Vaccination et business avancent main dans la main, et dictent le tempo au monde politique. LHK

https://assets.weforum.org/editor/responsive_large_webp_nFzQQ81EbapUQxXA3CBjMTQvXLivLTe2-uZDVEy8BYY.webp
Ngozi Okonjo-Iweala, directrice de l’Alliance Gavi, à Davos en janvier 2020 s’inquiétait des conséquences de la pandémie. «À l’heure actuelle, la prédiction est une contraction sur le continent d’environ 2%. Cela ne s’est pas produit depuis 25 ans. J’ai donc cette crainte que les deux ou trois décennies de croissance que nous avons eues et notre développement soient perdus , nous pourrions régresser à moins que nous n’agissions massivement pour inverser cette tendance et nous assurer que cela ne se produira pas, pendant la période de récupération. « 

Le bénéfice net du groupe AstraZeneca a doublé en 2020 et s’élève à 3,2 milliards de dollars (2,85 milliards de francs), lors d’une année marquée par la crise contre lequel le groupe pharmaceutique a mis au point un vaccin avec l’université d’Oxford. Et ces bénéfices vertigineux à l’heure de la faillite des populations et de l’économie locale ne sont pas près de baisser.

https://www.rtn.ch/rtn/Actualite/economie/AstraZeneca-benefice-2020-plus-que-double-pendant-la-pandemie.html

Une bonne nouvelle ne vient jamais seule. Le microcosme de la haute finance peut célébrer une autre information, politique cette foi. RT nous apprend que :

La pandémie de coronavirus ne peut être considérée comme vaincue qu’une fois que tout le monde dans le monde aura été immunisé contre Covid-19, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, après avoir rencontré les dirigeants du G7 lors d’un sommet virtuel vendredi.

S’adressant aux journalistes, Merkel a déclaré qu’elle avait souligné dans ses remarques au groupe que « la pandémie n’est pas terminée tant que tous les peuples du monde n’ont pas été vaccinés », ajoutant: « Tout le monde doit participer ».

« La pandémie [de coronavirus] en particulier a montré à quel point nous divergions les uns des autres, dans le monde entier. »

Vendredi, la chef de l’organe exécutif de l’UE, Ursula von der Leyen, a déclaré que le bloc mettrait 100 millions d’euros (121 millions de dollars) pour financer le déploiement du vaccin Covid-19 en Afrique.

https://www.rt.com/news/516092-covid-vaccinating-whole-world-merkel/

Un autoritarisme politique qui profite aux vaccinateurs et donc aux financiers

Nous voyons que progressivement, nous quittons le simple monde d’une pandémie ou des bénéfices juteux pour entrer dans celui de prédictions prophétiques indépendantes de l’évolution de la maladie. Et là, Mme Merkel nous rappelle les annonces faites il y a un an qu’il n’y aura pas de sortie de crises (et de confinement) sans vaccination. Le mot traitement avait curieusement disparu de la bouche de ces gens, sauf pour nous vanter le Remdesivir, une molécule qui a fait ses preuves dans les effets secondaires graves.

https://lilianeheldkhawam.com/2020/11/27/le-scandale-du-remdesivir-ne-fait-que-commencer-lhk/
https://www.swissinfo.ch/fre/les-m%C3%A9decins-suisses-se-m%C3%A9fient-du-remdesivir–mais-le-gouvernement-en-commande-plus/46218902
Germany: Pandemic will only be defeated when everyone is vaccinated – Merkel

De la politique, au Gavi puis à l’OMC

Le vaccin occupe donc une place centrale de la politique intérieure et internationale. Cela pourrait bien expliquer la nomination de Mme Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’OMC. A relever que celle-ci fut plusieurs fois Ministre nigériane des… Finances. https://www.gavi.org/fr.

Politique-finances-vaccination, un trio fondateur du gouvernement mondial de 2030.

