(2 MàJ) Est-ce que le Grand Genève sera sous autorité française? La Tribune de Genève retire une photo! LHK

 

Léman express 2.PNG

IMPORTANT: Cette photo a été retirée du journal et l’article sur l’inauguration a été modifié (grâce aux archives du web, nous avons la preuve en bas d’article. Merci Jake). Pour symboliser la réalisation de cette infrastructure majeure, des rubans sont noués sur le quai de la nouvelle gare de Genève–Eaux-Vives par les représentants des deux pays: Mme Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale suisse chargée du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, et M. Frédéric Journès, ambassadeur de France en Suisse, ainsi que Mme Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois et cheffe du département des infrastructures, M. Serge Dal Busco, conseiller d’Etat genevois chargé du département des infrastructures, M. Laurent Wauquiez, président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, M. Andreas Meyer directeur exécutif de CFF SA, et M. Frank Lacroix, directeur général TER.https://www.ge.ch/document/inauguration-officielle-du-leman-express-plus-grand-reseau-ferroviaire-transfrontalier-europe

A peine inauguré que la mise en fonction du Léman Express était menacée par la grève des cheminots français.

Alors direz-vous comment se fait-il qu’un projet qui a coûté au contribuable suisse 1,567 milliard de francs contre 234 millions d’€uros HT côté français soit si vulnérable aux tensions politiques françaises?

Eh bien, la chose ne s’explique que si vous arriviez à saisir le fait que le territoire suisse, lui-même régionalisé selon les NUTS qui sont les normes de Bruxelles, est en cours de fusions avec des régions transfrontalières. La Suisse est en cours d’atomisation, puis d’intégration dans l’espace européen.

Ce qui arrive à la Suisse romande est déployé de manière équivalente ailleurs en Suisse avec les régions limitrophes concordantes. Voici pour l’expliquer un extrait de Coup d’Etat planétaire:

« La globalisation de l’espace planétaire révolutionne le réaménagement des territoires des Etats-membres de l’UE dès les années 90, quand “Europe 2000+” avait été adopté. Ce rapport faisait le point sur les travaux sur l’aménagement du territoire que la Commission avait mené dans le cadre du développement spatial. Au cœur de la démarche, un processus d’aménagement de 14’000 kilomètres de frontières et 4’493’712 km2 de superficie.

 Pour ce faire, la gouvernance supranationale, en l’occurrence l’UE, va définir une Nomenclature commune des Unités Territoriales Statistiques (NUTS), démarche commune avec d’autres régions et blocs communautaires de la planète. Par ces normes, il sera possible d’homogénéiser et d’intégrer les territoires locaux dans le sous-ensemble européen, puis dans l’ensemble global. Par la suite, la dématérialisation de l’administration publique, et la mise en place d’un e-gouvernement, rendra possible la gouvernance à distance et en temps réel de l’espace européen, et à fortiori global.

La Commission européenne a décomposé l’Europe en régions[1]. Les régions, sont répertoriées et identifiées par l’une des 3 catégories de “NUTS”, en fonction de la taille de la population. Ce sont des sous-ensembles du “territoire économique de l’UE”, sont codifiés et structurés de manière à réaliser:

  1. La collecte, le développement et l’harmonisation des statistiques régionales ; (qui dit statistiques, dit informations)
  2. Les analyses socio-économiques des régions ;
    • NUTS 1 : grandes régions socioéconomiques
    • NUTS 2 : régions de base pour l’application des politiques régionales
    • NUTS 3 : petites régions pour des diagnostics particuliers
  3. La définition des politiques régionales de l’UE.

Ainsi, nous voyons que la gouvernance de ces régions échappe aux dirigeants nationaux. Il en va de même de la Suisse, le Conseil fédéral ayant fortement engagé dès 1999 le pays dans l’UE grâce aux accords bilatéraux. Ce sont ainsi plus d’une centaine d’accords qui ont été signés, incluant des reprises d’“acquis communautaires”. La législation suisse, les institutions publiques, les services et biens publics ont totalement mutés depuis dans le sens du concept technocratique européen, inspiré directement du monde supranational de l’ONU, FMI, OMC, OCDE, mais aussi des lobbys des FTN.

