maurice Allais qui a osé dénoncé la monnaie privée bancaire et qui a annoncé des années avant tout le monde la crise des subprimes de 2007. Les médias bienpensants l’avaient réduit au silence. C’était si vrai qu’il disait de lui-même qu’il était le seul prix Nobel d’Economie téléspectateur.

Le fameux historien Henri Guillemin qui nous a raconté par le menu détail comment Napoléon avec Marat (tout de même!) et des banquiers avaient spolié la population française en créant une banque centrale privée chargée de la création monétaire. Napoléon et sa famille en étaient les principaux actionnaires fondateurs. Henri Guillemin avait été interdit de télévision française. C’est grâce à la Suisse que nous bénéficions aujourd’hui de ses précieuses vidéos.

M Raoult me semble bénéficier d’une honnêteté similaire à celle de Allais ou de Guillemin. Il ne peut comprendre les manoeuvres politiciennes et autres propagandes de  spin doctoring, qui accompagnent l’hystérie liée à l’épidémie du Coronavirus.

A ce sujet, il est utile de rappeler le débarquement ces derniers jours de militaires américains, qui vont bénéficier avec leurs camarades de l’OTAN de routes et autoroutes européennes libres, et à l’abri de tout voyeurisme….

J’ajouterais juste un mot que les lecteurs de Dépossession et de Coup d’Etat planétaire ont pu relever. J’y avais prévu une forte réduction de la mobilité des individus dans le cadre de la montée en puissance de la surveillance et de la mise sous contrôle de la société… Je n’avais juste pas envisagé alors qu’un virus en serait la cause.

Une grande partie de l’humanité a été renvoyée chez elle sans ressources et sans travail. Combien de temps tiendra-t-elle avant qu’une famine n’éclate? Que va faire l’élite de ces millions d’individus qui ne l’intéressent pas du tout…?

Virus ou pas, le Nouveau Monde se met en place. Et cette étape est l’aboutissement de longues décennies de travail acharné. Nous pourrions nous attendre à l’annonce ces prochaines semaines de la mise en place d’un gouvernement mondial. 

Liliane Held-Khawam

Didier Raoult sur le coronavirus : « Il ne faut pas jouer avec la peur »

Sommité mondiale dans le domaine des maladies infectieuses et membre du conseil scientifique dédié au coronavirus, Didier Raoult redoute l’emballement face à un coronavirus qu’il invite depuis des semaines à soigner.

Directeur de l’Institut Méditerranée Infection à Marseille, le professeur Didier Raoult est l’un des infectiologues français les plus reconnus au monde. Il a notamment rejoint le comité pluridisciplinaire de 11 experts formé en mars par l’exécutif, rassemblé afin « déclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au coronavirus« .

Mais dans cette crise, il estime être peu entendu par les autorités sanitaires françaises alors qu’il mène un essai clinique sur un vieux médicament antipaludique utilisé en Chine contre le Covid-19. Face à la réalité de l’épidémie, il préconise de ne pas s’affoler et de détecter les malades sans attendre que leur cas s’aggrave pour mieux les traiter.

Marianne : Que vous inspire l’évolution de l’épidémie de coronavirus ?

Didier Raoult : Je ne me laisse pas embarquer dans la terreur. Je ne sais pas deviner l’avenir et n’ai pas l’habitude de croire les plus excités qui se sont toujours trompés dans leurs modélisations. J’analyse au jour le jour, et l’évolution, aujourd’hui, c’est quelques 6.000 morts dans le monde, dont environ 3.500 en Chine où l’épidémie se termine, et 127 en France. Je m’étonne qu’on parle de cause très significative de mortalité, et même de crise sanitaire du siècle, alors qu’en 2017 la grippe et les autres infections respiratoires ont tué entre 14.000 et 20.000 personnes en France. Peut-être que les statistiques seront très différentes à la fin de l’épidémie, mais aujourd’hui je ne vois pas de problème majeur en termes de mortalité.

On ne peut tester cette mortalité que si l’on intègre des formes peu symptomatiques

En scientifique, je m’intéresse à ce qui se fait dans le monde pour analyser les solutions associées aux meilleurs résultats. La plupart des pays n’avait pas pris le type de décision annoncée par la France, sauf l’Italie avec un succès pas vraiment remarquable. L’Allemagne n’a pas fait ce choix, la Corée du Sud non plus, bien qu’elle ait été frappée de plein fouet. En Chine, il n’y a que la région de Wuhan qui ait été mise en quarantaine, là où il y a eu 2.500 morts, alors que le virus a été partout ailleurs. Mais la mortalité ne s’est pas étendue. On prend des mesures qui n’ont rien à voir avec celles de pays qui ont contrôlé l’épidémie. Peut-être est-ce un trait de génie, ou pas. Il importe surtout de ramener les choses à leur proportion, car l’interprétation que l’on en donne fini par biaiser complètement la vision.

