Réflexions sur l’indépendance des banques centrales. Le cas de la BNS. Noël Benalou

41aubxafpsl-_sx312_bo1204203200_

La décision de la BNS d’abolir le taux plancher n’est-elle pas la politique appropriée pour inciter les acteurs économiques à privilégier les mesures structurelles en faveur de l’investissement de productivité, de l’innovation et de la formation du capital humain? Sachant que la politique industrielle de type colbertiste ne fait pas partie de la culture économique de la Suisse. D’autre part l’histoire nous montre que l’économie suisse s’est toujours adaptée à l’appréciation du franc en se spécialisant dans les industries à forte valeur ajoutée et en privilégiant la compétitivité hors prix (DP 2095). Compte tenu de ces considérations, le risque de désindustrialisation et les difficultés temporaires rencontrées par certaines entreprises exportatrices ne sont-ils pas exagérés dans le but d’obtenir le soutien de l’Etat sous forme de subventions à l’exportation ou de garantie publique contre les risques de change?

La décision prise la BNS de mettre fin à l’arrimage du franc à l’euro continue de susciter des interrogations dans les milieux économiques, politiques et syndicaux, en raison de ses conséquences sur l’économie réelle et de l’incertitude qu’elle a engendrée en matière de taux de change. Cependant, force est de constater que la politique monétaire n’est pas totalement responsable des difficultés réelles ou supposées de certains acteurs économiques. Ainsi tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne et les difficultés rencontrées par certaines entreprises ne semblent pas avoir une cause monétaire liée à la force du franc. Par exemple, la baisse de la demande adressée à l’industrie horlogère s’expliquerait par la moralisation de la vie politique en Chine, par le ralentissement de la croissance et sans doute par la chute du tourisme d’achats en raison notamment des attentats de Paris. De même les difficultés du secteur du tourisme ne sont qu’en partie d’origine monétaire, car ce secteur est en réalité confronté à la concurrence de la France et de l’Autriche. Pour survivre, ce dernier est condamné à innover, sachant que la force actuelle du franc ne lui facilite pas la tâche en l’obligeant à raboter ses marges via des remises de prix.p

Quelques propositions de solutions

Face à la persistance de la vigueur du franc et à ses inconvénients à court terme, les propositions susceptibles de sortir la Suisse de cette mauvaise passe prolifèrent. Mais elles comportent toutes des avantages et des inconvénients et ne semblent donc pas faire l’unanimité dans les milieux économiques et politiques. Ainsi, pour le parti socialiste, l’Union syndicale suisse et certains exportateurs, la réintroduction d’un nouveau plancher serait une solution appropriée afin de préserver la croissance et les emplois en réduisant l’incertitude sur le taux de change. De toute manière la BNS est contrainte d’intervenir sur le marché des changes avec ou sans objectif de change explicite même s’il est vrai que l’absence d’un lien fixe officiel avec l’euro lui confère une marge de manoeuvre. Cependant, une telle solution n’est plus praticable, car elle se heurterait à un sérieux problème de crédibilité et pourrait nuire aux autorités monétaires en les mettant dans une situation de faiblesse face aux spéculateurs.

Probablement l’alternative à cette proposition résiderait dans la mise en place d’un contrôle de capitaux et la taxation des activités spéculatives. Mais là encore, force est de remarquer que ces instruments sont peu compatibles avec la culture économique libérale de la Suisse. Bien évidemment, celle-ci n’est pas figée pour l’éternité et pourrait donc évoluer sous la pression d’événements sur lesquels la Suisse ne semble pas avoir de prise comme par exemple la croissance et les divers chocs adverses affectant ses principaux partenaires commerciaux, en raison du fort degré d’extraversion de son économie et d’un marché de capitaux de dimension internationale.

