Vaccins et bricolage du vivant.

https://file1.science-et-vie.com/var/scienceetvie/storage/images/1/0/3/103878/bricoleurs-adn-outil-pour-reparer-vivant.jpg?alias=exact1024x768_l
Image Science et Vie

Le 22 mars 2021, Swissmedic a autorisé pour une durée limitée le vaccin développé contre le COVID-19 par le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson (« COVID-19 Vaccine Janssen ») pour les personnes de 18 ans et plus. Trois vaccins peuvent donc être officiellement commercialisés en Suisse afin de prévenir le COVID-19. Ce vaccin à vecteur reposant sur un adénovirus humain ne nécessite qu’une seule administration. Les données d’études soumises révèlent une efficacité moyenne de 66,9 % dans les groupes d’âge étudiés. (Communiqué Swissmedic)

L’Institut suisse des produits thérapeutiques, une haute autorité indépendante et partenaire de la Fondation de Bill&Melinda Gates Foundation relève que ledit vaccin dont l’efficacité est tout de même inférieure à 70% peut provoquer des effets secondaires bénins: « Les effets secondaires les plus fréquemment rapportés lors des études cliniques étaient des céphalées, une fatigue, des douleurs au point d’injection et des nausées. La plupart des réactions vaccinales sont apparues dans un délai d’un à deux jours après la vaccination et ont été de courte durée (un à deux jours). » Rien de bien méchant en quelque sorte.

https://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/dritten-impfstoff-gegen-covid-19-erkrankung.html

Pourtant, les choses sont moins simples que ce que le communiqué de Swissmedic veut bien présenter. En effet, dans un message du 17 mars, soit 5 jours avant l’autorisation de Swissmedic, un site faisait état de cas de thromboses chez les personnes vaccinées.

Un groupe consultatif sur la sécurité des vaccins doit rendre ses recommandations après plusieurs décès de thromboses de personnes vaccinées avec AstraZeneca. Plusieurs pays européens ont suspendu le recours à ce vaccin en attendant davantage d’indications. Aucun lien entre ces thromboses et celui-ci n’a été établi et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande pour le moment de maintenir l’immunisation avec AstraZeneca.

Or, parmi les dizaines de milliers de personnes qui ont participé aux tests de Johnson & Johnson, une quinzaine de celles qui ont reçu le vaccin ont fait face à des problèmes similaires. Mais une dizaine de personnes auxquelles le principe actif n’a pas été administré ont aussi été affectées.

https://www.medpro.ch/fr/news/coronavirus-cas-de-thrombose-aussi-aupres-de-patients-vaccines-avec-janssen.htm

Nous aurions pu imaginer que, par souci de transparence et d’honnêteté intellectuelle, Swissmedic aurait pu inclure ces effets indésirables moins rassurants que ceux qu’elle a bien voulu retenir. Sans oublier que nous parlons d’une efficacité de moins de 70%, c’est-à-dire qu’elle se rapproche plus des 50% que l’on attribue aux effets dus au hasard.

Eh bien, ce qui devait arriver arriva, ce 12 avril les responsables de la santé américains ont dû suspendre les vaccinations avec le Johnson & Johnson à la suite de plusieurs rapports de personnes ayant développé des caillots sanguins après avoir reçu le vaccin. Une pause immédiate mais … temporaire.

Une pause qui en rappelle d’autres, et qui ne dit jamais que les stocks ont été repris et remplacés après ladite pause.

Je vous invite à lire le papier de ce scientifique qui vous explique pourquoi il ne se fera pas vacciner avec le J&J. Il fait référence toutefois au vaccin chinois, mais on peut supposer qu’il a rédigé son texte avant que le gouvernement chinois ne reconnaisse que leur vaccin n’était pas si protecteur, et qu’il faudrait les mélanger

Coronavirus: flou total sur l’efficacité et les effets secondaires des vaccins chinois
Pour augmenter l’efficacité de ses vaccins, la Chine envisage de les mélanger

Ce qui ressemble à un gigantesque bricolage du vivant se poursuivra donc. Des millions de gens servent de cobayes, car il faut bien rappeler que nous sommes toujours en phase d’évaluation qui devrait se poursuivre jusqu’à fin 2022.

