Il y a fatalement un gagnant dans l’affaire Kerviel. L’analyse de Sébastien Robert, ancien trader

Avant-propos: L’affaire Kerviel met en lumière les déviances du système financier actuel. Les explications de S Robert, ancien trader nous invite à ne jamais oublier que toutes les pertes et crises des banques ont enrichi systématiquement d’autant des entités plus ou moins anonymes. Ces gouffres financiers, garantis par l’argent public et des déposants (dont les capitaux des retraites), sont les composants principaux des dettes publiques. 

Dans un marché financier à sommes nulles, les pertes des uns enrichissent forcément quelqu’un. L’affaire Kerviel est une toute petite partie mais illustrative de l’immense iceberg qui fracasse les finances des Etats et des peuples.

La loi too big to fail, votée par tous les pays dits riches est un exemple de loi inique illégitime. LHK

Explications de Sébasten Robert, ancien trader

Je suis un ancien Négociateur Pour Compte Propre sur les marchés dérivés parisiens. Ce métier consistait à apporter de la liquidité sur les marchés à terme. J’ai négocié des millions de contrats sur les dérivés d’indices principalement le CAC, mais aussi le DAX et Eurostoxx et je connais donc parfaitement le fonctionnement des marchés sur lesquels intervenaient Jérôme Kerviel (JK).

De nouveaux éléments ont ramené ces derniers temps le dossier Kerviel sur le devant de la scène médiatique. Dès les premiers instants de l’affaire et comme beaucoup d’observateurs, je n’ai pas cru à la thèse officielle du petit génie informatique malhonnête et isolé, ayant agi à l’insu de sa hiérarchie.

C’est pourquoi je souhaite en profiter pour vous faire part de plusieurs coïncidences pour le moins interpellantes survenues à l’époque dans le cadre de cette affaire. J’en retiendrai 3:

  1. Le moment de la découverte
  2. Le jour de la vente
  3. L’attitude de la bourse germano-suisse Eurex

C’est l’enchaînement de ces 3 évènements qui va être dramatique pour la Société Générale mais qui fera le bonheur d’autres acteurs dans un marché à somme nulle.

Le moment de la découverte

Le PDG de la SG aurait été informé de la position, le vendredi 18 janvier au soir, après la clôture des bourses. Il n’avait donc effectivement d’autre choix que d’ordonner le débouclage aussi vite que possible, soit à compter du lundi 21 janvier.

La date du 18 janvier fait apparaitre 3 premières coïncidences :

En premier lieu, il s’agit du jour précis où, tenant compte du gain réalisé par JK en 2007 et caché dans les comptes de la SG au 31 décembre, la position de Kerviel est devenue globalement perdante.

Kerviel 1

J’ai effectué des calculs sur la construction de la position ouverte (PO) construite par JK entre le 2 et le 18 janvier 2008. Ceux-ci sont basiques et prennent pour hypothèse que JK a construit sa position de manière régulière sur cette période à un cours basé pour chaque journée sur la moyenne entre les cours d’ouverture, plus haut, plus bas et de clôture.
Ces calculs apparaissent néanmoins d’une grande justesse puisqu’ils corroborent précisément :

  • Ceux de la Commission bancaire pour qui la perte était de 2.7 milliards d’euros lors de sa découverte le 18 janvier 2008 au soir.
  • Les affirmations de Jérôme Kerviel selon lesquelles le 18 janvier en cours de séance, son gain caché dans les comptes le 31 décembre 2007 couvrait encore le montant de sa perte latente.

En second lieu, c’est le 18 janvier 2008 que Robert Adyson Day, administrateur et actionnaire de longue date de la SG mais aussi ses enfants, ont terminé de vendre pour 125 millions d’actions SG qu’ils détenaient à titre personnel ou via des fondations. Il apparait donc que concomitamment à la construction de la PO de JK, Robert Day se désengageait de la SG et que le jour même de la découverte de cette PO, il terminait ses ventes, par chance juste avant que l’action ne perde 30 % en quelques jours. Robert Day sera soupçonné de délit d’initié puis blanchi. Mais on sait, notamment depuis l’affaire EADS (dont il faut rappeler que l’enquête avait initialement conclu à un délit d’initié massif avant de se rétracter) qu’il n’y a rien de plus dur à prouver.