Access to vaccines for children is #Solvable​ | Ngozi Okonjo-Iweala The Rockefeller Foundation

Qu’est-ce que le GAVI?
Gavi est lancée en 20002,3.
Dans les années 1970, 10 % à peine des enfants des pays les plus pauvres sont vaccinés contre des maladies telles que la tuberculose, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, ou la diphtérie. Des millions d’enfants meurent chaque année de maladies évitables4. Grâce à l’action de l’UNICEF et à des donations publiques, le niveau de vaccination augmente dans les années 1980, mais rechute dans les années 1990.
À partir des années 2000,la création du GAVI redonne une nouvelle dynamique aux programmes d’accès à la vaccination dans les pays pauvres, le principal financeur du GAVI étant la fondation Bill-et-Melinda-Gates, celle-ci s’engageant par un don de 750 millions d’US$, augmenté depuis à un milliard4. Mais cette fondation a voulu ne pas être seule et a constitué une alliance. En 2010, les principaux contributeurs du GAVI, outre cette fondation, sont le Royaume-Uni, avec 1,335 milliard de dollars, et la Norvège, 677 millions de dollars. D’autres gouvernements sont parties prenantes, notamment la France, l’Italie, l’Espagne, la Suède, le Brésil et l’Afrique du Sud, ainsi que des organisations internationales telles que l’UNICEF ou l’OMS. En complément, un emprunt International, Finance Facility for Immunization (IFFIm) a été créé en 2006 pour accélérer la disponibilité et améliorer la prévisibilité des fonds nécessaires sur la durée. L’IFFIm lève des fonds en émettant des obligations sur les marchés des capitaux, et s’appuie sur les engagements à long terme des gouvernements à titre de garantie et pour verser les intérêts5,6. (Wikipédia)
https://www.gavi.org/sites/default/files/about/governance/governance-structure2.png
Ngozi Okonjo-Iweala et Bill Gates à une des rencontres du World Economic forum. Bill Gates y annonce la création d’un fonds.

Le nouveau président de GAVI ALLIANCE

https://www.gavi.org/sites/default/files/news/2020/JMB3_h2.jpg
José Manuel Barroso nommé nouveau président du Conseil d’administration de Gavi, le président non exécutif de Goldman Sachs International. Nous relèverons au passage son parcours exemplaire dans la politique, la finance, et maintenant la vaccination. https://www.gavi.org/fr/actualites/media-room/jose-manuel-barroso-nomme-nouveau-president-du-conseil-dadministration-de

Tous condamnés à se faire vacciner?

Nous avions pris l’habitude des tourniquets entre le monde de Planète finance et celui de la politique. Mais depuis 2020, le facteur vaccinal s’est invité dans la co-gouvernance. Le fait que le mot traitement ait été effacé du langage de ces représentants de la gouvernance mondiale, sauf pour nous présenter un produit clairement identifié comme au mieux inefficace et au pire dangereux, disqualifie les décideurs politiques.

Simultanément à tout ceci, le sentiment grandit, que la planète a muté en un gigantesque laboratoire, et que les terriens sont abordés en tant que cobayes.

https://eveilhomme.com/wp-content/uploads/2021/02/EuhQ-GoXAAYaX_H.png
Le peuple israélien semble payer un lourd tribut à la technoscience financiarisée.

Après avoir eu à subir toutes sortes de spoliation individuelle et/ou collective aux plans monétaire, financier, économique, culturel, etc., nous sommes condamnés à accepter une injection dont une partie importante de la population ne veut pas. Le Code de Nuremberg est occulté. https://lilianeheldkhawam.com/2020/12/31/les-deux-pontes-mondiaux-de-la-vaccination-engages-par-une-firme-qui-mise-sur-le-vaccin-adn/

LHK

8 réflexions sur “Vaccination et business avancent main dans la main, et dictent le tempo au monde politique. LHK

  1. https://temoignagefiscal.com/non-mais-allo-quoi/

    Remdesivir et apparition de variants

    Non mais allô quoi !
    20 février 2021 Société Philippe Gault
    L’expression virale d’une bimbo célébrée à la va vite par notre brillante éducation nationale soucieuse de maintenir la haute culture française devient finalement d’à propos pour qualifier à peu près tous les sujets d’actualité en France.

