Quelques nouvelles du soleil.

Source de lumière, de vie et d’énergie, le Soleil est au coeur des préoccupations d’une partie de la communauté scientifique. En effet, la menace d’une tempête solaire plane constamment sur notre planète. Ces gigantesques masses d’ondes et de particules, libérées de façon imprévisible à la surface du Soleil, peuvent gravement endommager les réseaux créés par l’homme.
Si la dernière tempête en date a évité la Terre de justesse en 2017, notre planète a déjà connu d’autres éruptions solaires de grande envergure. En 2003, l’une d’elles a entraîné une panne de courant à Malmö et la perte de contact avec deux satellites japonais. Plus impressionnante encore, la tempête solaire de 1989 a plongé le Canada dans le noir et coupé le réseau de chauffage pendant six heures en plein hiver. Liées aux fluctuations du vent solaire, un phénomène découvert il y a un peu plus d’un demi-siècle, ces éruptions sont loin d’avoir livré tous leurs secrets : à ce jour, la science reste incapable de prévoir leur occurrence. Mais cela pourrait bientôt changer : deux missions – l’une de la Nasa, l’autre de l’Agence spatiale européenne – sont actuellement en cours pour effectuer des mesures au plus près de l’astre solaire. À l’aide de deux sondes mises en orbite, Parker Solar Probe et Solar Orbiter, les scientifiques américains et européens cherchent à mieux définir ce phénomène qui, d’après les premières observations, semble beaucoup plus complexe qu’on ne le croyait jusqu’ici.
Vidéo de Arte ICI:https://www.arte.tv/fr/videos/086943-000-A/tempetes-solaires-une-mysterieuse-menace/

Cela fait des décennies que l’on nous explique que l’activité humaine a tellement pollué la planète qu’un changement climatique en a découlé.

Et dans un certain milieu représenté par Bill Gates, la chose est prise suffisamment au sérieux pour dépenser des fortunes pour développer une technologie qui bloquerait les rayons solaires. Cela s’appelle géo-ingénierie dans les milieux académiques et chemtrails par monsieur et madame tout le monde.

Ce sujet m’est étranger et je n’ai aucunement l’intention de donner mon point de vue sur ce que je ne connais pas. En revanche, les sites alternatifs tout comme les sites officiels s’accordent pour dire qu’il se passe quelque chose de vraiment important au niveau solaire.

Je partage ce soir avec vous une vidéo de Arte qui fait référence à ces tempêtes solaires, l’ennemi numéro 1 de cet univers digitalisé duquel nous sommes devenus dépendants de manière existentielle.

Pourquoi cette vidéo ce soir? Parce qu’un certain Dr Tony Philipps, astronome de la NASA, a écrit sur son site un papier dont le titre est Termination Event. Avouez que venant de la part de ce genre de personnage, le titre attire et donne à réfléchir.

Il m’a semblé important de partager l’info avec vous.

LHK

https://spaceweatherarchive.com/2021/06/11/the-termination-event/

Termination Event. Dr Tony Philipps

10 juin 2021 : Quelque chose d’important est peut-être sur le point de se produire au soleil. « Nous l’appelons l’événement de fin », déclare Scott McIntosh, physicien solaire au Centre national de recherche atmosphérique (NCAR), « et c’est très, très proche de se produire. »

Si vous n’avez jamais entendu parler de termination event, vous n’êtes pas seul. De nombreux chercheurs n’en ont jamais entendu parler non plus. C’est une idée relativement nouvelle en physique solaire défendue par McIntosh et son collègue Bob Leamon de l’Université du Maryland – Comté de Baltimore. Selon les deux scientifiques, de vastes bandes de magnétisme dérivent à la surface du soleil. Lorsque des bandes de charges opposées entrent en collision à l’équateur, elles s’annihilent (ou « terminent »). Il n’y a pas d’explosion ; c’est du magnétisme, pas de l’antimatière. Néanmoins, l’événement de résiliation est un gros problème. Il peut lancer le prochain cycle solaire à une vitesse supérieure.

« Si l’événement Terminator se produit bientôt, comme nous le prévoyons, le nouveau cycle solaire 25 pourrait avoir une ampleur qui rivalise avec les quelques premiers depuis le début de la tenue des dossiers », a déclaré McIntosh.