Le 28 janvier 2008, le JDD écrivait:

« L’Américain de 64 ans est administrateur de la Société Générale depuis 2002, un an après le rachat de son entreprise de gestion d’actifs (TCW) par la banque française. Trust Company of the West, fondée en 1971, lui a conféré une grande fortune. Business week l’estime à 1,6 milliard de dollars, et le classe par ailleurs 38e dans son classement des philanthropes les plus généreux. Sa fondation est aussi impliquée dans la vente d’actions Société Générale. En effet, le 9 janvier, l’homme d’affaires a vendu pour 85,74 millions d’euros de titres. Le lendemain, les Robert A. Day Fundation et Kelly Day Fundation ont cédé 8,63 millions d’euros d’actions. Ils ont ainsi vendu lorsque le cours dépassait 95 euros. Il est passé aujourd’hui sous les 70 euros. (…)Ces cessions coïncident avec la chute de l’action en bourse de 22% ».

Société générale 1

Enfin,ce n’est que le 18 janvier 2008 qu’EUREX aurait décidé de prévenir la SG puis y aurait renoncé le 21 en voyant que le « débouclage » des positions débutait…Nous y reviendrons.

Le jour de la vente

On sait que le « débouclage » de la position a été étalé sur quelques jours mais que l’essentiel a eu lieu entre le 21 et le 22 janvier 2008. Or le 21 ne pouvait pas tomber plus mal pour la SG puisqu’il s’agissait du Martin Luther King Day. Ce jour est férié aux Etats-Unis et la bourse y est fermée!

Or, qui dit jour férié aux Etats-Unis, dit moins de liquidité sur les marchés mondiaux. Cela signifie concrètement dans le cas d’un vendeur et a fortiori si sa position est importante, une difficulté à trouver une contrepartie dans de bonnes conditions.

Pour résumer, si vous avez beaucoup à vendre un tel jour -c’est un euphémisme dans le cas de la SG le 21 janvier 2008- vous devez en réalité brader votre position.

Il y a 8 à 9 jours boursiers fériés par an aux Etats-Unis dont la moitié sont communs avec les jours fériés européens. Les probabilités d’occurrence du cas de figure dans lequel s’est retrouvé la SG avoisinaient donc 1.5 %. C’est un peu comme si votre piscine était vide 1.5 % du temps et qu’elle soit vide le jour où vous devez sauter dedans avec un pistolet sur la tempe. Vraiment pas de chance.

Pour résumer, si la SG avait voulu perdre le maximum d’argent, ou si l’on avait voulu lui faire perdre le maximum d’argent, on aurait choisi ce jour-là.

Il apparait par ailleurs que le 21 janvier 2008, la SG aurait vendu massivement l’indice Nikkei à Tokyo. Je ne serais pas surpris que ceci soit vrai et je me souviens avoir été surpris par les 4 % de baisse de l’indice japonais en clôture ce jour-là. L’information dont elle disposait a certainement permis à la SG de vendre le Japon dans de bonnes conditions et d’y réaliser un gain mais cela a en revanche creusé la perte de la position dite « Kerviel ». En effet, se trouvant déjà dans une situation moins liquide que d’habitude, les marchés européens ont ouvert en gap baissier sous l’influence de la clôture japonaise.

kerviel 2

Le lendemain de ce bradage massif, soit le 22 janvier 2008, avant la reprise des cotations aux Etats-Unis et donc en début d’après-midi en Europe, la FED a procédé à la plus forte baisse, « one shot », des taux de son histoire, soit 75 points de base . Cette baisse surprise, hors meeting régulier, avait clairement pour préoccupation la tourmente sur les marchés et avait vocation à déclencher un électrochoc. Elle a atteint son but, le DAX finissait 5.4 % au-dessus de ses plus bas de la séance le 22 janvier et les marchés se stabilisaient durant près d’un mois. A ce moment-là, la SG avait déjà soldé l’essentiel de sa position et ce rebond a donc surtout bénéficié à ceux qui avaient acheté en face d’elle…

L’attitude de la bourse Germano-suisse EUREX.

La vitesse et l’ampleur de la perte subie par la SG sont en premier lieu les conséquences du niveau d’engagement construit par JK. Mais il apparait que les contrôles d’EUREX ont été tout aussi défaillants que ceux de la SG ce qui ne peut que laisser perplexe quand on sait qu’une chambre de compensation joue aussi le rôle de compagnie d’assurance et se porte garante de la bonne fin des opérations.

