Aucun président ne peut résister à la finance internationale. Liliane Held-Khawam

Le Système financiarisé est au-dessus des Etats et de ses représentants.

Des ambassadeurs de Wall Street sont pressentis pour venir étoffer l’équipe du nouveau président américain. Rien n’est encore fait  et il faudra attendre pour être fixé.

M Trump a dénoncé le système de Wall Street.

M trump a dénoncé le libre-échange.

M Trump a fait des promesses aux travailleurs.

M Trump a su dire aux gens ce qu’ils voulaient entendre.

Les électeurs l’ont cru et l’ont tout naturellement élu.

Les électeurs cherchent un Sauveur. Ils sont à l’affût des indicateurs qui les rassureraient quant à leur avenir professionnel, financier et sociétal.

C’est légitime, mais impossible! En tout cas tant que l’on n’a pas réanimé les Etats et l’autorité qui normalement va avec.

Or, il faut se rendre à l’évidence. Aujourd’hui, c’est le marché qui fait son choix. Un candidat qui se présente à des élections de plus en plus coûteuses ne peut apporter un changement quelconque. C’est juste impossible. Pourquoi? Parce que le financement de la campagne ne provient pas des cotisations  des membres devenues largement insuffisantes. Non les sommes gigantesques nécessaires aux campagnes électorales sont fournies par le Système financier international. Et sans états d’âme, il arrose à droite comme à gauche, les Noirs comme les Blancs, les Chrétiens de tous bords, les Juifs, les Musulmans, les Athées, les Bouddhistes et j’en oublie.

Le Système est apatride, apolitique, areligieux, asocial et « aracial » ne reconnaît que l’argent, la performance, le phagocytage, le succès, la privatisation,… Il choisira le candidat qui convient à l’instant T. Tout le reste lui est parfaitement inutile… Vous compris.

La gouvernance politique du 21ème siècle se fait par la finance, avec la finance et pour la finance.

Ce Système qui met en place le nouveau monde n’a que faire de présidents, premiers ministres et autres convenances « républicaines ». Celles-ci sont d’ores et déjà dépassées. il fait des petits confettis des lois constitutionnelles et les remplace par des contrats  de libre-échange qui sont de nature commerciale. Une fois signés, ceux-ci  ficèlent et livrent les territoires et les humains qui les habitent au monde du business.

Vos élus ont tellement financiarisé tous les aspects de votre monde qu’il vous est devenu impossible de vivre sans le marché financier. Et si votre élu venait à se rebeller, il suffirait alors de fermer le robinet des liquidités que son prédécesseur aura pensé à sous-traiter à ces mêmes financiers. Et voilà que d’un simple geste  votre vie vire au cauchemar. Celle de votre élu aussi!

Pas besoin de char, pas besoin d’armes, vous êtes déjà en situation d’occupation ou de colonisation. A choix. Le résultat est implacable.  C’est comme ça.

Ce qui est décrit ci-dessus a été testé par les Grecs. Ils ont voté pour un représentant de l' »extrême-gauche » qui disait-on inquiétait grandement Bruxelles. Or, le plan de « réformes » que M Tsipras a présenté à la Troïka la veille du référendum ferait pâlir d’envie et d’admiration les réformistes ultralibéraux bloqués par certains peuples vigilants.

Je peux vous garantir ici que le Système s’est largement affranchi des républiques -législations nationales comprises- et que les élections servent à ce stade à canaliser les aigreurs et autres colères populaires. Un show-défouloir en quelque sorte.

Quant à M Trump, il est le président idéal du marché financier. Le groupe qu’il détient a besoin de se financer. Pensez-vous qu’il peut prendre le moindre risque de  déplaire à ses créanciers? A moins d’être suicidaire, la réponse est non! Regardez dans l’annexe 1 l’état d’endettement de ses compagnies

Par ailleurs, les graphiques de l’annexe 2 ci-dessous montrent la satisfaction des marchés.

Nous venons aussi d’apprendre que M Trump va permettre aux entreprises transnationales américaines (souvenez-vous des sommes colossales parquées hors du sol américain) qui ont stocké leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, et qui ne pouvaient les réinvestir, d’en rapatrier une partie. Il se dit même  (cf article ci-dessous) que 200 milliards de dollars de cash risqueraient de revenir aux Etats-Unis, dès 2017, grâce à la politique fiscale que l’administration de D Trump va mettre en place.