Dans ce contexte d’ouverture et d’intégration, le volet de l’aménagement du territoire ainsi que celui du transfert des statistiques (accord signé par la Suisse en 2004) sont éminemment importants. La Suisse, simple NUTS, est constituée de 7 régions NUTS2, admet ainsi qu’elle rend des comptes à des tiers situés hors de ses frontières (en plus de l’Agenda 2030, ou 21). Grâce à ces informations standardisées, codifiées et communiquées à l’UE, la mise en place d’une espèce de comptabilité analytique qui cartographie les centres de coûts et profits devient possible. »

La carte des régions suisses

[1] “Règlement (CE) n° 1059/2003 (…) Nomenclature commune des Unités Territoriales Statistiques (NUTS)”.

Il en va de même pour la France déjà atomisée en NUTS:

la carte des 13 régions françaises

Voici pour le fond. Retour sur l’espace valdo-genevois et son intégration avec la France, qui porte le nom de Grand Genève. Voici un second extrait de Coup d’Etat planétaire qui traite de la question: « Les partenaires de chaque côté de la frontière élaborent l’aménagement du territoire dans ses moindres détails. Deux extraits d’un rapport illustrent l’engagement de la fusion de territoires franco-suisses :

  1. « Le Projet de territoire 2016-2030 va, quant à lui, se poursuivre au-delà de l’échéance fixée par la Confédération, visant à développer pas à pas plus d’intégration fonctionnelle, culturelle et décisionnelle. Dans cette optique, le chantier du renforcement de la gouvernance commune aux échelles du grand Genève ainsi qu’aux échelles des PaCa et des entités locales, est un élément essentiel permettant d’apporter des réponses solides aux problèmes identifiés de fonctionnement, de décision et de communication. »

  2. « Avec l’élaboration du Projet de territoire du grand Genève 2016-2030 et le dépôt du Projet d’agglomération de 3e génération auprès de la Confédération, les acteurs du grand Genève expriment leur conviction quant à l’intérêt, à la valeur ajoutée et au besoin d’avancer et de bâtir ensemble le territoire. »

Le GLCT, composé de 24 membres représentant l’ensemble des territoires impliqués, assure la gouvernance du Grand Genève. Son rôle : gérer les dossiers transfrontaliers dans trois grands domaines : la mobilité, l’aménagement et l’environnement. Il doit aussi réaliser, organiser et gérer le lancement des études et démarches nécessaires à la réalisation du Projet d’agglomération franco-valdo-genevois et à son approfondissement. Les élus suisses et français y sont représentés de manière équilibrée.

https://lilianeheldkhawam.com/2017/11/06/lintegration-transfrontaliere-europeenne-se-poursuit-avec-la-suisse-lhk/
https://lilianeheldkhawam.com/2016/01/20/quand-le-peuple-suisse-sera-t-il-informe-de-la-mutation-de-son-pays-liliane-held-khawam-2-articles/

Fort de ce qui précède, nous comprenons mieux la photo ci-dessus avec une espèce de pupitre sur lequel nous trouvons:

  • le logo de Léman express (société anonyme)
  • le logo des Régions
  • le logo de la SNCF
  • et… le logo de la République française.

Les symboles suisses semblent absents du lieu où les leaders de la région se serrent les mains. Pourtant nous sommes à la gare de Genève-Eaux-Vives…

Pupitre léman express

Entrer une légende

Pour symboliser la réalisation de cette infrastructure majeure, des rubans sont noués sur le quai de la nouvelle gare de Genève–Eaux-Vives par les représentants des deux pays: Mme Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale suisse chargée du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, et M. Frédéric Journès, ambassadeur de France en Suisse, ainsi que Mme Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois et cheffe du département des infrastructures, M. Serge Dal Busco, conseiller d’Etat genevois chargé du département des infrastructures, M. Laurent Wauquiez, président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, M. Andreas Meyer directeur exécutif de CFF SA, et M. Frank Lacroix, directeur général TER.https://www.ge.ch/document/inauguration-officielle-du-leman-express-plus-grand-reseau-ferroviaire-transfrontalier-europe
2ème MàJ: La borne a bien un côté suisse. Mais c’est son côté chargé de symboles français qui apparaît (voir compléments en bas d’article) est visible depuis l’espace réservé aux photographes.