En d’autres termes le risque supporté par la SG l’était en dernier ressort par EUREX.

Pour mémoire EUREX se serait rendu compte dès avril 2007 que des transactions anormales par leur taille provenaient toujours du même poste à la SG.

Le 19 octobre 2007, JK négocie 6000 contrats correspondant à un engagement de 1 milliard d’euros. EUREX s’en émeut auprès de la SG par un courrier en date du 7 novembre adressé au service déontologie puis par une relance écrite en date du 26 novembre 2007.

Or l’on sait que :

– le 31 décembre 2007, JK n’a plus de position
– le 18 janvier 2008 il a une position de 50 milliards

JK aurait donc disposé de 12 séances pour construire sa position.

Comment se fait-il qu’EUREX ait pu s’alarmer d’un achat de 1 milliard en 1 journée à l’automne 2007 puis soit restée muette pour des achats quotidiens de 4 milliards durant 12 bourses consécutives en janvier 2008 ?

On apprend du jugement rendu en 1ère instance dans cette affaire que le 18 janvier EUREX s’apprêtait à envoyer un courrier à la SG… Ces velléités apparaissent risibles et pour le moins inappropriées eu égard à ce qui suit :

Il apparait en effet des données communiquées par Bloomberg que la construction de la PO attribuée à JK a réprésenté respectivement 203 % et 133 % de l’augmentation de la PO sur les contrats DAX et Eurostoxx 50 entre le 2 et le 18 janvier 2008.

Pire encore, le 18 janvier 2008 au soir, la position construite par JK représentait :

  • 30 % de la PO totale sur le contrat Dow Jones Eurostoxx 50
  • 42.8 % de la PO totale sur le contrat DAX
    kerviel 3

En d’autres termes, le 18 janvier 2008 au soir, la SG avait près d’ 1 vendeur sur 2 face à elle sur le DAX et près d’1 vendeur sur 3 sur l’Eurostoxx 50, 2 des plus importants contrats dérivés d’indice au monde. C’est certainement du jamais vu sur un marché réglementé.

Quant au risque supporté en premier lieu par la chambre de compensation d’EUREX, il avait atteint un niveau systémique bien avant le 18 janvier 2008 ce qui ne peut qu’interroger sur sa passivité.

C’est ainsi que dès le 11 janvier, toujours dans l’hypothèse très probable où JK a construit sa position de manière régulière, sa PO représentait déjà 16 % de la PO globale sur l’EUROSTOXX 50 et plus de 23 % sur le DAX. Il y avait donc urgence à agir bien avant le 18 janvier.

Comme je l’avais expliqué en son temps au commandant Leroy (1) lors de sa contre-enquête, la communication sur cette affaire a empêché de se poser les bonnes questions. C’est ainsi que le montant de la perte a fasciné alors que la vitesse de sa survenance aurait dû intéresser davantage. Madoff a ainsi fait perdre 50 milliards à ses clients en 50 ans quand la SG a perdu 6.3 milliards en quelques séances de bourse.

La perte de la SG est ainsi très probablement la plus importante de l’histoire de la finance en termes d’ampleur sur vitesse de matérialisation.

La conclusion de ces quelques observations est simple.  La SG a vendu de la pire manière et au pire moment dans un trou de marché.  Ceci à tel point que cela donne à sa perte, survenue sur des marchés à somme nulle, l’aspect d’une opération de compte à compte géante…

Si on a beaucoup parlé de LA perte, on a omis de préciser que JK intervenait sur des marchés à somme nulle et que les pertes de la SG ont fait les profits d’autres intervenants. 

Or si l’on connait tous le perdant, seule EUREX, la bourse Germano-suisse, connait les gagnants dont il est permis de penser -compte tenu du timing et de l’enchaînement parfait des événements- qu’ils sont très peu nombreux.

Sébastien Robert, ancien trader à la bourse de Paris

(1) Le commandant de Police Nathalie Leroy a été chargé des investigations menées par la Brigade Financière de Paris et ayant conclu à la culpabilité isolée de JK. Elle a rétroactivement estimé avoir été manipulée par la SG et a mené une contre-enquête. Après avoir quitté la Brigade Financière début 2015, elle a déclaré au juge Roger le Loire ne plus croire à ses propres conclusions d’enquête.

