Le réchauffement de la planète, la controverse? (PLANETE)

A partir de 52 minutes, interview de Emmanuel Le Roy Ladurie. Les apports majeurs de ce dernier ses apports majeurs dans le champ de la connaissance historique concernent l’histoire économique et sociale du monde rural et l’histoire de l’environnement, notamment à travers ses travaux précurseurs sur l’histoire du climat. Ils lui ont conféré un grand prestige international1.

M Le Roy Ladurie fut titulaire de la chaire d’histoire de la civilisation moderne au Collège de France et disciple de Fernand Braudel (Wikipédia)

8 réflexions sur “Le réchauffement de la planète, la controverse? (PLANETE)

  1. Il est par contre un domaine où l’influence de l’homme est indéniable et mortifère, et où il serait relativement facile et rapide de corriger le tir, pour peu que nous en ayons la volonté, c’est celui des pollutions.
    A quand des mobilisations scientifiques, médiatiques et des manifestations de rues contre elles ? Elles détruisent la planète, mettent fin à des espèces végétales et animales, tuent par millions des animaux, des êtres humains et engendrent une kyrielle de maladies de civilisation. Pollutions atmosphérique, aquatique, terrestre, électromagnétique, par les industries pétrolière, chimique, électronique, par le diesel, les plastiques, les pesticides, …
    Commençons par la nourriture, la permaculture démontre qu’on peut avoir un rendement supérieur sans intrants chimiques, ce qui permettrait de retrouver des sols fertiles, de ne plus nuire aux abeilles, de ne pas favoriser les inondations, de redonner un sens au métier d’agriculteur, de meilleurs nutriments et goûts aux produits de la terre pour une meilleure santé physique et psychique. Tout cela sans dépenser un centime mais en faisant des économies. Une production bio (qui n’est jamais que la production naturelle) et locale (pour éviter les pollutions par les transports) devraient être une évidence et une priorité pour les politiques s’ils avaient un tant soit peu de jugement.

    A croire que le thème du réchauffement climatique sert d’arbre pour cacher la forêt des pollutions.

    J'aime

  2. @ Paul Ussions: même si dans le trend global je suis d’accord avec vous, votre plaidoyer ressemble à s’y méprendre à des jérémiades d’écologiste attardé. Bien évidemment qu’il faut, dans la mesure du possible, réduire la pollution générée en premier lieu par son propre comportement (et c’est bien ce que j’attends des abrutis d’étudiants qui défilent en baskets chinoises, avec des jeans de Tunisie, une ceinture de Thaïlande et un téléphone du Japon avec une bière américaine et/ou du vin du Chili). Par contre, il ne sert à rien de pleurnicher. La seule origine de la pollution (qui n’a rien à voir avec le climat) est tout simplement la condensation des être humains. A dix, vous maîtrisez tout, à mille vous commencez à perdre le fil et à un million, vous êtes noyés. Rien ne permet de contrôler la pollution dans les grandes agglomérations. Et comme les êtres humains y vivent de plus en plus.. Et puis, il y a les raisons économiques (des grosses multinationales telles que Monsanto) qui fait que pour produire à coûts sûrs et qui doivent permettre des rentes les plus régulières. Par contre, il est curieux que ce soit toujours aux citoyens lambda et consommateurs quasi-prisonniers à qui l’on demande tous les sacrifices et non aux pollueurs principaux. Taxons les carburants, ce sera les simples péquins dépendants de leur véhicule pour leur salaire qui trinqueront, pas les trusts !
    Quand vous dites que le réchauffement climatique sert d’arbre pour cacher la forêt des pollutions, vous avez, je pense, en partie raison. Non seulement il cache la forêt, mais en plus, il permet à l’ONU (triste association) d’imposer la Terre entière d’un nouvel impôt, qui ira tout droit dans les poches du casino..

    J'aime

  3. ceci n’est pas un commentaire mais plutôt une préoccupation tant scientifique que pédagogique destinée à Mme L.H.K. pourriez S.V.P m’envoyez les deux articles sous forme rédactionnelle (“Le réchauffement de la planète, la controverse? (PLANÈTE)”) et celui portant sur( L’argent de la mafia colonise la planète. Documentaire) que vous proposez à vos lecteurs sous forme VIDÉO. Ces deux documents serviront de référence à mes doctorants dans leur travail de recherches. Je vous remercie d’avance sur ce geste et vous suis reconnaissant. Pr B Nabet Faculté des sciences économiques Annaba Université Algérie. Une réponse de votre part nous honorerait. Je suit votre blog depuis bien longtemps et je vous soutiens .

