Ces start-up qui font peur aux banquiers. Par Frédéric Cazenave

Source image

Des logiciels remplaçant vos conseillers bancaires, des ­applications pour transférer de l’argent quasiment sans frais, des solutions pour payer par selfie, des sites permettant aux entreprises d’emprunter beaucoup plus rapidement qu’avec leur banque en faisant appel aux internautes…, bienvenue dans le bouillonnant monde des « fintech  », contraction de finance et de technologie. Un univers foisonnant où les start-up ­entendent toutes révolutionner le marché des services financiers.

Tarifs imbattables

Si elles n’en sont pas encore là, elles ­donnent en tout cas un sérieux coup de vieux aux établissements traditionnels. Il faut dire qu’elles bénéficient d’un avantage majeur  : leur souplesse. « Elles partent d’une feuille blanche quand les banques supportent un lourd héritage informatique, administratif et réglementaire. Aujourd’hui, avec quelques millions de dollars, une fintech peut créer une application innovante et espérer percer. Tandis qu’un établissement classiquedevra ­dépenser dix fois plus, ne serait-ce que pour la répliquer dans son système d’information  », remarque Julien Maldonato, directeur ­conseil industrie financière chez Deloitte.

La promesse de ces start-up qui jonglent avec le big data et les nouvelles technologies  ? Proposer des services plus ludiques, mais aussi des placements aux taux d’intérêt élevés, le tout à des tarifs imbattables, grâce à leurs faibles structures de coûts. Des arguments de poids à une époque où les frais ­rognent les maigres rendements de l’épargne et que l’usage du Web s’est banalisé pour la gestion de ses économies. « Les particuliers ont déserté les agences bancaires, dont la fréquentation a chuté de 30 % en Europe ces dernières années. Ils n’hésitent plus à utiliser ­Internet pour leurs services financiers, comme le montre l’essor récent des banques en ligne  », remarque Didier Descombes, associé chez KPMG, responsable des activités « strategy, customer & operations  ».

« Digital natives  »,

Ce changement de comportement ouvre un boulevard aux fintech. D’autant que ce phénomène va s’amplifier avec les générations à ­venir. Biberonnés aux smartphones et aux ­réseaux sociaux, les « digital natives  », nés au milieu des années 1990, consommeront leurs services financiers comme ils le font pour la musique ou la vidéo, c’est-à-dire sur Internet et plus précisément depuis leur mobile. Un tiers des jeunes de moins de 34 ans se ­disent d’ailleurs prêts à souscrire une assurance auprès d’une start-up plutôt que chez un acteur traditionnel, selon la nouvelle édition de l’étude « World Insurance Report  » réalisée par Capgemini et l’association européenne de management et de marketing ­financiers (EFMA).

Un tiers des jeunes de moins de 34 ans se ­disent d’ailleurs prêts à souscrire une assurance auprès d’une start-up plutôt que chez un acteur traditionnel

Ce potentiel explique qu’une nouvelle fintech se lance presque chaque jour. Pour tenter d’y voir clair, on peut schématiquement les répartir en cinq catégories. La plus mature est celle du transfert de flux financiers, de l’envoi de ­devises et du paiement en ligne. Arrive ­ensuite le secteur du crowdfunding   : avec ces plates-formes, les internautes investissent dans des entreprises ou leur accordent des prêts moyennant rémunération. Troisième segment, les sociétés cherchant à simplifier les services bancaires, comme ces applications qui regroupent tous vos comptes, voire offrent la possibilité de se passer de banques. Quatrième domaine, plus ­récent, les « robo-advisors  »  : ce sont des ­sites dont les algorithmes proposent au particulier une allocation d’actifs adaptée à son profil de risque et à ses besoins afin qu’il gère mieux son épargne. « Restent les start-up se développant dans l’intelligence ­artificielle et le marketing prédictif. Dans ce dernier segment, les entreprises veulent anticiper les comportements de consommation des internautes à partir des données et des traces qu’ils laissent sur le Web  », précise Guillaume-Olivier Doré, entrepreneur et ­investisseur dans les fintech.

Intelligence artificielle

Un petit air de Big Brother ? Et encore, nous n’avons rien vu. « Aujourd’hui, la nouvelle ­vague de robo-advisors ajoute aux algorithmes des briques d’intelligence artificielle. Cela va leur permettre de mieux gérer un portefeuille boursier qu’un investisseur, car ils vont gommer la subjectivité humaine qui est source de volatilité et de contre-performance  », souligne l’investisseur Pascal Bouvier, qui ­conseille ­Santander InnoVentures, le fonds fintech de la banque Santander.

Les start-up américaines ne sont pas les seules à s’enticher d’intelligence artificielle. Plusieurs banques françaises travaillent avec IBM pour intégrer Watson dans leur système. Watson, un nouveau collègue  ? Presque. Il s’agit du système d’intelligence amélioré mis au point par le groupe informatique. Watson a ingurgité une masse colossale de données et est capable de les exploiter, puis ensuite d’apprendre de ses expériences. « Après avoir été éduqué ­pendant des mois aux pratiques de la banque, Watson peut, par exemple, traiter les mails des clients et y répondre de façon tout à fait pertinente, se réjouit Jean-Philippe ­Desbiolles, vice-président des solutions ­cognitives chez IBM. Dans un établissement asiatique, Watson épaule les conseillers ­clientèles en préparant leurs rendez-vous. ­Selon leur requête, il peut leur prescrire des ­solutions d’investissement qu’ils proposeront ensuite à leurs clients. »

Preuve de l’effervescence qui règne dans ce petit monde, les conférences se multiplient – après le FinCamp, organisé à Berlin, le 14 avril, l’association France Fintech attend à Paris plus de 700 participants, le 3 mai, à son événement intitulé Fintech R  : Evolution –, et l’argent coule à flots.