L’autre idée qui revient sans cesse sur le tapis est la création d’un fonds souverain à l’instar de celui de la Norvège afin de compenser le manque d’appétit des investisseurs institutionnels pour l’investissement à l’étranger. Aux yeux des dirigeants anciens et actuels de la BNS, une telle proposition est une fausse bonne idée dans la mesure où elle ne changerait pas fondamentalement la donne sur le marché des changes. En outre, la BNS place déjà ses réserves de changes dans des obligations et des actions. Mais la proposition en question veut que la BNS prenne davantage de risques en investissant les fruits amers d’une crise de changes dans les actifs privés à l’étranger afin d’affaiblir le franc.D’aucuns lui reprochent de ne pas profiter de cette manne de changes pour reconstituer le stock d’or dont une partie substantielle a été vendue au cours de ces dernières années.

Or, l’institution a besoin de garder ses réserves sous la forme plus ou moins liquide pour pouvoir mener à bien sa politique monétaire. Par ailleurs il n’est un secret pour personne que les caisses de pension et les assurances disposent de sommes colossales qu’elles rechignent à investir dans des actifs étrangers, sans doute en raison d’une légitime aversion pour le risque. Dans ces conditions, il serait absurde de demander à une banque centrale indépendante, mais soucieuse de la défense de l’intérêt général, de corriger une défaillance du marché. Au risque des se faire l’avocat du diable, la BNS tente d’atteindre cet objectif via la politique des taux négatifs au point de susciter l’ire des banques cantonales et d’autres acteurs économiques tels les épargnants ou les horlogers dont les critiques se font récurrentes dans la presse.

L’indépendance sacrée de la BNS

Au-delà du débat technique concernant la politique monétaire à mettre en œuvre pour gérer la relation entre le franc et l’euro, compte tenu de la dépendance structurelle de la Suisse vis-à-vis de la zone euro et du statut de la monnaie helvétique comme valeur refuge en périodes de tensions et d’incertitudes, il est difficile de reporter le débat ad vitam aeternam sur la question de l’indépendance de la BNS, bien que celle-ci soit considérée par beaucoup comme une vache sacrée. Sans doute du fait que la politique monétaire est fortement associée au havre de stabilité et de prospérité que représente la Suisse, et ce tant dans les séries statistiques que dans l’imaginaire des citoyens suisses.

Pourquoi a-t-on besoin d’une banque centrale indépendante? L’idée de base peut être résumée ainsi en paraphrasant Georges Clémenceau: la monnaie est chose trop sérieuse pour être laissée entre les mains des hommes politiques .

Ceux-ci sont souvent préoccupés par le court terme et l’agenda électoral. Dans ces conditions il n’est donc pas certain que l’instrument monétaire soit exclusivement utilisé en faveur du  bien-être des citoyens,tout particulièrement lorsque la banque centrale est sous tutelle. De surcroît la démocratie engendre un biais inflationniste en raison du cycle électoral,et donc de la politique discrétionnaire comme en témoignent les politiques de stop and go pratiquées par les grandes démocraties dans le passé.

 Afin de protéger la société contre la tentation de succomber à  l’inflation via par exemple la monétisation des déficits et des dettes, la politique monétaire devrait être confiée à une banque centrale indépendante du pouvoir politique et de préférence conservatrice. En effet un banquier central conservateur selon certains travaux théoriques par exemple comme ceux développés par Kenneth ROGOFF (1985) devrait avoir une forte aversion pour l’instabilité des prix c’est -à-dire la BC conservatrice devra valoriser la lutte contre l’inflation au détriment de la croissance ou de l’emploi. C’est une solution entre autres pour rompre avec les anticipations inflationnistes dommageables, et, partant espérer instaurer les conditions favorables à la stabilité monétaire et à la croissance. .

