Nouvel ordre monétaire: Et si les prédictions de « Après la crise » venaient à se réaliser… Retour à l’étalon-or? (partie 2)

Dans son livre, Vincent Held l’affirme d’emblée : « l’ordre monétaire international traduit un rapport de forces entre nations ».  Or, la nouvelle puissance financière chinoise, notoirement assise sur des réserves d’or considérables (quoique sous-évaluées) – et forte d’une alliance avec des partenaires stratégiques tels que la Russie- devrait selon toute vraisemblance réclamer un nouveau Bretton Woods.

Ce point de vue converge avec une publication de septembre 2017, intitulée « Le retour de l’or sur la scène monétaire mondiale? » Il y était annoncé alors que dès « Mars 2009, le gouverneur de la Banque populaire de Chine M Zhou Xiaochuan revint  dans le cadre d’une conférence intitulée Reform the international Monetary System sur la vision de Keynes au sujet du bancor.Pour lui, le système centré sur le dollar américain et les taux de changes flottants, plus ou moins librement, devrait être repensé.

M Zhou Xiaochuan avait  rappelé alors les effets pervers du système de changes flottants sur fond de dollar américain dans la mesure où pour qu’il y ait suffisamment de liquidités en dollars, il faut que les Etats-Unis soient déficitaires. (Dilemme de Triffin, alertes vaines de Jacques Rueff)

Or, le déficit de ce pays atteint des sommets jamais vus. Actuellement, nous sommes de nouveau dans une situation de menaces de « shutdown », c’est-à-dire de cessation de paiement du plus grand débiteur de la planète. Les conséquences seraient systémiques et planétaires.

La Chine, en premier créancier de ce pays, devrait détenir, à l’horizon de 2035, 50% du stock mondial de billets verts. Et celle-ci commence à s’impatienter puisqu’elle serait le pays qui aurait le plus à perdre en cas de cessation de paiement US.

Il faut donc quitter le système, mais le quitter progressivement…

Du coup, la Chine tente de réduire la domination du dollar sur le marché des matières premières. Pour cela, elle s’appuie sur l’or, avec l’arrière-pensée du bancor.

En avril 2016 déjà, des contrats à terme sur or libellés en yuan ont été négociés à l’échange d’or de Shanghai et le produit devrait être introduit à Budapest plus tard cette année.

Et voilà qu’aujourd’hui, la Chine aspire à lancer prochainement un contrat à terme de pétrole brut –crude oil futures contract– évalué en yuan et convertible en or .Et elle a largement les moyens d’imposer la démarche en tant que plus grand importateur de pétrole au monde.

Cet évènement est extrêmement important et menace directement le dollar en tant que monnaie de réserve. »

https://lilianeheldkhawam.com/2017/09/07/le-retour-de-lor-sur-la-scene-monetaire-mondialeliliane-held-khawam/

Bref, le nouvel ordre monétaire international pourrait bien remettre au goût du jour le principe de l’étalon-or. Toutefois, le nouveau modèle intègrerait, selon Vincent Held, l’emploi de cryptomonnaies souveraines …

Extraits de Après la Crise

L’ascension irrésistible des cryptomonnaies souveraines

« [Créer une cryptomonnaie nationale] serait une manière plutôt efficace de pouvoir mettre en œuvre notre politique monétaire lorsque la prochaine crise éclatera. » (Kevin Warsh, « ex-membre de la direction de la Réserve fédérale américaine, qui avait aussi été pressenti pour diriger l’institution » )

« Une cryptomonnaie nationale telle que le FedCoin rendrait possible le fameux « hélicoptère monétaire«  de Milton Friedman. […] Une simple ligne de code permettrait d’envoyer instantanément 1000$ dans le portefeuille de chaque personne. » (Prof. Campbell R. Harvey)

Les deux citations ci-dessus devraient aisément nous en convaincre : l’arrivée de « l’hélicoptère monétaire » annoncé par les banques centrales sonnera également l’avènement des cryptomonnaies officielles.

