(Màj)Carlos Ghosn allait parler, il retourne en prison! Sa vie serait-elle en danger? LHK

Incroyable mais vrai!

Carlos Ghosn a été de nouveau arrêté dans un Japon qui révèle une face bien sombre des droits qu’ils réservent à ses justiciables.

L’affaire Ghosn a permis de mieux appréhender ce pays qui nous semblait de loin si parfait, mais qui de plus près étale une justice qui défie les droits de l’homme et en tout cas le droit international.

Nous pouvons critiquer le système à loisir, et M Ghosn a appartenu à ce monde globalisé. Il a lui-même largement participé à globaliser l’industrie automobile, faisant de son groupe le numéro 1 mondial des ventes.

Mais cet homme a sauvé son groupe de la déroute. Ses méthodes de management, probablement trop personnifiées, ont tout de même sauvé des milliers, voire dizaines de milliers d’emplois de par le monde! A noter que celles-ci ont aussi permis de gérer 470’000 postes de travail! Un défi à la gestion d’entreprise!

Nous refusons ici d’avaler ce que les mass médias nous servent en nous parlant d’une salle mise à sa disposition à Versailles à l’occasion de son mariage… Un prétexte assez léger qui tenterait de justifier le silence  pesant du gouvernement.

Cette affaire n’est pas sans nous rappeler l’affaire Fillion sortie juste au bon moment pour l’évincer de la course à la présidentielle… Certains ont pu faire l’objet de fuites problématiques, sans avoir jamais été inquiétés! Nous avons pu voir ces dernières années des personnalités jugées coupables par la justice, mais exemptées de peines. D’autres ont reçu des promotions à des postes-clés alors que leurs délits financiers ou de nature mafieuse ont été identifiés.

La justice doit systématiquement avoir le dernier mot. Mais pour tout le monde, et sans distinction disait autrefois la Constitution.

Nous avons besoin de vérité, mais la vérité a aussi besoin d’équité!

Alors comment se fait-il que Carlos Ghosn se fasse arrêter avant tout procès, mettre à l’isolement des mois durant dans des conditions épouvantables, du genre la lumière allumée jour et nuit, miroir confisqué, etc?

Un début de réponse se trouve peut-être dans le fait que Carlos Ghosn a ouvert un compte Twitter, et a promis de dire sa vérité… aussi en langue japonaise.

Cette vérité que nous attendions, eh bien nous ne l’aurons pas.

Alors? Bien sûr que les délits dont M Ghosn est accusé doivent faire l’objet d’enquêtes approfondies, et être jugés. Mais il est inadmissible que les conditions virent à la torture! Certains craignent même pour sa vie.

Ghosn 2.PNG

Message de l’administration de la page Facebook du Comité de soutien à C Ghosn

Qu’allait-il dire qui dérange tant? Qu’est-ce qui fait que ce monsieur subisse tant d’acharnement contre sa personne? Représenterait-il une force d’opposition à la liquidation d’une industrie automobile trop française, trop bien gérée, trop en succès, et qui in fine dérange?

Manifestement, nous risquons de ne pas avoir de réponses à toutes nos interrogations… Assange, exemple (encore) vivant d’un monde qui fait très peu cas de la vérité, des droits de l’homme, et de l’humain en général.

LHK

Mise à jour

Il a été arrêté quelques instants avant un interview avec Fox news.

Carlos Ghosn de nouveau arrêté au Japon. Libération

Par Rafaële Brillaud, à Kyoto

L’ex-PDG de Renault-Nissan a été interpellé jeudi matin à son domicile de Tokyo pour de nouveaux soupçons de malversations financières.

Retour à la case prison. Les procureurs japonais ont procédé ce matin à une quatrième arrestation de Carlos Ghosn, soupçonné cette fois d’abus de confiance concernant l’utilisation abusive des fonds de la société pour payer un distributeur omanais. La rumeur enflait la veille. Et peu avant six heures, ils se sont présentés devant l’appartement du quartier de Shibuya à Tokyo, où l’ancien dirigeant de l’alliance Renault Nissan Mitsubishi a profité d’une courte liberté sous caution.

A lire aussi : Ménage de printemps : Renault sucre sa retraite à Carlos Ghosn

«Mon arrestation ce matin est révoltante et arbitraire, a déclaré de l’ex-magnat de l’automobile dans un communiqué préparé à l’avance. Elle fait partie d’une nouvelle manœuvre de certains individus chez Nissan qui vise à m’empêcher de me défendre en manipulant les procureurs. Pourquoi venir m’arrêter alors que je n’entravais en rien la procédure en cours sinon pour me briser ? Je suis innocent.»