Cependant la crainte a été exprimée qu’une banque centrale trop focalisée sur l’objectif de la stabilité des prix risque de ne pas faire jouer sa fonction de stabilisation de manière optimale afin de neutraliser les chocs adverses d’offre et de demande. En conséquence il existe un risque qu’une banque centrale trop conservatrice n’exploite pas l’arbitrage entre la stabilité et la stabilisation conjoncturelle en s’abstenant de réagir à l’information nouvellement acquise sur le système économique. A cet égard il importe de remarquer que le mandat confié à la BNS par le pouvoir politique s’inscrit par bien des côtés dans cette logique de conservatisme en matière de politique monétaire : la Banque nationale a l’obligation de veiller à la qualité de la monnaie émise, mais il est vrai qu’elle dispose de manière implicite d’un pouvoir discrétionnaire pour lutter contre les forces déflationnistes souvent par le truchement du taux de change, comme c’est le cas actuellement.

Bien sûr la BNS a d’autres tâches qui lui sont assignées par la loi telles que la surveillance du système financier en collaboration avec d’autres instances autonomes de régulation. En tout état de cause l’action de l’institut d’émission est évaluée à l’aune de la stabilité du pouvoir d’achat de la monnaie mise en circulation. Il va sans dire que les dirigeants de la BNS ont toujours interprété leur mandat avec pragmatisme et souplesse, ce qui leur confère d’ailleurs une certaine réputation, sachant que ce mécanisme autorise la discrétion en matière de politique monétaire, sans pour autant déclencher une spirale des anticipations inflationnistes incontrôlables. Nonobstant, l’affaire du taux plancher imposée par la crise au sein de la zone euro semblerait avoir affecté négativement la crédibilité de la Banque nationale. C’est pourquoi le retour à un lien fixe entre le franc et l’euro n’est pas réaliste quand bien même une banque centrale ne pourra pas faire faillite comme une banque commerciale, du fait qu’elle dispose d’un pouvoir de création monétaire illimité. Le danger vient principalement de l’explosion du bilan et son corollaire l’exposition à des pertes comptables.

Enfin l’analyse empirique et académique apporte un faisceau d’arguments en faveur de l’indépendance de la banque centrale (BC) : une politique monétaire temporellement cohérente est sous-optimale. En revanche  une politique monétaire temporellement incohérente  est optimale, mais elle n’est pas crédible en l’absence d’une contrainte institutionnelle : par exemple la prescription de l’équilibre budgétaire de l’Etat dans la Constitution, l’adhésion à un système de changes fixes ou bien les gouvernements devraient se lier les mains en transférant la gestion de la monnaie à une instance indépendante, un peu à l’instar d’Ulysse qui s’attache au mât de son bateau pour ne pas succomber au chant des sirènes.

Même si la BNS fait bon usage de son indépendance, elle devrait passer contrat avec le Conseil fédéral.

En tous les cas, la littérature académique a montré que la politique monétaire n’est pas un jeu contre la nature, comme le suggère l a théorie du contrôle optimal, laquelle dicte aux autorités monétaire et budgétaire un comportement de tricherie afin d’engranger des gains macroéconomiques en manipulant les anticipations des acteurs privés. Bref, la politique monétaire est un jeu stratégique entre le gouvernement et le secteur privé capable de se projeter dans l’avenir en tirant les conséquences futures des décisions publiques qu’il observe aujourd’hui. Même s’il est vrai que tous les agents économiques ne sont pas des experts en analyse économique et et qu’ils ne disposent pas de la même information ni d’ailleurs de la même représentation du monde économique (modèle).

Par ailleurs les travaux empiriques montrent une corrélation négative entre le taux d’inflation et le degré d’indépendance des banques centrales: la stabilité des prix prévaut dans les pays où les banquiers centraux sont à l’abri des pressions politiques. Dans cette histoire empirique, la BNS est souvent citée comme la banque archétypale dans la mesure où elle est associée à la prospérité de l’économie helvétique depuis sa création en 1907.

