Le GIEC se réunit à Genève. Coup de projecteur sur une structure controversée.

Jean-Claude Pont ne croit pas à une catastrophe climatique à venir d’origine humaine. L’historien des sciences tire à boulets rouges sur le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). (Le Nouvelliste)

(Commander le livre ICI)

 

Avant-propos:

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat se réunit ce vendredi 2 août 2019 pour réfléchir aux conséquences du dérèglement climatique.

Ci-dessous 2 textes qui présentent 2 analyses sur cette structure controversée, 2 positions qui s’opposent.

Je remets aussi la vidéo sur le réchauffement de la planète. A partir de 52 minutes, interview de Emmanuel Le Roy Ladurie. Les apports majeurs de ce dernier ses apports majeurs dans le champ de la connaissance historique concernent l’histoire économique et sociale du monde rural et l’histoire de l’environnement, notamment à travers ses travaux précurseurs sur l’histoire du climat. Ils lui ont conféré un grand prestige international1.

M Le Roy Ladurie fut titulaire de la chaire d’histoire de la civilisation moderne au Collège de France et disciple de Fernand Braudel (Wikipédia)

A chacun de se faire son opinion… Librement.

LHK

Les trois thèses discutables du GIEC. TDG

Le GIEC, organisme onusien et plaque tournante de tout ce qui aujourd’hui concerne le climat, défend trois thèses autour desquelles gravite tout le système de la climatologie officielle.

Le GIEC a été créé en novembre 19884, à la demande du G75, par deux organismes de l’ONU : l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE)6.
La décision du G7 avait été prise sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher, afin d’empêcher une agence de l’ONU, soupçonnée de militantisme écologique, de mettre la main sur l’expertise climatique7.(Wikipédia)

La première est que la Terre a subi un réchauffement climatique de 0,7 ºC en cent vingt ans. Soit les trois quarts de l’intervalle qui sépare deux traits consécutifs du thermomètre. À cela, je ferai trois remarques. En 1900, on ne possédait aucune mesure de température sur les océans et sur une partie du globe, soit environ 90% de la Terre. Comment peut-on alors comparer les températures d’aujourd’hui à celles d’autrefois quand il s’agit de dixièmes de degré? Je pense aussi que les pays du Nord pourraient apprécier cette minuscule augmentation. Tout comme ceux qui se soucient de nos dépenses d’énergie. Mais le monde du GIEC n’est pas à une contradiction près.

La deuxième thèse, centrale, soutenue par le GIEC est que ce réchauffement serait dû à l’activité humaine par le biais de ses émissions d’un gaz à effet de serre, le CO2. À cela je répondrai plusieurs choses. Les gaz à effet de serre de l’atmosphère sont constitués pour 95% de vapeur d’eau et pour 4% de CO2. Et ce sont ces 4% que l’on incrimine; c’est ridicule, et pourquoi pas la vapeur d’eau? On voit bien là à quel point le mouvement réchauffiste relève de l’idéologie. On répondra ensuite que la période 1950-1980 fut particulièrement froide. En pleine montée de CO2! On rajoutera qu’au grand dam des mouvements giéciens, on observe entre 1995 et aujourd’hui un plateau de température, avec un léger refroidissement sur quelques années, en pleine montée de CO2! Le GIEC l’a bel et bien reconnu dans ses publications, mais sa garde prétorienne a tenté par tous les moyens – et Dieu sait si elle n’en est pas avare – de le camoufler, parlant notamment de «hiatus», de «pause».

Enfin, c’est chose savamment tue, les carottages ont montré (voir mon livre p. 73) que c’est l’augmentation de température qui est à l’origine de l’augmentation de CO2, et pas l’inverse, ce qui est facile à comprendre. Lorsque la température de l’atmosphère augmente, celle de l’océan augmente aussi, mais plus lentement. Une fois l’eau chauffée, les carbonates qui y sont dissous libèrent du CO2 dans l’atmosphère. La thèse du réchauffement climatique anthropique par l’émission de CO2 n’a aucune base réelle. Ce qui pollue aujourd’hui la Terre, ce ne sont pas les émissions de CO2 mais les couleuvres que l’on nous fait avaler.

La troisième thèse défendue par le GIEC concerne l’affirmation que le moment que nous vivons serait sans exemple dans l’histoire pour ce qui regarde la température. Roy Ladurie a montré que la température dans la période allant de 800 à 1300 a été au moins aussi élevée que celle d’aujourd’hui.

