[AJOUT]Les preuves moléculaires de la fabrication en laboratoire du SARS-CoV2?

Ce laboratoire P4 de Wuhan est au cœur des accusations américaines contre  la Chine | Le HuffPost
Le laboratoire P4 de Wuhan. Un établissement sur sol chinois certes, mais dont les patrons réels semblent appartenir à la supra-élite globalisée…Cet établissement semble aussi chinois que le bâtiment de Nestlé à Vevey est suisse…

De plus en plus de scientifiques pointent du doigt la possible (probable?) fabrication du SARS-CoV2 en laboratoire. Ils appellent la chose Gain de fonction (GOF pour gain of function). Une publication très importante est citée en fin de page. Elle est rédigée par Ariel Fernández qui semble offrir des preuves scientifiques pour appuyer l’évolution fabriquée du virus Bat CoV RATG13 vers SARS-CoV2 (voir le schéma ci-dessous). Les ajouts jaunes sont la cause de la transmission vers l’humain.

1. Deux modifications de gain de fonction du CoV RaTG13 de chauve-souris favorisant la transmission à l’homme. (figure appartenant à l’article de M Fernandez ci-dessous)

On charge pour cela la scientifique chinoise Zhengli-Li Shi, la Bat woman dont on a parlé ces derniers jours sur ce site.

Sans vouloir la dédouaner, notre petite investigation nous mène invariablement vers le professeur Baric de l’Université de Caroline du Nord qui croule littéralement sous l’argent des Gates.

Les références au NIH du Dr Fauci sont elles aussi très récurrentes (y compris en tant que partenaire de l’Institut Pasteur) et vers ce que nous avons appelé l’argent anglo-saxon dont le symbole planétaire est Bill Gates. Le binôme Gates-Fauci est essentiel pour comprendre l’énigme de Wuhan. Nous n’oublions pas les Français qui, par l’intermédiaire de l’Institut Pasteur ont joué un rôle-clé de facilitateurs.

Les liens étroits France-Chine symbolisés par l’Institut Pasteur.

L’argent anglo-saxon développe la technologie nécessaire au transhumanisme… en Chine. LHK

Il y a un an…

Il y a un an, nous étions partis à la recherche d’informations sur ce qu’il se passait dans ces laboratoire de haute sécurité P4. Nous avions découvert des choses bien plus effrayantes (si cela est possible) que les manipulations monétaires et financières. Nous avions ainsi fait connaissance avec 2 sinistres personnages que sont Yoshihiro Kawaoka et Ron Fouchier.

Dans la même publication, nous avions découvert la publication d’un ponte de l’University of North Carolina at Chapel Hill, Ralph Baric, et de la Bat Woman de Wuhan, Zhengli-Li Shi. Une rencontre qui a donné lieu à ce papier Un foyer de coranavirus de chauves-souris ressemblant au SARS pourrait contaminer les êtres humains, publié dans Nature. Il y est question de virus-chimère.

Une publication qui a donné des sueurs froides au Dr Anthony Fauci

On retrouve dans les mails du Dr Fauci 2 qui font référence à cette publication du couple Baric-Shi. On a le sentiment que M Fauci est soumis à une pression certaine qu’il reporte sur ses collègues. L’un des deux est adressé sans commentaire et dans l’autre, il y demande à un de ses adjoints du NIH d’être disponible pour un échange essentiel au sujet de ce papier. (Cf les extraits ci-dessous et le papier en fichier)

https://www.nature.com/articles/nm.3985

Traduction en français https://www.francesoir.fr/sites/francesoir/files/media-icons/Shi-Zhenf-Li-et-R.S-Baric-2015_ok.pdf

Extraits de la publication cosignée par Ralph Baric et la Bat woman de Wuhan. On y parle de fabrication d’un virus chimérique (Extraits)