A présent il convient de s’interroger sur le concept d’indépendance de la banque centrale, d’autant plus que s’y ajoute celui de la responsabilité démocratique. En Suisse, la gestion de la politique monétaire est confiée à un directoire compensé de trois personnes choisies par le pouvoir politique selon leurs compétences techniques. Ces techniciens de la monnaie n’ont pas à rendre compte à la société, même s’il est vrai qu’ils doivent expliquer leur politique aux instances politiques, à la presse et au public. Alors qu’ils peuvent prendre des décisions lourdes de conséquences sur le bien-être des citoyens (emplois, revenus, patrimoines).

A la recherche du contrat optimal

La Constituton précise le mandat de la BNS, celle-ci ne doit recevoir aucune instruction des responsables politiques. Pour toutes ces raisons on peut se demander s’il n’est pas opportun de revisiter l’indépendance de la BNS en analysant sa relation dans un cadre de délégation ainsi que le suggère le modèle de principal-agent afin d’introduire une bonne dose de responsabilité démocratique. Car dans la situation actuelle c’est la technocratie qui prime sur la démocratie. Cette situation de fait est tolérée tant que la politique monétaire engendre les résultats escomptés par la société. Mais il est exact que la Suisse n’est pas une exception en la matière, puisqu’il n’existe aucun pays où le gouverneur de la banque centrale est élu au suffrage universel.

En revanche l’approche contractuelle semble être un bon substitut au conservatisme, lequel semble offrir une rente de situation aux banquiers centraux en leur permettant de s’abriter derrière leur mandat : le choix des objectifs et des instruments est en effet du ressort exclusif de la BC. D’autre part l’approche contractuelle telle qu’elle a été développée par l’économiste Carl Walsh (1995) ne néglige pas la question des incitations et des sanctions. Elle limite l’indépendance de la BC à la gestion des instruments et elle implique la responsabilité personnelle des dirigeants de la banque centrale dans la mesure où leur sort est fortement conditionné par les résultats de la politique monétaire. C’est pourquoi l’indépendance de la BC sous la forme contractuelle semblerait être une voie prometteuse à explorer, à tout le moins elle présente la meilleure réponse à la contestation des décisions technocratiques.

En clair le Conseil fédéral devrait trouver le contrat optimal avec la BNS. En effet, pour donner une légitimité démocratique à l’institut d’émission, celui-ci devra rendre des comptes en cas de mauvaises décisions, en particulier quand celles-ci engendrent des difficultés pour un grand nombre de citoyens au point que la contestation de ceux-ci devient audible sur la place publique. Par exemple réviser à la baisse les rémunérations des dirigeants et/ou le budget alloué à la BNS .Du point de vue de la légitimité démocratique, l’approche contractuelle semblerait mieux convenir à une démocratie directe que le conservatisme de la BC, même s’il est incontestable que celui-ci a fait preuve de son efficacité au regard de l’histoire monétaire de la Suisse.

Cependant, il est vrai qu’il est difficile de mettre en œuvre de tels contrats dans le monde réel, du fait des asymétries d’information. Ainsi la relation entre les actions entreprises par le banquier central et les résultats obtenus peut être bruitée  du fait de la survenance des aléas qui ne sont pas observables de manière symétrique par les parties contractantes.

Quoi qu’il en soit, le statut  quo ne semble pas tenable selon certains, compte tenu des risques qui planent sur le bilan de la BNS et des tensions persistantes au sein de la zone euro. C’est pourquoi, on peut se demander si la solution à cette situation inédite de la BNS ne réside pas dans l’adoption d’un schéma contractuel analogue à celui de la banque centrale de la Nouvelle-Zelande : le gouverneur de la BC est responsable des résultats de la politique monétaire. Il jouit d’une indépendance instrumentale entière, en revanche les objectifs de la politique monétaire sont définis en collaboration avec le ministre des finances. En cas de mauvais résultats, le gouvernement qui doit rendre compte au parlement s’arroge le droit de changer temporairement l’orientation de la politique ( procédure d’ override). De même le gouverneur peut voir sa rémunération et/ou le budget de l’institution révisés à la baisse, voire perdre son poste. Ce modèle a au moins le mérite de ne pas conférer un statut des dieux de l’Olympe aux dirigeants de la banque centrale. Ils sont aussi des mortels. Et comme tels ils doivent rendre des comptes à des mortels qui pâtissent de leurs décisions.

