Des ordinateurs organiques, quand la vie se met au service du développement de la technologie…

Avec Microsoft, vous entrez dans la fusion Homme-Machine. Imaginez un ordinateur biologique qui fonctionne à l’intérieur d’une cellule vivante, un ordinateur qui peut être utilisé pour déterminer si une cellule est cancéreuse et déclencher sa mort. Dans ce projet, cela se fait en utilisant l’ADN comme matériau programmable. Tout comme un ordinateur, l’ADN est hautement programmable dans toute une gamme de comportements complexes. Cela pourrait permettre un ensemble d’applications biotechnologiques, permettant la détection et le traitement des maladies à un niveau de précision qui n’a pas été possible jusqu’à présent. Il peut également permettre la fabrication de nouveaux composés médicaux beaucoup plus efficacement, et finalement permettre la fabrication d’ordinateurs biologiques créés à l’échelle moléculaire.https://blog.richardvanhooijdonk.com/en/how-close-are-we-to-organic-computers/
Programmation des cellules La complexité des cellules et leur capacité à traiter les informations ont beaucoup en commun avec les ordinateurs. Andrew Phillips et son équipe chez Microsoft appliquent des concepts de programmation informatique à la recherche biologique, créant un cadre rigoureux pour déclencher des actions au sein d’une cellule. Bien que la complexité des cellules et leur capacité à traiter les informations aient beaucoup en commun avec les ordinateurs, les cellules, contrairement aux ordinateurs, n’ont pas été créées par les humains. Donc, mieux comprendre comment ils fonctionnent et comment les programmer sera vraiment un effort lunaire.
Logiciels de programmation de cellules Les cellules vivantes sont des machines de calcul hautement sophistiquées, traitant constamment les informations pour survivre, grandir et se reproduire. Si nous pouvions programmer les cellules aussi efficacement que nous programmons les ordinateurs numériques, nous pourrions faire des percées fondamentales dans la santé et la production d’énergie, tout en ayant un aperçu du fonctionnement de la vie elle-même. Cependant, la tâche de programmation des cellules est extrêmement complexe et nous sommes maintenant à un point où un logiciel informatique puissant est nécessaire pour accélérer les progrès. Cette démonstration présente nos efforts initiaux dans le développement de logiciels informatiques pour la programmation de cellules, ainsi que des résultats expérimentaux préliminaires. Le logiciel permet de programmer, simuler, analyser le comportement souhaité d’un dispositif moléculaire, puis de le compiler automatiquement en code ADN, qui pourrait ensuite être inséré dans les cellules pour reprogrammer leur comportement. De la même manière que les logiciels de programmation d’ordinateurs numériques ont annoncé une nouvelle ère technologique, nous prévoyons que les logiciels de programmation de cellules vivantes pourraient ouvrir la voie à une révolution biotechnologique.


À quel point sommes-nous proches des ordinateurs organiques?

17 septembre 2019 Les industries: biotechnologiesNanotechbouton de partage facebook

  • Une méthode révolutionnaire utilise un virus pour créer des ordinateurs plus rapides
  • Des chercheurs utilisent CRISPR pour créer un ordinateur biosynthétique à double cœur dans des cellules humaines
  • Le premier ordinateur à ADN reprogrammable est arrivé
  • Les ordinateurs organiques sont-ils une alternative viable aux appareils à base de silicium?

Les ordinateurs ont parcouru un long chemin depuis leurs débuts, devenant plus petits, plus rapides et plus puissants. Au fil des ans, les progrès de l’industrie informatique ont suivi de près la loi de Moore, qui stipule que le nombre de transistors pouvant être placés sur une puce de silicium est doublé tous les deux ans. Cependant, à mesure que les ordinateurs continuent de devenir plus petits, il devient de plus en plus difficile d’atteindre cet objectif et il viendra inévitablement un moment où la loi de Moore ne sera plus vraie. Cela a forcé l’industrie informatique à commencer à chercher des solutions alternatives, les ordinateurs organiques émergeant comme un concept prometteur.

