Essayons de soigner avec des médicaments connus avant de vacciner avec des produits sortis du néant.

Dès le mois de mars dernier, le professeur a appliqué un traitement antiviral combiné connu depuis des décennies (cf article ci-dessous de The American Journal of Medicine) https://lilianeheldkhawam.com/2020/03/16/un-virus-sous-forte-influence-politique/

Avant-propos.

Voici une étude qui confirme mot pour mot ce que nous racontait le professeur Raoult dès le début de la pandémie. Combien de morts auraient été évitées? Combien de personnes n’auraient pas eu à subir certaines fois de lourdes séquelles consécutives à l’infection?

En lisant l’étude ci-dessous (évidemment à mon niveau de compréhension), je repense avec un grand malaise aux travaux que j’avais menés au début de la crise en mars dernier sur le classement de l’hydroxychloroquine dans la catégorie de molécule vénéneuse, par l’équipe des autorités sanitaires françaises menées par Agnès Buzyn , ministre à l’époque et devenue depuis membre de la direction de l’OMS.

https://lilianeheldkhawam.com/2020/03/18/un-timing-troublant-qui-consista-a-compliquer-lacces-a-lhydroxychloroquine/

A l’époque le check de Libération avait commenté la chose ainsi: Un arrêté de janvier au sujet de ce possible remède contre le Covid-19 a laissé certains internautes penser que le gouvernement voulait empêcher les Français de se soigner. Il s’agit plutôt du respect d’un principe de précaution dans le cadre d’une procédure antérieure à la pandémie mondiale. Vraiment?

https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/21/agnes-buzyn-a-t-elle-classe-en-janvier-la-chloroquine-dans-les-substances-veneneuses_1782466

Et figurez-vous que Libération n’a pas tout à fait raison. Dans de nombreux pays d’Occident, l’hydroxychloroquine a été en effet officiellement bannie ou simplement introuvable. L’explosion de sa plus grosse usine de production n’a pas dû arranger les affaires. Dans d’autres pays, c’est l’azythromycine qui est en rupture de stock.

https://fr.rti.org.tw/radio/programMessageView/programId/1477/id/104681

En revanche, Libération oublie de dire que la majorité des autres n’ont jamais cessé d’en disposer…

https://lilianeheldkhawam.files.wordpress.com/2020/12/image-1.png
https://lilianeheldkhawam.com/2020/12/21/la-molecule-qui-presente-des-resultats-spectaculaires-mais-dont-les-officiels-ne-veulent-pas-pourquoi/comment-page-1/

Nous attendons impatiemment un retour sur l’ivermectine qui serait selon des publications plus récentes encore plus intéressante que l’hydroxychloroquine. Disponible dans certains pays d’Amérique latine, qu’en est-il plus près de chez nous?

Bref, la question est de savoir comment il se fait que le principe de précaution soit poussé à son paroxysme dans le cas du traitement du virus, et qu’il soit largement insuffisant quand il s’agit de vaccination qui cause des morts?

LHK

https://medicalxpress.com/news/2021-01-gibraltar-reels-covid-deaths-quadruple.html

Base physiopathologique et justification du traitement ambulatoire précoce de l’infection par le SRAS-CoV-2 (COVID-19). American Journal of Medicine

Environ 9 mois de propagation du syndrome respiratoire aigu sévère coronavius-2 (SARS-CoV-2 [COVID-19]) à travers le monde ont conduit à une large hospitalisation et à la mort de personnes atteintes du COVID-19.

La rapidité et la nature hautement contagieuse de l’épidémie de SRAS-CoV-2 ont entravé la conception et l’exécution d’essais contrôlés randomisés définitifs de la thérapie en dehors de la clinique ou de l’hôpital.

En l’absence de résultats d’essais cliniques, les médecins doivent utiliser ce qui a été appris sur la physiopathologie de l’infection par le CoV-2 du SRAS pour déterminer le traitement précoce de la maladie en ambulatoire dans le but de prévenir l’hospitalisation ou le décès.

