Les paris de la Deutschebank qui font trembler l’Allemagne

Deutsche Bank montre la voie, Par Bruno Bertez

On l’attendait depuis longtemps. La Deutsche Bank fait une mini-opération vérité. Est ce le prélude à un changement de politique de la Banque d’une part et de l’Allemagne d ‘autre part? Cette opération pourrait bien en déclencher d’autres dans le secteur.

La première banque allemande va déprécier la totalité des survaleurs (« goodwill ») et certains actifs incorporels attachés à sa banque de financement (CB&S) et à sa division clientèle privée et professionnelle (PBC). Au total, une facture comptable de 5,8 milliards d’euros, essentiellement due à la prise en compte de règles prudentielles plus strictes et de la cession de Postbank. Elle va également prendre une dépréciation de 600 millions d’euros sur sa part de 20% dans Hua Xia Bank, qui n’est plus considérée comme stratégique, et une provision de 1,2 MdE pour litiges, dont la majorité ne devrait pas être fiscalement déductible.

Ainsi ce sont  7,6 MdsE d’exceptionnels qui viendront grever les comptes trimestriels. Ils  seront déficitaires de l’ordre de 6 MdsE avant impôts et de 6,2 MdsE après. (lire la Suite).

Article de Zero Hedge, publié le 7 octobre 2015 :

« Tandis que les rumeurs vont bon train concernant l’exposition de Deutsche Bank (DB) au fiasco Volkswagen, même si aucune preuve n’a été avancé jusqu’à présent, DB vient juste de publier cet préannonce :

  • Deutsche Bank anticipe une perte de 6,2 milliards d’euros au T3
  • Deutsche Bank recommande une diminution du dividende ou son éventuelle annulation

En cause, une très lourde perte de 6,2 milliards d’euros attendue au troisième trimestre, liée à de fortes dépréciations – 5,8 milliards – dans sa banque d’affaires et de détail, sur fond de durcissement à venir de la règlementation sur le capital et de la cession de sa filiale de détail Postbank, destinée à une introduction en Bourse.

Le groupe va également passer une nouvelle provision de 1,2 milliard d’euros pour faire face aux quelque 6.000 litiges juridiques dans lesquels son nom est cité, du scandale de manipulation des taux interbancaires du Libor aux soupçons de manipulation du marché des métaux précieux, en passant par de possibles actes de blanchiment d’argent en Russie. 

En Inde, le maintien de 17 succursales de détails est en question, rapporte la presse allemande.

Il pourrait aussi se séparer à terme de sa participation d’environ 20% dans la banque chinoise Hua Xia Bank. Le groupe a annoncé mercredi soir avoir passé une autre dépréciation de 600 millions d’euros sur cette part et considère désormais cet investissement comme étant « non-stratégique ».

La nouvelle publiée, l’action de Deutsche Bank s’est effondrée de 6 %. »

La banque allemande est régulièrement citée parmi les entités financières susceptibles de devenir le « prochain Lehman », même si Glencore est venu récemment grossir ces rangs. Le 12 juin 2015, nous publiions déjà un excellent article de NotQuant.com sur le risque Deutsche Bank , que nous reproduisons ci-dessous à l’instar de ce qu’a fait Zero Hedge :

« Avec le recul, l’effondrement de Lehman Brothers en 2008 s’est déroulé à une vitesse surprenante. À la surface, quelques signes annonciateurs se déclarèrent mais la réelle étendue du désastre n’a fini par apparaître que dans les derniers instants, lorsqu’il était devenu évident que Lehman était condamné.

Afin de dresser le parallèle avec la Deutsche Bank, récapitulons les événements de 2007 et 2008:

Malgré le peu d’indicateurs concernant le destin de Lehman, les initiés furent par contre au courant assez tôt : à la fin 2008 Goldman Sachs paria en son nom des montants énormes contre Lehman, une position qui fut appelée en interne « le gros short » (Big Short), un pari qui allait rapporter gros durant la crise.

À l’été 2007, les crédits subprimes commençaient à battre de l’aile sur les marchés. À partir du mois d’août, la liquidité commença à s’évaporer rapidement tandis que les fonds derrière les titres adossés à des créances s’asséchaient. Malgré tout, même jusqu’à la fin 2007, peu de gens suspectaient ce qui allait arriver à Lehman.

La première indication publique date probablement du 9 juin 2008, lorsque Fitch abaissa la note de Lehman à AA- avec perspective négative et ironie du sort à la même date jour pour jour ce fut l’abaissement de la note de Deutsche Bank par Standard & Poor’s en 2015, 7 ans plus tard. La « perspective négative » indique qu’une nouvelle baisse de la note est probable. Dans le cas de Lehman, ce fut un euphémisme.