 Image avec texte sur les limites des puces informatiques en silicium et l'émergence des ordinateurs organiques
Alors que les limitations inhérentes aux puces en silicium menacent de ralentir le rythme de développement de l’industrie informatique, les ordinateurs organiques sont apparus comme une alternative prometteuse.

Les ordinateurs organiques, parfois également appelés ordinateurs wetware, peuvent être décrits comme des dispositifs de calcul composés de matériaux organiques, tels que des neurones vivants. Alors que les ordinateurs conventionnels ne peuvent fonctionner qu’en binaire, un neurone peut être dans des milliers d’états différents. Cela signifie qu’il pourrait potentiellement stocker beaucoup plus d’informations qu’un transistor, annulant ainsi les limitations d’espace des ordinateurs conventionnels. Cependant, à ce jour, les ordinateurs organiques sont restés largement confinés au domaine de la théorie. Cela commence à changer, cependant, avec plusieurs avancées récentes offrant l’espoir que les ordinateurs organiques avec des applications pratiques de la vie réelle ne seront peut-être pas si loin après tout.

Une méthode révolutionnaire utilise un virus pour créer des ordinateurs plus rapides

Une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l’Université de technologie et de design de Singapour (SUTD) a récemment annoncé avoir fait une découverte révolutionnaire qui pourrait un jour nous permettre de développer des ordinateurs beaucoup plus rapides et plus efficaces. Dans une étude publiée dans la revue à comité de lecture ACS Applied Nano Materials, les chercheurs décrivent une méthode qui utilise un virus pour créer un meilleur type de mémoire informatique.

L’idée tourne autour de la réduction des délais en millisecondes qui se produisent pendant le transfert et le stockage des informations entre une puce de mémoire vive (RAM) traditionnelle et un disque dur. Auparavant, les chercheurs ont tenté d’y parvenir en introduisant une mémoire à changement de phase, qui peut basculer entre les états amorphe et cristallin en utilisant un matériau de type binaire comme l’antimoniure de gallium. Cela permet à la mémoire à changement de phase d’avoir une capacité de stockage plus élevée qu’un disque dur, tout en étant capable d’atteindre les mêmes vitesses qu’une puce RAM. Cependant, le problème avec l’antimoniure de gallium est qu’il augmente la consommation d’énergie et a tendance à subir une séparation des matériaux à des températures d’environ 345 degrés Celsius. Le processus actuel de fabrication de circuits intégrés peut atteindre des températures de près de 400 degrés Celsius.

«Notre équipe de recherche a trouvé un moyen de surmonter cet obstacle majeur en utilisant la technologie des fils minuscules», explique le professeur adjoint Desmond Loke de SUTD. En utilisant un virus connu sous le nom de bactériophage M13, les chercheurs ont pu réaliser une construction à basse température de minuscules fils de germanium-oxyde d’étain et de mémoire, ce qui pourrait permettre aux futurs ordinateurs d’atteindre des vitesses dont nous ne pouvons que rêver aujourd’hui. Selon Loke, «cette possibilité ouvre la voie à l’élimination des délais de stockage et de transfert de la milliseconde nécessaires pour faire progresser l’informatique moderne».

Des chercheurs utilisent CRISPR pour créer un ordinateur biosynthétique à double cœur dans des cellules humaines

Le système d’édition de gènes CRISPR a été l’une des technologies les plus controversées à apparaître ces dernières années. Qu’il s’agisse de mettre fin aux maladies génétiques ou de nous aider à créer des cultures plus savoureuses et plus résistantes, CRISPR a cependant déjà trouvé une grande variété d’applications dans de nombreux domaines différents. Et maintenant, nous pouvons également ajouter la biologie synthétique à cette liste, grâce à une équipe de chercheurs de l’ETH Zurich, qui a utilisé CRISPR pour construire des bio-ordinateurs fonctionnels à double cœur dans des cellules humaines.