LHK

Bricolage de l’humain, le vaccin à ARN messager est une réécriture du code génétique selon le chef de Moderna Therapeutics. TED X
Les deux pontes mondiaux de la vaccination engagés par une firme qui mise sur le vaccin ADN.
Notre santé livrée aux ingénieurs?
Reset de la médecine par la nanotechnolgie. Transhumanisme en vue.
Et si le SARS-CoV-2 avait été fabriqué en laboratoire? Hypothèse hautement concevable selon Alexandra Henrion-Caude + Article CNRS
Le livre choc:« La chimère qui a changé le monde : la covid-19 vient de Wuhan » par Joseph Tritto.
Les bricoleurs de virus nous posent un problème de sécurité nationale et même mondiale. LHK

Pourquoi je ne prendrai pas le vaccin Johnson & Johnson – le point de vue d’un scientifique

Ken Biegeleisen, MD, Ph.D., explique pourquoi il pense que Johnson & Johnson ne peut pas garantir que son vaccin COVID ne modifiera pas votre code génétique. Par  Ken Biegeleisen, MD, Ph.D. dix

Tout le monde parle de vaccins ADN / ARN. Peuvent-ils modifier nos propres codes génétiques?

Le lobby des vaccins dit «Jamais!» Cependant, je travaille sous le poids d’un doctorat. en virologie – citeraient plutôt Gilbert et Sullivan: « Eh bien, presque jamais. »

La plupart des gens ne savent pas grand-chose sur l’ADN ou l’ARN, je vais donc commencer par une discussion de 30 secondes sur la chimie. L’ADN et l’ARN sont tous deux des polymères, de longues chaînes (dans ce cas, de très longues chaînes) composées de répétitions apparemment sans fin d’un seul bloc de construction chimique de base, appelé nucléotide .

La structure qui en résulte est souvent assimilée à un collier de perles ou aux échelons d’une très, très longue échelle. Une seule cellule humaine contient environ 6 milliards de blocs de nucléotides dans ses chromosomes.

Dans l’image ci-dessous, le bloc de construction de base de l’ADN se trouve à gauche et le bloc de construction de l’ARN est à droite. Jetez un œil et voyez si vous pouvez ou non discerner la différence:

Blocs de construction d'ARN d'ADN

Vous ne voyez pas beaucoup de différence? C’est parce qu’il n’y a pas grand-chose. L’astérisque rouge (*) montre la différence principale. L’ARN a un «O» supplémentaire (abréviation d’un atome d’oxygène). C’est à peu près ça.

Les virus n’ont pas de vie propre. Ils ne peuvent se développer que dans les cellules hôtes, telles que, par exemple, vos cellules. Pour qu’un virus vous infecte, il doit reconnaître un «récepteur» à la surface de vos cellules. Si – et seulement si – le virus peut reconnaître un tel récepteur, alors il a sa propre manière intelligente de se fixer à ce récepteur et d’introduire son ADN (ou ARN – les virus peuvent avoir l’un ou l’autre) dans vos cellules.

Une fois à l’intérieur, le chromosome du virus à ADN (ou ARN) se reproduit, donnant lieu à des centaines ou des milliers de copies exactes. Ceux-ci sont ensuite transformés en particules virales complètes en étant recouverts d’une couche de protéine protectrice. Ensuite, la cellule est ouverte et les nouveaux virus descendants se dispersent, infectant des centaines ou des milliers d’autres cellules.

Il est facile de voir comment une infection virale peut se propager comme une traînée de poudre dans votre corps.

Même si les différences chimiques entre l’ADN et l’ARN sont relativement faibles, la cellule est suffisamment intelligente pour reconnaître instantanément ces petites différences et agir en conséquence.