    J'aime

  4. Bonsoir M Nabet. Merci pour votre fidélité!
    Pourriez-vous me dire ce que vous attendez au juste. Vous voulez les textes que véhiculent les vidéos? Ou les textes qui accompagnent?
    Ces vidéos sont des reportages diffusés par les chaînes françaises Planètes et parlementaire… Bien à vous.

    J'aime

  5. Au fait, avez-vous lu Dépossession? Il s’y trouve plus de 300 notes et références. Le rôle de l’argent de la mafia, la création monétaire privatisée, etc y sont détaillés. Il pourrait être très utile à vos étudiants. A bientôt.

    J'aime

  6. @ Pierre Michel
    Merci pour les insultes (« jérémiades d’écologiste attardé », « il ne sert à rien de pleurnicher »), d’autant plus que je ne parle pas de ce dont vous me faite reproche.
    Apprenez à lire sans faire de projections et, même si ce que vous lisez ou pensez lire vous déplaît, à respecter autrui.

    Je me borne à dire que le réchauffement fait partie d’un problème plus vaste, celui des pollutions, sans entrer en matière sur les causes et les remèdes. Je ne dis pas que
    la solution est individuelle, au contraire puisque j’en appelle à des mobilisations et manifestations (sous-entendu pour un changement global).

    Quand à tout reporter sur la surpopulation c’est un peu simpliste et ne conduit pas bien loin. Que voulez-vous faire ? Une stérilisation de masse, un génocide, une épidémie, une guerre, … ?
    C’est une simplification car la plupart des pollutions proviennent d’une minorité (à l’intérieur d’un pays et entre les pays). Si tous veulent polluer comme les premiers de classe ce ne va pas s’arranger évidemment. Mais il n’y a pas besoin de surpopulation pour détruire la planète (c’est seulement une cause d’accélération) il suffit d’une idéologie mortifère comme le néolibéralisme.
    Il faut donc changer de système.

    J'aime

  7. @ Paul Unissons
    Changer de système ne résoudra rien ! On peut donc passer par où on veut, on en arrivera toujours au même résultat. La consommation humaine, quelle qu’elle soit et passé un certain seuil sera de toutes les façons ingérable. De supprimer les engrais et tout autre produits accélérateurs ne résoudra en rien le problème. On ne fait que le reporter plus loin. Je le répète: mettez une vache dans un pré, elle broutera et défèquera là aussi. La nature arrivera seule et facilement à « gérer ». Mettez-en cent et cela ne sera bientôt plus gérable.
    C’est un simple constat et pas une idée de recette. Je ne dénie à personne le droit de vivre, sinon je devais commencer par moi-même (je ne suis donc pas un Vert).
    Quant au réchauffement, il ne fait pas partie du plan humain. Nous n’avons aucune influence sur celui-ci. Se prendre pour le soleil est quand même un chouia présomptueux étant donné que celui-ci est quelques milliards de milliards de fois plus puissant que tous ce que nous pourrions faire.
    Il y avait la mort des forêts et le trou dans la couche d’ozone. Ces deux dangers mortels pour la planète ont disparus mystérieusement. En fonction sans doute des besoins d’utilité de Greenpeace et autre WWF. Et c’est là qu’entrent en scène les jérémiades d’écologiste attardé.
    Mais je vous rassure, on peut dire des conneries sans être un con tout comme on peut dire des jérémiades d’écologiste attardé sans en être un.

    J'aime

  8. Le problème de base de l’ensemble de la classe politico-économique est que pour eux, comme Bush l’a très bien formul, notre mode de vie n’est pas négociable. Cela s’applique à l’ensemble de ces gens de la droite du capital à la gauche productiviste. Dés lors, leur vision de l’écologie n’est que du grenn washing. Ils nous parlent d’énergies renouvelables alors que de telles énergies sont toutes dépendantes de filières industrielles qui participent à la destruction en règle du vivant par notre mode de vie.

    La gauche productiviste est particulièrement hypocrite à ce jeu là car elle ne cesse de nous promettre un avenir radieux et démocratique, écologique et responsable, ceci grace au socialisme, et dans le même temps elle évite toujours et soigneusement de constater que cela est impossible dans une société industrielle en raison de la haute hiérarchisation du travail dans une telle société qui, en plus d’être un désastre écologique est un désastre social. Cette hiérarchie du travail industriel s’ajoute et renforce les hiérarchies préexistantes basées sur le pouvoir et l’argent.

    Un très bon article sur ces sujets est « Confusion renouvelable et transition imaginaire » de Nicolas Casaux http://partage-le.com/2019/02/democratie-photovoltaique-par-nicolas-casaux/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s