Ses résultats ont été totalement confirmés. Michel Mann a bien essayé de fabriquer une courbe qui gomme ce petit optimum médiéval, mais de nombreux travaux ont montré que ses statistiques étaient erronées, sinon fabriquées. Au point que le GIEC lui-même a renoncé à la rependre dans ses rapports subséquents. C’en est ainsi fait de la troisième thèse majeure du GIEC.

Jean-Claude Pont, Jean-Claude Pont professeur honoraire Université de Genève
Auteur de «Le vrai, le faux et l’incertain dans les thèses du réchauffement climatique» La thèse du réchauffement climatique anthropique par l’émission du CO2 n’a aucune base de réalité.
https://www.tdg.ch/monde/trois-theses-discutables-giec/story/19645621

Dérèglement climatique : les cinq critiques récurrentes adressées au GIEC. Les Décodeurs

Par et  

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) se réunit, vendredi 2 août, à Genève (Suisse), pour évoquer les conséquences du dérèglement climatique sur les terres (méthodes agricoles, déforestation, sécurité alimentaire).

Cet organisme chargé de synthétiser l’état des connaissances scientifiques sur le changement climatique a un rôle central, mais il est mal connu et souffre de nombreuses critiques sur son fonctionnement ou ses rapports.

1. « C’est un groupe fermé auquel il est difficile de participer »

C’est l’une des idées reçues les plus répandues par les climatosceptiques au sujet du GIEC : celui-ci fonctionnerait comme un groupe fermé, en vase clos, empêchant la contradiction et les discussions d’émerger lors du processus de rédaction des rapports.

Ce processus d’écriture est au contraire ouvert, transparent, et implique un grand nombre de contributeurs.

Le GIEC, auquel 195 gouvernements participent, possède trois groupes de travail, chacun chargé d’une des trois grandes parties du futur rapport :

  • les fondamentaux physiques du changement climatique ;
  • les impacts, adaptations et vulnérabilités ;
  • la lutte contre le changement climatique.

Les Etats membres de l’organisme, son bureau et les organisations observatrices proposent dans un premier temps des listes de scientifiques, que les bureaux de chacun des groupes de travail sélectionnent ensuite comme auteurs. Ceux qui ne sont pas nommés auteurs sont invités à prendre le rôle important de relecteur. Le choix des auteurs du rapport est un processus long parce que, outre le fait que ceux-ci doivent refléter la variété des expertises scientifiques et socio-économiques, la sélection doit respecter un certain équilibre des sexes et des nationalités.

L’écriture de chaque partie du rapport consiste ensuite en quatre brouillons successifs écrits, puis revus et commentés par les relecteurs, peu nombreux sur la première version, mais beaucoup plus sur les trois suivantes. A partir du second brouillon, toute personne peut accéder au statut de relecteur s’il justifie de références sérieuses et d’une expertise sur le sujet concerné et accepte la règle de confidentialité qui s’applique aux brouillons. Ceux-ci sont constamment commentés par les relecteurs et réécrits par les auteurs ensuite.

A titre d’exemple, sur les deux premiers brouillons du cinquième rapport, datant de 2014, le groupe de travail numéro un a reçu 52 422 commentaires provenant de plus d’un millier d’experts et de dizaines d’Etats membres, auxquels ils ont systématiquement répondu. La partie de ping-pong permanente qui s’étale sur plusieurs années et sur chaque version en fait un processus particulièrement contributif et dont les résultats sont, de fait, très peu contestés.

Il faut également préciser qu’aucun auteur ni aucun membre du bureau du GIEC ne sont rémunérés pour son travail et ne disposent d’aucun avantage en nature, malgré l’investissement parfois important que représente l’écriture d’un rapport aussi volumineux – on estime qu’un auteur principal y passe 30 % de son temps de travail, jusqu’à 50 % pour un coordinateur de chapitre. Les seules personnes rémunérées sont celles des unités d’appui technique qui existent dans chaque groupe de travail et aident auteurs et coordinateurs.

2. « Le GIEC manipule les données sur le climat »

C’est une attaque qui est fondée sur un épisode connu sous le nom de « Climategate ». En novembre 2009, plusieurs milliers de documents et de courriels dérobés fuitent sur Internet. Les données proviennent de l’université d’East Anglia à Norwich (Royaume-Uni), et plus précisément de son centre de recherche climatique, dont plusieurs membres sont également des contributeurs importants des rapports du GIEC. Or, la sélection de plus de mille courriels publiés contient plusieurs passages qui, sortis de leur contexte, ont semblé embarrassants… et ont été repris très rapidement par les climatosceptiques, qui y voient une preuve de fraude scientifique.