L’ADN est répliqué dans nos cellules au moyen d’une enzyme appelée «ADN polymérase». L’ARN, cependant, ne sera généralement pas répliqué par nos cellules car ce n’est tout simplement pas ainsi que les choses fonctionnent. Alors, comment le virus à ARN se reproduit-il?

Certains virus à ARN ont une enzyme appelée « transcriptase inverse », qui commence chaque nouveau cycle de vie viral en convertissant le chromosome ARN du virus en ADN. Cette copie d’ADN peut ensuite être répliquée par le propre système basé sur l’ADN polymérase de la cellule.

Mais d’autres virus à ARN, y compris la souche COVID-19 de coronavirus, apportent leur propre enzyme de reproduction spéciale appelée «ARN polymérase», qui a la capacité de produire directement de nombreuses copies du chromosome ARN du virus sans aucune aide de la cellule native. Système ADN polymérase.

Parlons maintenant un instant de l’altération de notre code génétique. L’interaction entre un virus et la cellule hôte est généralement classée comme étant l’un des deux types distincts d’interaction.

Historiquement, le premier type d’interaction (découvert à la fin du 19e et au début du 20e siècle) était ce que nous appelons maintenant, rétrospectivement, une «infection productive». Ici, le virus se reproduit et tue la cellule, libérant les nombreux descendants décrits ci-dessus.

Ce n’est que dans les dernières années du XXe siècle qu’il est apparu clairement qu’il existe une deuxième sorte d’interaction, de nature très différente, connue sous le nom d’interaction «transformatrice» (également appelée infection «latente»). Dans une interaction transformatrice, il n’y a pas du tout de croissance virale. Au lieu de cela, le chromosome unique du virus utilise son sac d’astuces génétiques pour s’insérer dans l’un des 46 chromosomes de la cellule hôte. Là, l’ADN viral reste, parfois pour toujours.

Chez certaines espèces, comme les herpèsvirus , le chromosome du virus se trouve juste là, à l’intérieur du chromosome hôte, apparemment sans rien faire – à moins et jusqu’à ce qu’une sorte de stimulus le fasse «réapparaître» et recommence à croître. Cela produit un «bouton de fièvre» des lèvres (herpèsvirus de type 1) ou des organes génitaux (herpèsvirus de type 2).

Un grand nombre de publications ont documenté que de nombreux êtres humains – peut-être la plupart – ont, dans leur système nerveux, des cellules qui abritent tranquillement des infections à herpèsvirus latentes, même si la majorité des humains n’auront jamais un bouton de fièvre. C’est un fait connu que l’herpès de type I, à l’état latent, réside dans le ganglion trijumeau , à l’intérieur du crâne près de la moelle épinière. On pense qu’il est parfaitement inoffensif dans cet état latent.

D’autres virus, cependant, ne sont pas inoffensifs à l’état latent. Un bon exemple est le SV-40 , un virus à ADN qui est connu pour être capable de provoquer le cancer chez de nombreuses espèces de mammifères. Le SV-40 infecte les cellules, mais il ne se développe généralement pas. Au lieu de cela, il insère son propre chromosome dans l’un des chromosomes de la cellule (un processus appelé «intégration»), et à partir de cette nouvelle base d’opérations, il convertit la cellule d’une cellule normale, qui est soumise à des formes normales de contrôle de la croissance, en un cellule maligne qui ne respecte aucun des contrôles de croissance de l’organisme hôte et provoque ainsi le cancer. Cette altération, de normale à cancéreuse, est appelée «transformation maligne».

Mais le terme «transformation» ne signifie pas automatiquement la malignité. Bien qu’une «transformation» puisse être nocive de plusieurs façons (et pas uniquement limitée au cancer), elle pourrait dans d’autres cas être totalement sans conséquence (à perte de vue). Dans des cas particuliers, cela peut même être bénéfique.