Pour y parvenir, les chercheurs ont d’abord dû créer une version modifiée du système CRISPR-Cas9. Plutôt que de faire des coupes dans le génome, cette version modifiée utilise une variante spéciale de la protéine Cas9 qui agit comme un processeur pour lire les entrées fournies par les séquences d’ARN guides, réguler l’expression d’un gène particulier et créer une protéine particulière en sortie.

De plus, en utilisant des composants CRISPR-Cas9 de deux bactéries différentes, les chercheurs ont pu intégrer deux cœurs de processeur dans une seule cellule, créant ainsi le premier processeur bi-cœur biologique au monde.

Ces ordinateurs pourraient avoir un certain nombre d’applications utiles, y compris le diagnostic et le traitement des maladies. Par exemple, ils pourraient être programmés pour détecter des signaux biologiques dans le corps, tels que certains produits métaboliques ou des messagers chimiques. En fonction des biomarqueurs présents dans le corps, les bio-ordinateurs procéderaient alors à la formation d’une molécule de diagnostic spécifique ou d’une substance pharmaceutique.

«Imaginez un microtissu avec des milliards de cellules, chacune équipée de son propre processeur double cœur. De tels «organes de calcul» pourraient théoriquement atteindre une puissance de calcul bien supérieure à celle d’un supercalculateur numérique – et en n’utilisant qu’une fraction de l’énergie », déclare Martin Fussenegger, professeur de biotechnologie et de bio-ingénierie au département des sciences et de l’ingénierie des biosystèmes de l’ETH Zurich et chercheur principal sur le projet.

Le premier ordinateur à ADN reprogrammable est arrivé

En théorie, les ordinateurs à ADN étaient censés représenter la prochaine étape évolutive dans le monde de l’informatique , promettant d’apporter des architectures informatiques parallèles massives d’une vitesse et d’une puissance inégalées. Cependant, la réalité s’est avérée quelque peu différente, car chaque ordinateur à ADN construit à ce jour n’a eu aucune flexibilité et n’a été capable d’exécuter qu’un seul algorithme, limitant considérablement son utilité. Mais cela est peut-être sur le point de changer. Une équipe de chercheurs dirigée par l’informaticien David Doty de l’UC Davis a récemment publié un article dans la revue Nature, dans lequel ils décrivent une méthode qui utilise un simple déclencheur pour persuader le même ensemble de base de molécules d’ADN d’exécuter un certain nombre d’algorithmes différents, créant essentiellement un ordinateur à ADN reprogrammable.

L’idée derrière les ordinateurs à ADN consiste à remplacer les signaux électriques et le silicium, qui forment la base des ordinateurs électroniques conventionnels, par des liaisons chimiques et de l’acide nucléique afin de créer des logiciels biomoléculaires. Contrairement aux tentatives précédentes de création d’ordinateurs à ADN, dans lesquels les séquences d’ADN nécessaires pour produire un algorithme particulier qui formerait la structure d’ADN souhaitée devaient être méticuleusement conçues, les chercheurs ont pu concevoir un système qui pourrait forcer les mêmes morceaux d’ADN de base à forment différentes structures d’ADN en produisant différents algorithmes.

Les chercheurs ont d’abord utilisé une technique appelée ADN origami pour créer un morceau d’ADN plié qui agirait comme la graine qui initie la chaîne d’assemblage algorithmique. Quel que soit l’algorithme, les modifications ne sont apportées qu’à quelques petites séquences dans la graine, tandis que la graine elle-même reste en grande partie inchangée tout au long du processus. Les chercheurs ont également créé une collection de 355 tuiles ADN, dont chacune est composée d’un arrangement unique de 42 nucléobases. Ces tuiles peuvent ensuite être combinées dans différents arrangements pour produire différents algorithmes. Dans l’ensemble, les chercheurs ont pu utiliser ce système pour créer 21 algorithmes différents capables d’effectuer diverses tâches, telles que la génération de modèles, la reconnaissance de multiples de trois, le comptage jusqu’à 63 et l’élection d’un leader.

