Le revenu de base expliqué par un représentant de la haute finance mondialisée. Vincent Held

nepsie-revenu-de-base

Le revenu de base présenté en BD (madmoizElle.com)

Et si au lieu de puiser dans le budget de l’État pour financer les prestations sociales, l’on piochait directement dans l’épargne des citoyens pour la redistribuer? C’est la perspective qui se dessine aujourd’hui de plus en clairement à travers le monde occidental, où les lois de confiscations bancaires se multiplient en même temps que les appels à instaurer un revenu de base.

Dans une publication parue à la fin 2017, le Chief Investment Officer de Credit Suisse n’avait pas hésité à afficher sa sympathie pour l’idée d’un « revenu de base ».

Or cette prise de position n’était certainement pas guidée par un excès de sensibilité sociale!

Un calcul politique parfaitement transparent

Au cours de la même interview, Michael Strobaek avait en effet proposé une hausse potentiellement drastique de l’âge de la retraite… tout en suggérant de se servir des personnes âgées comme main d’œuvre bon marché. Sans fausse pudeur aucune! (1)

Émettant de sombres pronostics sur l’avenir des économies occidentales, M. Strobaek y avait également fait part de certaines inquiétudes personnelles – avec une sincérité presque touchante:

« Le grand thème de l’avenir, c’est que des millions de personnes se retrouveront sans emploi. […] Nous devrons subvenir aux besoins de ces personnes […] sinon les gens se rebelleront comme pendant la Révolution française, lorsqu’ils ont traîné la noblesse jusqu’à la guillotine place de la Concorde. »

Contrairement aux technocrates européens et autres politiciens en quête de popularité, ce représentant de la haute finance mondialisée pouvait livrer le fond de sa pensée sur le revenu de base en toute simplicité. Nul besoin de s’abriter derrière de bons sentiments tels que la volonté de « lutter contre l’exclusion » ou d’offrir aux plus vulnérables la possibilité de « vivre dans la dignité ».

Basic Income - CS2

« Mettre fin à la pauvreté », « renforcer la participation à la vie sociale », « une aide sociale émancipatrice » (affiches de promotion du revenu de base, Londres, mars 2013 / photo de R. Shaw Higgs)

Le calcul de ce libéral décomplexé était on ne peut plus transparent: des temps allaient venir où il faudrait bien jeter un peu d’argent à la populace pour éviter de se faire couper la tête!

« Qu’on l’aime ou non, le revenu de base est une nécessité. » (Yanis Varoufakis)

Et ces temps surviendraient, de toute évidence, bien avant le terme de « 25 ans » suggéré au lecteur…

Guillotine

De par leur mode de rémunération, les dirigeants des grandes banques ne cherchent-ils pas, avant tout, à maximiser leurs résultats à court terme? D’où vient alors ce soudain intérêt pour le niveau de l’emploi en l’an 2042?

D’ailleurs, Credit Suisse existera-t-elle encore à cette date? N’a-t-on pas vu récemment le président d’UBS nous indiquer – le plus calmement du monde – que sa banque pourrait bien être démantelée un jour prochain?

Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que ces deux grandes banques « suisses » se ressemblent à bien des égards!

 « Nous avons préparé des plans d’urgence pour que la banque puisse être séparée en plusieurs parties. […] Ces plans de liquidation […], ils sont aujourd’hui dans nos tiroirs. » (Interview d’Axel Weber à la télévision d’État suisse – SRF, 23 janvier 2018)

En réalité, M. Strobaek est bien placé pour savoir que le revenu de base sera adopté par de nombreux pays occidentaux bien avant cela…

Credit Suisse au cœur d’une bulle spéculative mondiale

De fait, quoique le revenu de base nous soit souvent présenté comme un idéal qui deviendra atteignable dans un avenir éloigné, il semble bien avoir vocation à s’imposer à beaucoup plus brève échéance. Et ce pour faire face à une problématique bien connue: l’éclatement inévitable de la bulle de la dette des pays occidentaux.

