L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la Suisse. La réponse du patron de l’USAM

La démocratie, vous saisissez?

LETTRE OUVERTE – Dans une lettre au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le commissaire européen Johannes Hahn écrit que la Suisse a besoin d’un coup de pied au derrière pour avancer sur l’accord-cadre. Réponse du directeur adjoint de l’usam, Henrique Schneider.

Cher Monsieur Hahn

Le 17 juin dernier, vous avez envoyé une lettre expliquant votre vision de la Suisse. Vous écrivez qu’il n’y a aucune volonté politique en Suisse de signer l’accord institutionnel. Vous dites que la Suisse pourrait signer votre projet de traité après des discussions au niveau technique. Je pourrais essayer de vous comprendre comme un technocrate plein d’entrain. Mais c’est précisément dans cette perspective bienveillante que les questions se posent.

Comprenez-vous le marché ?

L’une des caractéristiques distinctives de l’Union européenne est son marché intérieur commun. Les Etats membres ne se sont pas seulement donné des règles à cet égard. Ils ont accepté de renoncer à une partie de leur souveraineté en faveur de la sur-administration. La Suisse ne l’a pas fait. Nous avons des accords bilatéraux avec l’UE sur un pied d’égalité; nous ne voulons pas rejoindre l’UE. Vous dites que la Suisse est l’un des pays qui bénéficie le plus du marché intérieur. La nature du marché vous est peut-être étrangère, mais toutes les parties en profitent. L’Allemagne et la France sont satisfaites de leurs exportations vers la Suisse. Le million et plus de citoyens de l’UE en Suisse ne sont pas non plus trop mécontents. Au fait: La Suisse paie plus de deux milliards d’euros cet accès au marché!

Comprenez-vous le droit ?

Vos notions de droit semblent égale­ment diffuses. En Suisse, il existe un droit national qui lie les autorités. Le dirigeant ne peut conclure un accord sans en tenir compte. Et parce que notre droit est centré sur l’individu, chacun peut s’exprimer lors des consultations. Et le Conseil fédéral est tenu de les organiser. Ces questions sont essentielles pour la Suisse.

Autre sujet: nous ne pouvons pas entretenir des institutions de sécurité sociale pour les citoyens européens. En Suisse, la majeure partie de la sécurité sociale repose sur l’épargne personnelle. Il y a une redistribution dans l’UE. Si la Suisse devait redistribuer dès maintenant, elle devrait s’en remettre aux cotisations d’épargne de ses propres assurés. Ce serait de l’expropriation. Selon notre loi, ce n’est pas possible.

Comprenez-vous la démocratie ?

Vous êtes prêt à donner plus de temps à la Suisse si vous constatez un «buy-in» de la part de Berne? Je ne sais pas exactement si vous savez ce qu’est une démocratie. En Suisse, cependant, la démocratie est encore une réalité vivante. Il y a un Parlement et un Souverain. Les deux doivent être en phase avec l’accord que vous aurez négocié. Tant que cela ne se produira pas, il n’y aura pas d’adhésion. Dans la démocratie suisse, le gouvernement doit mettre en œuvre ce que le peuple et le parlement veulent.

C’est précisément dans votre incompréhension de la démocratie que les questions suisses se fondent sur cet accord. Comprenez-vous que nous ne voulons pas de compétence constitutionnelle parce que les gens sont toujours le dernier recours? Comprenez-vous qu’en Suisse, le peuple aura toujours le dernier mot? En bref: la démocratie, saisissez-vous, Monsieur Hahn?

Il y a aussi un point malvenu dans votre lettre. A la fin, vous recommandez à votre président d’utiliser le rapport de force contre la Suisse. C’est ainsi que se comportent les puissances hégémoniques ou coloniales. Est-ce le cas avec votre UE, Monsieur Hahn?

Bien cordialement

Henrique Schneider
Directeur adjoint de l’usam

https://www.gewerbezeitung.ch/fr/nouvelles-archives/la-d%C3%A9mocratie-vous-saisissez

Pour rappel:

Clap de fin pour la démocratie suisse.

https://lilianeheldkhawam.com/2019/07/20/clap-de-fin-pour-la-democratie-suisse/

15 réflexions sur “L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la Suisse. La réponse du patron de l’USAM

  1. Le citoyen européen n’a pas son mot à dire dans cette discussion (comme dans toutes les autres) le citoyen suisse encore, mais pour combien de temps, j’espère le plus longtemps possible.<3

    Aimé par 1 personne

  2. MERCI
    Excellente cette tentative, bien vaine, d’expliquer le droit d’un régim démocratique à des personnes qui depuis longtemps ne savent plus ce que ce concept recouvre.
    Nous savons tous que l’UE n’est plus démocratique depuis qu’elle a mis en priorité la rente mais il ne faut pas le dire trop fort, ça dérange tant de gens et en arrange une minorité félonne.