C’est pour le moins controversé. La plupart des physiciens solaires pensent que le cycle solaire 25 sera faible, semblable au cycle solaire anémique 24 qui a à peine culminé en 2012-2013. Les modèles orthodoxes de la dynamo magnétique interne du soleil favorisent un cycle faible et n’incluent même pas le concept de « terminateurs« .

« Que puis-je dire ? » rit McIntosh. « Nous sommes des hérétiques ! »

Les chercheurs ont décrit leur raisonnement dans un article de décembre 2020 dans la revue de recherche Solar Physics . En examinant plus de 270 ans de données sur les taches solaires, ils ont découvert que les Termination Events divisent un cycle solaire du suivant, se produisant environ tous les 11 ans. Insistez sur environ . L’intervalle entre les terminateurs varie de 10 à 15 ans, ce qui est essentiel pour prédire le cycle solaire.

Ci-dessus : Les prévisions officielles pour le cycle solaire 25 (rouge) sont faibles ; McIntosh et Leamon pensent que cela ressemblera davantage aux cycles solaires les plus forts du passé.

« Nous avons constaté que plus le temps entre les terminaisons est long, plus le cycle suivant serait faible », explique Leamon. « Inversement, plus le temps entre les terminateurs est court, plus le prochain cycle solaire sera fort. »

Exemple : Le cycle 4 des taches solaires a commencé avec un terminateur en 1786 et s’est terminé avec un terminateur en 1801, un record sans précédent 15 ans plus tard. Le cycle suivant, 5, était incroyablement faible avec une amplitude maximale de seulement 82 taches solaires. Ce cycle deviendrait connu comme le début du Grand Minimum « Dalton ».

Le cycle solaire 25 s’annonce comme le contraire. Au lieu d’un long intervalle, il semble venir sur les talons d’un très court, seulement 10 ans depuis le Termination Event qui a commencé le cycle solaire 24. Les cycles solaires précédents avec des intervalles aussi courts ont été parmi les plus forts de l’histoire enregistrée.

Ces idées peuvent être controversées, mais elles ont une vertu que tous les scientifiques peuvent apprécier : elles sont testables. Si l’événement de fin se produit bientôt et que le cycle solaire 25 monte en flèche, les «hérétiques» peuvent être sur quelque chose. Restez à l’écoute pour les mises à jour.

https://spaceweatherarchive.com/2021/06/11/the-termination-event/

BIO Dr. Tony Phillips

Dr. Tony Phillips is a professional astronomer and science writer, best known for his authorship of Spaceweather.com. He received his PhD from  Cornell  University in 1992 and worked for many years after that as a radio astronomer at Caltech. He has published more than 100 refereed articles in research journals such as Nature, the Astrophysical Journal, and the Journal of Geophysical Research. Research interests include planetary and neutron star magnetospheres, radio storms on Jupiter, and cosmic rays.  Recent work related to Rads on a Plane includes the following: In 2015, he led a series of high-altitude balloon launches in support of NASA’s RAD-X (Radiation Dosimetry Experiment) mission to explore radiation hazards to air travelers. In 2016, he was named to the working group for NASA’s Living With a Star Institute on Aviation Radiation (a.k.a. « SAFESKY »). He is a co-author of the following referred papers on aviation radiation: Advances in Atmospheric Radiation Measurements and Modeling Needed to Improve Air Safety (2015, Space Weather); Space Weather Ballooning (2016, Space Weather); Atmospheric radiation modeling of galactic cosmic rays using LRO/CRaTER and the EMMREM model with comparisons to balloon and airline based measurements (2016, Space Weather). In 2016, Tony delivered the keynote address at NOAA Space Weather Workshop: « Using Microbes as Biological  Radiation Sensors.”https://www.radsonaplane.com/about

Point de vue alternatif du web

10 réflexions sur “Quelques nouvelles du soleil.

  1. beaucoup plus alternatif la derniere ZETA TALK :::::::::::::::::::::::::::vhttps://www.zetatalk.com/newsletr/issue767.htm les plaques se dechirent etc nibiru visible ( et cachee par les chemtrails ):L’Afrique se déchire

    Au fur et à mesure que l’African Roll progresse, la Rift Valley est l’un des premiers endroits à montrer l’action de déchirure. Le sommet de l’Africa Plate est accroché près de la Turquie et se bat pour tomber……

    J'aime

  2. « Après… « , si « des intelligences artificielles » sont réduites à néant par le soleil… s’en portera-t-on plus mal … ?
    Vaste sujet bien sûr.