« On dirait bien que nous sommes en train de créer une bulle [sur le marché de la dette] qui causera des pertes importantes quand les taux remonteront. On pourrait presque dire que c’est là notre stratégie. » (Jerome Powell, actuel président de la Réserve fédérale américaine, à propos des programmes de rachats de dettes (quantitative easing) de son établissement)

« La bombe de la dette » à la Une de grands magazines anglo-saxons…

Cette gigantesque bulle financière, Credit Suisse la connaît bien. Elle y contribue même activement. Il faut dire qu’elle participe de façon massive aux programmes de rachats de dettes (quantitative easing) de plusieurs banques centrales à travers le monde!

« Au 31 décembre 2017, [Credit suisse disposait de] 96,6 milliards de francs en liquide déposés auprès de banques centrales de premier plan – principalement la Banque nationale suisse, la Réserve fédérale américaine et la BCE. » (Credit Suisse, Rapport annuel 2017, p.112)

Or, le dénouement de cette fuite en avant désespérée est connu d’avance. Il a été dévoilé en septembre 2017 par le grand quotidien suisse Le Temps: du fait du surendettement des pays occidentaux, une partie des capitaux d’épargne sera confisquée lors de la prochaine crise financière.

Sapin II - Le Temps.png

Une analyse visiblement partagée par Credit Suisse. Son président actuel a en effet participé à l’élaboration des deux « rapports d’experts » qui sont à l’origine des lois de confiscation de l’épargne en Suisse! (2)

Eh oui, on ne le redira jamais assez. UBS et Credit Suisse ont été associées à la rédaction de la « loi too-big-to-fail », qui prévoit de confisquer l’argent des déposants pour sauver les grandes banques…

« Ce n’est pas l’État qui supporte le risque des grandes banques. C’est ce dont nous nous sommes assurés avec cette réglementation ‘too-big-to-fail’. » (Ueli Maurer, Conseiller fédéral en charge des Finances, 29.09.2017)

Les « réductions de créances » permettent de confisquer l’épargne des déposants de manière « partielle ou totale »… (cf. art. 50 de l’Ordonnance sur l’Insolvabilité Bancaire)

Or il apparaît que ces mesures d’expropriation inédites seront suivies – en Suisse comme ailleurs dans le monde – par l’introduction immédiate du revenu de base

Confisquer l’argent des épargnants pour mieux le redistribuer ensuite?

« La Banque nationale devrait fournir de l’argent sans dette. […] Si l’argent est versé directement à la population […], il en résulte automatiquement une sorte de revenu de base. […] ». (débats du Parlement suisse sur l’Initiative Monnaie Pleine, 14/12/2017)

Comme nous l’avons déjà expliqué plus longuement par ailleurs, diverses banques centrales occidentales (États-Unis, UE, Japon, Suisse, etc.) se préparent aujourd’hui à introduire un revenu de base universel en distribuant directement de l’argent frais à la population. C’est ce que les économistes et autres journalistes appellent « l’hélicoptère monétaire ».

La Tribune II.png

Un bien mauvais présage!

Les mêmes banques centrales expliquent en effet très clairement que « l’hélicoptère monétaire » ne doit être mis en œuvre que dans une situation « anormale et extrême ». Autrement dit, « dans le cas d’une économie complètement bloquée »

« Vous pouvez créer de la monnaie et la distribuer aux gens. C’est l’hélicoptère monétaire. […] La question est de savoir […] quand il est opportun de recourir à ce type d’instrument de dernier recours. » (Peter Praet, économiste en chef de la BCE, 15.03.2016)

Ces subsides arriveront donc à point nommé pour remplacer les traditionnelles prestations sociales (allocations chômage, famille, retraites…), lorsque l’élastique – toujours plus tendu – de la dette aura fini par lâcher.

Reste à savoir si cela suffira à apaiser la colère d’une population qui se sera vu auparavant délester d’une partie de son épargne. On pourra alors vérifier si le calcul de M. Strobaek s’avère exact!

Évolution des lois de confiscation de l’épargne en Suisse et dans les pays de l’UE : un parallélisme frappant!