Curieusement, cependant, même maintenant – 68 ans après la publication de la structure « Watson-Crick à double hélice » pour l’ADN – le rêve de guérir la maladie par la réingénierie génétique humaine, utilisant des virus sur mesure, n’en est qu’à ses débuts.

D’un autre côté, certaines formes douteuses d’expérimentation génétique humaine préparées à la hâte, habilitées par des «ordres exécutifs» et facilitées par le contournement «accéléré» des protocoles de sécurité, sont devenues monnaie courante de façon alarmante.

Un vaccin à base d’ADN peut-il «transformer» une cellule humaine en quelque chose de génétiquement différent?

Avec tout cela à l’esprit, nous pouvons maintenant nous poser la question de savoir si un vaccin à base d’ADN pourrait ou non «transformer» une cellule humaine en quelque chose de génétiquement différent.

Ce n’est pas une petite question, car si la réponse est «oui», et si la transformation se révèle nuisible, alors ce mal peut être transmis à chaque génération suivante – pour toujours.

De 1972 à 1978, j’étais docteur en médecine – Ph.D. étudiant à la New York University School of Medicine. Notre laboratoire a abordé une question qui était courante à l’époque: dans les «infections productives», où un virus se réplique dans les cellules et finalement les détruit, pourrait-il néanmoins y avoir intégration de l’ADN viral dans les chromosomes de la cellule hôte?

Nous avons posé cette question parce qu’à cette époque de l’histoire virologique, il était devenu très clair que de nombreux types de virus différents pouvaient transformer de nombreux types de cellules en cellules cancéreuses malignes. Ces cellules, si elles étaient transplantées dans des hôtes animaux, formeraient alors des excroissances cancéreuses qui tueraient rapidement l’animal.

Ce type de transformation maligne à médiation virale commençait toujours par l’insertion (c’est-à-dire l’intégration) d’ADN viral dans les chromosomes des cellules hôtes. (Oui, je parle de ce que les fabricants de vaccins nous «assurent» de ne pas suivre la vaccination avec leurs nouveaux produits « accélérés »).

Une fois que ces gènes viraux ont élu domicile dans les chromosomes de la cellule hôte, ils sont ainsi habilités à prendre le contrôle du métabolisme de la cellule, le pervertissant à leurs propres fins.

La question posée par les virologues dans les années 1970 était donc la suivante: l’insertion de gènes viraux dans les chromosomes des cellules hôtes est-elle un processus uniquement associé aux transformations cancéreuses? Ou l’insertion de gènes viraux dans les chromosomes de la cellule hôte peut-elle avoir lieu dans n’importe quel type d’infection virale, qu’il s’agisse d’une infection «productive» conduisant à la multiplication du virus et à la mort cellulaire, ou s’il s’agit d’une infection «transformante» là où pas de multiplication de virus du tout?

Nous nous sommes penchés sur cette question en étudiant l’infection des cellules de mammifères par les herpèsvirus. En fin de compte, nous avons publié trois articles, tous dans des revues de virologie de premier plan. Ces articles, énumérés ci-dessous, sont très difficiles à lire pour quiconque n’est pas familier avec le jargon particulier du domaine. Mais pour ceux qui sont intéressés, voici les trois références:

  1. Rush MJ & Biegeleisen K. Association de l’ADN du virus Herpes simplex avec l’ADN chromosomique de l’hôte au cours d’une infection productive. Virology, 69: 246-257 (1976).  https://doi.org/10.1016/0042-6822(76)90211-7 .
  2. Rush MJ, Yanagi K & Biegeleisen K. Autres études sur l’association de l’ADN du virus Herpes simplex et de l’ADN de l’hôte au cours d’une infection productive. Virology, 83: 221-225 (1977). DOI:  10.1016 / 0042-6822 (77) 90227-6 .
  3. Yanagi K; Rush MG; Biegeleisen K. Intégration de l’ADN du virus de l’herpès simplex de type 1 dans l’ADN de cellules BHK-21 à croissance arrêtée. Journal Of General Virology, 44 (3): 657-667 (1979). DOI: 10.1099 / 0022-1317-44-3-657 .