Voilà, la population suisse ne doit pas douter d’une chose: le niveau salarial ira rejoindre celui de nos voisins, amis, et familles de France. Ça ne se passera pas dans l’autre sens. Ceci est une certitude.

https://lilianeheldkhawam.com/2019/03/28/le-retour-de-bolkestein-mainmise-de-la-commission-europeenne-sur-les-services-attac-france-corporate-europe-observatory/

La Convention-cadre est une formalité. La démocratie directe suisse et ses déclinaisons a été bel et bien enterrée. Actuellement, la puissance centralisatrice de l' »exécutif » fédéral bien réelle se révèle tous les jours un peu plus. Il suffit de voir les initiatives qu’il rejette d’autorité.

A titre personnel, je me demande comment nos sept sages vont expliquer aux Romands le changement de référence et d’identité de leur territoire. Affaire à suivre donc.

LHK

Note:

L’image en tête de publication a été initialement prise sur le site de la TDG. Elle a disparu de l’article depuis. Merci de me dire si quelqu’un la voit encore.

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/rames-suisse-francaise-rejointes-eauxvives/story/21889430

TDG.PNG

Article et photo ont été modifiés entre deux. Avant le retrait de la photo, l’article se présentait ainsi.

Léman express 3.PNG

2ème mise à jour 22.12.2019

Le texte ci-dessus avait un double objectif. Il y est question d’une part de l’intégration des territoires transnationaux, et d’autre part du retrait par la TDG d’une photoqui illustrait l’inauguration du Léman express. La photo en question fut prise devant une borne qui présente les parties prenantes françaises du projet Léman express. En plus du retrait de l’image, l’article lui-même a été modifié. L’évènement n’est pas banal et mériterait explication.

Certains lecteurs ont été sensibles au passage qui concernait la borne, et relevait que la borne avait un côté suisse. En effet, j’avais dit que « Les symboles suisses semblent absents du lieu où les leaders de la région se serrent les mains. Pourtant nous sommes à la gare de Genève-Eaux-Vives… » Je n’avais pourtant même pas relever l’arrière-plan de la photo- où le bleu-blanc-rouge des locomotives semblait remettre une couche identitaire française- car l’axe de mon analyse était ailleurs: dans la fusion des territoires.

Malgré le fait que l’aspect très, ou trop, français ne constituait pas un intérêt principal de l’article, j’ai cherché à compléter les informations au sujet de ladite borne qui semble avoir motivé le retrait de la photo de la TDG. Voici mes constats.

Léman bleu nous offre le déroulement de l’inauguration. C’est la vidéo qui semble offrir le relai le plus neutre et le plus objectif de la cérémonie. La borne à laquelle sont attachés les rubans a bel et bien un côté suisse et genevois. Toutefois le côté exposé aux photographes est le côté qui porte les logos de la France et de la Région.

L’image retirée par la TDG provient de l’espace réservé aux photographes professionnels. On voit d’ailleurs les objectifs en bas d’image.Léman express 2.PNG

Voici une vidéo intéressante qui montre l’espace réservé aux photographes.

Vous trouvez ici un reportage diffusé par la RTS, où le côté français de la borne semble évité. On insiste sur son côté suisse. On voit même passer un train classique des CFF. Etc.

 

https://www.rts.ch/play/tv/lactu-en-video/video/le-leman-express-a-officiellement-ete-inaugure?id=10940585

Est-ce que ceci change quelque chose au texte ci-dessus? Non. Je maintiens l’analyse.

Je rajouterais même une couche à l’analyse de fond:

  • Lémanis SA, la société qui exploite ce réseau ferroviaire est détenue à hauteur de 60% par les CFF et 40% par la SNCF, ce qui n’est pas proportionnel aux investissements des deux entreprises. La SNCF est largement favorisée et l’on peut se demander pourquoi. Cela est d’autant plus vrai que la question de la concurrence de la marque Lémanis à la marque CFF est posée. Quid de l’avenir des emplois des CFF? Seront-ils maintenus dans leur totalité? Est-ce que Lémanis fait appel à du personnel sous contrat français? Si oui, à quelles conditions-cadres? Quel niveau salarial? Etc.