    C’est dire le niveau moyen des débats officiels. Le bac moins douze se moquant du bac moins quinze, c’était encore un peu drôle. Le bac moins cinq critiquant le bac plus quinze, et c’est ce dernier qui va s’exprimer comme Nabila : « non mais allô quoi ».

    Le ridicule ne tue plus. Irrévérence, inconscience et irresponsabilité ont eu sa peau. Je ne sais pas si on apprendra un jour pourquoi tant de médiocres s’en prennent à Didier Raoult. Est-ce seulement de la jalousie ? Cela néanmoins nous a valu récemment quelques belles perles. Notamment ceux qui ont voulu lui faire dire que l’hydroxychloroquine ne changeait rien à la mortalité due au covid, sur la base de son premier « papier » de recherche qui comparait avec et sans sur deux groupes de personnes dans lesquels il n’y avait eu aucun décès ! Il s’agissait seulement d’évaluer la durée du portage viral selon le traitement.

    Comment ne pas être consternés que des jeunes médecins affirment qu’un virus ou un vaccin à ARN ne puissent pas provoquer une modification du génome d’une cellule, alors que les rétro-virus, à ARN comme le VIH, possèdent justement une enzyme dite transcriptase inverse qui produit une molécule d’ADN à partir de l’ARN viral. La présence d’un rétrovirus, même inoffensif, dans une cellule en même temps que celle-ci reçoit un vaccin à ARN, peut théoriquement intégrer l’ADN correspondant dans les chromosomes de la cellule, avec de plus un nombre de combinaisons quasi infini avec les gènes pré-existants. Le pire n’est pas obligé d’arriver, mais c’est quand même jouer aux apprentis sorciers.

    Le grand chef du conseil scientifique Covid-19 disait devant une commission sénatoriale le 15 septembre 2020 que la mutation du SARS-Cov-2 n’existait pas. Affirmation étonnante alors que l’on sait depuis des décennies que les coronavirus mutent souvent et que c’est une raison pour laquelle on n’arrive pas à faire de vaccin. Aujourd’hui, il n’y a pas de semaine où de nouveaux mutants ne sont pas révélés. Mais pourquoi ont-il sorti Delfraissy du formol ? Quand même, en janvier, il reconnaissait que des mutations se produisaient. Mais bon, il en a encore deux ou trois de retard.

    On apprend maintenant que le Remdesivir est un puissant agent mutagène pour le virus, et que ce traitement associé à d’autres agents anti-viraux a contribué à l’apparition de nombreux variants. Quant à l’Europe qui a payé 1,2 milliard d’euros de Remdesivir alors que l’on savait déjà son inefficacité, va-t-elle l’utiliser pour compliquer encore la situation ou tout envoyer à la poubelle ?

    On peut maintenant dire que ces virus n’ont rencontré aucun obstacle pour se diffuser de région en région, de pays en pays, quelles que soient les mesures de confinement ou de couvre-feu prises, ou de frein aux déplacements. Il apparait que ces mesures ont toujours été mises en place trop tard, quand la diffusion du virus et des mutants successifs était déjà avancée. Peut-être que ces mesures ont ralenti les épidémies, mais ce n’est même pas prouvé.

    La précipitation pour disposer d’un vaccin a fait sauter tous les garde-fous de sécurité pour la mise sur le marché d’un produit médical. Pour ceux à ARN, qui déjà n’ont jamais été utilisés chez l’homme, on part sur de la biologie « théorique » et on bâcle les phases de tests. Les données issues de ces essais faits par Pfizer semblent assez éloignés des normes, d’après Reinfocovid, et il paraît impossible d’en tirer une quelconque certitude sur l’efficacité et l’innocuité. Que Pfizer ait insisté pour ne pas pouvoir être inquiété juridiquement en cas d’effets secondaires défavorables n’est pas rassurant. Les premiers résultats à large échelle en Israël et en Angleterre pourraient même confirmer toutes les craintes. Que le gouvernement français fasse une promotion intense pour la vaccination avec un produit mal testé, pas ou peu efficace sur les variants, avec une suspicion d’effets secondaires potentiellement graves, alors qu’il a interdit un médicament connu depuis 70 ans, utilisé par des milliards de personnes dans le monde sans conséquences graves, encore en vente libre il y a moins d’un an, et dont les preuves d’efficacité s’accumulent de mois en mois, est une attitude complètement ahurissante et inacceptable.