«Nous nous attendons à ce que la loi de réforme fiscale sous l’administration Trump encouragera les entreprises à rapatrier 200 milliards de dollars de liquidités outre-mer l’année prochaine», a déclaré David Kostin, responsable  U.S. equity strategist chez Goldman Sachs. (Goldman Sachs: Trump to Bring $200 Billion in Share Buybacks)

Cet argent servira en bonne partie au rachat d’actions et contribuera donc à booster les capitalisations boursières sans grands efforts… Tout bénèf donc pour le Casino.

Vous avez l’impression de ne pas trop compter dans la politique que mettent en place vos élus? Vous avez raison. La démocratie avec un peuple souverain, c’est has been. Le présent et l’avenir, c’est un marché financier souverain.

Liliane Held-Khawam

Suivent 3 annexes :

ANNEXE 1

 

Debt on properties Mr. Trump owns or leases

PROPERTY LOCATION DEBT OUTSTANDING
40 Wall Street Manhattan 157,400,000
Trump International Hotel* Washington 127,000,000
Trump National Doral golf resort Miami 125,000,000
Trump Tower Manhattan 100,000,000
Trump International Hotel Chicago 45,000,000
167 East 61st Street Manhattan 14,500,000
Trump Park Avenue Manhattan 12,495,000
Trump National Golf Club Colts Neck, N.J. 11,700,000
4-8 East 57th Street « Niketown » Manhattan 10,600,000
Seven Springs estate Mount Kisco, N.Y. 8,000,000
Trump National Golf Club Washington Potomac Falls, Va. 7,600,000
Trump International Hotel and Tower Manhattan 7,000,000
Trump International Hotel** Las Vegas 3,200,000
1094 South Ocean Boulevard Palm Beach, Fla. 250,000
124 Woodbridge Road Palm Beach, Fla. 250,000

*This construction loan was for $170 million. The Trump Organization and Times sources confirm roughly $127 million has been drawn down on.
**This loan was worth $110 million in 2010. The Trump Organization says a Trump entity is responsible for $3.2 million of the debt outstanding. The Times could not confirm this.

Debt associated with Mr. Trump’s limited partnerships/investments

PROPERTY LOCATION PRC OWNED DEBT OUTSTANDING
1290 Avenue of the Americas Manhattan 30 950,000,000
555 California Street San Francisco 30 589,000,000
Starrett City / Spring Creek Towers Brooklyn 4 410,000,000

Other:

An internal Trump Organization corporate loan, which Mr. Trump says is worth more than $50 million.

ANNEXE2

Nous constatons une nette embellie sur le dollar et sur le Dow Jones dès le 4 novembre. Soit, après la réouverture de l’enquête sur les mails de Mme Clinton….

US Dollar / Swiss Franc (USD/CHF) : Graphique analyse technique US Dollar / Swiss Franc (USD/CHF) | Zone bourse

Euro / US Dollar (EUR/USD) : Graphique analyse technique Euro / US Dollar (EUR/USD) | Zone bourse

dow-jones-novembre-2016

ANNEXE3

Wall Street place ses pions autour de Donald Trump. Stéphane Lauer (Le Monde)

Des anciens de Goldman Sachs ou de fonds spéculatifs sont pressentis pour occuper des postes clés dans l’administration. En contraste avec les propos tenus durant la campagne

Pendant des mois, Donald Trump s’est présenté comme le représentant de l’Amérique des travailleurs, loin des compromissions de «l’establishment» de Washington avec la finance et les lobbies. «Les gars des fonds spéculatifs s’en sont bien tirés», n’a cessé de marteler le magnat de l’immobilier devant ses supporteurs en parlant de la crise financière de 2008.

Mais, depuis son élection, il semble que «ces gars-là» aient de nouveau le vent en poupe. En témoigne l’aréopage de conseillers qui constituent l’équipe de transition du président élu, et dont certains vont former l’ossature du futur gouvernement. Selon des médias américains, certains noms pour des postes clés de l’administration Trump doivent être annoncés en tout début de semaine.

Steven Mnuchin, depuis toujours à Wall Street

Steven Mnuchin est sans doute l’un des plus visibles actuellement. Celui que l’on présente comme le probable secrétaire au Trésor – c’est lui qui a supervisé les finances de la campagne du candidat républicain –, a fait l’essentiel de sa carrière à Wall Street. Après dix-sept ans chez Goldman Sachs, où son père était associé, ce diplômé de Yale a ensuite rejoint le secteur des fonds spéculatifs, avant de monter sa propre boutique, Dune Capital.