  • Mais le plus important dans cette affaire Lémanis-CFF restera la présence à la tête de Lémanis d’un haut dirigeant de la SNCF. En effet, M Jean-Charles Ogé cumule les fonctions de Directeur Stratégie Finances SNCF TER Auvergne Rhône-Alpes, et de Président de Lémanis.

RC Lémanis.PNG

En matière de gestion de grandes entreprises, le top management est largement plus important que les actionnaires. Ils peuvent orienter la stratégie dans un sens ou un autre… Cette présence est donc très interpellante.

  • Pour le reste, l’intégration des territoires va s’intensifier avec ce réseau ferroviaire qui pourra s’étendre à travers la Suisse romande. Jusqu’où cela ira-t-il? L’avenir très proche nous démontrera que tous ces projets ne sont pas anodins en matière politique et de fin de souveraineté territoriale. Ce qui est dit là n’a aucune connotation nationaliste, mais est le résultat de la mise côte à côte de données publiques.
  • Dernière nouvelle sur le sujet: »Une association veut doter le Grand Genève d’un parlement transfrontalier » (RTS). Rien de plus logique. Pour l’instant, on va lancer des idées dans les médias pour familiariser le grand public avec l’idée que ce territoire franco-suisse est un ensemble unique qui se construit par les interactions et les différents flux… L’infrastructure ferroviaire en est un puissant vecteur…

 

17 réflexions sur “(2 MàJ) Est-ce que le Grand Genève sera sous autorité française? La Tribune de Genève retire une photo! LHK

  1. RTS1 15.12 émission mise au point. La borne est de section carrée et l’on voit très bien sur une autre face le drapeau suisse et celui de Genève (j’ai une copie d’écran si nécessaire). La photo du journal est due a un photographe qui n’a probablement pas réalisé l’importance du détail en faisant son job. Attention de ne pas élaborer des remarques pertinentes sur une base fumeuse. A part cela, j’apprécie votre travail.

    J'aime

  2. Nouvel avatar de la théorie du complot disais-je!
    Mais est-ce que par hasard vous effacez les commentaires qui ne vous plaisent pas? Ce serait cocasse…

    J'aime

  3. Ne pas publier votre post confirmerait votre constat fumeux.
    Quand qq un commente en ignorant volontairement des données officielles et publiques est soit incompétent, soit mal intentionné.
    Bref, je n accorde aucun crédit à votre commentaire.

    J'aime

  4. @Gesseney Pierre-A. (argumenter, s’il vous plaît parce que en 2 lignes c’est pas très convaincant)
    @Bernard (vous auriez pus mettre le lien et le temps de l’apparition, vous avez un peu de mauvaise foi, surtout que j’ai vérifié et j’ai rien vus sur l’émission du 15.12 2019 https://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/une-voiture-sur-deux-est-un-4×4?id=10946528, pouvez-vous préciser où pour que je puisse voire ?)

    Complot ? En quoi est-ce que des politiques corrompus est-ce un complot ? C’est plutôt affaire courante et il y a beaucoup d’exemple comme cela. D’ailleurs c’est connu que la presse est un moyen d’influence. Regarder le Greenwashing et l’impacte que cela à eut lieu sur les élections. C’est plus des constatations.

    Même chose avec Trump, le Brexit,…
    Par exemple on accuse Trump d’être corrompus sur tout les médias même en Suisse, par contre on parle jamais de Joe Biden qui probablement pas blanc, ni que aux états-unis certain on essayé d’empêcher Trump par empêchement en utilisant des méthodes illégale (directeur du FBI) qui risque la prison : https://www.yahoo.com/news/ex-fbi-director-comey-i-was-wrong-to-defend-origins-of-the-russia-probe-204037793.html

    Alors oui on peut se tromper mais les médias se trompe en tout cas autant voir plus pour des raisons d’incompétence ou de corruption, mais pour l’incompétence selon moi ça commence à faire beaucoup. Même chose pour les politiques monétaire qui disait en 2018 c’était fini les intervention, maintenant on a le REPO à ~500 milliard et la BCE qui fait volte face.

    D’ailleurs si on regarde la confiance des gens dans les médias cela reflète bien que les médias ne sont pas de confiance. Car parmi les Suisses les catégories de personnes qu’ils font le moins confiance c’est les politiques suivi presque ex aequo avec les médias.