    La vaccination n’ayant que très peu de chance d’avoir une efficacité significative, et le chiffre de 2,7 % des vaccinés en phase deux présentant des séquelles handicapantes à long terme, d’après les chiffres de Pfizer, le rapport du bénéfice du vaccin RNA par rapport à ses risques devient inférieur à celui d’attraper le virus, qui est lui-même le meilleur vaccin possible, avec un risque mortel de 1 pour mille, en moyenne à 84 ans, et si on rate toutes les possibilités de traitement disponibles actuellement, officiellement ou non. Les chiffres de 30% de personnes ayant déjà eu le virus dans un ou plusieurs de ses variants et de 35 à 40 % de la population qui y seraient insensibles, seraient indicatifs d’une sortie de crise. Mais on sait que la machine médicale et politique va continuer à tester un peu partout, suivre les variants comme Sherlock Holmes, faire des prévisions apocalyptiques, et les média vont en rajouter des tonnes, et essayer de faire passer des médicaments chers pour le bonheur des grands laboratoires pharmaceutiques et de leurs assujettis. Il y a dix ans, on aurait rien fait de tout cela, les actualités auraient parlé d’une bonne grippe, personne n’aurait arrêté de travailler, l’économie serait sauve. Une maladie des médias, je vous dis.

    J'aime

  2. Comment faire confiance à cette hyperclasse et leurs disciples qui veulent mener le monde vers le gouvernement mondial? Par leurs déclarations et leurs objectifs transhumanistes, les mondialistes ont prouvés qu’ils étaient irresponsables et sans conscience. Ni les USA de Trump, ni la Russie de Poutine, ni Xi Jin Ping ne souhaitent fusionner dans une macédoine insipide et dénuée de sens pour l’humanité. Ce projet est celui de l’hyperclasse délirante, des financiers, des oligarques, mais pas des politiciens nobles et authentiques aux services de leur nation (dont ne font pas partie Biden, ni les marionnettes européennes comme Merkel et Macron). Ce projet mondialiste n’a aucune chance d’aboutir. L’hyperclasse va devoir renoncer à ses ambitions dominatrices sur la planète et c’est tant mieux. Car le monde des affaires est amoral et il ne fonctionne que par le jeu des intérêts. Cela ne peut pas être appliqué à la sociologie, ni à la politique intérieure.

    L’hyperclasse a créé la situation covidienne, les vaccinations obligées et le reset. On n’exige pas la vaccination du monde entier avec un vaccin peu connu et pour une maladie qui a une mortalité de moins de 1%. Il y a une intention cachée. Le reset est un programme pour appauvrir les populations aux profits de l’hyperclasse qui va en profiter pour capter tous les biens des particuliers et leurs avoirs bancaires. Une fois dépossédée, la population sera précipitée dans le communisme. Cette perspective et les méthodes utilisées sont abominables.

    Le grand réveil, c’est la prise de conscience des populations du danger que représente une humanité placée dans les mains de personnes malveillantes et amorales. Ce grand réveil doit naître de l’indignation, puis de la diffusion de certaines réalités qui pausent problèmes au sein de l’hyperclasse comme le pédo-satanisme, des velléités populicides, la corruption, la désinformation, la déloyauté systématique et les incohérences pour mener au chaos général.

    J'aime

  3. Dès l’apparition(tour de magie biologique?) de ce coronavirus, les laboratoires se sont lancés, comme une meute attirée par l’odeur de l’argent(pourtant on dit que l’argent n’a pas d’odeur !), dans la recherche de vaccins. Les premiers arrivés, les premiers servis ! Des milliards de dollars à encaisser mais avec une clause : ILS NE SERONT PAS TENUS RESPONSABLES DES EFFETS SECONDAIRES PRODUITS PAR CES VACCINS !
    https://www.capital.fr/entreprises-marches/course-au-vaccin-lenrichissement-des-patrons-de-laboratoires-en-question-1385916

