Ces pays qui dépendent des smartphones. Jean-Philippe Buchs. Bilan

bilan logo
La Chine a vendu l’an dernier des smartphones pour une valeur de 128 milliards de dollars.

«Ces six dernières années, l’énorme demande mondiale de smartphones a profondément changé les résultats de plusieurs pays d’Asie en termes d’exportations et de croissance, par le biais de chaînes d’approvisionnement». Tel est le constat d’une brève analyse du marché mondial des téléphones intelligents publiée par le Fonds monétaire international (FMI) dans ses dernières Perspectives de l’économie mondiale.

Le FMI explique que le cycle technologique des smartphones se divise en deux parties. «La première est le cycle qui précède la sortie d’un nouveau modèle et correspond à l’exportation de tous les composants de plusieurs pays d’Asie en direction de la Chine, producteur final de la majorité des smartphones. La seconde est le cycle qui suit la sortie, lorsque ces derniers sont envoyés de Chine vers le reste du monde. Ces deux cycles ont des effets considérables sur la croissance et les échanges en Asie et au-delà. »

Un tiers des exportations de Taïwan

Cinq économies asiatiques jouent un rôle-clé dans la production de smartphones: la Chine, la Corée du Sud, la Malaisie, Singapour et Taïwan. L’an dernier, l’Empire du Milieu en a vendu pour une valeur de 128 milliards de dollars. Soit l’équivalent de 4,7% de ses marchandises écoulées à l’étranger. De son côté, les composants de production des téléphones intelligents représentent plus du tiers des exportations 2017 de Taïwan contre 17% en Malaisie et 16% à Singapour.

En Corée du Sud et à Taïwan, la chaîne de production des composants des smartphones représente respectivement environ un tiers et deux-cinquième du taux de croissance du PIB réel en 2017. En revanche, son influence est bien inférieure en Chine en raison de la dimension et de la diversification de l’économie.

Un quart de la hausse du PIB irlandais en 2017

L’Irlande, la Corée du Sud et Taïwan sont les premiers bénéficiaires du développement des smartphones en termes de valeur ajoutée. En Irlande où Apple gère la propriété intellectuelle, la valeur ajoutée des exportations d’iPhones a représenté un quart de la hausse du PIB en 2017.

«Dans le même temps, relève le FMI, il est important de noter que le revenu dégagé des ventes de smartphones ne profite pas pleinement à l’économie irlandaise.  (…) L’emploi reste presque inchangé dans le pays

L’an dernier, la contribution des smartphones au taux de croissance du commerce mondial s’est élevée à environ un sixième. Cette expansion s’explique davantage par une augmentation de leur valeur ajoutée (selon Apple, le prix d’un iPhone a grimpé de 618 dollars en 2016 à 798 dollars en 2017) que par le volume d’unités vendues. Lequel a baissé pour la première fois depuis que les données sont compilées.

Selon le FMI, bien que le marché mondial des téléphones intelligents arrive à saturation, la croissance de l’Asie ne devrait pas faiblir en raison de la demande d’autres produits électroniques.

Par Jean-Philippe Buchs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s