Cet article expose les principes physiopathologiques clés qui concernent le patient atteint d’une infection précoce traité à domicile. Les approches thérapeutiques basées sur ces principes comprennent la réduction de la réinoculation, la thérapie antivirale combinée, l’immunomodulation, la thérapie antiplaquettaire/antithrombotique et l’administration d’oxygène, la surveillance et la télémédecine. Les futurs essais randomisés testant les principes et les agents discutés affineront et clarifieront sans aucun doute leurs rôles individuels ; nous soulignons toutefois le besoin immédiat d’orientations en matière de gestion dans le contexte de la consommation généralisée des ressources hospitalières, de la morbidité et de la mortalité.

                              Importance clinique
Les hospitalisations et les décès liés au COVID-19 peuvent être réduits grâce à un traitement ambulatoire. Les principes des soins ambulatoires COVID-19 comprennent : 1) réduction de la réinoculation,                                                 2) thérapie antivirale combinée,                                                  3) immunomodulation,                                                              4) thérapie antiplaquettaire/antithrombotique,                                    5) administration d'oxygène, surveillance et télémédecine.                                           Les futurs essais randomisés permettront sans aucun doute d'affiner et de clarifier le traitement ambulatoire, mais nous insistons sur la nécessité immédiate d'une orientation de la gestion dans la crise actuelle de la consommation généralisée des ressources hospitalières, de la morbidité et de la mortalité.

La pandémie de syndrome respiratoire aigu sévère coronavius-2 (SARS-CoV-2 [COVID-19]) se développe rapidement dans le monde entier, chaque pays et région développant des schémas épidémiologiques distincts en termes de fréquence, d’hospitalisation et de décès.

L’accent a été mis sur deux grands domaines de réponse à la pandémie : l’endiguement de la propagation de l’infection et la réduction de la mortalité des patients hospitalisés. Ces efforts, bien que justifiés, n’ont pas permis de traiter le patient ambulatoire atteint de COVID-19 qui risque d’être hospitalisé et de mourir.

L’épidémiologie actuelle de l’augmentation des hospitalisations dues à COVID-19 incite fortement à tenter un traitement dans les jours ou les semaines qui précèdent une hospitalisation.1 La plupart des patients qui arrivent à l’hôpital par les services médicaux d’urgence avec COVID-19 n’ont pas besoin au départ de formes de soins médicaux avancés. 2 Une fois hospitalisés, environ 25 % d’entre eux ont besoin d’une ventilation mécanique, d’une assistance circulatoire avancée ou d’une thérapie de remplacement rénal. Il est donc concevable que certaines, voire la majorité, des hospitalisations pourraient être évitées grâce à une première approche de traitement à domicile avec une surveillance appropriée par télémédecine et un accès à l’oxygène et aux thérapeutiques.3

Comme dans tous les domaines de la médecine, le vaste essai clinique randomisé, contrôlé par placebo et mené en groupes parallèles chez des patients à risque appropriés, avec des résultats significatifs, est la référence théorique pour recommander une thérapie. Ces normes ne sont pas suffisamment rapides ou réactives à la pandémie COVID-19.4

On pourrait soutenir que les résultats des essais définitifs étaient nécessaires au début de la pandémie, et le sont certainement maintenant avec plus d’un million de cas et 500 000 décès dans le monde.5 Parce que COVID-19 est très contagieux, de nombreuses cliniques ambulatoires ne prennent pas en charge les patients lors de visites en personne, et ces patients sont généralement refusés par les pharmacies, les laboratoires et les centres d’imagerie.

Le 14 mai 2020, après qu’environ 1 million de cas et 90 000 décès se soient déjà produits aux États-Unis, les National Institutes of Health (NIH) ont annoncé qu’ils lançaient un essai ambulatoire d’hydroxychloroquine (HCQ) et d’azithromycine dans le traitement de COVID-19.6 Un mois plus tard, l’agence a annoncé qu’elle mettait fin à l’essai en raison du manque de recrutement avec seulement 20 des 2000 patients recrutés.7 Aucun problème de sécurité n’a été associé à l’essai. Cet effort est le meilleur exemple actuel de l’absence de faisabilité des essais ambulatoires pour COVID-19. C’est également un signal fort que les résultats des futurs essais ambulatoires ne sont pas imminents ou susceptibles d’être communiqués assez tôt pour avoir un impact significatif sur la santé publique et sur les résultats cliniques8.

