Le coaching individuel dans le milieu de l’entreprise (Employeur Suisse)

Dans un contexte de recherche de performances élevées dans une économie globale, le coaching individuel connaît aujourd’hui une demande réelle. Il est utile de réfléchir sur ses caractéristiques et son utilité pour l’entreprise et ses collaborateurs. Le coaching connaît aujourd’hui une demande réelle et croissante, dans un contexte socio-économique complexe et en mouvance. Cette tendance résulte des restructurations et fusions en chaîne, provoquées par la recherche de performance dans une économie globale. Ceci déstabilise fortement l’humain – élément essentiel de l’organisation – et crée un climat d’insécurité et de peur face au changement. Cette peur, liée à une perte des repères socioprofessionnels, engendre des tensions et une inertie hautement néfastes pour l’entreprise, voire pour le tissu économique et social. Il est donc urgent de s’intéresser à l’individu dans son milieu professionnel, à ses valeurs, à son rôle, à ses aspirations et à ses craintes.

Ces craintes génèrent une importante résistance de fond face au changement chez bon nombre de nos concitoyens. Cette résistance peut être exprimée ou non. Dans tous les cas, elle pénalise le collaborateur qui la vit. On voit de plus en plus de personnes dé-sécurisées au fond d’elles-mêmes, mais essayant de répondre à la demande de l’employeur coûte que coûte. Cette division intérieure est la source de multiples conflits, dont le plus important concerne la dimension émotionnelle de la personne. « Je dois y aller, mais le cœur n’y est plus ». Le développement de ces tensions peut amener la personne au stade de l’effondrement. Actuellement, trop de personnes souffrent de ce genre de malaise.

Imaginons dès lors ce qui se passe dans une entreprise lorsque l’encadrement intermédiaire – voire supérieur – subit ce phénomène ! C’est l’entreprise elle-même qui peut être pénalisée, voire paralysée. Il est donc important de se préoccuper de la santé émotionnelle des collaborateurs et de les aider à construire et à s’approprier leur place de travail. L’individu doit se sentir en confiance afin d’exprimer et de réaliser ses compétences.

La difficulté de la gestion de l’humain entraîne une absence de reconnaissance de l’importance de cette dimension. Or, la structure la plus performante ne sera applicable que si le facteur humain est prêt à l’intégrer, à la vivre et à la faire vivre autour de lui. A travers le déni du facteur humain, on crée un décalage entre les structures et la culture. Ceci devient une source de distorsions, cause de moult malaises émotionnels et comportementaux. A l ‘arrivée, la performance n’est même pas au rendez-vous. Le prix payé est énorme, pour une rentabilité économique faible et des conséquences sociales inquiétantes. C’est dans ce contexte socioprofessionnel que le coaching est demandé.

Lire l’article complet « Le coaching individuel en entreprise : objectifs, méthodologie et critères de succès » sur HR4free.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s