Une des manipulations supposées qui aura le plus d’écho était en fait une correction de certains relevés de températures (déduites d’après les cernes des arbres) en les remplaçant par des données plus fiables mesurées par des thermomètres. Malgré l’unanimité des enquêtes diligentées à la suite de ce scandale (deux par l’université de Norwich, une par le Parlement britannique et une par l’université de Pennsylvanie) concluant à la probité des chercheurs et à l’exactitude des résultats publiés, la crédibilité de la science climatique s’est érodée dans l’opinion publique ces années-là. Aux Etats-Unis, une étude d’opinion a démontré que la part des Américains pensant que le réchauffement climatique est réel avait reculé de quatorze points en deux ans, passant de 71 % en 2008 à 57 % en 2010.

3. « Les rapports sont truffés d’erreurs »

Plusieurs attaques sur la qualité du travail du GIEC ont cristallisé l’idée reçue de rapports « truffés d’erreurs », pour reprendre les termes de Breitbart News. Le site américain d’extrême droite a ainsi publié, en 2018, un article prétendant dénoncer les graves erreurs présentes dans un ensemble de statistiques utilisées. Il était notamment reproché à l’organisme de reprendre des données locales aberrantes ; par exemple, la mesure, dans une île des Caraïbes, d’une température de 0 °C ou des moyennes établies pour une zone du globe à partir d’un seul site en Indonésie.

Ces reproches sont injustes car, comme l’expliquent plusieurs experts habitués à travailler avec de tels chiffres, l’article joue sur des incertitudes inévitables, propres à ce type de jeux de données à l’échelle mondiale, maqui is ne remettent pas en cause la tendance globale. D’ailleurs, l’un des centres dont le GIEC reprend les statistiques, le Hadley Centre, a détaillé pourquoi il existait cent versions de cet ensemble de données :

« Les erreurs dans les ensembles de données climatiques proviennent de différentes sources. Certaines, dues à une mauvaise transcription, affectent une seule interprétation. D’autres (…) touchent des ensembles plus grands, mais ne risquent pas d’affecter les estimations sur les tendances à long terme, qui s’étendent sur des décennies. »

Toutefois, le fait de reprendre les études d’autres instituts ou organismes a pu mettre le GIEC en dangereuse posture : en 2007, les auteurs du groupe écrivaient que les glaciers himalayens auraient quasiment disparu en 2035. Une estimation provenant d’un rapport de 2005 du Fonds mondial pour la nature (WWF), lui-même citant l’interview d’un glaciologue indien en 1999, grossièrement erronée et reconnue comme telle en 2010. A la suite des recommandations publiées la même année par l’InterAcademy Council (un organisme chargé d’évaluer les méthodes de travail du GIEC), une procédure de correction des erreurs a été mise en œuvre afin d’agir de façon transparente dès qu’une erreur est signalée aux auteurs.

Pour l’écriture du sixième et prochain rapport d’évaluation prévu pour 2022, le GIEC a également « fortement renforcé les interactions entre les groupes de travail », afin d’« améliorer la coordination et la relecture croisée » et d’« identifier plus rapidement de telles erreurs », précise Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et coprésidente du groupe de travail numéro un de l’organisation.

4. « Les sources ne sont pas fiables »

Le GIEC ne mène pas de travaux de recherche : il synthétise les connaissances existantes. Son rapport est divisé en trois volets dont le premier n’est basé que sur la littérature scientifique soumise à la relecture par les pairs. Mais dans les deuxième et troisième volets (consacrés aux impacts du réchauffement et aux mesures possibles pour l’atténuer), les auteurs ont recours à de la « littérature grise » comme des rapports d’ONG lorsqu’il n’existe pas de travaux scientifiques dûment publiés sur les effets très locaux du réchauffement.