A lire également:

 

30 réflexions sur “Il y a fatalement un gagnant dans l’affaire Kerviel. L’analyse de Sébastien Robert, ancien trader

  1. Très intéressant ce Billet, une belle démonstration de ce qu’est réellement le trading à haute fréquence.
    C’est complètement irréaliste! Ses instruments financiers qui n’enrichissent que ceux qui les utilisent -c’est-à-dire les gros clients des bourses- ne sont en fait que des machines à favoriser la manipulation des cours des marchés dans l’obscurité totale!!
    C’est le commerce des délits d’initiés!!
    Mais que fait l’AMF pour agir ?!
    que font les politiques pour stopper ce crime organisé???
    Le monde de la finance ne peut s’exonérer des lois !

    J'aime

  2. Edifiant et passionnant ! Mais quelle certitude pouvait avoir Eurex pour rester aussi zen ? Kerviel avait-il une position en face qui hedgeait la sienne ? Où alors Eurex savait déjà quand cette position serait clôturée ? Seul certitude quand tous les systèmes de contrôle défaillent en même temps ça fait aussi une drôle de coïncidence non ?

    J'aime

  3. Pingback: Il y a fatalement un gagnant dans l’affaire Kerviel. L’analyse de Sébastien Robert, ancien trader | Philippehua's Cellule 44

  4. Pingback: Il y a fatalement un gagnant dans l’affaire Kerviel. L’analyse de Sébastien Robert, ancien trader | semertzidis

  5. @Roland. La question est là. Il ressort de l’enquête que le 18 janvier 2008, EUREX avait rédigé un courrier de demande d’explication à la SG et s’appretait donc à entamer la même procédure que le 7 novembre 2007.

    Or en novembre 2007, SG avait mis 2 semaines à répondre et EUREX avait fait une demande d’explication complémentaire une semaine plus tard, le 26 novembre.

    En janvier 2008, la position de Kerviel augmentait de 25 milliards par semaine… je vous laisse calculer ce qu’elle aurait pu atteindre si la procédure s’était répétée selon la même chronologie..

    J'aime

  6. D’un trader à l autre
    Les vraies questions sans réponse:

    SAVOIR:La Chasse à La Baleine(petite ou grosse) est un des sports favoris de la Bourse!!!

    Lorsqu une « baleine » est repérée les initiés du Monde de la finance,se mettent en face,car fatalement la baleine devra sortir et provoquer l’effet domino…
    Or dans cette article il est bien noté que la baleine a déjà été repérée une 1ere fois par..Eurex…l info(le tuyau) court donc déja depuis la 1ere alerte de EUREX.
    C EST ÉVIDENT .autant dire que le pauvre Kerviel est la cible repérée..et il n e va pas décevoir !
    Phase I: »Laissez venir la baleine, construisez tranquillement votre position inverse sur le dos de la baleine » durant les jours qui précédent le scandale
    Phase II: Ramasser en face de la position de coupe(en 4 jours seulement ,en plus ordonné par Eurex,qui avait observé l énormité de la PO se construire sans rien faire d’un Kerviel déja connu!!!)
    L ENQUETE:
    Il a manqué, étrangement, dans cette affaire une coopération de toutes les autorités financières mondiales .Pourtant quand elles veulent elles trouvent.

    Le fameux tuyau de bourse et le principe des » portes de Salon » en bourse:
    MANQUE A L ENQUÊTE:
    Quid des positions auprès des gérants SG-Fimat et de leurs filiales et/ou de leurs principaux clients.de « couvertures inhabituelles , de changements brusques de stratégie(stratégie vendeuse contre acheteuse la veille du plongeon.). mais aussi ,ventes subites pour solder des positions actions de gérants ou de dérivées de grosses gestions qui ne bougent habituellement jamais et qui rachèteront plus tard

    .l enquête n a rien demandé??? ,rien vu??? bizarre bizarre !!!
    LE SOLEIL DES ILES:
    Combien de Traders, d’agents proches de la surveillance de marché sont partis sous le soleil quelques mois /années plus tard LOL

    I Y A EU BEAUCOUP DE GAGNANTS grâce à Kerviel-la-baleine, c est exactement le même scenario que la Baleine de Londres de JP Morgan et toutes les autres PAN PAN PAN Rappelez vous le scandale du trou de 600 millions en juin 1988 de la SBF pendue avec 800 lots notionnels,toute la place de PARIS s’était mise en face. Scandale sur le SILVER …une autre époque et rien de neuf finalement.