  • En utilisant le mécanisme de transcription inverse du SARS-CoV [2], nous avons créé et caractérisé un virus chimérique qui exprime la protéine de surface S SHC014 (‘spicule’) d’un coronavirus des chauves-souris sur la structure de base d’un virus SARS-CoV adapté aux souris.
  • Pour pouvoir examiner l’émergence potentielle chez l’être humain des CoVs circulant chez les chauves-souris, nous avons construit un virus chimérique qui encode une nouvelle protéine S (‘spicule’) provenant d’une zoonose CoV — c’est-à-dire la séquence du RsSHC014-CoV isolée des chauves-souris fer àcheval chinoises [1] — dans le contexte d’un virus SARS-CoV adapté aux souris.
  • Dans leur ensemble, ces données et les restrictions imposées représentent une croisée des chemins pour les recherches GOF (Gain de Fonctions); le potentiel pour se préparer et mitiger les percées épidémiques futures doit être équilibré par rapport au risque de créer des pathogènes plus dangereux.
  • Conclusion: En résumé, notre approche a utilisé des données méta-génomiques pour identifier la menace potentielle que pose la circulation de virus de chauves-souris semblables au SARS-CoV. En raison de la capacité des virus chimériques portant la protéine spicule SHC014 de se répliquer dans les cultures de cellules de voies respiratoires humaines, causant de la pathogénie in vivo et échappant aux thérapies existantes, il y a un besoin à la fois pour la surveillance et des moyens thérapeutiques améliorés contre les virus SARS circulants. Notre approche ouvre également la possibilité d’utiliser des données méta-génomiques pour prédire les émergences virales infectieuses et appliquer cette connaissance à la préparation de traitements des futures épidémies.

Baric auteur d’un brevet Methods and compositions for chimeric coronavirus spike proteins US9884895B2

Le professeur Baric avait déposé un brevet AVANT la fameuse publication de novembre 2015.

Financement du brevet qui est le fait du NIH de Fauci

Domaine de l’invention

La présente invention concerne des procédés et des compositions comprenant une protéine de pointe de coronavirus chimérique pour traiter et/ou prévenir une maladie ou un trouble causé par une infection à coronavirus.

Contexte de l’invention

Des approches actualisées sont nécessaires pour répondre rapidement aux nouvelles maladies émergentes, en particulier au début de l’épidémie lorsque des stratégies d’intervention rapides en santé publique peuvent limiter la mortalité et la propagation de l’épidémie. En particulier, les coronavirus respiratoires émergents représentent une menace considérable pour la santé des populations mondiales et l’économie. Les coronavirus (CoV) constituent un groupe de virus enveloppés phylogénétiquement divers qui codent pour les plus grands génomes à ARN brin plus et se répliquent efficacement chez la plupart des mammifères. Les infections humaines au CoV (HCoVs-229E, OC43, NL63 et HKU1) entraînent généralement des maladies des voies respiratoires supérieures et inférieures légères à graves. Le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) est apparu en 2002-2003, provoquant un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) avec une mortalité globale de 10 % et jusqu’à 50 % de mortalité chez les personnes âgées. Le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) est apparu au Moyen-Orient en avril 2012, se manifestant par une pneumonie sévère, un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) et une insuffisance rénale aiguë. Le virus est toujours en circulation et il a été démontré qu’il a un taux de mortalité de ˜49%. Des plates-formes pour générer des réactifs et des produits thérapeutiques sont nécessaires pour détecter et contrôler l’émergence de nouvelles souches, en particulier au début d’une épidémie avant le développement de réactifs sérologiques et de produits thérapeutiques spécifiques au type. (…) (Trad automatique Google)

AJOUT: Le Dr Fauci déclare sous serment que Ralph Baric n’a pas travaillé sur les gains de fonction

LHK

Des indices de biologie moléculaire décrivent le SRAS-CoV-2 comme une manipulation en laboratoire de gain de fonction du Bat CoV RaTG13. Ariel Fernández

L’origine du SARS-CoV-2, l’agent causal de la pandémie de COVID-19, est très controversée.(1−3) De nombreux chercheurs soutiennent fermement une origine naturelle,(2)

(…)mais un récent rapport du journaliste Nicholas Wade(1) soutient l’opinion selon laquelle le SRAS-CoV-2 est le résultat d’une manipulation génétique d’un coronavirus de chauve-souris destiné à promouvoir la transmissibilité à l’homme.(3)

Analyses génomiques(3)montrent que le SARS-CoV-2 est une chimère, avec la majeure partie de sa séquence identique à celle du CoV de chauve-souris RaTG13, à l’exception du domaine de liaison au récepteur (RBD), qui est presque identique à celui d’un pangolin ( Manis javanica ) CoV et a été optimisé pour lier le récepteur ACE2 dans les cellules humaines.(3)De telles chimères à gain de fonction peuvent en principe apparaître par recombinaison naturelle, mais cela serait peu probable dans ce cas. La recombinaison naturelle nécessiterait que les virus de chauve-souris et de pangolin infectent simultanément la même cellule dans le même organisme, un événement plutôt improbable compte tenu de la faible densité de population de pangolins, de la pénurie de spécimens infectés par le CoV dans leurs populations naturelles, et du fait que Le CoV RATG13 n’a pas d’affinité significative pour le pangolin ACE2,(3) et est donc peu susceptible de pénétrer dans la cellule de pangolin infectée.

Les recombinaisons à gain de fonction des coronavirus sont en cours en laboratoire depuis plus d’une décennie.(1) Dès 2007, le groupe dirigé par Zheng-li Shi de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) a créé une série de protéines de pointe chimériques CoV « homme chauve-souris »(1,4)pour permettre aux CoV de passer d’une espèce à l’autre et modéliser les « effets de débordement » qui pourraient déclencher une pandémie. L’objectif de Shi était de transformer les CoV de chauve-souris en molécules se liant à huACE2, c’est-à-dire de concevoir des promoteurs d’infection humaine.(1,3,4)

En ce qui concerne l’histoire récente de ces manipulations de gain de fonction des coronavirus, une subvention de 3,7 millions de dollars financée par le NIH américain a été approuvée par le conseiller COVID-19 de Trump, Anthony Fauci, en 2015. La recherche sur le gain de fonction a été sous-traitée au WIV, qui reste au centre de l’attention en ce qui concerne la pandémie de COVID-19.(5)

Un indicateur que la recherche financée par le NIH était allée trop loin est apparu lorsque le CoV-RaTG13 bricolé est devenu doté à la protéine de pointe d’un «détonateur», c’est-à-dire un site de clivage reconnu et activé par l’enzyme furine de la cellule hôte ( Figure 1 ).(6)Ce site n’a pas été identifié dans d’autres CoV de la même lignée. La façon dont ce site de clivage est incorporé atteste de l’origine artificielle du SARS-CoV-2. Le site de clivage associé à la furine a été créé par l’incorporation de l’insert de 12 nucléotides TTCCTCGGCGGGC codant pour la séquence d’acides aminés PRRA à la jonction S1/S2 dans le monomère de pointe. De manière frappante, les deux arginines adjacentes sont codées par deux codons CGG consécutifs. Seulement environ 5% des arginines dans le SARS-CoV-2 ou le RaTG13 sont codées par CGG.(3)Cela implique que le CGGCGG dans l’encart aurait une probabilité estimée à 0,25% de se produire « naturellement » en tant qu’encodeur du motif RR. D’autres aspects suspects concernent la manière dont la cassette codante a été insérée pour créer le site de clivage. L’insertion provoque une scission du codon d’origine de la sérine (TCA) dans RaTG13,(3)ainsi la partie TC fait maintenant partie d’un nouveau codon pour la sérine (TCT), tandis que l’adénosine terminale (A) fait partie d’un codon pour l’alanine (GCA), donnant la séquence suivante : TC [TCCTCGGCGGGC] A. C’est très étrange , indiquant clairement une origine artificielle.

Des indices de la biologie moléculaire confirment l’origine artificielle du SRAS-CoV-2, renforçant la récente enquête du journaliste Nicholas Wade.(1)Les insertions de gain de fonction du pangolin CoV RBD adapté à l’homme et du site de clivage associé à la furine sont probablement le résultat de manipulations génétiques menées en laboratoire. De telles manipulations peuvent avoir été effectuées sans laisser de trace. Une enquête approfondie sur les dossiers de recherche de WIV est nécessaire, malgré la suppression récente de leur base de données Internet. Traduction Google

Ariel Fernández – Daruma Institute for AI in Pharmaceutical Research, AF Innovation Pharma Consultancy, 4000 Pemberton Court, Winston-Salem, Caroline du Nord 27106, États-Unis ;  CONICET, Conseil national de recherche pour la science et la technologie, Buenos Aires 1033, Argentine ; 

Source et références https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acsmedchemlett.1c00274

12 réflexions sur “[AJOUT]Les preuves moléculaires de la fabrication en laboratoire du SARS-CoV2?

  1. Ceux qui nous appellent les « Complotistes » sont en fait eux-mêmes les seuls vrais complotistes. Les preuves de la fabrication en laboratoire du Covid 19 commencent à sortir, et rien ne les arrêtera ! L’heure est venue de les diffuser aussi largement que possible, pour mettre les entités concernées face à leur responsabilités mondiales, ainsi que les administrations & politocards qui les ont favorisé…Merci à LHK pour son article sur la nébuleuse PASTEUR et sur les Preuves Moléculaires de la fabrication en Laboratoire du SARS-CoV2. Son travail fait faire un grand pas à l’Humanité !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Les preuves moléculaires de la fabrication en laboratoire du SARS-CoV2? – Le blog de Liliane Held-Khawam – Politique émois et moi

  3. Est-il possible que les maires qui ont suivi les consignes gouvernementales, parfois en montrant regrettablement l’exemple, arrivent à garder leur crédibilité quand la « vraie vérité » sur les masques, les tests, l’absence de stratégie préventive(pas les gestes barrières, mais le zinc, l’Hydro chloroquine, l’ivermectine et les injections éclatera ?