Il ne faut employer ces sources qu’avec beaucoup de précaution… et bien distinguer la partie scientifique « pure » du rapport des deux suivantes, plus illustratives ou spéculatives. C’est ce que répondait en 2010 Jean-Pascal van Ypersele, vice-président du GIEC, quand il leur était reproché d’avoir cité un travail d’étudiant et un article d’un journal d’alpinisme. Le climatologue belge a rétorqué :

« Cette critique porte sur une seule ligne dans un tableau d’exemples d’effets observés sur les glaces et provoqués par le réchauffement. Cette ligne mentionne qu’une diminution de voies d’escalade sur la glace a été observée dans les Alpes, les Andes et l’Afrique et donne pour référence une thèse de maîtrise en géographie et une publication d’alpinisme. Mais il ne s’agit que d’exemples ! Il est clair que les conclusions majeures du GIEC reposent sur des travaux beaucoup plus solides que ceux-là, mais donner ces illustrations humaines a une certaine valeur. »

Malgré tout, l’utilisation de cette « littérature grise » est désormais encadrée plus strictement, comme l’explique Valérie Masson-Delmotte :

« Les auteurs doivent justifier le choix de citer de telles sources (…) quand l’information n’existe pas dans les publications scientifiques. Nous passons aussi systématiquement des logiciels antiplagiat sur les chapitres pour déceler d’éventuels copier-coller inacceptables pour une évaluation nouvelle et critique. »

5. « Ils font de la politique plus que de la science »

« Les règles fondatrices du GIEC lui interdisent toute recommandation politique, même si ses analyses doivent éclairer les décideurs », affirme Michel Petit, ancien membre du bureau du GIEC, ancien directeur de l’Institut national d’astronomie et de géophysique.

Pour ce faire, chacun des trois volets de chaque rapport du GIEC est synthétisé en un « Résumé technique » et un « Résumé à l’intention des décideurs ». Ces résumés sont approuvés ligne par ligne, voire mot par mot, par les représentants des gouvernements et les experts scientifiques ; c’est l’expression du consensus scientifique destiné à informer les pouvoirs publics. Lors de ces négociations minutieuses, où l’enjeu est d’exprimer dans un langage le plus clair possible les connaissances scientifiques, les scientifiques disposent d’un droit de veto s’ils estiment que les mots choisis ne sont pas scientifiquement exacts.

La transparence du processus de sélection des auteurs, puis des publications scientifiques permet également de garantir un haut niveau de neutralité politique du rapport. Valérie Masson-Delmotte pointe, par exemple, la diversité des auteurs « de pays différents, d’expérience différente, qui n’ont pas précédemment travaillé ensemble, avec un renouvellement important des auteurs d’un rapport à l’autre (au moins 50 % de nouveaux auteurs, parfois jusqu’à 75 %, selon les rapports) », ou le fait que les rapports sont approuvés par les représentants de tous les pays membres ayant des intérêts « très différents » les uns des autres.

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/02/dereglement-climatique-les-cinq-critiques-recurrentes-adressees-au-giec_5495740_4355770.html

5 réflexions sur “Le GIEC se réunit à Genève. Coup de projecteur sur une structure controversée.

  1. Merci pour cette article, ça me fait plaisir de pas se sentir seul à penser qu’il y a quelque chose de frauduleux.

    De plus, on ne parle que du réchauffement climatique et pas (beaucoup) du pic pétrolier en 2025 selon l’AIE qui sont loin d’être des prophète de l’apocalypse. On ne parle pas non plus d’autre problèmes très important comme vous le relever si bien. De la crise économique et de l’appauvrissement de la classe moyenne, de la BNS, des lois liberticides,…

    Étonnamment les media ne parlent que (ou presque) du réchauffement climatique et pas beaucoup d’autre sujet environnementale qui sont toutes aussi important (par exemple épuisement des ressources aquifère,etc…)

    En tout cas un grand merci pour votre blog. Je vous souhaites une bonne continuation et courage pour votre blog (qui est un travail ou il y a peu de reconnaissances)

    Aimé par 1 personne

  2. Clair, net et précis. Merci M. Pont!
    On aimerait bien que Mme Damgé et M. Dagorn réagissent aux remises en question soulevées par M. Pont…

    Aimé par 1 personne

  3. M. Pont a ceci de très bon qui est que: lors de l’épisode (presque burlesque) de la mort des forêts, il avait été un héraut bruyant de la campagne anti-voitures d’alors. Des années plus tard, humblement, il a su expliquer l’hystérie qui avait pris les écolos à cette époque et en quoi il s’était trompé. C’est un signe d’intelligence que d’accepter ses erreurs et d’en tirer leçon. A contrario de bon nombre de scientifiques qui ne feront jamais ce pas. Et je n’ai même pas besoin ici de citer un grand nombre de participants au GIEC. Dont certains, cités dans la liste des auteurs, n’en ont jamais fait partie !

    J'aime

  4. @arzi77 : Merci professeur ! C’est bien grâce à des arguments tels que assénez que le débat avance vraiment. Heureusement qu’il y a en ce bas monde, les tenanciers féroces de la vérité.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s