    EN CLAIR :Jamais Eurex n aurait dû laisser construire cette position aussi voyante que dangereuse(PO d emprise dépassée)…..Kerviel n’aurait jamais dù pouvoir (meme si c était un fou mégalo) construire cette position.
    Eurex aurait dù payer pour sa négligence et l enquête aurait dù déduire de la perte TOUS LES GAINS ENCAISSES par la chaine des copins/coquins..le solde mondiale des gains directs et indirects est supérieur à n ‘en pas douter à la perte de la SG.

    Kerviel est responsable mais pas Coupable!

    Voila ce qui arrive quand des sociétés commerciales ont la casquette de délégation de services publiques(comme la surveillance des marchés) et/ou des intérêts commerciaux aux volumes traités !

    Aimé par 1 personne

  7. Des renards dans un poulailler, voilà ce qu’est la Bourse aujourd’hui qui favorise les gros clients au détriment des petits porteurs.

    J'aime

  8. Merci pour ce papier instructif. Si je comprends bien EUREX s’est comporté comme un gendarme qui vous mettrait une amende lorsque vous roulez à 100 km/h pour 50km/h autorisé mais ne vous dirait plus rien si vous roulez à 200…

    J'aime

  9. Vous résumez bien. Nous ne prenons pas position ici pour une partie ou une autre. Mais la justice devrait dessiner un portrait global faute de quoi la notion de l’Etat de droit doit être remise en question.

    J'aime

  10. JERIKO vous avez peut être raison. On sait par exemple que Nick Leeson, le trader qui a planté la Barings en 1995 avait été repéré par « le marché » qui a fini par jouer contre lui. Mais c’était alors un marché à la criée où il était difficile d’être gros et discret.

    Là les transactions sont anonymes et seule la chambre de compensation est censée connaitre les positions des uns et des autres. A supposer que le cas Kerviel ait fuité, par définition, le secret à dû rester entre quelques grosses mains. C’est notamment pourquoi je dis que peu nombreux sont ceux qui en ont profité. Votre hypothèse est en tout cas bien plus crédible que la vérité officielle.

    J'aime

  11. La chambre de compensation d’Eurex n’est pas un gendarme mais elle a un rôle de surveillance en même temps que celui d’assureur en dernier recours de la bonne fin des opérations. Elle surveille donc dans l’intérêt du marché mais aussi dans le sien… Elle a pour seul pouvoir d’obliger une contrepartie à couper ses positions si celle-ci ne tient pas ses engagements en terme de dépots de garantie. Dans le cas Kerviel, la position était telle que même si la SG a bien versé ses appels de marge, elle aurait dû s’inquiéter du risque systémique…

    Aimé par 1 personne

  12. Analyse qui mérite qu on s y arrête. La Société Générale a repris à son compte la célèbre loi empirique de murphy : “Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal.
    Il ne m appartient pas de juger la faute ou l erreur de JK. cet article lève un voile sur des protagonistes parties prenantes ou non dont nous n avons jamais entendu parler jusqu’ alors. L affaire kerviel serait elle une partie de billard à trois bandes ?
    Fait remarquable également, l analyse de la position ouverte qui aurait du alerter le simple novice à son poste de contrôle, que cela soit à la SG ou chez Eurex.
    Peut on en conclure un certain laisser faire ou laisser aller de la part de la bourse concerné ?
    Je pense qu il faut agrandir le spectre de l étude. je rappelle que nous sommes en janvier 2008, les bourses mondiales se livrent depuis des années une lutte féroce pour le leadership. Les plateformes alternatives tel que Bats ou Chi-x sont arrivées et commencent à tailler les croupières à des bourses traditionnelles . Si un gros client dérape et ne respecte plus les règles, est ce que vous allez, en tant que bourse le sanctionner à la mesure de son dépassement ou simplement le reprendre gentiment en fermant les yeux. Et si ce client vous fait du chantage à l activité, vous menaçant avec courtoisie de retirer une partie de sa liquidité, vous faisant perdre par la même des points de part de marché, que feriez vous ? je pense qu il y a ici une hypothèse qu il ne faut absolument pas négliger et qui n a pas, à ma connaissance été prise en compte.
    cette hypothèse est d autant plus délicate qu elle pourrait mettre en lumière des pratiques de marché, des accords tacites, des ententes, des avantages concédés selon que vous soyez fort ou faible.
    Sans remettre en cause le fait que kerviel négociait, doit on négliger l environnement alentours qui a peu être joué et continue de jouer un rôle de premier plan.