Yacht de luxe et d’investissements dans une start-up

De son côté, interrogé par la chaîne de télévision publique NHK, le président de Nissan Hiroto Saikawa s’est dit «choqué». Il a affirmé aux journalistes qu’il venait d’apprendre la nouvelle et qu’il était à court de mots, surpris devant la série de révélations.

Carlos Ghosn était apparu hier sur twitter pour annoncer, en anglais et japonais, une conférence de presse la semaine suivante, le 11 avril. «Je me tiens prêt à dire la vérité à propos de ce qui se passe», écrivait-il brièvement. Sauf nouveau rebondissement, la rencontre ne devrait donc pas avoir lieu. L’ex-magnat de l’automobile pourrait en effet rester de nouveau une vingtaine de jours en garde à vue.

Selon les médias japonais, cette dernière arrestation concerne le transfert présumé à partir de 2009 de 3,5 milliards de yens (28 millions d’euros environ) à un concessionnaire omanais Suhail Bahwan Automobiles. L’argent ne proviendrait pas directement de Nissan mais d’une enveloppe mise à la disposition de Carlos Ghosn par le constructeur nippon et baptisée la «réserve du PDG».

Les procureurs affirment qu’une partie de ces fonds aurait ensuite profité indirectement au dirigeant et à sa famille, notamment à travers l’achat d’un yacht de luxe et d’investissements dans une start-up basée à San Francisco aux Etats-Unis et dirigée par son fils Anthony Ghosn. Des flux financiers similaires ont été signalés ces derniers jours par Renault à la justice française, à l’issue d’une enquête interne du constructeur.

Jamais le Japon n’avait vécu un feuilleton judiciaire avec de tels rebondissements. Pour rappel, le Franco-Libano-Brésilien a été arrêté une première fois le 19 novembre de manière spectaculaire à son arrivée en jet privé sur le tarmac de l’aéroport d’Haneda. Il est soupçonné d’avoir minoré ses revenus dans des rapports financiers de 2010 à 2015. Toujours en détention, il a été arrêté une seconde fois le 10 décembre pour le même motif mais pour les années allant de 2015 à 2018. L’ensemble représenterait un montant de plus de neuf milliards de yens (70 millions d’euros).

Dans la foulée, coup de théâtre, le tribunal de Tokyo a rejeté la requête du parquet d’étendre sa garde à vue. Alors que sa détention semblait donc prendre fin, Carlos Ghosn a été arrêté une troisième fois le 21 décembre pour abus de confiance, il est soupçonné d’avoir imputé à Nissan des pertes réalisées sur ses placements personnels et d’avoir rétribué, via une filiale du constructeur d’automobile, un ami saoudien qui s’était porté garant pour le sortir de cette mauvaise passe.

Un procès annoncé pour septembre

L’ancien patron tout-puissant de 65 ans a été mis en examen pour l’ensemble de ces charges. Il a toujours clamé son innocence et estime avoir été victime d’un «complot» ourdi par Nissan pour faire échouer son projet de rapprochement avec Renault. Il a essuyé plusieurs refus puis a finalement obtenu une libération sous caution. Après 108 jours de détention et le versement en liquide d’un milliard de yens, soit près de huit millions d’euros, il a enfin quitté le 6 mars la prison de Kosuge à Tokyo. Il était alors en tenue d’ouvrier, afin de tenter de déjouer l’attention des journalistes massés devant la prison, et d’éviter qu’ils ne le suivent jusqu’à son nouveau lieu de résidence. Peine perdue, le déguisement a eu pour seul effet d’amuser les médias.

Le procès de Carlos Ghosn a été annoncé pour le mois de septembre. Mais mardi devant la presse, son avocat Junichiro Hironaka avait précisé qu’en cas de nouvelle arrestation, cette échéance pourrait être repoussée de plusieurs mois. Réputé pour avoir obtenu l’acquittement de plusieurs clients de haute volée, le juriste a également demandé que le procès de son client soit dissocié de celui de Nissan et de son ex bras Greg Kelly, sinon la procédure ne serait pas «équitable» selon lui. «Nissan est, sur le papier, un accusé mais en réalité, il a pris depuis le début le parti des procureurs, a insisté l’avocat. Ceci est extrêmement rare.»