UE

Suisse

2013

 

 

2014

 

 

 

 

2015

Directive renflouement interne des banques – BRRD (autorisation des confiscations sur les dépôts bancaires à partir de 100’000 euros)

Refonte du système de garantie des dépôts bancaires (possibilité pour la Commission européenne d’abaisser à tout moment la garantie de dépôt en-dessous de 100’000 euros, cf. art. 6 de la directive)

Entrée en activité du Conseil de Résolution Unique (CRU), chargé de l’exécution des éventuelles confiscations bancaires (bail-ins)

2011-2012

 

2014

 

 

 

2016

Législation « too-big-to-fail » (autorisation des confiscations sur les dépôts bancaires à partir de 100’000 francs)

Ordonnance de la Finma sur l’insolvabilité bancaire (introduction d’une procédure de  « réduction de créances » autorisant des confiscations de l’épargne « partielles ou totales », cf. art. 50 du texte)

Modification de l’Ordonnance sur les Fonds Propres (OFR) (autorisation explicite par le Conseil fédéral des « réductions de créances », cf. Rapport explicatif, art.126a)

Crépuscule

Par Vincent Held, Master en Finance (HEC Lausanne) et auteur du Crépuscule de la Banque nationale suisse, publié aux Éditions Xenia (synopsis). 

Notes et références

1) « Au Japon, par exemple […] l’âge de la retraite effective pour les hommes est déjà de 69 ans. Il y a même des discussions en cours pour savoir si nous devrions fixer l’âge de la retraite à 75 ans. […]

Quand les gens vivent plus longtemps, ils peuvent – et doivent – travailler plus longtemps. Bien évidemment, tous les emplois ne sont pas adaptés aux personnes plus âgées, mais je suis sûr qu’il y aura du travail pour eux, même si c’est pour un salaire plus bas. »

Source : Michael Strobaek: « People will rise up like during the French Revolution », Credit Suisse, Bulletin 4/17

2) En 2010, un premier rapport, qui préconisait ouvertement des « mesures d’expropriation » visant les déposants, avait débouché sur la « loi too-big-to-fail ». Or cet acte législatif était précisément destiné à sauver les grandes banques – dont Credit Suisse ! – en cas de risque de faillite.

En 2014, un second rapport avait quant à lui demandé à ce qu’un organisme paraétatique – la Finma – soit explicitement autorisé à réaliser des confiscations « partielles ou totales » afin de sauver les grandes banques. Là encore, le document portait la signature d’Urs Rohner qui, de vice-président du directoire de Credit Suisse, était entretemps passé à la présidence de son conseil d’administration.

11 réflexions sur “Le revenu de base expliqué par un représentant de la haute finance mondialisée. Vincent Held

  1. Très chère Liliane, voilà bien un article qui met de l’eau à mon moulin. Voir mon commentaire dans votre article précédent (BNS une perte révélatrice…) mais aussi le deuxième en réponse à Jeanmonti que je viens de poster ce matin.

    « Ces subsides arriveront donc à point nommé pour remplacer les traditionnelles prestations sociales (allocations chômage, famille, retraites…), lorsque l’élastique – toujours plus tendu – de la dette aura fini par lâcher.
    Reste à savoir si cela suffira à apaiser la colère d’une population qui se sera vu auparavant délester d’une partie de son épargne. On pourra alors vérifier si le calcul de M. Strobaek s’avère exact! »

    Quoi de mieux que les armées de l’OTAN sur place pour mâter tout ce petit monde en colère ?

    https://www.les-crises.fr/lunion-europeenne-entreprend-de-faciliter-les-deplacements-militaires-sur-son-territoire/

    Il m’est avis que petit à petit, à coup d’annonces et de mesures, nos élites sont en train de de mettre un plan d’acceptation en prévision de l’orage qu’elles nous préparent. On appelle cela l’ingenierie sociale.

    Quant au revenu universel, sachez qu’en France il a même son site internet :

    https://www.revenudebase.info/decouvrir/

    Et l’usine à gaz risque d’être expérimentée dès 2019 dans 13 départements

    http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/636/revenu_universel__13_dpartements_pourraient_lexprimenter_ds_2019

    Par contre, personne ne se pose de questions sur la nullité incompréhensible de nos gouvernements pour créer de l’emploi, ni même sur un outil dont on ne parle JAMAIS qui s’appelle le NAIRU (Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment).