    Aimé par 2 personnes

  3. Oui, nous serions à la « veille » d’éruptions solaires majeures…
    Sera-ce un nouveau « événement de Carrington » ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tempête_solaire_de_1859

    Actuellement, il n’y a pratiquement plus de taches solaires visibles :
    https://www.swpc.noaa.gov/communities/space-weather-enthusiasts#

    Les travaux d’Henrik Svensmark démontrent un lien entre l’activité des rayons cosmiques, les taches solaires, et le climat terrestre :
    https://principia-scientific.com/henrik-svensmark-cosmic-rays-clouds-climate-change/
    Selon lui, lorsqu’il y a un nombre faible de taches solaires, les rayons cosmiques sont plus intenses, ce qui conduit à la formation plus importantes de nuages, rendant ainsi le climat terrestre plus froid.

    Le géologue Don Easterbrook a récemment publié un livre, avec force graphiques à l’appui, à ce sujet ; ce phénomène se vérifie à l’échelle des temps géologiques :
    https://www.climatedepot.com/2019/12/03/geologist-dr-don-easterbrooks-new-book-on-solar-climate-link-is-out-it-is-unequivocally-clear-that-climate-changes-large-small-are-driven-by-fluctuations-of-the-suns-magnetic-field/

    Tout cela peut conduire à des éruptions volcaniques plus intenses :
    https://watchers.news/2015/06/09/cosmic-solar-radiation-as-the-cause-of-earthquakes-and-volcanic-eruptions/

    Des scientifiques japonais l’ont proposé en 2011 :
    https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1342937X10001966

    Qui dit éruptions volcaniques pense immédiatement au refroidissement général de la Terre, avec diminution de l’albédo solaire. Il suffit de se rappeler un des derniers événements en date, l’explosion du volcan Tambora en 1815 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Tambora), lors d’un minimum de taches solaires, dit événement de Dalton (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_%C3%A2ge_glaciaire).

    Enfin, l’auteur Suisse Sacha Dobler a étudié l’influence du climat terrestre sur le comportement et l’histoire humaines :
    https://abruptearthchanges.com/

    Bonne lecture !

    J'aime

  4. Pingback: Quelques nouvelles du soleil. – Les moutons enragés

  5. Pingback: Quelques nouvelles du soleil. – Les moutons enragés – Le Monde

  6. @ Madame Liliane Held-Khawam

    Adhéreriez-vous à l’idée que la survenance d’un événement de type « carrigton » puisse être intégrée au raisonnement causal qui pourrait nous éclairer sur la généalogie de la réponse sociale à l’incidence, d’origine certainement humaine, du virus covid 19 ?

    J'aime

  7. @Jean-Luce Morlie, en tous les cas cela a pu être une cause fédératrice des gouvernants. Cela dit, je pense tout de même que certains rêvent de se saisir du pouvoir absolu.

    J'aime

  8. Concernant la 5G voir la 6G c’est comment?
    Vous avez dit voiture électronique?
    Vous avez dit crypto-monnaie?
    Vous avez dit centrale nucléaire fonctionnant uniquement avec des relais est des contacteurs?
    L’ouverture des portes des silos nucléaires c’est bien avec une manivelle?

    J'aime

  9. Merci pour ce sujet intéressant.
    Magnetic Storms Online (site russe du Laboratoy of X-Ray Astronomy of the Sun LPI) :
    https://tesis.lebedev.ru/en/magnetic_storms.html
    Activity forecast (prévisions) : https://tesis.lebedev.ru/en/forecast_activity.html

    Les changements causés par l’électrification (champs et ondes électromagnétiques) intense, exponentielle et irrationnelle de la planète ne sont jamais évoqués par les soucieux du changement climatique. Pourquoi ? Sans parler des réchauffeurs de l’ionosphère (Ionospheric Heater).
    http://climateviewer.org/history-and-science/atmospheric-sensors-and-emf-sites/maps/haarp-ionospheric-heaters-worldwide/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s