Ce virus n’est-il pas particulièrement contagieux et dangereux ?

La dangerosité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Elle dépend de l’échantillon qu’on observe. On peut regarder en Corée du Sud où l’on a fait ce que je préconise depuis le début, à savoir détecter et traiter, ou dans la plus grande folie réalisée au Japon en coinçant des personnes âgées sur un bateau de croisière, un modèle expérimental équivalent à mettre ensemble vingt souris dont quatre infectées pour regarder combien seront contaminées. Dans ces deux cas, la mortalité a été relativement faible, et en Corée elle a été une des plus faibles au monde. Dans notre centre à Marseille, le seul cas mortel est arrivé après avoir erré d’hôpital en hôpital. Une dame de 89 ans qui était en réanimation depuis dix jours quand on l’a diagnostiquée. La mortalité sera évidemment plus importante pour des gens repérés en réanimation qu’avec une détection précoce. Elle va dépendre de la qualité de la prise en charge, et on ne peut tester cette mortalité que si l’on intègre des formes peu symptomatiques.

En Chine, on rapporte des suicides de gens angoissés

Nous avons sans doute fait plus de tests du coronavirus que tous les autres laboratoires français réunis, avec aussi bien des formes modérées que graves. Le PACA est peut-être épargné avec un seul décès, mais ça prouverait que les généralisations sont fausses. Les écosystèmes sont différents entre Paris intra-muros, Wuhan, la région PACA, et il y a le risque non mesurable car chaotique des super-contaminateurs, difficilement compréhensibles. On sait tout de même maintenant mesurer les charges virales et on voit que des gens ont des quantités de virus un million de fois plus importantes que d’autres. Logiquement, cela peut jouer un rôle dans la contamination, avec d’autres choses comme le comportement. Reste qu’aujourd’hui la plupart de nos patients viennent pour des symptômes respiratoires dus à la vingtaine d’autres virus qui circulent, ou parce qu’ils ont rencontré quelqu’un qui avait le coronavirus. Ils sont affolés et veulent savoir s’ils n’ont pas un truc qui va les tuer. La peur est très contagieuse. En Chine, on rapporte des suicides de gens angoissés. Il ne faut pas jouer avec la peur.

Pensez-vous qu’on s’emballe dangereusement ?

Oui. Quelles sont les données pratiques ? En 2019, il y a eu 2,6 millions de morts dans le monde par infection respiratoire aiguë. A votre avis, quelle influence aura là-dedans le coronavirus ? Avant de modifier sensiblement ces statistiques, il va falloir qu’il tue beaucoup… Et qui sait s’il ne s’arrêtera pas du jour au lendemain sans qu’on sache pourquoi comme le SRAS, ou si l’on en aura fini avec lui en mars, comme habituellement avec la grippe. Tout cela fait que je ne suis pas particulièrement ému, et pense surtout à détecter et à traiter.

Vous menez un essai clinique sur un traitement par la chloroquine. Avez-vous des premiers résultats ?

Je les présenterai cette semaine, mais n’inventerai rien. Le docteur Zhong Nanshan, qui a géré l’épidémie de coronavirus chinois avec succès, a montré que la chloroquine améliore le tableau clinique. En Arabie saoudite, pays où il y a eu le plus de coronavirus ces dernières années, Ziad Memish la recommande également comme traitement de base. Ces deux scientifiques sont les meilleurs au monde pour traiter les coronavirus, mais en France, peut-être parce que l’un est chinois et l’autre arabe, on ne les écoute pas. En Corée du sud, la chloroquine est aussi dans le protocole officiel, comme en Iran.

En France on réclame de fournir des résultats déjà trouvés ailleurs

Les coronavirus viennent de ces pays et ceux qui proposent ce produit les connaissent. Je transmets des choses que d’autres devraient aussi transmettre s’ils lisaient, suivaient ce qui se fait à l’étranger et avaient réalisé que les Chinois sont devenus les plus grands producteurs de science au monde. Je ne fais qu’une étude de confirmation au niveau de la charge virale, seul élément vraiment mesurable aujourd’hui, sauf à inclure des milliers de personnes pour des analyses qui arriveront dans plusieurs mois, sans résultat immédiat.

La charge virale est en revanche facile à regarder et elle répond à la question essentielle de la transmissibilité. Sa durée moyenne est de 12 à 14 jours, et le docteur Zhong a déjà montré que la chloroquine réduisait la persistance du virus à quatre jours. Parmi tous les produits testés, c’est le plus anodin au niveau des effets secondaires, le moins cher, et il a montré au moins partiellement son efficacité. Une bonne nouvelle à annoncer. Cela aura un effet, y compris dans une population où l’on peut redouter de mourir de quelque chose qu’on ne peut pas traiter. Je ne comprends pas qu’on ne s’en serve pas. C’est bizarre à une époque où l’on parle sans cesse de mondialisation. En France on réclame de fournir des résultats déjà trouvés ailleurs.