Le premier article a prouvé que les gènes de l’herpèsvirus sont intégrés dans les chromosomes des cellules hôtes, mais a laissé quelques questions importantes sans réponse concernant la nature physico-chimique du lien entre l’ADN viral et hôte.

Par le troisième article, cependant, tous les doutes raisonnables sur l’intégration de l’ADN viral dans les chromosomes de l’hôte avaient été dissipés.

Une autre piste d’investigation en cours à peu près au même moment, dans le laboratoire de W. Munyon, aboutit à la même conclusion. Munyon et ses associés ont étudié une enzyme appelée « thymidine kinase ». Ce que fait cette enzyme est étranger à cette discussion. Ce qui compte, c’est que le gène de l’enzyme se trouve normalement dans les chromosomes humains, ainsi que dans les chromosomes de l’herpèsvirus.

Munyon et son équipe possédaient une souche mutante de cellules dépourvues du gène de la thymidine kinase. Ils ont infecté ces cellules avec un virus de l’herpès qui avait été irradié et qui les a rendues incapables de se multiplier et de tuer les cellules.

Mais le virus portait néanmoins son propre gène de thymidine kinase. Lors de l’infection, il a été démontré que les cellules avaient soudainement acquis cette enzyme, même si elles étaient des mutants qui n’en avaient pas. Parce que le virus avait été irradié, il n’a pas tué les cellules, qui ont continué à croître dans le laboratoire.

Huit mois – soit des centaines de générations – plus tard, la descendance de ces cellules produisait toujours de la thymidine kinase!

Donc, si une société de vaccins à ADN prétend que son vaccin amènera mes cellules à fabriquer temporairement des protéines corona spike , mais ne «transformera» pas de manière permanente mes cellules d’une autre manière, que dois-je en penser?

Ou, peut-être que je ne suis pas censé penser?

Jusqu’à présent, nous n’avons parlé que de l’herpèsvirus. Le nouveau vaccin Johnson & Johnson utilise un adénovirus génétiquement modifié «reproductivement incompétent» comme vecteur du gène de la protéine corona spike.

Doit-on s’inquiéter? Après tout, l’intégration inattendue de gènes viraux peut être particulière uniquement à l’herpèsvirus, et non à l’adénovirus, n’est-ce pas?

Ce n’est malheureusement pas le cas. Ce que je n’avais pas réalisé, à l’époque, je faisais mon propre doctorat. recherche sur l’herpèsvirus, était que d’autres laboratoires menaient le même type de recherche sur l’adénovirus. Voici un exemple de ce travail:

Schick J, Baczko K, Fanning E, Groneberg J, Burgert H et Doerfler W (1975). Formes intracellulaires d’ADN d’adénovirus: La forme intégrée d’ADN d’adénovirus apparaît tôt dans l’infection productive. Proc Nat Acad Sei USA, 73 (4): 1043-1047. DOI:  10.1073 / pnas.73.4.1043 . PMID:  1063388 . PMCID: PMC430196.

Comme le coronavirus, il existe des dizaines de types d’adénovirus connus, dont la plupart sont classés comme des «virus du rhume». Mais certains adénovirus provoquent des maladies beaucoup plus graves, y compris le cancer.

Dans les années 1970, les chercheurs sur les adénovirus posaient les mêmes questions que les travailleurs de l’herpèsvirus. Et ils arrivaient aux mêmes réponses: dans «l’infection productive», où l’adénovirus était censé se répliquer et détruire la cellule uniquement, il y avait en effet une intégration étendue des gènes viraux dans les chromosomes de la cellule hôte – même s’il n’y avait aucune raison biologique évidente pour que le virus fasse cela.