À peine 3 mois plus tard dans le courant d’une seule semaine, Lehman annonçait une énorme perte de 3,9 milliards et déclarait faillite (entre le 10 et le 15 septembre). Le reste, vous le connaissez. (…)

Chronologie des difficultés de la Deutsche Bank

Voyons maintenant ce qu’il s’est passé avec la Deutsche Bank durant les 15 derniers mois :

  • En avril 2014, Deutsche Bank est forcée de lever du capital de tiers 1 pour 1,5 milliard afin de renforcer son bilan. Pourquoi ?
  • Un mois plus tard, en mai 2014, la recherche effrénée de liquidités continue alors que la DB annonce la vente d’actions pour 8 milliards de dollars, bradées de 30 %. De nouveau, pourquoi ? La nouvelle étonna les médias financiers. L’image de géant tranquille de la Deutsche Bank était écornée par ses efforts pressés pour trouver de l’argent frais. Quelque chose devait se tramer en coulisse.
  • Mars 2015, la Deutsche Bank ne passe pas les stress tests, on lui demande de renfoncer sur-le-champ sa structure en capital.
  • En avril, la Deutsche Bank confirme son accord de règlement à l’amiable avec les États-Unis et le Royaume-Uni concernant la manipulation du LIBOR. La banque se retrouve avec une amende énorme de 2,1 milliards à payer à la justice américaine.
  • En mai, l’un des CEO de Deutsche Bank, Anshu Jain, reçoit de la part du Directoire de la banque des pouvoirs étendus ce qui ressemble furieusement à une décision de résolution de crise, le pouvoir exécutif étant souvent renforcé durant les périodes difficiles.
  • Le 5 juin 2015, la Grèce ne rembourse pas le FMI. Le risque du défaut du pays sur sa dette est désormais élevé ce qui aurait d’énormes implications pour la DB.
  • Week-end du 6 et 7 juin : les 2 CEO de Deutsche Bank annoncent à la surprise générale leur départ. Soit un mois seulement après que l’un d’entre eux ait reçu des « pouvoirs spéciaux ». Anshu Jain sera le premier à partir à la fin de ce mois de juin tandis que Jürgen Fitschen suivra en mai prochain.
  • 9 juin 2015 : Standard & Poor’s abaisse la note de Deutsche Bank à BBB+ soit seulement 3 crans au-dessus de « junk » (actif pourri). Soit une note inférieure à celle accordée par Fitch à Lehman il y a 7 ans alors que la banque avait mordu la poussière à l’époque dans les 3 mois.

Voici ce que nous savons. Quelle est la gravité de la situation ? Nous l’ignorons car nous n’avons pas le droit de savoir. Mais ces nouvelles n’émanent pas d’une société saine.

Quelle est l’exposition de la Deutsche Bank ?

Le problème de la Deutsche Bank, c’est que son secteur bancaire conventionnel (agences) ne génère pas de bénéfice significatif. Pour conserver ses marges, elle a dû prendre plus de risques que ses pairs.

Deutsche Bank repose sur 75 trillions de dollars de paris sur les produits dérivés ce qui représente 20 fois le PIB allemand. La DB fait même mieux de 5 trillions que la JP Morgan.

Avec une telle exposition, des mouvements relativement limités peuvent engendrer des pertes catastrophiques. La Grèce est au bord du défaut, l’annonce de faillites n’est pas de l’ordre de l’impossible. (…) L’histoire ne se répète pas mais elle rime et sur les marchés, cela a tendance à se passer tous les 7 ans. »

http://www.zerohedge.com/news/2015-10-07/first-crack-deutsche-bank-preannounces-massive-loss-may-cut-dividend

http://notquant.com/is-deutsche-bank-the-next-lehman/

http://or-argent.eu/deutsche-bank-annonce-des-pertes-massives/

Source: http://leblogalupus.com/2015/10/08/deutsche-bank-annonce-des-pertes-massives/

7 réflexions sur “Les paris de la Deutschebank qui font trembler l’Allemagne

  1. Tout le monde sait que la DB est une bombe à retardement et la banque la plus leveragée du monde. L’article de zéro hedge montre selon moi pourquoi l’Allemagne ne pouvait pas rationnellement lâcher la Grèce… les banques ont déjà construit l’Etat transnational. Ce blog a eu l’occasion de le démontrer au travers des politiques menées par la BNS.

    J'aime

  2. Je pense que le système mondialiste est en train d’évacuer ceux qui sont devenus des boulets… Glencore, DB, la suite arrive très certainement. Les survivants de chaque branche
    seront des monopoles transnationaux…

    J'aime

  3. J’émets de grosses inquiétudes sur la fiabilité/viabilité/utilité d’une notion de monopoles transnationaux.
    On va se retrouver entre Orwell et Brave New World…
    Le glas d’une semi-liberté…

    J'aime

  4. Je comprends bien. Mais regardez le nombre de firmes transnationales par pays et par secteur qui ont survécu. Un processus identique se fait par secteur et par région (exemple parlant des compagnies d’aviation). Le processus par secteur se poursuit entre les régions etc. Jusqu’où iront-ils? Ma question est la suivante: Restera-t-il une ou deux entités par secteur dans le monde? De toute façon, les vrais décideurs, à savoir ceux qui financent, sont les mêmes quelles que soient les firmes (secteur, nationalité,…)…

    J'aime

  5. Pingback: Deutsche Bank: Une arme de destruction massive de l’Allemagne. Dossier – Le blog de Liliane Held-Khawam

  6. Pingback: Deutsche Bank: Une arme de destruction massive de l’ Allemagne - Les Econoclastes

  7. Pingback: Deutsche Bank: Une arme de destruction massive de l’ Allemagne – Enjeux énergies et environnement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s