    J'aime

  4. Pingback: Vaccination et business avancent main dans la main, et dictent le tempo au monde politique. LHK – Les moutons enragés

  5. Allez télécharger le dossier du Dr. David E. Martin

    The FauciCOVID-19 Dossier

    https://phibetaiota.net/2021/02/dr-david-martin-video-3918-the-fauci-covid-19-dossier-205-pages-22-years-of-research/
    Dossier en anglais : https://sendfox.com/lp/1jxvyq?utm_source=sendfox&utm_medium=email&utm_campaign=download-available-dr-david-martins-discovery-work-revealing-the-truth-behind-the-lies&d=042end2v

    Traduction libre :
    « Au cours des deux dernières décennies, ma société – M-CAM – a surveillé les éventuelles violations du protocole de 1925 sur l’interdiction d’utiliser à la guerre de gaz asphyxiants, toxiques ou similaires, et des moyens bactériologiques (le Protocole de Genève) Convention de 1972 sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques ou à toxines et sur leur destruction (la BTWC). Dans notre rapport 2003-2004 Global Technology Assessment: Vector Weaponization, M-CAM a mis en évidence l’implication croissante de la Chine dans la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) en vue de rejoindre la scène mondiale dans la construction chimérique de vecteurs viraux. Depuis lors, sur une base hebdomadaire, nous avons suivi l’évolution des efforts de recherche et des efforts commerciaux dans ce domaine, incluant, mais ne se limitant pas à elles, les synergies de recherche qui se forment entre les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les National Institutes for Allergies and Infectious Diseases (NIAID), l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (UNC), Université de Harvard, Université Emory, Université Vanderbilt, Université Tsinghua, Université de Pennsylvanie, et de nombreuses autres institutions, et leurs affiliations commerciales. »

    Chapitres :
    Financer et conspirer pour commettre des actes de terreur
    Actes de terrorisme intérieur entraînant la mort de citoyens américains
    Mensonges au Congrès
    Conspiration d’activités commerciales criminelles
    Manipulation du marché et attributions
    Directions interdépendantes
    Divulgation des intérêts du gouvernement
    Essais cliniques illégaux
    Les acteurs commerciaux

    « mRNA-1273 – le vaccin expérimental développé par Moderna pour COVID-19 – utilise la technologie LNP [nanoparticules lipidiques] dont Moderna pensait avoir obtenu une licence d’Acuitas Therapeutics Inc, une entreprise développée par un ancien directeur de l’ancienne société Arbutus Tekmira. Cette licence n’autorisait pas Moderna à utiliser la technologie pour le vaccin COVID-19. »

    J'aime

  6. Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii… Liliane Held-Khawam, « Après avoir usé et abusé d’un faux libéralisme, la réorganisation sociétale semble promettre de ressusciter le modèle soviétique, au profit de privés cette fois. » Coup d’Etat planétaire.
    Ouiiiiiiiii ouiii ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Liliane Held-Khawam. Génial résumé de la situation mondiale actuelle, mais SANS jugement nb, négatif… à l’endroit du communisme… et ce qui est magnifique, parce que… – moi j’dis – : « le communisme n’est « ni « bon » ni « mauvais » »… c’est « juste »… la seule possibilité d’organiser la société.. et alors quand tu sais ça, tu la fermes et tu la fermes… et surtout.. tu la fermes).

    « Par contre, l’accappement de ce communisme au profit seule d’une poignée d’individus… ça… c’est pas possible. Tous les efforts (d’EFFICIENCE) d’organisation (et pour ne pas dire de CREATION (« déjà seulement même »)) d’une (enfin, VRAIE) « SOCIETE » (… CREDIBLE)… … (au profit (et RUINéS ensuite) par… une seule poignée d’individus . . . … CA… … c’est pas possible. Et parce que… ça sert à rien à TOUS les camarades… bien sûr.

    ON EN PARLE ?!!?

    J'aime

  7. Le communisme généralement est assimilé à la dictature.
    « La dictature c’est « ferme ta gueule » ; la démocratie c’est « cause toujours » » – Coluche

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s