    Quand on regarde les Gilets jaunes qui sont passé d’extrémiste fasciste à extrémiste communiste et que les médias disaient chaque fois que le mouvement s’essouffle. On remarque que les journalistes n’ont pas ou pas pu faire leur boulot. De plus le résultat était prévisible pour peu que l’on regarde un peu la situation en France.

    Cela montre jusque soit tout les journalistes publiques sont soit tous incompétents, ce qui me semble pas possible (comme pour les politiques), donc ils doivent être pour une part corrompus. La corruption n’est pas conspiration. Vendre les gens du pays pour son propre intérêt n’est pas un conspiration, juste de la corruption. Faire un amalgame entre les deux n’est pas honnête.

    De plus, on remarque que la Grand-Bretagne obtient plus de concessions que la Suisse, bien qu’elle soit dans l’EU contrairement à la Suisse qui ne l’est pas ce qui est étonnant. Quand on veut pas le milliards de cohésion tout les politiques essayent de faire passer, on voit clairement de quelle coté ils sont.

    Quand tout les politiques dit pro-climat veulent la mondialisation et la libre circulation des biens qui est équivalente à une politique pro-carboné par définition. Le niveau d’hypocrisie est sans mesure. D’ailleurs si les politiques étaient vraiment pro-climat, ils arraiteraient de négocier avec la Chine, mettrait des droit de douanes et ferait du protectionnisme, or c’est tout le contraire.

    Sur les retraites on nous ment, car le gouvernement sait bien qu’à un moment ou un autre il ne pourra pas les versés, mais silence… Condamnant les gens naïfs à beaucoup de maux.

    En faite ne vous êtes jamais arrivé d’être dans les problèmes et dire que tout allaient bien et essayer que ça aille bien par la suite ? Les dirigeants font la même chose, sauf que eux risque rien et c’est les autres payent…

    J'aime

  5. @Jake
    Vous n’avez pas sélectionné la bonne séquence, la voici. Voir au temps 12:56
    https://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/la-semaine-historique-du-leman-express?id=10946525
    Pourquoi « un peu de mauvaise foi » ? ?

    @LHK
    Mon commentaire n’avait d’autre but que de vous rendre service. En effet il est à la portée de tout un chacun de vérifier cette donnée (la photo) par laquelle est étayée votre démarche. Il vaudrait mieux faire une MàJ sur ce point car laisser en ligne ce sujet tel quel jettera le discrédit sur vous et votre travail.
    …………………………………….
    Les trois règles du journalisme sont: Vérifier, vérifier et vérifier !

    J'aime

  6. @Bernard, Mon message ci-dessus ne vous était pas destiné. Au contraire, je voulais vous remercier de me proposer la capture d’écran et suis prête à la poster.
    Concernant mon article. Il porte le titre: » Est-ce que le Grand Genève sera sous autorité française? La Tribune de Genève retire une photo! »
    Je fais un long développement sur les régions et autres intégrations transnationales. Ceci est une véritable analyse basée sur un travail de recherche! Et ce n’est qu’à la fin que je fais état de la borne française, mais surtout que la TDG a retiré une photo et changé son article sans toucher à l’URL. Pardon, mais ce n’est pas anodin!
    PS: C’est donc une véritable info documentée que tout un chacun peut contrôler. Pas besoin d’être journaliste. Donc non, dans la mesure où aucune info n’est fausse, je maintiens mon texte en l’état.
    Pour revenir aux symboles français de la borne sur fond tricolore des locomotives, j’ai précisé dans mon papier que les symboles suisses « semblent » absents. Mais de nouveau je rajoute très volontiers votre capture d’écran.

    J'aime

  7. Je suis à l’étranger et je ne peux visionner la vidéo de la RTS. J’attends de rentrer pour la regarder, et dans tous les cas, je vous assure que je vais y revenir ainsi que sur le retrait de l’image de la TDG et la modification de leur article. Affaire à suivre donc.

    J'aime

  8. @LHK
    Ma première intention en lisant votre article était de faire une copie d’écran de cette borne d’inauguration vue le jour même à la TV et de vous l’envoyer par courriel. Surpris de ne pas trouver votre adresse email sur la toile, je me suis tourné vers les commentaires du blog. Je peux vous l’envoyer sans problème si vous me fournissez une adresse.