Alors que la recherche en est encore à ses débuts, les ordinateurs à ADN reprogrammables pourraient avoir de nombreuses applications potentielles, y compris la création de robots moléculaires pour l’administration de médicaments. «Avec ces types d’algorithmes moléculaires, nous pourrions un jour être en mesure d’assembler n’importe quel objet complexe à l’échelle nanométrique à l’aide d’un jeu de tuiles programmables général, tout comme les cellules vivantes peuvent s’assembler en une cellule osseuse ou une cellule neuronale simplement en sélectionnant quelles protéines sont exprimées. » , Déclare Petr Sulc, professeur adjoint à l’Institut Biodesign de l’Arizona State University. https://www.youtube.com/embed/sL2I8Fqu9HI?start=8&feature=oembed

Les ordinateurs organiques sont-ils une alternative viable aux appareils à base de silicium?

Ces dernières années, les ordinateurs organiques sont apparus comme une alternative potentielle aux appareils électroniques à base de silicium, promettant d’apporter des progrès sans précédent en termes de vitesse de calcul, d’efficacité, de puissance de traitement et de capacités de stockage. Cependant, transformer cette idée en réalité s’est avéré assez difficile et la plupart des recherches impliquant des ordinateurs organiques n’en sont encore qu’à leurs tout débuts.

Alors que certains chercheurs ont pu créer des prototypes qui servent de preuve de concept, il faudra probablement des années avant que nous voyions un ordinateur organique avec des applications pratiques et réelles. Pourtant, alors que le rythme de développement de l’industrie informatique continue de ralentir et que la loi de Moore approche de sa fin, c’est certainement une idée qui mérite d’être explorée plus avant, qui pourrait annoncer une nouvelle phase dans l’évolution des ordinateurs.

8 réflexions sur “Des ordinateurs organiques, quand la vie se met au service du développement de la technologie…

  1. « La vie se met au service du développement de la technologie ». Encore une inversion. Les libres penseurs kabbalistes maçonniques continuent à faire n’importe quoi. C’est leur philosophie humaniste et idéaliste sans foi ni lois qui leur permet toute les excentricités. Celles-ci sont au service d’eux-mêmes, c’est-à-dire les initiés ou les élites. Ils ont inventé le transhumanisme et veulent bidouiller notre ADN plus que nécessaire. Si on les laisse faire, l’humanité se dirigera vers une dichotomie de l’espèce humaine avec une superclasse OGM technobio et de très nombreux humains classiques inutiles. Il serait temps de se pencher sur la santé mentale des élites, leur sens des responsabilités et leur aptitude à diriger l’humanité. Car la Kabbale, qui est la religion de la Franc-maçonnerie, rend fou. Elle n’impose aucune limite. On est en face de dominateurs qui ont des idées délirantes.

    La science doit être au service de tout le monde et ne pas être l’outil privilégié de l’élite. Les scientifiques sont en train de devenir les prostituées d’oligarques déséquilibrés, gourous du transhumanisme. Les chercheurs trahissent leur vocation pour servir l’idéologie du 4e Reich, comme les médecins nazis pour le 3e Reich. Les nazis étaient considérés comme des obsédés de la race pure, de la volonté de puissance nietzschéenne et de l’hégémonie mondiale aryenne. Cette folie était née dans les sociétés secrètes ésotériques et pseudo-maçonniques de l’Ordre de Thulé, également d’inspiration kabbaliste. Comme l’élite actuelle, les nazis étaient fascinés par l’occulte. L’occulte abrite les démons et le Mal. Le 4e Reich commence à ressembler étrangement au 3e de sinistre mémoire. On demande aux scientifiques de collaborer à un projet de perfectionnement racial réservé à une minorité qui souhaite atteindre l’immortalité, après s’être emparé de la richesse et du pouvoir. L’intérêt général est méprisé et l’humanité devient encombrante.

    Car ne nous y trompons pas, il y a bel et bien un détournement de la mission scientifique pour le compte d’une minorité qui fantasme un paradis artificiel bourré d’accessoires et de robots à haute technologie. Un univers d’une telle complexité que le Dr. Alexandre avertit déjà que la plupart des gens seront largués. On passe de la civilisation chrétienne et humaine au nouvel ordre mondial de l’antéchrist transhumaniste qui est au service d’un clan de privilégiés où seuls les QI de plus de 160 sont les bienvenus.