Si les essais cliniques ne sont pas réalisables ou ne permettent pas de fournir des conseils opportuns aux cliniciens ou aux patients, il faut alors examiner d’autres informations scientifiques portant sur l’efficacité et la sécurité des médicaments. Cet article cite plus d’une douzaine d’études de différentes conceptions qui ont examiné une série de médicaments existants.

Ainsi, dans le contexte des connaissances actuelles, étant donné la gravité des résultats et la disponibilité, le coût et la toxicité relatifs de la thérapie, chaque médecin et patient doit faire un choix : attente vigilante en auto-quarantaine ou traitement empirique dans le but de réduire l’hospitalisation et la mortalité.

Étant donné que COVID-19 exprime un large spectre de maladies allant de l’infection asymptomatique à l’infection symptomatique, en passant par le syndrome de détresse respiratoire fulminante de l’adulte et la défaillance de plusieurs organes,

il est nécessaire d’individualiser la thérapie en fonction de ce qui a été appris sur la physiopathologie de l’infection humaine par le CoV-2 du SRAS9. Par conséquent, les agents proposés sont ceux qui bénéficient d’un soutien clinique appréciable et qui peuvent être administrés dans un cadre ambulatoire. Le COVID-2, comme pour de nombreuses infections, peut se prêter à un traitement au début de son évolution mais ne répond probablement pas aux mêmes traitements très tard dans les phases d’hospitalisation et de fin de maladie.10

Pour le patient ambulatoire présentant des signes et symptômes précoces reconnus de COVID-19, souvent avec une transcription inverse nasale en temps réel (nasal real-time reverse transcription) ou un test antigénique oral en attente, les 4 principes suivants pourraient être déployés de manière progressive et progressive en fonction des manifestations cliniques de la maladie de type COVID-1911 et de l’infection confirmée : 1) réduction de la réinoculation, 2) thérapie antivirale combinée, 3) immunomodulation, et 4) thérapie antiplaquettaire/antithrombotique.

Comme les résultats des tests peuvent prendre jusqu’à une semaine pour revenir, le traitement peut être commencé avant que les résultats ne soient connus. Pour les patients présentant les caractéristiques cardinales du syndrome (c’est-à-dire fièvre, douleurs corporelles, congestion nasale, perte du goût et de l’odorat, etc.) et dont on soupçonne qu’ils ont subi des tests faussement négatifs, le traitement peut être le même que celui des patients dont la présence de COVID-19 a été confirmée11.

Dans le présent article, ils sont présentés dans le cadre de la réponse d’urgence à la pandémie croissante, comme le montre la figure:

https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S0002934320306732-gr1.jpg
Figure 1. Treatment algorithm for COVID-19-like and confirmed COVID-19 illness in ambulatory patients at home in self-quarantine. BMI = body mass index; CKD = chronic kidney disease; CVD = cardiovascular disease; DM = diabetes mellitus; Dz = disease; HCQ = hydroxychloroquine; Mgt = management; O2 = oxygen; Ox = oximetry; Yr = year.

(…)

Traitement antiviral combiné

Pastilles de zinc et sulfate de zinc

Antipaludiques

L’hydroxychloroquine (HCQ) est un médicament antipaludique / anti-inflammatoire qui altère le transfert endosomal des virions dans les cellules humaines.