On a parlé de « fake news » à propos de vos déclarations sur la chloroquine.

Fin février, j’ai fait une vidéo dans laquelle je présentais les résultats chinois. Elle a été postée et partagée sur Facebook, qui l’a qualifié de « fake news » après avis d’un décodeur du Monde. Le site du ministère de la Santé a alors affiché que je propageais une fake news, mais l’a vite retiré. Et deux semaines après, le ministère me demandait de rentrer dans le conseil scientifique dédié au coronavirus…

Y êtes-vous entendu ?

J’y dis ce que je pense, mais ce n’est pas traduit en acte. On appelle cela, des conseils scientifiques, mais ils sont politiques. J’y suis comme un extra-terrestre.

https://www.marianne.net/societe/didier-raoult-sur-le-coronavirus-il-ne-faut-pas-jouer-avec-la-peur

Coronavirus: la Suisse entière en état d’urgence jusqu’au 19 avril. Agefi

lundi, 16.03.2020SG avec AWP

Toute la Suisse est en état d’urgence à cause du coronavirus. Seuls les commerces de première nécessité pourront rester ouverts. Le Conseil fédéral a décrété lundi l’état de situation extraordinaire, prenant ainsi seul les commandes de la crise.

16.03- 17h00: la Suisse entière en état d’urgence jusqu’au 19 avril

Toute la Suisse est en état d’urgence à cause du coronavirus. Seuls les commerces de première nécessité pourront rester ouverts. Le Conseil fédéral a décrété lundi l’état de situation extraordinaire, prenant ainsi seul les commandes de la crise.

Les règles seront désormais identiques dans tous les cantons. Les mesures exceptionnelles entrent en vigueur ce soir à minuit et sont valables jusqu’au 19 avril. Les musées, les bibliothèques, les centres sportifs, les parcs, les restaurants, tous les commerces, les marchés, les salons de coiffure, les studios de tatouage doivent fermer. « Nous avons interdit l’activité de ces commerces dès ce soir minuit », explique Alain Berset.

Postes, banques et hôtels restent ouverts

Les commerces alimentaires restent ouverts. Comme les bureaux de poste, les banques, les hôtels, les kiosques, les guichets de l’administration et les gares restent ouvertes. Ainsi que les boulangeries et les commerces de l’alimentaire, poursuit Alain Berset actuellement en direct.

Une série d’entre eux avaient pris les devants. Le Tessin a bouclé samedi tous les restaurants, bars et magasins, à l’exception des épiceries et pharmacies. Il a été suivi dimanche par le Jura, Neuchâtel, Bâle-Campagne et les Grisons et lundi par le Valais, Genève et Vaud.

Comme dans les pays voisins, le dispositif des autorités suisses va crescendo. Jusqu’à lundi, la Confédération a agi dans le cadre d’une « situation particulière » selon la loi sur les épidémies qui lui permet d’ordonner des mesures en concertation avec les cantons.

Vendredi, le gouvernement a annoncé la fermeture de toutes les écoles, l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes (et même 50 dans les restaurants et discothèques) et la fermeture partielle de la frontière tessinoise avec l’Italie. Une semaine avant, il avait interdit les manifestations de plus de 1000 personnes.

« Les groupes de Jass, c’est fini »

«Une réaction forte s’impose dans tout le pays. Nous devons tous tirer à la même corde. Tout le monde doit faire un effort», répète la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga dans les quatre langues nationales. «Cela veut dire par exemple que les groupes de jass dans les bistrot, c’est fini dès à présent. De même pour les excursions, même prévues de longue date. Il y a des règles à observer, faites-le. Nous ne vous laissons pas seuls», poursuit Simonetta Sommaruga. «Nous sommes touchés au coeur de notre activité économique. Les dix milliards annoncés par Guy Parmelin sont à considérer comme une première mesure, et l’argent est à disposition dès à présent.»