Noël Benalou, ancien chargé d’enseignement à l’Université Paris-Dauphine, modélisation mathématique et analyse économique.

12 réflexions sur “Réflexions sur l’indépendance des banques centrales. Le cas de la BNS. Noël Benalou

  1. Il vaudrait que Noël Benalou explique qui a mis en place le BRI qui est un organisme qui ne répond pas à aucun gouvernement ou autre autorité mondiale, complètement indépendant hors de tout contrôle juridique est pénale ou se réunit deux foies par mois les banquiers central du monde en toute discrétion, le parfait pouvoir occulte.

    Cet article de Benalou semble plutôt une menace du pouvoir occulte envers nos dirigent de la BNS qui ne semble pas trop suivre la BRI dernièrement.

    J'aime

  2. Merci pour votre commentaire. Effectivement il n’existe aucun contre-pouvoir face à la BRI. Mais mon propos n’est pas d’affaiblir la BNS, mais d’inviter à réfléchir sur la responsabilité démocratique des décisions prises par des instances indépendantes en partant du constat qu’aucun gouverneur de banque centrale au monde n’est élu au suffrage universel. L’approche contractuelle me semble une alternative à une banque centrale totalement indépendante et monomaniaque dans la mesure où elle réalise un compromis entre la démocratie et la technocratie (au sens de compétence technique). En résumé je tente de soulever un problème technique : des techniciens de la monnaie prennent des décisions qui peuvent être lourdes de conséquences sur la vie des citoyens sans pour autant qu’ils soient tenus d’en rendre compte.

    J'aime

  3. Monsieur Benalou votre affirmation  » qu’aucun gouverneur de banque centrale au monde n’est élu au suffrage universel. » si cela serait le cas, ce serais un désastre si un politicien incompétent serais élu.
    Le cas actuel de la DB est instructive pour faire bien comprendre que la banque centrale n’a rien vu venir depuis longtemps, l’inutilité de la banque centrale de l’ EU est prouvée, il faut bien se demander à quoi sert la banque centrale qui devrait veiller sur la santé financière du pays concerné, mais au contraire sers bien celui des pouvoirs occultes comme la BRI qui gouverne la finance mondiale sans rendre compte a personne.
    La question Monsieur, n’est plus à savoir qui dirige les banques centrales, mais leur inutilités et dangerosités par leur manipulation des pouvoirs des banques commerciales et de la finance de l’ombre, que je vous invite à évaluer cette concrète possibilité de l’élimination de la banque centrale.

    J'aime

  4. Vouloir mettre de la démocratie partout est une hérésie. C’est la compétence qui compte. Qui peut affirmer que si les dirigeants de la BNS avaient été élus par le peuple ils auraient fait mieux ? Dans ce schéma ils devraient rendre des comptes lors d’une éventuelle réélection en présentant le bilan de leur action ? Je ne crois pas que le peuple soit apte à en juger. Je crois davantage aux règles et au bon sens. Par exemple et sans avoir besoin de réfléchir beaucoup, il est patent que le rôle d’une BC n’est pas d’acheter des actions. Que les BC restent indépendantes mais qu’on leur interdise certaines folies serait déjà pas mal.