HCQ est également un ionophore de zinc qui transporte le zinc de manière intracellulaire pour bloquer l’ARN polymérase ARN-dépendante du SRAS-CoV-2, qui est l’enzyme principale de la réplication du virus.21 Les études rétrospectives et les essais randomisés actuellement achevés ont généralement montré ces résultats:

1 ) lorsqu’ils sont commencés tard dans le cours hospitalier et pour de courtes durées, les antipaludiques semblent inefficaces,

2) lorsqu’ils sont commencés plus tôt dans le cours hospitalier, pour des durées progressivement plus longues et en ambulatoire, les antipaludiques peuvent réduire la progression de la maladie, prévenir l’hospitalisation, et sont associés à une mortalité réduite22, 23, 24, 25 Dans une étude rétrospective en milieu hospitalier portant sur 2541 patients hospitalisés pour COVID-19, le traitement associé à une réduction ajustée de la mortalité était le HCQ seul (rapport de risque [HR] = 0,34, 95% intervalle de confiance [IC] 0,25-0,46, P <0,001) et HCQ avec azithromycine (HR = 0,29, IC à 95% 0,22-0,40, P <0,001) .23 HCQ a été approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis en 1955, a été fr utilisé par des centaines de millions de personnes dans le monde depuis lors, est vendu sans ordonnance dans de nombreux pays et présente un profil d’innocuité bien caractérisé qui ne devrait pas déclencher une alarme indue.25,26

Bien que l’allongement asymptomatique de l’intervalle QT soit un problème bien connu et peu fréquent. (<1%) complication de HCQ, il est possible que dans le cadre d’une maladie aiguë des arythmies symptomatiques puissent se développer. Les comités de sécurité et de surveillance des données n’ont déclaré aucun problème de sécurité dans aucun essai clinique publié à ce jour.

Les patients rares ayant des antécédents personnels ou familiaux de syndrome du QT prolongé et ceux qui prennent des médicaments contre-indiqués prolongeant l’intervalle QT (par exemple, le dofétilide, le sotalol) doivent être traités avec prudence et un plan de surveillance de l’intervalle QTc en milieu ambulatoire.

Un régime HCQ typique est de 200 mg bid pendant 5 jours et prolongé à 30 jours pour les symptômes persistants. Une dose minimale suffisante de HCQ doit être utilisée, car à des doses excessives, le médicament peut interférer avec la réponse immunitaire précoce au virus.

Azithromycin

L’azithromycine est un antibiotique macrolide couramment utilisé qui a des propriétés antivirales principalement attribuées à une réduction du transfert endosomique des virions ainsi qu’à des effets anti-inflammatoires établis.27

Il a été couramment utilisé dans les études COVID-19 initialement basées sur des rapports français démontrant des durées nettement réduites d’excrétion virale, moins d’hospitalisations et une réduction de la mortalité en association avec HCQ par rapport à celles non traitées.28,29 Dans la grande étude hospitalière (n = 2451 ) discuté précédemment, ceux qui recevaient de l’azithromycine seule avaient un HR ajusté pour la mortalité de 1,05, IC à 95% 0,68-1,62 et P = 0,83,23

L’association HCQ et azithromycine a été utilisée comme norme de soins dans d’autres contextes comme norme de soins chez plus de 300 000 personnes âgées souffrant de comorbidités multiples.30

Cet agent est bien toléré et HCQ peut prolonger l’intervalle QTc chez <1% des patients. Les mêmes précautions de sécurité pour le HCQ énumérées précédemment pourraient être étendues à l’azithromycine avec ou sans HCQ.

L’azithromycine fournit une couverture supplémentaire des pathogènes bactériens des voies respiratoires supérieures qui pourraient potentiellement jouer un rôle dans une infection concomitante ou secondaire.

Ainsi, cet agent peut servir de filet de sécurité pour les patients atteints de COVID-19 contre l’échec clinique de la composante bactérienne de la pneumonie communautaire.31,32 Les mêmes précautions de sécurité pour HCQ pourraient être étendues à l’azithromycine avec ou sans HCQ.

Étant donné que l’HCQ et l’azithromycine présentent des risques faibles mais potentiellement additifs d’allongement de l’intervalle QTc, les patients souffrant d’arythmies connues ou soupçonnées ou prenant des médicaments contre-indiqués ou devraient subir un bilan plus approfondi (p. . L’un des nombreux schémas posologiques est de 250 mg po bid pendant 5 jours et peut s’étendre à 30 jours pour des symptômes persistants ou des signes de surinfection bactérienne.