Aucune garantie, malgré ce que disent les fabricants de vaccins

Il semble que dans de nombreuses infections virales, peut-être la plupart, l’intégration de l’ADN viral dans les cellules hôtes est une possibilité très réelle. Lorsque cela se produit, il n’y a absolument aucun moyen de «garantir» que le code génétique de la cellule hôte ne sera pas réécrit.

La question se pose alors: si tel est le cas, pourquoi les fabricants de vaccins nous «assurent-ils» que leurs produits testés à la marge sont génétiquement «sûrs»?

Je suggérerais trois explications possibles, toutes également répréhensibles:

  1. Il se peut que les scientifiques de ces entreprises ne connaissent tout simplement pas l’histoire de ce domaine. Que peut-on dire? «Ceux qui n’apprennent pas de l’histoire sont condamnés à la répéter.»
  2. Il se peut que tout ce qui n’améliore pas le rapport trimestriel sur les bénéfices risque fort d’être ignoré.
  3. Il se peut que qualifier un nouveau vaccin de «sûr», dans le monde pharmaceutique, ne signifie guère plus que le fait que l’entreprise dispose des ressources juridiques nécessaires pour traiter toute réclamation en responsabilité civile.

Laquelle de ces trois explications possibles est la bonne? Ou est-ce les trois?

Quoi qu’il en soit, vous savez maintenant pourquoi je ne prendrai pas le vaccin Johnson & Johnson.

Qu’en est-il des vaccins à ARN?

Nous avons discuté des vaccins à ADN. Qu’en est-il des vaccins à ARN, tels que Pfizer et Moderna ?

Bien que je n’ai aucune expérience personnelle de travail en laboratoire sur la transformation génétique des cellules humaines par les virus à ARN, il convient de commenter brièvement ce sujet avant de terminer.

Les vaccins à ARN sont allégués par leurs promoteurs comme étant génétiquement «sûrs» parce que l’ARN ne peut pas être directement incorporé dans les chromosomes humains.

Est-ce vrai? Oui. Mais est-ce que cela les rend «sûrs»? Peut-être pas.

Ce que les fabricants de vaccins ont oublié de vous dire, c’est que nos cellules possèdent plusieurs types de «transcriptase inverse» qui leur sont propres, qui peuvent potentiellement convertir l’ARN du vaccin en ADN.

En décembre 2020, une équipe de chercheurs de Harvard et du MIT ( Zhang et al ) a publié un article sur le serveur de pré – impression bioRxiv hébergé par Cold Spring Harbor Laboratory montrant que, selon toute probabilité, l’incorporation de gènes de protéines de pointe de coronavirus dans les chromosomes des personnes infectées cellules, a en effet lieu, et est médiée par le type dit «LINE-1» de transcriptase inverse humaine.

Pour être clair, il ne s’agissait pas d’une étude de vaccin, mais d’une étude dans laquelle des cellules étaient délibérément infectées par un virus entier, non inactivé, comme cela se produit dans la nature, et qui peut apparemment entraîner une transformation génétique des cellules après tout.

Ceci, suggèrent les auteurs, peut expliquer l’observation désormais fréquente de la «positivité» du test COVID-19 chez des personnes qui ne sont manifestement pas malades. Autrement dit, les corps de ces personnes fabriquent continuellement des protéines corona spike, à partir des gènes viraux qui ont été définitivement incorporés dans leurs codes génétiques.

On pourrait dire, pour défendre le lobby des vaccins basés sur la génétique, que puisque l’infection par un coronavirus entier et fonctionnel apparaît clairement capable de transformer le code génétique humain, amenant nos cellules à fabriquer pour toujours la protéine de pointe virale, il peut donc y en avoir justification en imitant cette transformation naturelle via un vaccin à ARN non naturel.

Pour condamner ce lobby, cependant, nous ne pouvons ignorer les assurances manifestement injustifiées des fabricants de vaccins selon lesquelles la modification de notre code génétique «ne se produira pas». Une telle déclaration jette un doute sur (a) leur compétence dans leur propre domaine, et (b) leur volonté d’accepter les conséquences de leurs propres actions.