La Suisse est particulièrement frappée par l’épidémie. Plus de 2200 personnes ont été contaminées dans le pays et une vingtaine de personnes sont décédées. Par million d’habitants, la Suisse est le deuxième pays le plus touché du monde après l’Italie. (lire la suite sur site)

http://www.agefi.com/home/politique/detail/edition/online/article/la-pandemie-de-coronavirus-a-deja-fait-plus-de-2000-deces-en-europe-les-banques-centrales-et-les-gouvernements-prennent-des-mesures-le-suivi-en-direct-494944.html

13 réflexions sur “Un virus sous forte influence politique…

  1. Pingback: Le blog de Liliane Held-Khawam:Un virus sous forte influence politique… – chaos

  2. Voilà un article de grande qualité !
    Ajoutons que les gouvernants européens en particulier le nôtre souffrent d’une légère déficience cognitive et du coup les résultats sont là !
    Les politiciens à vouloir prendre la parole sur des sujets qu’ils ne maitriseront jamais prennent des temps d’antenne, des pages de journaux et autres moyens pour dire des imbécilités, ils n’ont même pas la sagesse de laisser les scientifiques, s’exprimer complètement, les pires ce sont les journalistes qui coupent constamment leurs interlocuteurs sans leur laisser aucune chance de finir leurs phrases, en enchainant sur une autre question (idiote) avec le même traitement . . .

    J'aime

  3. Sectes : la Miviludes bientôt placardisée ?
    « au Sénat et à l’Assemblée nationale, on s’interroge :
    pourquoi supprimer un organisme qui, en dix-huit ans d’existence, a prouvé son efficacité malgré un budget n’excédant pas les 500.000 euros ?
    Pourquoi réduire son personnel déjà peu étoffé pour le faire passer
    de 14 à 9 membres,
    alors que les 3 000 signalements de mouvements sectaires recensés l’année dernière traduisent une hausse de 23 % par rapport à 2017 ?

    « Personne ne comprend le sens de cette dissolution de fait »,
    glisse à Marianne un proche de la Miviludes.
    « Chaque semaine, une église évangélique ouvre ses portes en France, avec des pasteurs autoproclamés qui prétendent ‘‘guérir l’homosexualité’’ !

    La Scientologie vient d’investir
    33 millions d’euros dans un siège social de 7.000 mètres carrés à Saint-Denis et le complotisme prolifère, porté par des mouvements sectaires très actifs sur internet »,
    rappelle notre interlocuteur.
    En bref, la Miviludes est plus indispensable que jamais. Son existence paraît néanmoins sérieusement compromise. »

    « La Miviludes, experte en sectes,
    en donnait des caractéristiques essentielles :
    affaiblissement de l’esprit critique,
    suivisme d’un seul dirigeant quand bien même il dirait tout et son contraire,
    recherche de profit personnel pour la caste dirigeante.

    https://www.les-crises.fr/sectes-la-miviludes-bientot-placardisee-par-thomas-rabino/#comment-611800

    J'aime

  4. Lutte contre les sectes :
    la Miviludes va disparaître

    La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes),
    qui n’a plus de président depuis un an,
    va disparaître.
    Ses fonctionnaires vont être rattachés au ministère de l’Intérieur.

    Source : France inter (1er octobre)

    « Voilà un nouveau service public, censé protéger les citoyens, qui disparaît.
    La Miviludes, experte en sectes, en donnait des caractéristiques essentielles :
    affaiblissement de l’esprit critique, suivisme d’un seul dirigeant quand bien même il dirait tout et son contraire, recherche de profit personnel pour la caste dirigeante.

     La foi en l’européisme pourrait-elle entrer dans ces catégories, alors que les arguments les plus évidents contre l’UE sont rejetés, que la dictature se développe dans l’UE et que la corruption gangrène ses élites ? »

    https://www.franceinter.fr/lutte-contre-les-sectes-la-miviludes-va-t-elle-disparaitre

    J'aime

  5. Il faut aussi retenir que le Pr Didier Raoult se trouve confronté à la puissance des organismes de recherche de l’Etat français INSERM & CNRS, qui espéraient bien se partager le gâteau du Coronavirus, d’où le classement vénéneux de la chloroquine par Mme Buzyn (alors Ministre de la Santé) mais surtout « épouse du Directeur de l’INSERM, Mr Yves Lévy »…

    Une autre info révélatrice de la politique du gouvernement français pour retarder l’utilisation du traitement du Pr Raoult, l’attente de Novartis de la décision des autorités de régulation françaises…

    « Le laboratoire suisse Novartis s’est dit prêt vendredi à offrir jusqu’à 130 millions de doses de chloroquine, un traitement contre le paludisme potentiellement efficace dans la lutte contre le nouveau coronavirus. Dans un communiqué le groupe pharmaceutique a annoncé «son engagement à fournir jusqu’à 130 millions de doses de 200 mg d’ici la fin mai quand les autorités de régulation auront donné leur accord pour son utilisation au profit de patients infectés par le Covid-19».

    Dernière info: Mr Estrosi (Maire de Nice) et sa femme, viennent d’être soignés par le Pr Raoult, ainsi que Mme Valérie Boyer (Députée des Bouches du Rhône), tous les trois contaminés par le coronavirus

    J'aime

  6. Confiner : Gouvernement français cynique ? Moyen comme un autre d’augmenter la mortalité précoce des personnes âgées pour ne pas à avoir à verser les pensions . . .

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s