Dans l’immédiat cette quatrième arrestation, très rare également, ne va pas manquer de relancer les critiques internationales sur le système judicaire japonais.

https://www.liberation.fr/planete/2019/04/04/carlos-ghosn-de-nouveau-arrete-au-japon_1719300

15 réflexions sur “(Màj)Carlos Ghosn allait parler, il retourne en prison! Sa vie serait-elle en danger? LHK

  1. Bonjour,

    Pour ceux et celles qui ont participé à un certain niveau de management, il y a un passage obligé par le versement de commissions.
    Il devient hypocrite de tirer sur l’ambulance.
    De plus , la méthode a changé. Il y a ceux, bien malheureux d’utiliser le dollar, avec toutes ces conséquences, et l’état profond qui lui continuera à utiliser les mêmes moyens en toute impunité, dans une guerre sans merci.
    Car soyons clair, le groupe Renault fait de l’ombre aux exportations US, qui sont acculés à développer un commerce des armes, et qu’il devient nécessaire à ouvrir de nouveaux champs d’exportations liés à des conflits créés de toutes pièces.
    Dans l’ombre, par l’utilisation du dollar, les américains attendent le ficelage du dossier de ce monsieur, pour infliger au groupe Renault une amende considérable.
    La volonté affiché de la séparation en deux du groupe, sera pour le japonais de faire porter le chapeau à ce monsieur et surtout au groupe qui est derrière.
    Tout simple.

    Jean SEGUR

    Aimé par 1 personne

  2. Bien que juridiquement Ghosn puisse être coupable sans qu’il y ait l’ombre de considération d’innocence, ceci est à opposer/comparer/mesurer à l’aulne du redressement spectaculaire de Nissan qui était plutôt moribond que frétillant à l’époque où il a pris la barre.
    Ceci étant, qui sont les tireurs de ficelle pour abattre coûte que coûte ce manager plutôt performant en général ?

    J'aime

  3. restons prudent non ?

    En quoi la capacité de redresser un groupe pourrait excuser des vols ?
    Ce mélange est abject.

    Il ne s’agit pas de pots de vin pour acheter des responsables ou influenceurs de signature de marché,
    mais, semble-t-il, de vols pour avantages personnels, considérables par ailleurs.

    J'aime

  4. Il a lancé son tweet car il savait qu’il allait être arrêté pour se poser en victime de complot.
    Ensuite il a sauvé des emplois chez Renault mais fait peser le poids chez les fournisseurs qui eux ont mit la clef sous la porte. Il faut cesser de glorifier ses méthodes de voyous car la fin ne justifie pas les moyens!!! C’est le syndrome de Stockholm de le défendre même si on est tous d’accord que c’est un complot ses fautes sont réelles.

    J'aime

  5. Il faut cesser de se gausser de la soi-disant réussite du groupe Renault. Il s’est fait sur le dos des fournisseurs et des milliers d’emplois supprimés. On se rappelle d’ailleurs bien la vague de suicides dans les centres d’ingénieries. Le faire passer pour une victime maintenant est, pour moi, un peu léger comme excuse. Mais tous ces mondialisateurs font de même. Ce n’est jamais de leur faute, ils sont toujours victime d’un complot. Comme par hasard.

    J'aime

  6. @ Jean Je ne vois pas en quoi cette publication justifierait d’éventuels délits par son action professionnelle. Il est question de respect les droits individuels. La camisole (pour autant que la photo soit authentique) est une pratique insupportable quand l’homme a 65 ans et que manifestement il ne pouvait menacer les policiers.
    Ceci dit si tous les managers ET politiciens qui se sont remplis les poches, ont participé aux versements de pots de vin, et construit la globalisation devaient finir comme lui, il faudrait bcp de place dans les prisons…

    J'aime

  7. Carlos Gohsn est ( a été ?) l’un des principaux acteurs de ce monde mené par la finance globalisée qui maintenant le met à mal.
    Il a manié le glaive, et il va périr par le glaive…

    J'aime

  8. Le meilleur commentaire je l’attribue à Robert. Ce sera donc pour moi le mot de la fin et je peux vous garantir que je n’aurais pas une larme pour Gohsn. J’espère au contraire qu’il pourrira longtemps dans les geôles niponnes.

    J'aime

  9. @Literato : Merci. Gohsn a droit à un procès équitable… Mais est-ce possible pour un requin parmi les requins ? …

    J'aime

  10. @Robert

    Mon sentiment sur l’affaire Ghosn.