L’un de ses principaux faits d’armes a consisté à aider une poignée d’investisseurs comme George Soros ou John Paulson à racheter, en 2009, IndyMac, une caisse d’épargne spécialisée dans les prêts hypothécaires à risques qui venait de faire faillite après la crise des subprimes.

Placée dans un premier temps sous le contrôle du Federal Deposit Insurance Corporation, l’agence fédérale qui garantit les dépôts bancaires aux Etats-Unis, la société a été reprise par Steven Mnuchin et ses associés pour 1,5 milliard de dollars et rebaptisée OneWest Bank.

Devenue «leader des saisies sur le segment des personnes âgées», elle a été revendue cinq ans plus tard pour 3,4 milliards de dollars, après qu’elle eut expulsé des dizaines de milliers d’Américains de leur maison. La banque est également accusée de discrimination raciale, selon Bloomberg.

Autre vétéran de la crise des subprimes en plein reclassement, John Paulson. Ce patron de fonds spéculatif, qui a gagné des milliards de dollars quand le château de cartes du marché immobilier s’est effondré, a été propulsé conseiller économique de Donald Trump.

Wilbur Ross, le «roi de la faillite»

L’homme qui est pressenti pour devenir secrétaire au commerce, Wilbur Ross, est également une figure de Wall Street. A 78 ans, il est le fondateur d’un fonds d’investissement dans les entreprises non cotées (private equity), WL Ross and Co, dont la spécialité consiste à reprendre des entreprises en faillite pour les redresser.

Wilbur Ross a gagné son surnom de «roi de la faillite» en rachetant pour une bouchée de pain des fabricants d’acier, des entreprises textiles et des mines de charbon. Il les a ensuite revendues à bon prix après les avoir sévèrement restructurés en procédant, entre autres, à des milliers de licenciements.

Des méthodes qui allèrent jusqu’à faire fi de la sécurité, comme dans la mine de Sago (Virginie-Occidentale), où les salariés n’avaient pas le droit de se syndiquer. En 2005, ce site a fait l’objet de 205 infractions à la réglementation en termes de sécurité, et, en janvier 2006, une explosion a tué une douzaine de mineurs. C’est lui qui pourrait être chargé de mettre en œuvre les barrières douanières censées faire revenir les emplois industriels aux Etats-Unis.

Paul Atkins, le «Monsieur finance»

Autre candidat potentiel à ce poste: Lewis Eisenberg, ex-associé chez Goldman Sachs, qui, après vingt ans, a été poussé à la démission à la suite d’une affaire de harcèlement sexuel. De son côté, Robert Mercer, patron du fonds spéculatif Renaissance Technologies, gros donateur pour la cause des conservateurs et actuellement en délicatesse avec le fisc à propos d’un redressement portant sur plusieurs milliards, a eu le plaisir de voir sa fille Rebekah intégrer l’équipe de transition.

Elle y retrouve Paul Atkins, 58 ans, le «Monsieur finance» de cette équipe. Ce républicain, ex-membre de la Securities and Exchange Commission (SEC) de 2002 à 2008, a toujours été un farouche adversaire de la régulation financière. Il était à l’époque très critique à propos des amendes infligées aux entreprises, estimant que ces sanctions n’aboutissaient qu’à punir les actionnaires. C’est lui qui est chargé de conseiller Donald Trump sur les nominations à la Réserve fédérale (Fed, banque centrale) ou à la SEC. Il sera également à la manœuvre pour démanteler la loi Dodd-Frank sur la régulation financière, comme s’y est engagé le président élu quelques jours après son élection.

Paul Atkins est actuellement à la tête d’un cabinet, Patomak Global Partners, qui conseille les institutions financières sur la façon de s’adapter aux nouvelles normes imposées par les régulateurs du secteur.

En octobre, il a été nommé par un juge fédéral pour contrôler la Deutsche Bank sur la gestion de ses produits dérivés dans le cadre d’une sanction infligée par la CFTC, l’agence fédérale chargée de la régulation des bourses. La banque allemande est, par ailleurs, le principal prêteur de la Trump Organization, l’entreprise du milliardaire.

Les questions économiques sont chapeautées par David Malpass. Cet ancien conseiller de Ronald Reagan a été pendant quinze ans économiste en chef de la banque d’affaires Bear Stearns, qui a fait faillite en mars 2008.