Doxycycline (autre antibiotique)

Favipiravir

Compléter la lecture (notes de la publication comprises) à partir de Trait ement antiviral combiné sur la source originale ici:

https://www.amjmed.com/article/S0002-9343(20)30673-2/fulltext https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0002934320306732

Auteurs:

Peter A.McCulloughMD, MPHabcRonan J.KellyMDaGaetanoRuoccoMDdEdgarLermaMDeJamesTumlinMDfKevin R.WheelanMDabcNevinKatzMDgNorman E.LeporMDhKrisVijayMDiHarveyCarterMDjBhupinderSinghMDkSean P.McCulloughBSlBrijesh K.BhambiMDmAlbertoPalazzuoliMD, PhDnGaetano M.De FerrariMD, PhDoGregory P.MilliganMD, MPHaTaimurSafderMD, MPHaKristen M.TecsonPhDbHarvey A.RischMD, PhDq

7 réflexions sur “Essayons de soigner avec des médicaments connus avant de vacciner avec des produits sortis du néant.

  1. « 329 décès + 9 516 autres effets secondaires signalées à la suite de l’administration du vaccin COVID, selon les dernières données du CDC »

    Les chiffres reflètent les dernières données disponibles au 22 janvier sur le site web du système de signalement du CDC des effets indésirables des vaccins. Sur les 329 décès signalés, 285 provenaient des États-Unis et 44 d’autres pays. L’âge moyen des personnes décédées était de 76,5 ans. »
    The Defender, 29.01.2021 : https://childrenshealthdefense.org/defender/329-deaths-9516-other-injuries-reported-following-covid-vaccine-cdc/?

    Tous les effets secondaires ne sont pas reportés au VAERS du CDC américain, loin de là. Et les pharmas sont prompts à nier le lien entre les effets secondaires et les vaccins.

    Quel âge médian des personnes décédant de la maladie ? 84 ou 85 ans ?

    J’aime

  2. « Uniquement pour le vaccins Pfizer au 30 Janvier 2021 nous en sommes à 739 morts soit 2,8% des 26 849 effets secondaires signalés sur la base européenne dont l’accès est désormais interdit »
    Dr Peter El Baze, 04.02.2021 :

    La pointe de l’Iceberg ?

    J’aime

  3. Etats-Unis : « 501 décès + 10’748 autres effets secondaires signalés à la suite de l’administration du vaccin COVID, selon les dernières données du CDC »
    « Les chiffres reflètent les dernières données disponibles au 29 janvier sur le site web du système de signalement du CDC des effets indésirables des vaccins. L’âge moyen des personnes décédées était de 77 ans, le plus jeune avait 23 ans. » […] « Historiquement, moins de 1% des effets secondaires ont été signalés au VAERS [Système de déclaration des effets indésirables des vaccins], un système que Children’s Health Defense a précédemment qualifié de « misérable échec», The Defender, 05.02 2021 : https://childrenshealthdefense.org/defender/deaths-injuries-following-covid-vaccine-cdc

    J’aime

  4. Un montage d’un extrait de l’émission Infrarouge, très bien fait. Vous qui nous montrez souvent les conflits d’intérêts des « experts », en voici de supplémentaires, ceux du Pr Pascal Meylan :
    https://odysee.com/@covid2020:d/Rts—Infrarouge-36.9—Passage-Du-Dr-Edouard-Broussalian-1:3
    Bravo au Dr Broussalian d’en avoir parlé. Regardez l’expression du Pr Meylan. Je reconnais bien maintenant ce genre de regards et d’expression : celles des gens qui ont quelque chose à cacher… Ils ne transpirent pas l’honnêteté ni la franchise.
    Bon dimanche !

    J’aime

  5. Pingback: Essayons de soigner avec des médicaments connus avant de vacciner avec des produits sortis du néant. | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s