    Un petit éclairage sur la grande hypocrisie ambiante et sur comment le Grand Capital fait preuve d’une grande inventivité pour nous spolier toujours davantage, et même de l’emploi qui nous permet de vivre.

    https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-nairu-ou-pourquoi-le-chomage-ne-37306

    http://linflation.free.fr/pages/lenairuvitepag.html

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-nairu-pourquoi-il-y-aura-202451

    Car quoi de mieux qu’un revenu universel pour rendre la population encore plus dépendante mais aussi plus docile. Comme d’habitude, on nous prendra bien plus que les miettes que l’on nous accordera et qui seront payées en fin de compte par nous même.
    Même les guerres que ces psychopathes pratiquent à tire larigot dans le monde entier dans l’intérêt des plus riches sont auto-financées par ce couillon de contribuable. Une entreprise qui, elle, ne connait jamais la crise.

    Il y a un principe dont je ne me suis jamais départi et qui s’est à chaque fois révélé exact : quand on commence à nous parler de nous distribuer gratuitement de l’argent, c’est que derrière un gros coup de baton se prépare !

    Et pourtant, il suffit de se tourner un tant soit peu sur notre histoire pour se rendre compte que tout cela n’est pas nouveau et que cela a été déjà pratiqué à maintes reprises par le passé. Comme par exemple la stratégie du choc utilisée par le grand patronnat dans les années 30 et qui nous amené bien gentimment vers bien des désordres. Bon je fais un peu court mais l’historienne Annie Lacroix Riz vous l’expliquera bien mieux que moi….

    J'aime

  2. Franchement prenez la peine d’écouter cette historienne jusqu’au bout car ce qu’elle nous décrits sur les faits historiques qui se sont passés dans les années 30 est particulièrement criant de vérité vis à vis de ce qui se passe actuellement en France.

    Et dire qu’ils nous ont vendu le 21ème siècle comme un nouveau millénaire ! Ce n’est que de la vieille popotte dont ils ne cessent de nous revendre la soupe !

    Madre de Dios, comment cela va t’il encore finir….

    J'aime

  3. Ca finira comme décrit dans les textes bibliques… Je suis épatée par certains de ses passages… Apocalypse, mais aussi certaines prophéties de l’Ancien testament… A découvrir…

    J'aime

  4. Le sage Charles Gave récidive ! Et comme d’habitude pas vraiment politiquement correct !

    Une grande fraicheur du parler vrai dans ce lourd climat de mensonges…

    J'aime

  5. Anna Lacroix Riz, une bonne communiste ! cette historienne fait un travail remarquable à lire.Le revenu universel en remplacement de toute les prestations sociales pourrait être une solution économique, comme dans le Soleil Vert…….Le socialisme proposé par l’oligarchie anglosaxonne depuis 130 ans.Les banquiers le propose puisqu’il il ne s’attaque pas au revenu du capital.

    J'aime

  6. @toyet

    Tout d’abord c’est Annie Lacroix Riz et non Anna.
    Deuxièmement, qu’elle soit communiste ou extra terrestre, on s’en bat l’oeil. L’important ce sont les informations qu’elle nous délivre et les siennes sont 100 % fiables puisqu’elles sont TOUTES issues de documents d’archives officielles. Voilà ce qui est important. Tout comme Pierre Hillard qui travaille de la même façon et lui n’a vraiment rien d’un communiste.

    Ce qui prouve bien que d’un bord ou d’un autre, on trouve toujours un panel d’infos fiables et c’est à nous de faire le tri mais aussi de faire preuve de bon sens. Y en a marre de cantonner les gens avec des étiquettes politiques qui d’ailleurs ne veulent plus rien dire et ne sont là que pour leurrer les électeurs.

    Bien que le communisme n’ait jamais été ma tasse de thé, je considère que le seul dernier homme politique français de gauche et digne de ce nom fut George Marchais qui ne s’est jamais enrichi de ses fonctions et a toujours vécu comme les prolétaires qu’il représentait. Alors vous voyez que ça ne date pas d’hier et que les labels communiste et autre sont devenus totalement obsolètes.

    Quand les gens auront enfin intégrer cette notion dans leur crâne d’oeuf, peut être que l’on aura enfin des chances de s’en sortir.

    J'aime

  7. @ pssst008
    Magnifique initiative La maison verte, cela fait plaisir de voir cela en Suisse, en effet la gratuité de l’indispensable ou en autres mots le partage du non nécessaire est la base d’une société civile et solidaire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s