La récession européenne dévoilée par la consommation d’énergie… +3 Mises à jour. Liliane Held-Khawam

EUROPE

Il est aisé de comprendre qu’énergie et économie évoluent ensemble. La production économique (sous toutes ses formes) est fortement dépendante de la consommation d’énergie. Par conséquent si une des composantes croît, l’autre devrait la suivre et vice versa. Si une baisse, l’autre aussi….

L’économiste Gaël Giraud. nous explique dans un excellent entretien rapporté par le journal du CNRS ceci: « Nos économies sont beaucoup plus dépendantes de l’énergie que les économistes « orthodoxes » ne veulent bien l’admettre« . Selon l’économiste,  » lorsque la consommation d’énergie primaire augmente de 10 %, le PIB tend à croître de 6-7 % en moyenne, avec éventuellement un retard pouvant aller jusqu’à dix-huit mois« . Il poursuit en complétant la liste des variables nécessaires à la croissance.  « L’énergie ne produit donc pas de la prospérité par magie : la technique, le capital et le travail lui sont complémentaires. C’est cette complémentarité qui, d’après mes travaux, est au cœur de la croissance économique que nous avons connue depuis deux siècles« .

Voici deux graphiques qui vont dans le sens de G Giraud et qui prouvent la corrélation entre consommation d’énergie et PIB. Nous voyons une tendance convergente plutôt fortement corrélée,  même si elle se fait en décalage dans le temps…

Graphique PIB/énergie

Graph GDP Energy

Nous ne prenons donc pas trop de risques en prétendant que l’évolution de la consommation d’énergie est représentative de l’évolution économique d’une région.

Or, nous découvrons les chiffres de l’UE qui prouvent que la consommation finale d’énergie -c’est-à-dire expurgée de  l’énergie utilisée par les producteurs d’électricité et dans les processus de transformation de l’énergie- atteinte en 2014 est inférieure à celle de 1990!

Energie UE 1.png

Grâce à ces données, nous pouvons confirmer à quel point la politique économique européenne est en échec, récessionniste, voire morbide depuis les années de la crise des subprimes et la politique monétaire de la Banque centrale européenne… La Grèce en est juste la victime fétiche qui permet de détourner l’attention du reste!

Nous confirmons ainsi nos précédents papiers sur la récession qui frappe l’UE…

Qu’en est-il en Suisse?

Eh bien en Suisse, nous observons une baisse aussi de la consommation d’énergie, et ce malgré une évolution démographique positive de l’ordre de 12% pour la période concernée (2000-2015). Nous voyons ainsi que pour certains, la politique migratoire est une quasi obligation pour éviter un effondrement économique!

Observations complémentaires

Voici deux graphiques supplémentaires dont l’intérêt est de montrer la répartition de la consommation par les moyens de transport.

Alors que l’on vous impose un trafic réduit dans certaines régions, nous observons une  explosion de la consommation de carburants par l’aviation internationale. C’est le premier secteur polluant de la région dont personne ne parle. Il suffit de lever les yeux par beau temps pour être témoin de leur hyperactivité. Ce sujet est, sauf erreur (qui est possible), peu ou pas abordé par les défenseurs du climat!

Il faut dire que le transport international est L’OUTIL de globalisation du monde. Il va pouvoir continuer de bénéficier d’une paix royale des tenants de la globalisation. Et vous pourrez continuer de consommer de la menthe soi-disant fraîche provenant d’Afrique du Sud en plein hiver…

Quant à la politique ferroviaire, nous pouvons constater là aussi son échec. Les responsables feraient bien de se poser la question de savoir si les prix pratiqués par les entreprises ferroviaires ne mettent pas ce moyen de transport hors de portée des consommateurs moyens?

Energie UE 3.PNG

Entrer une légende

Tableau de Consommation d’énergie par mode de transport, UE-28, 1990-2014 (1990 = 100, sur la base des données en tonnes-équivalent pétrole)

Et voici un tableau (en pourcentage) intéressant sur l’évolution du bouquet énergétique au cours de la période de 1990 à 2014.

energie-ue-2

Liliane Held-Khawam

1 MISE A JOUR 2.03.2017 à 22H42

Suite aux réactions de quelques lecteurs (cf commentaires ci-dessous) qui verraient, dans la baisse de consommation d’énergie, le fruit d’une plus grande efficacité des moteurs, meilleure isolation, etc.; j’ajoute ce petit tableau qui montre le point de cassure à la période des subprimes.