    J'aime

  5. Cher Monsieur je vous invite à lire mon texte et vous verrez que celui-ci tente de concilier la responsabilité démocratique et la compétence technique dans le cadre relevant de la logique du principal/agent; Je ne dis pas qu’il faudrait confier les rênes de la politique monétaire à des incompétents élus au suffrage universel. Sur ce point je suis d’avis que la politique monétaire déboucherait sur une grande instabilité nuisible au bien-être des citoyens en termes de revenus et d’emplois. Par conséquent j’ai mentionné ce danger en faisant référence à la célèbre phrase de Clémenceau.
    En revanche, je vous suis parfaitement si vos critiques concernent les mesures non-conventionnelles des banques centrales mises en œuvre en réponse à la crise financière de 2008 et celle des dettes souveraines au sein de la zone euro. J’aimerais que vous soyez un peu plus explicite sur la question de l’indépendance de la BC: s’agit-il d’une indépendance instrumentale, d’une indépendance d’objectifs ou d’une double indépendance?
    Je crois qu’il existe un adage qui dit que le bon sens est la chose la mieux partagée au monde. Mais là encore nous devrions nous méfier de telles affirmations, car le réel empirique peut être expliqué par l’impossible, à tout moins dans le monde de la physique, mais le raisonnement est transposable au monde économique. Pour s’en convaincre il suffit de se livrer à une expérience de pensée comme celle initiée par le physicien et mathématicien toscan Galilée: une balle de tennis et une boule de pétanque lâchées dans le vide à une certaine hauteur touchent en même temps le sol. Pourtant l’observation de tous les jours nous montre que les corps lourds tombent plus vite que les corps légers! Moralité de l’histoire: nous devons nous méfier du bon sens dans le domaine de la gestion monétaire.

    J'aime

  6. Monsieur Benalou. Peut être avez vous raison pour le bon sens… en tout cas je critiquais bien évidemment les mesures non conventionelles qui vont nous emmener dans le mur tous, sans exception, suisses et autres. C’est d’ailleurs en ce sens que je défendais légèrement la BNS. Ce n’est en effet pas elle qui la première a dégainé cette arme et je pense qu’elle n’a eu le choix qu’entre des mauvaises solutions. Elle est maintenant prise dans un piège que je pense irréversible. Tant que les marchés ont des réflexes pavloviens et achètent du JPY et du CHF au moindre stress, on peut être rassuré mais un jour viendra où l’on réalisera que même la valeur du CHF est sujette à discussion du fait de ces politiques.

    J'aime

  7. Entièrement d’accord avec vous que la BNS se trouve dans une situation subie plutôt que choisie du fait que la Suisse est une petite économie ouverte avec un marché de capitaux de dimension internationale. La forte dépendance vis-à-vis de l’UE limite considérablement la marge de manœuvre de la politique monétaire. Sans doute la planche de salut réside dans une diversification géographique des échanges commerciaux, la Confédération semble avoir opté pour cette stratégie qui ne pourra porter ses fruits qu’à long terme, sachant que l’adhésion à l’UE n’est pas praticable en raison de l’opposition d’une forte majorité des Suisses.

    J'aime

  8. Monsieur. Nous sommes en phase. La BNS a été contrainte d’entrer sur un champ de bataille trop grand pour la Suisse. Quand une relativement petite économie doit ajuster sa monnaie face à des évolutions de la plus grosse parité mondiale et que surtout, pour ce faire, elle doit s’adapter aux méthodes délirantes initiées par M. Bernanke, elle se retrouve avec un bilan de sa BC totalement disproportionné. La conséquence est que les suisses sont de fait dans l’UE sans le savoir… ou en tout cas que leur monnaie est de fait l’euro sans qu’ils ne le sâchent. Mais que les suisse se rassurent, mêmes les marchés n’ont pas encore compris ..Voir le JPY ou le CHF demeurer des monnaies refuges comme si rien n’avait changé me fait sourir.