    Je pars du principe qu’en politique et dans les affaires de gros sous, rien n’est jamais dû au hasard. Ce type était devenu trop puissant et commençait à sérieusement gêner, Encore un doté d’un ego surdimensionné qui a voulu se faire plus gros que le boeuf. Un aveuglement qui l’a sans doute empêché de voir ce qui se tramait. Car en y regardant de plus près, les germes de sa chute furent apparemment disséminés dès l’arrivée de Macron à Bercy….

    https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-raid-macron-de-2015-germe-de-la-crise-renault-nissan-1317674

    Et Les Echos nous rappelaient ceci en janvier :

    « Le plus grand passif de Carlos Ghosn est sans doute d’avoir bien trop tardé à engager la préparation de sa succession, conservant tous les pouvoirs non seulement à Boulogne-Billancourt mais aussi au sein de l’Alliance Renault-Nissan. Au mépris des règles de bonne gouvernance et malgré les demandes répétées de l’Etat français (qui détient 15 % de l’ex-Régie), le dirigeant franco brésilien restait le pivot incontournable de ce partenariat…. »

    https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/quel-bilan-des-annees-ghosn-chez-renault-870615

    Le terme « requin » fut très bien choisi car comme l’Etat français est en putréfaction avancée, il ne faut donc pas s’étonner de voir les requins débouler : :

    Avec Macron en bon poisson pilote qui est là pour organiser la curée….

    J'aime

  11. A l’époque où Macron était ministre du budget, ses relations avec Goshn qui, paraît-il l’avait « snobé », étaient notoirement mauvaises. Alors le premier étant devenu président de la république, imaginez la suite…

    J'aime

  12. @ Robert

    Vous avez tout à fait raison mais au delà des postures égocentriques de ces deux personnages et de leur incompatibilité d’humeur, j’ai bien peur que cela aille bien au delà. N’oublions pas que Macron a une feuille de route à suivre et n’est en rien seul décideur. Il suffit de regarder comment s’est fomentée la dilapidation d’Alstom qui a démarré des années avant sa vente et qui a été à l’époque très peu relatée au grand public jusqu’à ce que l’on soit mis devant le fait accompli.

    Pour Renault, il est fort possible que Macron, aux ordres de Bruxelles donc des marchés financiers anglo-saxons, mette déjà des jalons dans un plan précis et un Ghosn tout puissant et peu « malléable » n’en fait sûrement pas partie, ce qui pourrait expliquer sa sortie de l’échiquier. Il est quand même intéressant de voir que depuis les années 90 l’Etat, français n’a cessé de désengager en tant qu’actionnaire du groupe Renault.

    https://www.capital.fr/economie-politique/letat-actionnaire-de-renault-de-la-nationalisation-au-desengagement-progressif-1316812

    Sa complète privatisation dans un futur proche ne m’étonnerait pas du tout comme pour la SNCF, les barrages hydrauliques, les Aéroports de Paris et la Française des Jeux. Nul doute que Macron a bien été mis là pour faire le job et la privatisation au profit d’intérêts privées se fait de nos jours de façon tout à fait décomplexée vu la passivité de la population en général. Aujourd’hui seuls les Gilets Jaunes s’insurgent ce qui explique qu’ils soient tant diabolisés.

    Dans cette nouvelle saga d’une possible et prochaine spoliation, Ghosn n’aura été que le dindon de la farce mais ne le plaignons pas car il en a largement croqué sans avoir l’intelligence de se retirer au bon moment. Il a tout simplement oublié qu’il n’était qu’un pion et est justement sacrifié comme l’ont été des milliers de salariés de Renault par lui même et sans état d’âme. Aujourd’hui c’est son tour et s’est fait poisser comme un débutant. Son cas me rappelle beaucoup celui de Strauss Kahn, bien entendu dans des domaines différents mais tous deux auront été punis par là où ils ont péché et l’oligarchie aime beaucoup la symbolique…

    Dans cette guerre incessante que se livrent ces charognards, il n’y a pas de place pour la pitié, donc malheur au vaincu. Voilà sur quoi Carlos Ghosn va pouvoir méditer en prison mais aussi sur le fait que le président Macron ne s’empresse pas pour défendre son « champion » qui a fait pourtant gagner tant d’argent à l’Etat français. Alors qu’un Patrice Kron qui a tout autant magouillé mais lui a fait preuve de soumission en marchant dans la combine a été extrait sans trop de difficultés des griffes de la justice américaine. C’est drôle comme personne ne fait le rapprochement et que ça ne choque pas. En fait, l’élimination de Ghosn arrange bien du monde et va permettre tout simplement d’avoir les mains libres…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :