La principale finalité de la vaccination n’est pas sanitaire. Nexus

https://www.nexus.fr/wp-content/uploads/2020/09/philippeguillemant-300x204.jpg
Philippe Guillemant, ingénieur physicien français, Docteur en Physique, spécialiste d’Intelligence Artificielle exerçant au CNRS.
https://www.nexus.fr/actualite/billet-dhumeur/finalite-vaccination-guillemant/?fbclid=IwAR3n_IBxCm1Ah_LrRIyfHR8SEm3V9i6LUP5UMnB4alws3ts80YgQYRKQEEs#.YBHxv9OnByY.facebook

« Le principal but de la vaccination n’est pas d’ordre sanitaire », selon Philippe Guillemant, Docteur et ingénieur physicien, spécialiste d’Intelligence Artificielle exerçant au CNRS. « Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place. Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen. Aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage. La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin. Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde. »

Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen.

Philippe Guillemant, Docteur et ingénieur physicien, spécialiste d’Intelligence Artificielle exerçant au CNRS

Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen. Il sera en effet permis que le contrôle de ses droits d’accès à différents lieux (restaurants, boutiques, gares etc.) se fasse de manière automatique, ce qui ouvrira un immense marché, celui des objets connectés, tellement savoureux qu’il est capable de transformer des informaticiens en virologues.
Cela permettra également l’introduction d’une monnaie numérique déjà préparée par la suppression progressive de l’argent liquide.

Il y a deux cas à considérer :

– Port d’identité numérique non intimement liée au corps : mobile, bracelet, montre, sac à main…
– Port d’identité numérique intimement liée au corps : bague, puce sous la peau, identification génique…

Dans le second cas il sera impossible, sauf opération chirurgicale, de se débarrasser de son identité.

Dans un premier temps, seul le premier cas est à considérer sérieusement. Ce n’est que lorsque l’usage d’une identité numérique sera normalisé par l’habitude (de vivre autrement) que le second cas s’imposera naturellement pour renforcer la sécurité de l’usage.

Aujourd’hui, ce port d’identité numérique est déjà réalisé via nos mobiles, mais aucun usage n’en est fait, sauf marginal comme dans le cas de l’application TousAntiCovid. Tout le monde a le droit d’entrer dans n’importe quelle boutique et de voyager sans être obligé d’avoir un portable. D’autre part, le traçage des déplacements permis par un mobile est très grossier, sa précision étant comprise entre 1 et 10 mètres. On peut considérer que pour l’instant, avoir un portable est inoffensif.

Tout cela pourrait changer avec le contrôle vaccinal automatisé et la généralisation des objets connectés via la 5G et même dès la 4G. En particulier le traçage ne serait plus réalisé par GPS, mais par analyse et triangulation de signaux via les objets alentours et sera à terme 100 à 1000 fois plus précis, à mesure que la technologie évoluera.

Le port non lié au corps d’identité numérique, dans un environnement peuplé d’objets connectés (maisons, voitures, routes, villes…) permettrait les recueils de données suivants par une I.A. :

– Vérification d’autorisation d’accès pour les vaccinés
– Contrôle de vitesse et stationnement (voiture connectée)
– Identification de toutes sortes d’infractions à la conduite
– Identification des personnes avec qui l’on déjeune
– Mémorisation de tous les déplacements
– Calcul de temps de travail ou temps de présence…
– Détection de déplacement inhabituel…
– Etc

Il convient de préciser qu’aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage.Toutefois, il serait extrêmement difficile de détecter qu’un tel usage n’est pas effectué. Seule son exploitation pourrait être rendue visible, mais cela laisse une grande place à une exploitation inavouée, par exemple par une société d’assurance où le calcul des droits est déjà réalisé de façon informatique.

Considérons maintenant le deuxième cas, et allongeons la liste précédente :

– Maison intelligente (interactions, commandes, dialogues…)
– Analyse d’activités privées (dormir, lire, faire l’amour…)
– Surveillance de l’activité des enfants
– Analyse des interactions familiales
– Analyse de situation (repos, activité, chute…)
– Analyse de comportement (geste brusque, activité sportive…)
– Détection et mémorisation des habitudes
– Etc

J’en oublie certainement, sachant qu’il est difficile d’imaginer d’avance tout ce que la quatrième révolution industrielle pourrait nous inventer. Je ne parle ici que d’un transhumanisme très doux, presque acceptable, sans faire référence à quoi que ce soit d’intrusif comme une puce dans le cerveau, des nanorobots dans nos veines ou une vision artificielle et connectée. Mais il va de soi que l’acceptation de ces technologies intrusives est conditionnée à l’acceptation de l’usage d’identité numérique.

La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin. Il est en effet peu probable que l’on oblige chaque citoyen à porter une identité numérique lors de ses déplacements si 50% de la population n’est pas vaccinée, car on ne va pas limiter à ce point la liberté de circulation. Par contre, si seulement 5% de la population n’est pas vaccinée, il est fort probable qu’on entrera dans ce nouveau monde.
La réalité sera évidemment bien plus complexe que cette simplification binaire, qui n’a d’autre but que d’éveiller aux véritables enjeux.

La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin

Philippe Guillemant, Docteur et ingénieur physicien, spécialiste d’Intelligence Artificielle exerçant au CNRS

Donc, je le répète, nous ne sommes pas confrontés à un problème sanitaire avec le virus. Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place.

Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde.

Philippe Guillemant, le 24 novembre 2020 Son site http://guillemant.net/

Source article https://www.nexus.fr/actualite/billet-dhumeur/finalite-vaccination-guillemant/?fbclid=IwAR3n_IBxCm1Ah_LrRIyfHR8SEm3V9i6LUP5UMnB4alws3ts80YgQYRKQEEs#.YBHxv9OnByY.facebook

17 réflexions sur “La principale finalité de la vaccination n’est pas sanitaire. Nexus

  1. Excellent article qui montre bien – avec les nuances nécessaires – les enjeux que j’annonce depuis des années comme la mise en place « douce » d’une nouvelle forme inédite de gouvernance globale (mondiale)

    Aimé par 1 personne

  2. bien que tres agee, depuis le debut j ai compris qu on nous jouait une vaste comedie n ayant aucun lien avec un virus
    je ne me ferai pas vccinner.

    J'aime

  3. @LHK, je ne doute pas de son bon sens, c’est d’explications qui manque. Et, par les temps qui court, les arguments d’une personnes éclairée n’est jamais de trop.

    J'aime

  4. Je crois bien que la gouvernance mondiale a posé ses première pierres il y a une quinzaine d’années en colonisant les organisations internationales qu’on aime dire aujourd’hui, mondiales. L’ONU. Voilà qu’elle s’est transformée en havre tranquille de travail, lieu idéal pour prendre stratégiquement l’ascendence sur les états nations qu’elles soient membre signataires ou qu’elles soient récipiendaires de la manne caritative qu’il faudrait plutôt requalifier d’investissements.
    La plupart des dirigeants d’états occidentaux et leurs clients sont séduits par la position qu’ils pourraient occuper au sein de cette gouvernance mondiale en échange de leur mandat électif de chef d’une nation – soumis à de continuelles élections – nation qui finira par muter organisationnellement en province. C’est sans doute cette perspective prometteuse qui les a fait céder devant la frauduleuse et menteuse OMS, Et pour renforcer leur clientèle politique sur ce plan mondial, ils ne contrediront plus les dizaines de milliers d’ONG qu’ils avaient soutenues et financées avec les contributions nationales. Est ce une coïncidences que les ONG de tous les pays sont taiseux pendant cette guerre covidienne?
    Covid n’est qu’un indicateur d’étapes dans cette marche, et l’on voit clairement que nos gouvernements sont en train d’abandonner les citoyens aux mains de cette pincées de malades (d’être trop riches et d’avoir trop volé), pour les rejoindre, du moins pour se faire une place parmi les ultra-larbins mondiaux. En plus du test d’obéissance, c’est aussi un test de pureté (dépouillement intellectuel et éthologique) des individus. S’il ne passent pas le crible parce que insuffisamment épurés, ils seront rejetés et sacrifiés.
    Il y a une sorte d’absurdité qu’on a réussi à faire passer pour de l’hyper-intelligence ou de l’humanisme augmenté. Quel intérêt? Quel stimulus à diriger un troupeau mondial de moutons apeurés et obéissants? Quel intérêt à appuyer sur un bouton pour faire mouvoir la marionnette? le jouet finira, lui aussi, par lasser. Alors que se passera-t-il?.

    Aimé par 1 personne

  5. Je crois bien que la gouvernance mondiale a posé ses premières pierres il y a une quinzaine d’années en colonisant les organisations internationales qu’on aime à dire aujourd’hui, mondiales. L’ONU. Voilà qu’elle s’est transformée en havre tranquille de travail, lieu idéal pour prendre stratégiquement l’ascendence sur les états nations qu’elles soient membres signataires ou qu’elles soient récipiendaires de la manne caritative qu’il faudrait plutôt requalifier d’investissements.
    La plupart des dirigeants d’états occidentaux et leurs clients sont séduits par la position qu’ils pourraient occuper au sein de cette gouvernance mondiale en échange de leur mandat électif de chef d’une nation – soumis à de continuelles élections – nations qui finiront par muter organisationnellement en provinces. C’est sans doute cette perspective prometteuse qui les a fait céder devant la frauduleuse et menteuse OMS, Et pour renforcer leur clientèle politique sur ce plan mondial, ils ne contrediront plus les dizaines de milliers d’ONG qu’ils avaient soutenues et financées avec les contributions nationales. Est ce une coïncidence que les ONG de tous les pays sont taiseux pendant cette guerre covidienne?
    Covid n’est qu’un indicateur d’étapes dans cette marche, et l’on voit clairement que nos gouvernements sont en train d’abandonner les citoyens aux mains de cette pincées de malades (d’être trop riches et d’avoir trop volé), pour les rejoindre, du moins pour se faire une place parmi les ultra-larbins mondiaux. En plus du test d’obéissance, c’est aussi un test de pureté (dépouillement intellectuel, physique et éthologique) des individus. S’il ne passent pas le crible parce que insuffisamment épurés et scarifiés, ils seront rejetés et sacrifiés.

    Il y a une sorte d’absurdité qu’on a réussi à faire passer pour de l’hyper-intelligence ou de l’humanisme augmenté. Quel intérêt? Quel stimulus à diriger un troupeau mondial de moutons apeurés et obéissants? Quel intérêt à appuyer sur un bouton pour faire mouvoir la marionnette? le jouet finira, lui aussi, par lasser. Alors que se passera-t-il?.

    J'aime

  6. @Marlène Dupraz
    Je suis d’accord avec vous au sujet des ONG.
    Public Eye, par exemple, si prompte à défendre les pauvres malmenés par les multinationales suisses à l’étranger, qui dénonçait il y a quelques années les essais cliniques sauvages des pharmas suisses sur les populations dans d’autres pays. Muette maintenant ? Elle ne voit aucun problème avec les pseudovaccins bâclés testés violemment sur des personnes pas toujours consentantes. Elle se soucie que les vaccins soient répartis inéquitablement. Et elle ne semble (ou ne veut) pas voir que l’OMS est corrompue jusqu’à la moelle et complice de cette plandémie.

    Et Caritas ? Défendre les droits des personnes contre cette dictature ? Rien !

    Et même Calcutta Espoir, avec son prospectus choquant avec en photo de couverture des enfants indiens masqués ? Comment peut-on utiliser la maltraitance des enfants pour récolter des fonds ? Masquer les enfants est une maltraitance crasse et honteuse, pour une maladie qui ne les touche pas.

    Pas une ONG pour se scandaliser et lutter contre le déferlement totalitaire, ni contre l’utilisation des êtres humains par les pharmas, les réduisant à des cobayes de laboratoire.

    Je me demande combien d’entre elles sont financées par l’Open Society Foundations de George Soros ?

    J'aime

  7. Rien de nouveau.

    Juste prise de conscience et publication bienvenues de ce Monsieur.
    Si l’on suit depuis qqs années les déclarations des esclavagistes (des dominants dont on élit les larbins avec une constance qui force le respect), on sait qu’ils veulent pucer la population comme ils ont pucé les animaux et les produits (ou codes barre).
    La pathétique fuite en avant du capitalisme pour dégager de la plus-value rentière réelle en intéressant des financiers en errance chaotique est un argument bien faible.
    Autrefois on disait le progrès, parler de progrès devant les dévastations planétaire étant obscène, on parle de technologie.
    La COVID est clairement une opportunité pour tester non seulement la soumission des populations mais PIRE ENCORE, celle des forces de l’ordre.
    N’a-t-on pas vu des comportements ahurissants ?
    Comme amender des SDF non confinés – chez eux ? Test de cruauté : passé.
    Comme chasser des promeneurs solitaires en pleine foret ? Test de détecteur de présence et d’obéissance servile : passés.
    Comme amender des personnes allongées sur la plage ? Test de violence en réunion pour s’attaquer aux plus faibles : passé.
    Comme demander à des interpellés de donner leur opinion ? Test de la QUESTION interdite par TOUS les textes : passé.
    La POLICE fait ce qu’on lui demande quand bien-même c’est contraire aux LOIS de la République.
    Le comportement de la POLICE est hors-la-loi.

    Concernant l’optimisme je ne comprends pas.
    Comme dit, les algorithmes sont opérationnels pour évaluer les personnes dans de nombreux domaines. Pour les prêts c’est bien connu, pour le reste, on sait que la NSA Fbk, Twt Ggl et autres officines privées ou privées deviennent chaque jour plus performantes dans leurs évaluations individuelles et collectives.
    Pas de surprise si le Linky échantillonne à la SECONDE (ordre de grandeur) les usages domestiques électriques de chaque foyer ! en argumentant que c’est pour nous facturer tous les MOIS ! ILS nous prennent vraiment pour des cons-citoyens. ILS ont raison, NOUS acceptons. Il s’agit de nous surveiller dans nos gestes les plus intimes, accumuler tout, comme le faisait la GESTAPO et toutes les polices totalitaires.
    Le monde libre devient totalitaire, ce n’est pas complotiste c’est une accumulation de faits non niables qui le montre. Je ne vois pas d’optimisme possible. J’aimerais le percevoir avant de me faire éliminer pour opinion subversive.

    APPEL à la raison : inutile de chercher plus d’évidences de ce basculement fasciste, préparons-nous, organisons la résistance afin de détruire ce régime.

    J'aime

  8. J’avoue que le « …mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde. » me paraît bien léger après la démonstration implacable du projet maléfique.
    La priorité me semble être de prendre soin de notre lien intime avec Dieu, de se placer sous sa protection et de lui demander de nous donner la force de faire sa volonté dans les temps qui viennent. Après les ténèbres, la lumière!

    J'aime

  9. Il faut séparer la recherche scientifique et l’intelligence artificielle du projet de société. Toutes les découvertes n’ont pas besoin d’être immédiatement appliquées. On observe que vouloir « soulager » l’homme de tous les travaux simples ou manuels peut être contraire aux intérêts sociétaux si c’est pour produire plus de déprimés, d’alcooliques ou de drogués.

    Venons-en au projet de société. Ce projet de société transhumaniste, arrimé au mondialisme messianique défendu par J. Attali et le Dr. L. Alexandre, vient des laboratoires maçonniques de l’Etat profond. Les grands prêtres du sommet de la pyramide se réunissent dans les super-loges ou les Ur-lodges. A qui a-t-on à faire? Nul ne sait vraiment. Ils agissent dans le secret et donnent leurs ordres dans les loges, dans les réunions Bilderberg, Berggrün, etc. où les politiciens maçons sont informés des buts et des missions.

    Que sait-on de l’Etat profond? Ce sont des imposteurs qui ne sont mandatés que par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Ils ne respectent aucune loi et sont coupables de nombreux crimes, corruptions, chantages et tromperies. En plus ils se livrent aux trafics d’armes, de drogues et humains, notamment d’enfants. Ces trafics sont très rentables. Ils sont suspects de pédo-criminalité aggravée. Ils ont un certain mépris pour l’humanité et un penchant pour le satanisme.

    Voulez-vous être dirigés par ces personnes et réaliser leur projet?

    J'aime

  10. Pingback: La principale finalité de la vaccination n’est pas sanitaire. Nexus – Les moutons enragés

  11. Pour un vrai croyant, l’obligation de se soumettre aux multiples contrôles intrusifs dans leur vie privée équivaut à un blasphème contre le Saint-Esprit. En effet, l’homme a été créé pour bénéficier du libre-arbitre, donc de la liberté d’interférer tant dans le monde matériel que dans le monde surnaturel. Ne plus pouvoir exercer ces prérogatives est un crime contre la race humaine, tout au moins contre celles qui bénéficient de la présence de l’Esprit dans le coeur de chaque homme ; une telle situation commande de ne pas se soumettre, même par des moyens légaux, aux diktats d’une oligarchie soucieuse de nous réduire à un état général de robotisation avancée annihilant du même coup toutes nos capacités créatrices.

    J'aime

  12. Pingback: La principale finalité de la vaccination n’est pas sanitaire. Nexus – Les moutons enragés – Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s