Ce point d’inflexion de 2007 correspondrait plus à une crise qu’à une brusque amélioration de l’efficience des bâtiments ou de la performance des moteurs de voiture.

energie-europeenne-2007-2015

Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu d’autres facteurs qui influenceraient positivement la tendance.

Par ailleurs, si la diminution de la consommation était avant tout due à une meilleure performance technologique, pourquoi l’amélioration ressortirait-elle au niveau de l’aviation interne et bien moins au niveau de l’aviation internationale?

2 MISE AJOUR 3.03.2017 à 10h27

Je voudrais clarifier mon propos au sujet de la croissance démographique qui devrait être intégrée dans l’évolution de l’analyse de la consommation d’énergie. Voici des précisions sur l’évolution démographique de l’UE qui confirme que si nous devions ramener la consommation d’énergie par habitant, la chute observée à partir de 2007 se révèlerait encore plus conséquente.

population UE 1.PNG

3 MISE A JOUR 3.3.2017 à 12h06

Et voilà une confirmation sérieuse de la récession économique et un zoom sur l’après crise des subprimes (lire détails)

recession-economique-confirmee-par-la-consommation-denergie

12 réflexions sur “La récession européenne dévoilée par la consommation d’énergie… +3 Mises à jour. Liliane Held-Khawam

  1. Les graphiques sur la consommation d’électricité ne reflète pas la réalité puisque des efforts technologiques ont été accomplis par l’industrie pour réduire la consommation d’électricité de même sur l’isolation des habitations et autres bâtiments.

    J'aime

  2. Juste M. Monti. Quant à la part de plus en plus importante de la production propre d’énergie, solaire privée, elle doit aussi peut-être influencer ce genre de graphique. En Allemagne, par exemple, il est probable que celle-ci soit très marquante. Comme témoin, la baisse des prix de l’électricité. Evidemment, l’aviation reste l’exception, oubliée volontairement certainement, pour les raisons citées dans cet article. En Suisse, les tenants de l’économie qui soutiennent mordicus l’immigration incontrôlée nous pourrissent la vie, et les paysages. Mais ils s’en foutent, ils gagnent plein d’argent !

    J'aime

  3. Oui, vous avez raison pour les progrès en termes d’efficacité. Mais cela ne suffit pas à expliquer le trend sévère qui s’est inversé au moment de la crise des subprimes, puis en 2011 lors de la crise dite des banques européennes.
    Je rappelle que les importants flux migratoires auraient dû aussi agir sur la consommation finale d’énergie….

    J'aime

  4. je trouve la démonstration peu convaincante. L énergie est en grande partie un produit d importation et apparait logiquement dans le pib. D où une partie au moins de la corrélation entre énergie et pib. Quand à la baisse de consommation d énergie elle peut avoir de nombreuses causes comme le soulignent les contributeurs ci dessus. Vous indiquez par ailleurs un décalage entre pib et consommation, je ne le vois pas sur le graphique.

    J'aime

  5. Suite à votre mise à jour, les liens suivants indiques que les moteurs électriques nouveaux sont plus performants de 10%, les isolations des habitations sont de l’ordre de 15 à 75 %
    http://www.lorraine-reel.net/attachments/article/2400/Fiche%20moteurs2.pdf
    https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/co/love/love_011.cfm

     » Par ailleurs, si la diminution de la consommation était avant tout due à une meilleure performance technologique, pourquoi l’amélioration ressortirait-elle au niveau de l’aviation interne et bien moins au niveau de l’aviation internationale? »

    Tout simplement parce que les avions des vols internes sont plus nouveaux pour être plus compétitif sur les bas prix que les avions internationales, les nouveaux moyens et gros avions de Airbus et Boeing sont aussi très performant mais la flotte internationale à un renouvellent plus lent, question de leasing.

    J'aime

  6. Il me semble Liliane que c’est plus difficile de voir l’état de l’économie en rapport seulement avec la consommation d’énergie, il y a trop de variables, peut-être évaluer autres possibilités ou un ensemble comme les places de travail, le PIB, la création d’entreprises, les faillites ou les dé-localisations etc. pour un meilleur résultat plus fiable de l’économie actuelle en Europe.
    C’est vrai que ce n’est pas facile puisque les chiffres officiels sont manipulés en partie, comme le chômage en Suisse…..

    J'aime

  7. Les raisons expliquées en bas des diagrammes par l’EU me semble qu’elles sont bien plausibles, mais pas une explication à une crise économique européenne, la crise en Europe de l’ouest n’est qu’un transfert de fabrication des produits de l’Europe de l’ouest à l’est.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s