Des fonds levés sans difficulté

Au cours du seul premier trimestre 2016, les investissements dans ce domaine ont bondi de 67 % par rapport à la même période en 2015 pour atteindre 5,3 milliards de dollars dans le monde, selon Accenture. Et les investisseurs lèvent des fonds sans difficulté. « Si certains segments sont déjà encombrés, il reste des secteurs à défricher, notamment dans la numérisation de l’assurance autour des technologies blockchain” [“chaîne de blocs”] ou l’analyse de données  », explique Bernard-Louis Roques, directeur général et cofondateur de Truffle Capital, qui prépare la levée d’un fonds fintech de 100 millions d’euros.

L’ambiance rappelle l’euphorie Internet de la fin des ­années 1990. A cette époque, une floppée de sites en tout genre se lançaient avant que cette bulle n’explose. «  Une correction n’est pas à ­exclure, mais la situation est différente. Non seulement les sociétés ont intégré la ­nécessité d’être vite rentable, mais ­elles répondent à de vrais besoins des consommateurs  », veut croire Alain Clot, président de France Fintech.

Sécurité des données

Toutefois, l’essor de ce secteur dépendra de la rapidité à laquelle le grand public y adhérera. Or ce côté science-fiction peut autant fasciner qu’effrayer. La question de l’utilisation des données et de leur ­sécurité constitue un frein puissant. D’ailleurs, ces services ­restent pour le moment encore peu utilisés. Une ­enquête ­publiée par Deloitte, fin mars, montrait un ­décalage entre le foisonnement d’innovations et leur ­connaissance par les Français.

Ce qui est sûr, c’est que les particuliers ­souhaitant s’essayer à ces types d’épargne doivent le faire avec parcimonie. « Quand je vois des hedge funds s’adjoindre les services de Prix Nobel d’économie et de mathématiciens hors pair, je me dis que l’algorithme des robo-advisors a encore un bout de chemin à faire  », tempère ainsi Etienne Boillot, directeur ­général d’Eiffel eCapital. Prudence également pour ce qui concerne le crowdfunding. « Dans le prêt, par ­exemple, il faut statistiquement prêter à 150 dossiers pour diversifier le risque et obtenir un rendement qui est intéressant. Or, en France, en raison de leur lancement ­assez ­récent, les plates-formes proposaient jusqu’à récemment un nombre trop ­limité de projets pour une diversification ­efficace  », poursuit M. Boillot, qui a investi plus de 100 millions d’euros pour le compte de ­riches patrimoines et d’institutionnels sur des sites de prêts en ligne aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Menaces sur l’emploi

Et les banques dans tout cela  ? Elles courent après les start-up. Les rachats ou les prises de participation se multiplient de part et d’autre de l’Atlantique. Les services développés par ces jeunes pousses doivent ainsi les aider à ­dépoussiérer leur offre et donc à mieux coller aux attentes de leurs clients, tout en étant plus efficace. Sinon  ? Elles ­risquent de perdre des marchés entiers  : pourquoi transférer des devises par le biais de son établissement lorsque cela coûte six fois moins cher avec un site, pourquoi payer des frais bancaires élevés lorsque des sociétés comme Number26, en Allemagne, n’en facturent quasiment pas  ?

La menace des fintech n’est pas un mythe, prévenait en décembre 2015 l’agence de notation Standard & Poor’s en soulignant que des changements dans le « modèle commercial et culturel  » sont des prérequis si les banques veulent rester dans la course durant la prochaine décennie. Les premiers concernés en ont conscience. Dans un sondage réalisé par le cabinet d’audit PwC, en mars, les entreprises positionnées sur le transfert de devises et le paiement admettaient qu’elles pourraient perdre 28 % de parts de marché d’ici à 2020. C’est-à-dire demain.

Fabrice Odent, responsable du département services financiers chez KPMG ­enfonce le clou  : «  Les banques ne peuvent pas rester les bras croisés. Sinon, à l’horizon 2025, nous estimons que jusqu’à 25 % de leurs revenus sont à risque. » Avec, à la clé, le danger d’une violente casse sociale. Une étude ­publiée en mars par la banque américaine Citiprévient que les effectifs des banques pourraient baisser de 30 % d’ici à 2025 à cause de la concurrence des fintech et d’une automatisation grandissante. Et ce tandis qu’une autre ­menace plane  : les fameux GAFA (Google, ­Apple, Facebook, Amazon), qui peaufinent leur offre de moyen de paiement. «  Lorsque ces sites, au carrefour de l’audience numérique, auront installé ce service, les ­banques pourront perdre une partie de la ­relation avec leur client et l’espoir d’entrer en contact avec eux  », prévient Didier Descombes, associé chez KPMG. Les banquiers ont de quoi se faire des cheveux blancs.

Frédéric Cazenave

Source: LE MONDE ARGENT | 02.05.2016 à 12h10 • Mis à jour le 04.05.2016 à 19h04 | http://www.lemonde.fr/argent/article/2016/05/02/ces-start-up-qui-font-peur-aux-banquiers_4912084_1657007.html#GE0FypyCVu5aHAy5.99

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s