    Aimé par 1 personne

  13. Vous évoquez très bien la problématique des conflits d’intérêts d’entreprises commerciales censé rendre un service public. C’est là encore crédible pour expliquer l’incompréhensible. Il est vrai que SG se vantait à l’époque d’être le plus gros client d’EUREX.

    Aimé par 1 personne

  14. Co-incidences
    signifige co-incider.
    Si quelqu’un sait encore lire qu’il m’empeche de me flinguer…
    Blague à part, les gens ne savent même pas lire.
    Combien de mot au sens commun à l’opposer du sens réel?

    J'aime

  15. J etais sur les marchés ce jour ferié , de permanence dans ma banque nord americaine , et des le matin , à la cloture du Nikkei , les rumeurs couraient qu’une banque francaise avait coulé .
    Nous hesitions donc sur la SG ou la BNP ou vue des positions et du poid sur le marché .
    Ca n a été que facile de shorter tout les rebonds de l eurex et de deboucler a la cloture des marché europeen, nous nous doutions que Berny etait entrain d etre reveillé dans sa douce nuit et attendions l intervention de Berny et la crash intervention team pour les accompagner .

    Ce fut une belle journée , l or avait aussi flambé.
    Concernant les baleines , il suffit qu une salle de marché sache quel banque est leveragée a crever pour que tous les autres traders des autres salles de marché le sache dans l heure, Byzarre non ? . et là la Chasse est ouverte comme une meute de loup tout le monde accompagnera le mouvement et l amplifiera mais ne se mettre pas en face sans avoir le tuyau clé de l intervention d une banque centrale .

    Aimé par 1 personne

  16. Bonjour, EUREX ne pouvait pas voir la position de JK mais voyait la position globale de SG-CIB. Et la position globale était dans les clous avec un dépôt de garantie de l’ordre de 3 à 5 Mds €. Sur 751’358 Fesx en pose, 724’299 étaient sur le compte de JK. Quant au Dax, avec une position de 99’925, JK dépassait la position globale de son employeur (Long 76’815 seulement) autrement dit, sur le Dax une bonne partie a été débouclé par la banque face… à elle même.

    J'aime

  17. @Philippe Houbé. Don’t act pour la vue d’EUREX sur la position globale de la SG mais il y a aussi le problème des flux. Kerviel ne passait pas ses ordres par 50 canaux et aurait dû être repéré très vite début 2008 comme il l’avait été en octobre 2007.

    Si je vous suis, la passivité d’EUREX s’expliquerait donc par l’absence de risque pour elle, ceci en raison d’une position « miroir » détenue par SG même ? Cela validerait notre hypothèse d’une opération de compte à compte dont le jour de débouclage n’aurait pas été choisi par hasard…

    Par ailleurs avez-vous des informations sur les opérations réalisées sur le Nikkei ? Elles ont nécessairement générées des gains qui auraient dus être déduits de la perte « KERVIEL ».

    Aimé par 1 personne

  18. Philippe, Voulez-vous dire que la SG avait une contrepartie quelque part sur la planète et que les pertes de Kerviel correspondaient à un gain fait ailleurs dans un paradis fiscal? Eurex n’avait alors aucune raison d’intervenir… ?

    J'aime

  19. Très intéressant cet article et vos commentaires. A ceci s’ajoute le problème de l’information privilégiée et des délits d’initiés possible soulevés par le site minoritaires.com.

    J'aime

  20. La justice n’a pas enquêté sur cet aspect de la perte Kerviel (qui a gagné/volé les 5 milliards). Dommage c’est beaucoup plus intéressant mais la brigade financière montre sans doute ici ses limites. Quant à l’AMF, elle s’est manifestement rendue complice malgré elle peut-être, d’un secret mal gardé ( voir l’article de minoritaires.com) donc l’enquête a été vite refermée…Les marchés financiers sont un véritable far west….et les shérifs n’ont ni les compétences, ni les moyens de faire la loi.

    J'aime

  21. Pingback: Deux patrons de banques démentent la thèse officielle du procès Kerviel – Déontofi.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s