    Il est temps de retrouver nos fondamentaux, nos valeurs, des idéaux moins extravagants et qui concernent principalement l’intérêt général. L’élite et les scientifiques doivent être au service des peuples dans chaque nation. Celle-ci doit conserver ses spécificités, sa culture et ses traditions. Le projet maçonnique transhumaniste à deux vitesses dans un monde globalisé n’est pas raisonnable ni souhaitable et doit être abandonné. La science poursuivra ses recherches utiles pour le bien de tous en gardant Dieu et l’homme au centre de la vie.

    J'aime

  2. @Bertrand
    Vous préférez sans doute l’abominable trafic d’organes humains plutôt que le transhumanisme, ça m’étonnerais !
    Vous n’imaginez pas de différence entre le docteur Jekyll et M. Hyde d’où vous ne déduisez pas qu’on puisse imaginer que le transhumanisme puisse être la meilleure ou la pire des choses.dont l’humanité est coutumière depuis l’aube.
    Cessez de voir de la conspiration partout !
    Pour votre gouverne il y a autant de courants de TH qu’il y a de scientifiques qui travaillent sur ces sujets et ne parlons même pas de la vision qu’en a le reste de l’humanité.

    J'aime

  3. Comme pour toutes les activités humaines, nous sommes tous libres de choisir la voie du Bien ou celle du Mal…Alors faisons en sorte que ce soit celle du Bien, pour que l’âge d’or prévu, puisse permettre à nos enfants et petits enfants d’en profiter pour avancer sur le chemin de leurs vies ! Merci encore Liliane pour ce sujet fondamental…

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Des ordinateurs organiques, quand la vie se met au service du développement de la technologie… | Boycott

  5. Pingback: Des ordinateurs organiques, quand la vie se met au service du développement de la technologie… – Les moutons enragés

  6. C’est bien le drame de cette science sans conscience : réduire l’être humain à une vulgaire machine et le déshumaniser. Utopie, car la vie est d’une complexité infinie.

    La norme utilitariste a encore de beaux jours devant elle.

    Toujours avec un discours séduisant : c’est pour la médecine, pour éliminer des maladies, etc. Mais c’est toujours pour les gens qui peuvent se le payer, réservé à une certaine classe.

    Pendant ce temps, des millions d’enfants souffrent de malnutrition et meurent de manque d’hygiène et de maladies dans le monde. Billy the Killer préfère les vacciner à tour de bras plutôt que d’améliorer l’hygiène, amener de l’eau potable, construire des latrines, renforcer la nutrition. Et il veut détruire le sol fragile africain avec son agriculture industrielle (il gagne de l’argent avec les OGM et les pesticides), en faisant main basse sur les semences dont il séquence les génomes pour les transformer et les privatiser. Gates semble incapable de comprendre qu’un être humain n’est pas un ordinateur. Et quand on voit la médiocrité abyssale de son système d’exploitation Microsoft, on peut craindre pour l’humanité.

    La 5G aussi, c’était pour faire des opérations à distances. Waouh ! Et des voitures autonomes. Waouh ! L’humanité va s’en trouver grandie et progresser.

    Et c’est ce qu’on nous répète avec le téléthon depuis des années : c’est pour trouver comment guérir les malades. Mais en fait, les malades n’en bénéficient pas. Tout va à la recherche génique, et ensuite pour éliminer les personnes avec des diagnostics prénatals, comme il en est avec les personnes trisomiques, parce que les eugénistes ont décidé qu’elles ne méritaient pas de vivre. De quel droit ? Pas du droit divin en tout cas.

    Ils feraient mieux d’éliminer les causes des maladies : pollutions environnementales, malbouffe, toxiques des produits qu’ils vendent et qui les enrichissent de façon écœurante. Mais ça, ils ne le feront jamais.

    J'aime

  7. Pingback: Des ordinateurs organiques, quand la vie se met au service du développement de la technologie… – Les moutons enragés – Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s