De plus, la transcription inverse est un moyen connu de mobilité génique normale de chromosome à chromosome chez l’homme, un processus fascinant dont l’étude remonte aux travaux pionniers de Barbara McClintock dans les années 1930. Il est donc bien connu, depuis près d’un siècle, que les effets du déplacement des gènes dépendront beaucoup de l’endroit où ils sont déplacés et de ce qui est déplacé exactement et précisément.

Dans le cas du gène actuel de la protéine corona spike transmise par le vaccin , personne n’a la moindre idée de l’endroit où il se terminera dans nos génomes ou de ce qu’il fera quand il y sera.

Il existe un vaccin corona, Novavax , qui ne contient aucun matériel génétique (c’est-à-dire pas d’ADN ni d’ARN), mais qui consiste plutôt uniquement en la protéine de pointe corona. De tous les vaccins disponibles, c’est celui qui est le moins susceptible de causer des dommages génétiques chez l’homme. Mais presque personne ne l’obtient, car il n’est pas disponible dans la plupart des pays. Pourquoi pas?

Il existe également au moins deux vaccins corona ( Sinopharm , Sinovac ) qui sont fabriqués à partir de virus entiers inactivés, analogues aux vaccins antipoliomyélitiques du 20e siècle. Il s’agit d’une forme de technologie éprouvée, mais très peu de gens reçoivent ces vaccins non plus.

Au lieu de cela, nous sommes tous obligés de prendre des vaccins génétiques préparés à la hâte, qui sont susceptibles de transformer notre hérédité, de manière permanente. Y a-t-il une raison à cela, autre que d’innombrables milliards de dollars de bénéfices exceptionnels ?

Je suis d’avis que l’expérience génétique humaine mondiale massive et à peine étudiée qui se déroule actuellement est l’équivalent biologique d’un conducteur ivre, qui roule impunément sur l’autoroute à 100 km / h – la nuit sans phares – parce qu’il dit qu ‘«il connaît le route. »

La plupart des gens sensés se méfient des «OGM», même dans les aliments. Maintenant, nous allons nous modifier génétiquement? Pourquoi? De quelle folie s’agit-il?

Un business juteux

https://scontent.fqls2-1.fna.fbcdn.net/v/t1.6435-9/170126994_10226835570181634_5371910747972976698_n.jpg?_nc_cat=105&ccb=1-3&_nc_sid=8bfeb9&_nc_ohc=_JlrAGT8A2YAX-TJB1S&_nc_ht=scontent.fqls2-1.fna&oh=b20f9f76d75ed77dfefb43300cc36720&oe=609CD629

9 réflexions sur “Vaccins et bricolage du vivant.

  1. Jadis il fallait de 2 à 5/6 ans pour mettre au point un vaccin avec tous les protocoles minutieusement observés et donc une efficacité de 95 à 98%, aujourd’hui . . . .

    J'aime

  2. ça s accelere April 13th: Vaccine antibodies CAUSE blood clots in the brain, lungs and heart… FDA calls halt to J&J vaccine as deaths accelerate

    J'aime

  3. Pingback: Vaccins et bricolage du vivant. – Les moutons enragés

  4. Merci Liliane une fois encore pour la publication de l’avis de Ken Biegeleisen, MD, Ph.D. Il est clair,bien documenté,sans ambiguité,et permet de prendre une position d’attente et de sagesse.
    Mais si vous ajoutez l’inexistence d’une politique de prévention au niveau des ETATS,ainsi que la négation de l’existence de traitements efficaces alors qu’ils existent,vous aboutissez sans coup férir au fait qu’il y a une VOLONTE de cacher la réalité aux Peuples…avec en plus cette FRENESIE de vacciner à tour de bras le maximum de cobayes !!!