    J'aime

  9. Pour conclure sur les banques centrales contrairement à la banque centrale suisse qui est de la propriété de la confédération, la FED le fer de lance des banques centrale puisque c’est elle qui détient le pouvoir sur le dollar qui est en réalité de propriété des banques de Wall Street qui sont les principal actionnaires de la FED mais elle doit répondre de ces actes devant le Congrée américain, ce qui veut dire qu’il y a une collusion d’intérêt du gouvernement américain avec le cartel bancaire de Wall Street pour faire en sorte que la direction mondiale soit avec la BRI complète sur le monde des banques centrales.

    La BNS à la capacité de faire dans les fait une politique indépendante de la FED très limitée… puisque les intérêts sont trop forts en Suisse des intérêts international du CS et de la UBS. La crédibilité d’une banque suscite seulement dans la seule réputation de la confiance qui fait la force du franc suisse, mais la série d’erreurs dans le temps peut bien compromettre cette confiance parce qu’elle suit le programme de la FED et de la BCE dans les fait, donc elle est devenue nuisible pour les intérêts de la Suisse, sont élimination serais une reprise du pouvoir de la part du gouvernement suisse dans l’intérêt du pays.

    Les banques centrales sont une leurre d’indépendance d’un pays.

    J'aime

  10. Je me permets de vous signaler une inexactitude dans votre commentaire : en réalité la Confédération ne possède aucune action de la BNS. Les véritables détenteurs du capital de l’Institution d’émission sont les Cantons, les banques cantonales et les particuliers. Néanmoins il me semble bien que la BNS est tenue de verser une partie de ses bénéfices à la Confédération. Par ailleurs je suis entièrement d’accord que la BNS ne jouit pas d’une véritable indépendance en matière de politique monétaire, puisque celle-ci est fortement conditionnée par les événements sur lesquels la Suisse n’a aucune prise. Dans ces conditions, on est enclin à penser qu’une banque centrale sous tutelle ou totalement indépendante ne changerait pas fondamentalement la donne en raison notamment de la contrainte extérieure.
    Enfin si l’on élimine la banque centrale par quoi faudra-t-il la remplacer. A cet égard il n’est pas inutile de rappeler que la BNS a vu le jour en réaction aux défauts du free Banking que la Suisse a expérimenté au dix-neuvième siècle. Quant à la question de la crédibilité, elle n’est pas la conséquence d’un franc fort, celui-ci me semble être une conséquence de la culture de stabilité monétaire que s’est forgée votre pays en se dotant d’une banque centrale et en développant une aversion absolue à l’égard de l’inflation, sans doute du fait des ravages provoqués par l’hyperinflation chez ses voisins proches, à savoir l’Allemagne et l’Autriche.

    J'aime

  11. La Confédération est le résultat des Cantons y compris les banques cantonales, c’est bien pour cela qu’elle s’appelle la Confédération, ce qui est très différent avec vos départements en France. Pour les particuliers il se trouve que c’est seulement un Allemand avec une infime participation sociétaire, ce qui est un peu étrange, mais sans importance.

    La banque centrale a été imposé en Suisse comme d’autres pays, en 1992 par le FMI, vu que la Suisse protégeait trop bien le franc suisse il fallait l’affaiblir.
    Le trésor en US peut très bien la substituer comme avait bien décidé avec une loi d’éliminer la FED John Kennedy avant de se faire assassiner, rapidement le successeur Lyndon Johnson c’est vite empressé de la rétablir, étrange non la coïncidence ?
    Cela sont bien des documents officiels qui le prouvent, ce n’est pas une affirmation de conspiration.

    Mais au lieu d’être très pointilleux sur mes commentaires, vous évitez de répondre à ma question principale parce que je crains que vous n’avez pas de réponse à la situation actuelle, vous préférez faire le maquillage, mais un jour le maquillage ne tiendra plus parce que le masque tombera et ce sera très laid voir la vérité sur les banques centrale du FMI.

    Il serait judicieux de revenir en Suisse a un système monétaire avant 1992, cela me semble évident.
    C’est mon dernier commentaire sur le sujet.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s