En août 2007, dans une tribune parue dans le Wall Street Journal et intitulée «Ne paniquez pas à propos du marché du crédit», il écrivait: «Les marchés immobiliers et de la dette ne sont pas une si grosse part de l’économie américaine et de la création d’emplois. L’économie est robuste et va croître solidement dans les prochains mois et peut-être les prochaines années.» On connaît la suite.

Des lobbyistes? Donald Trump ne voit pas où est le problème

Les lobbyistes ont aussi la part belle dans l’équipe de Donald Trump. Comme Jeff Eisenach, qui a travaillé comme consultant chez le plus gros opérateur américain de télécommunications, Verizon, et qui est censé réfléchir à l’orientation de la Federal Communications Commission, l’autorité de régulation du secteur.

Michael Catanzaro, qui a fait du lobbying pour les entreprises parapétrolières Halliburton ou Koch Industries et gros bailleur de fonds du Parti républicain, est le principal conseiller pour les questions énergétiques. Martin Whitmer, lui, a travaillé pour la National Asphalt Pavement Association, qui regroupe les fabricants d’asphalte. Il est désormais chargé des transports et des infrastructures auprès de Donald Trump.

Quant à Michael Torrey, il a longtemps conseillé l’American Beverage Association, le lobby des fabricants de boissons, et la Crop Insurance Bureau, un assureur agricole. Sa mission sera désormais de superviser les questions… agricoles.

Le «marais» va-t-il rester fétide?

Au total, une vingtaine de lobbyistes sont à la manœuvre au sein de l’équipe de transition. Une situation que la sénatrice démocrate du Massachusetts, Elizabeth Warren, a dénoncée dans une lettre datée du 15 novembre et adressée à Donald Trump. «Vous aviez promis que vous ne seriez pas aux mains «des donateurs, des intérêts particuliers et des lobbyistes qui ont corrompu nos politiques depuis déjà trop longtemps» et que vous alliez «assécher le marais» à Washington», rappelle-t-elle, constatant qu’il était «déjà en train d’échouer» en nommant «une kyrielle de banquiers de Wall Street, d’initiés de l’industrie et des lobbyistes au sein de [son] équipe de transition».

Elizabeth Warren, qui souligne que «72% des Américains, démocrates comme républicains, pensent que «l’économie américaine est truquée au bénéfice des riches et des puissants», appelle le président élu à exclure ces personnes de son équipe.

Donald Trump, lui, ne voit pas où est le problème. Lors d’une interview accordée le 13 novembre à la chaîne de télévision CBS, le milliardaire a expliqué qu’il était difficile de trouver des gens pour travailler avec le gouvernement sans qu’ils aient des liens avec les lobbys, estimant que Washington était, «dans sa totalité», un «énorme lobby». Reste à savoir si ses électeurs seront convaincus par cette réponse.

10 réflexions sur “Aucun président ne peut résister à la finance internationale. Liliane Held-Khawam

  1. Votre jugement est extrêmement avisé mais l’optimisme des foules à espérer a fini par occulter la vérité. La réalité est que tout prochain président aux Etats Unis ou en France est à chaque fois pire que le précédent. Les faits ne font que le confirmer et ça fait un moment que ça dure.

    J'aime

  2. Le plus grand problème ce n’est pas qui dirige les pays mais c’est de résoudre les 35.000 milliards de dettes dans le monde, l’Inde essaie de les éliminer de ces comptes bancaires les milliards de dettes dans ces banques mais c’est le chaos dans le pays, plus de la moitié de camions ne roulent plus, les taxis aussi, les hôtels et les artisans sont à l’arrêt faute payer les fournisseurs, les magasins ne sont plus fournis. Bienvenus en enfer pour les touristes en Inde qui doive faire 5/6 heures de file pour changer 20 euros, etc… Toute l’économie est en panne.
    Quel pays le prochain?

    J'aime

  3. Même le journal des oligarques Bloomberg doit admettre indirectement la faillite de la tentative de la société sans numéraire en Indes piloté par le BRI, la confusion règne avec le risque éminent de la dépression économique et la chute du gouvernement. Tout ça dénote l’incompétence arrogante des oligarques mondialistes et souligne leur incapacité de prendre le contrôle du monde.
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2016-11-23/india-s-cash-canceling-experiment

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s