    J'aime

  5. La conscience est un attribut inné, donc divin. Comme l’oiseau sait faire un nid sans avoir appris. Dieu ou la nature nous ont pourvu de qualités innées comme la sagesse, le bon sens, la conscience ou la moralité. Etre en accord avec la nature dont nous faisons partie est essentiel. Nier cette réalité est anormal, destructeur, criminel. Seuls des esprits malsains, inspirés par des sentiments négatifs, pervers et mégalomaniaques sont opposés à l’ordre naturel et aux caractères innés.

    Les partisans de l’antéchrist sont des psychopathes à personnalités multiples. Ils ont puisés leur inspiration dans les marécages de l’occulte, de la magie, de l’irrationnel, des faux dieux. La Kabbale est la synthèse de la panoplie ésotérique extrêmement hostile et nuisible à l’humanité. Elle enlève tous les garde-fous, les cadres et les barrières psychiques naturelles essentielles au vivre ensemble. Personne ne pourra prouver le contraire surtout aujourd’hui. La dégénérescence et la déliquescence intellectuelle dans notre société vient de l’action sournoise et perverse de la philosophie moderne athée qui s’est nourrie de la Kabbale depuis des siècles. Le structuralisme en est l’aboutissement avec la mort de l’âme et de l’humain.

    Retrouver nos racines, la foi en Dieu et la nature paraît indispensable après un tel dérapage. Réaliser que nous sommes entre les mains de personnes dangereuses et malveillantes. Ne pas céder aux « modes » que les médias tentent de nous faire adopter. Les médias sont les porte-paroles des psychopathes maçonniques kabbalistes. Eviter les divisions. Rester unis, positifs. Informer. Défendre le Bien.

    J'aime

  6. bravo Liliane, j’allais justement vous envoyer le lien ci-dessous,
    – article complémentaire du 9/04 qui cite, entre autres, l’article du MIT
    https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/04/les-vaccins-arnm-pourraient-modifier.html (… modifier l’ADN, traduit d’un article précédent de CHD)

    – à propos du SV 40 cité dans votre article et d’autres résidus appétissants dont ADN et nanoparticules présents dans plusieurs vaccins : « Résumé des confirmations de données par analyse inter-laboratoires »,
    https://www.corvelva.it/fr/speciale-corvelva/vaccinegate/sommario-delle-conferme-dei-dati-tramite-analisi-interlaboratorio.html (en français, 10/2019)
    – le résumé initial du Vaccinegate, https://micheldogna.fr/fraude-liee-aux-vaccins/ (06/2019), résumé de l’article Corvelva initial, « 5 des 7 vaccins analysés ne sont pas conformes », https://www.corvelva.it/fr/speciale-corvelva/vaccinegate-en/5-of-7-vaccines-analyzed-are-not-compliant.html (français, 11/2018)
    – articles Corvelva plus récents, « Première publication examinée par les pairs sur les vaccins MPRV (Priorix Tetra) », https://www.corvelva.it/fr/speciale-corvelva/vaccinegate/prima-pubblicazione-peer-review-sui-vaccini-mprv-priorix-tetra-e-mmrvaxpro.html (03/2020)
    et « Comparaison entre le génome humain contenu dans Priorix Tetra et dans la lignée cellulaire MRC-5 », https://www.corvelva.it/fr/speciale-corvelva/vaccinegate/comparazione-tra-genoma-umano-contenuto-in-priorix-tetra-e-nella-linea-cellulare-mrc-5.html (04/2020)
    – suite judiciaire de l’affaire, https://childrenshealthdefense.eu/sante-des-enfants-fr/enquete-exigee-sur-le-controle-de-la-qualite-des-vaccins-par-un-procureur-italie/?lang=fr (12/2020)
    bien à vous, FrL

    J'aime

  7. Pingback: Preuve qu’il y a une vie AVANT la mort !… | jbl1960blog

  8. Swissmedic, agence qui travaille non pour la santé des personnes, mais pour la pharma. Elle est achetée par la fondation B&MG.
    Aucune crédibilité, aucune fiabilité, aucune confiance en Swissmedic.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s