    Avec ou sans l’aide de tribunaux, mais avec l’aide involontaire des menteurs de type Fauci ?

    Aimé par 1 personne

  4. Personnellement, je ne connais personne de mon entourage qui ait eu des symptômes graves de cette grippette qui est devenue pandémie par merdias interposés. Les plus malades sont ceux qu’on n’a pas soignés pour de vraies maladies à cause de cette paranoïa tellement égocentrique et ceux à qui on impose des mesures débiles. La vraie pandémie est dans les cerveaux malades des téléspectateurs ahuris.

    Aimé par 1 personne

  5. @gmtmistral Ah bin CA !!!!!! Il a réussi à m’foutre le doute lui.. l’espace d’un instant ;.) !!! Les comploTISTES c’est « NOUS » (euh non, ceux qui dénoncent (pardon) les complots lorsqu’ils en rencontrent. Chère gmt.
    Les comploTEURS… = c’est ceux qui fomentent un/des complot(s).
    (Rah put*** i zont MEME réussi à nous foutre la con-fusion avec leurs termes « politiquement corrects », (i zaauraient mieux fait de s’appeler la COMPLOSPHERE ou CRIMInosphère même et nous les dénonciateurs du complot… et pis c’est tout.)

    MAIS SINON… A PART CA… le commentaire a tout juste, pas d’souci..-))

    J'aime

  6. Pingback: Les preuves moléculaires de la fabrication en laboratoire du SARS-CoV2 ? – Les moutons enragés

  7. Et le gentil Parti Communiste Chinois là dedans ? Va t’on nous faire croire que dans une société hyper controlée et surveillée qu’est la Chine, Xi Jinping n’était pas au courant de ce qui se tramait dans le P4 à Wuhan avec des financements d’études à plusieurs millions de dollars ?

    D’autant que le gouvernement chinois a toujours soutenu l’origine naturelle du virus, chauve souris ou pangolin au choix.

    Sachant que Mérieux est un ami personnel du grand mandarin Xi Jinping et que Raoult est un membre de la Fondation Mérieux, lui même ayant toujours accrédité la théorie chinoise, brossant toujours la Chine dans le sens du poil, le meilleur élève dans le traitement de cette plandémie. Il a même tenté de nous aiguiller sur les élevages de visons, pauvres bêtes qui en ont fait les frais et ont été abattues par milliers que ce soit au Pays Bas et en France.

    Enfin je rappelle que le même Raoult appelait les plus « fragiles » à se faire vacciner dès janvier 2021 et que son IHU à Marseille dont il est le directeur a vacciné et vaccine toujours à tour de bras.

    Une véritable bande de salopards, d’autant que la FDA et le CDC savent depuis décembre 2020 que les dit vaccins ARMm Moderna et Pfizer étaient responsables de dommages cardiaques. Et la seule scientifique en France qui a été la première à alerter et ceci depuis des mois sur les multiples dangers (insertion VIH, transcriptase inverse, thromboses, …) de ces injections est Alexandra Henrion Caude. On peut lui dire mille fois merci !!!

    https://odysee.com/@Reveil:5f/DR-JANE-RUBY-est-une-PROFESSIONNELLE-de-la-SANT%C3%89,-une-AUTEUR-BAS%C3%89E-%C3%A0-Washingt…:esur les dangers de ces injections a été Alexandra Henrion Caude.

    J'aime

  8. Raoult « sent » de plus en plus l’opposition contrôlée – utile au système en place: on le voit partout, on l’entend partout, on l’invite partout, etc.
    Par contre, le prof. Fourtillan – et d’autres – a vite été muselé et même en-camisolé alors qu’il en disait des choses intéressantes et pertinentes, avec des arguments solides à l’appui.
    Cherchez l’erreur..

    J'aime

  9. Pingback: AJOUTLes preuves moléculaires de la fabrication en laboratoire du SARS-CoV2? | Raimanet

  10. Pingback: Les preuves moléculaires de la fabrication en laboratoire du SARS-CoV2? | Ma santé, mon bien-être d'abord !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s