Dans son rapport trimestriel du mois de septembre 2017, la Banque des règlements internationaux (BIS)*, nous apprenait ainsi que trois pays avaient d’ores et déjà développé leurs propres cryptomonnaies :

  • Les États-Unis, avec le FedCoin ;
  • Le Canada, avec le CADcoin ;
  • La Suède, avec l’eKrona.

*Située à Bâle, la « banque centrale des banques centrales » a chapeauté l’élaboration des fameux Accords Bâle I, II et III.

La Banque d’Angleterre n’allait pas tarder à révéler qu’elle étudiait la question depuis 2015 et songeait, elle aussi, à lancer sa propre cryptomonnaie. Sans grande publicité, il est vrai.

Quant à l’Union européenne, il semble qu’elle ait choisi d’avancer à pas feutrés. Plutôt que de parler ouvertement de « cryptomonnaie », elle allait mettre l’accent sur la notion de « blockchain », la technologie qui est à la base des cryptomonnaies.

(…)

En juillet 2018, une étude produite par le Secrétariat général du Parlement européen allait en effet préconiser une « participation publique directe [au marché des cryptomonnaies] grâce à une monnaie digitale de banque centrale. »

Peu de doute, donc, quant au fait que l’UE aura fait le nécessaire pour pouvoir disposer de sa propre cryptomonnaie le moment venu ! Même s’il se pourrait bien, au final, que certains pays sortent de l’euro et n’utilisent plus cette monnaie que pour les échanges internationaux*…

*Depuis 2012, le professeur d’économie monétaire suisse Sergio Rossi a publié un grand nombre d’articles démontrant qu’une cryptomonnaie européenne pourrait parfaitement coexister avec des cryptomonnaies nationales (cf. par ex. « Plan pour un nouvel ordre monétaire européen », 2018).

(…)

La Suisse, quant à elle, nous offre un exemple particulièrement comique. On y aura en effet vu le ministre des Finances fustiger les cryptomonnaies en les qualifiant de « bulle spéculative »… (« Kryptowährungen sind eine Spekulationsblase », Blick, 28/03/2018)

Et pourtant, au même moment, les Écoles polytechniques de Lausanne et Zurich travaillaient d’arrache-pied à l’élaboration du futur cryptofranc !

Selon Vincent Held, un « Nouveau Bretton Woods » à base d’étalon-or ET de cryptomonnaies devrait voir le jour…

A lire aussi:

Nouvel ordre monétaire: Et si les prédictions de « Après la crise » venaient à se réaliser… La perte du salariat ?(partie 1)

 

4 réflexions sur “Nouvel ordre monétaire: Et si les prédictions de « Après la crise » venaient à se réaliser… Retour à l’étalon-or? (partie 2)

  1. Eh bien disons que dans ce cas, le retour à l’étalon-or n’aurait pas grand intérêt… Le nouvel ordre monétaire international en préparation (parfois appelé « Nouveau Bretton-Woods ») sera une transposition du monde multipolaire qui émerge depuis quelques années, en particulier avec la montée en puissance de la Chine. En clair, on va passer à l’après-dollar – il n’y aura plus de monnaie hégémonique.

    J'aime

  2. Bonjour

    Cette analyse est très intéressante mais où trouver une solide analyse (de préférence en français) sur la situation dans laquelle va se retrouver un détenteur d’un peu de pièces d’or et d’un peu de grammes d’or (physiques, pas en ETF) après l’effondrement du dollar et/ou de cette lamentable monnaie unique et pas commune qu’est l’euro ?

    Quelle stratégie risquent d’adopter et les états et les quelques gros investisseurs en or ?

    Quel intérêt auront-ils à racheter et à quel cours une partie de l’or bien réel des petits épargnants ayant besoin de liquide pour aller au supermarché faute de crédibilité des lignes de comptes et donc des cartes bleues ?

    J'aime

  3. et donc dévaluation brutale et violente des monnaies/currencies existantes pour éviter que la bulle de la dette n’explose on va choisir l’inflation OFFICIELLE à presque 2 chiffres (sans parler du risque d’hyper inflation) et donc de totalitarisme et même guerre.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s