    A diffuser !

    J'aime

  3. Belle leçon à ce fonctionnaire arrogant comme tous!! W le BREXIT et je l’espère bientôt ITALEXIT!!

    J'aime

  4. C’est marrant, l’ASIN le dénonce depuis 1992 et c’est seulement aujourd’hui, alors que les commissaires (non-élus) étalent leur incompétente arrogance que des voix s’élèvent pour dénoncer l’attitude de l’UE. Le chant du cygne a commencé pour cette construction symbole du défaut et dans notre pays, il y a encore des gens, et il faut quand même le faire, qui rêvent de rejoindre ces miasmes. Ahurissant.

    J'aime

  5. Bonjour !

    Oui l’UE est une superstructure à vocation hégémonique et impériale. Le dernier livre de m. Guy Mettan, «le continent perdu», est très clair à ce sujet. Sa «punchline» un tantinet provocatrice est qu’en réalité l’UE devrait adhérer à la Suisse… devenir démocratique avec un véritable droit de référendum et d’initiative, un vrai parlement qui serait un véritable législateur, une véritable séparation des pouvoirs, la subsidiarité, etc…

    J’espère que les membres du gouvernement et parlement suisse ont le courage politique de résister fermement au Reich qui nous encercle et fait monter la pression. Ce «commissaire» de l’UE est un ennemi à abattre, pour le peuple suisse comme européen. Vous penserez peut-être que mon propos est outrancier, mais songez aux résistants qui se sont battus contre l’avant-dernière tentative historique d’unifier le continent contre la volonté des peuples…

    J'aime

  6. Je suis agréablement surprise qu’un représentant de l’industrie de la machine soit capable d’une telle réponse dans sa défendre de la démocratie et de la souveraineté populaires de la Suisse, ceci avec des mots si justes. Surprise pour moi. D’habitude, les milieux économiques dont l’USAM, défendent les sous avant notre système politique et avant le citoyen lambda.
    Alors oui! cette lettre remet les choses à leur place. Ainsi, par ce représentant, la Suisse vient de se repositionner dignement. C’est aussi une leçon d’éthique pour ce commissaire. Merci de l’avoir fait. Que le Conseil Fédéral se redresse et regarde devant lui.
    Cependant deux questions subsistent et trottent dans mon esprit: l’USAM a peut-être trouvé d’autres débouchés de poids que l’UE, ou alors, l’UE est devenu exportatrice nette ou re-exportatrice (revendeuse) des machines vers d’autres continents moins développés technologiquement..
    Une troisième question subsidiaire: les technologies occidentales sont-elles à bout de souffle et qu’une collaboration dans plusieurs domaines de l’intelligence artificielle semble être inéluctable avec les géants asiatiques pour opérer de manière indolore, ce tournant?, On pourrait dès lors penser que la Suisse est dans l’alignement des tous les autres pays occidentaux pour ne pas rater son virage. J’y voit comme une anticipation intelligente telle que le plan B pour Six, notre place boursière.
    L’UE bluffe la Suisse avec ses chantages et intimidations, son totalitarisme devient grossier et vulgaire. Voire contre productif et dangereux pour l’économie du continent européen.

    Aimé par 1 personne

  7. Magnifique bien tourné ce texte, une réponse claire et net. Petit bémol, je n’aurai pas rajouté le… bien cordialement… 😉☝️

    J'aime

  8. J’aurais aimé savoir un lien sur le document que vous glosé, pour me faire une meilleure idée sur vôtre réponse bien troussée.

    J'aime

  9. Bravo pour cette belle leçon de démocratie à un représentant de la dictature de l’UE.
    Amis suisses, résistez à tout prix à l’UE, il en va de votre culture, votre art de vivre, votre langue comme de votre prospérité!
    Signé : un français, militant pour le FREXIT à l’UPR.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s