    Je ne conteste aucunement la valeur de votre analyse provenant d’un travail de recherche méritoire. Votre argumentation en réponse aux commentaires est correcte, mais abstraite. Car nous savons bien que le lecteur est influencé principalement par les images et ensuite éventuellement par le texte. A mon humble avis, commencer et finir cet article par les images de cette borne mal photographiée transmettra au lecteur un message attisant une haine transfrontalière. Dans ce cas, la formulation « les symboles suisses semblent absents » est injustifiée parce que 1. Nous savons que ces drapeaux sont bien présents. 2. Dire « il semble que » constitue tout-de-même une insinuation. Dire « il semble que Trump a menti sur ce point » révèle assez clairement la pensée du journaliste.

    Concernant la photo incriminée et le fait que la TdG l’ait supprimée, une action journalistique correcte serait, me semble-t-il, de se renseigner auprès de la TdG afin de savoir pour quelle raison ils l’ont supprimée et d’en faire éventuellement un article. J’aimerais bien connaître leur raison.

    Si ma première hypothèse était la bonne, c-à-d que la TdG l’a retirée suite à une prise de conscience ou après quelques plaintes de lecteurs courroucés et afin d’éviter d’attiser les haines transfrontalières, alors je pense qu’ils avaient raison et que vous nagez à contre courant en insérant votre article de recherche entre ces photos. Cordialement.

    J'aime

  9. Bonsoir Bernard, comme dit plus haut depuis la publication de ce papiet, je suis en déplacement hors de Suisse et très mal connectée.
    Laissez moi rentrer et je ferai le point avec les vidéos de la RTS.
    Pour l instant, les images que j’ai vues depuis ne compensent pas celle de la TDG. Elles sont peu claires, les inscriptions suisses peu lisibles, les officiels regardent de l autre côté, etc..
    Je voudrais voir la vidéo et nous echangerons librement.
    Vous pouvez me joindre via la page de contact des éditions réorganisation du monde.
    A bientôt.

    J'aime

  10. @Bernard
    Mes excuses, en effet je me suis trompé, et de façon assez idiotement.
    Le « un peu de mauvaise foi » vient du faite que comme vous pouvez le constater c’est pas évident (en tout cas pour moi et ayant un biais contre le projet) de traiter un vidéo et ne pas savoir à quelle moment et ou se trouve l’info (en tout cas, je trouve plus compliqué que du texte pour extraire les éléments même si pour le coup c’était relativement facile, je sais pas pourquoi je ne l’ai pas vu).

    Néanmoins, je persiste est signe, que le Léman express n’apportera pas grand chose économiquement ni à la Suisse ni à la France. Et que le coût de répartition de la somme n’est pas équitable.

    De plus, c’est plutôt des accords perdant-perdant ou peut-être gagnant-perdant, ce type d’accord qui ne tiennent jamais sur le long terme. Le renchérissement des coûts de la vie et du niveau vie fait que le gain sera vite mitigé pour les français, s’il n’y a pas un productivité permettant aux gens d’être mieux payé.

    Car les transports actuelle « suffisait », pour la création de richesse. Après les embouteillages diminueront que si les coûts du train est raisonnable. J’ai l’impression que les coût seront plus chère quand France (mélange Suisse-France), donc il ne sera pas avantageux de prendre le train pour un français.

    Après ça pourrait marché, s’il y avait un projet Franco-Suisse ou un forte croissance économique. Car juste faire des voies de transports sans avoir de des coopérations ou projet communs partagés pour absorber les gens potentiellement recrutable mais pas un accroissement de l’offre, ça crée juste des dissensions et autres maux… À mon avis, l’effet que cela aura c’est juste du dumping salariale. Les seuls qui gagnerons sont ceux qui louent ou vendent les logements dans les zones qui vont renchérir.

    De plus le gouvernement français qui a payé avec du retard ses impôts quel devait au canton de Vaud en (2017) et qu’il a fallut attendre 2018 et l’intervention de la confédération pour régler les litiges.
    Cela me fait dire que le gouvernement français n’est pas un partenaire de confiance et pourrait mettre en difficulté le canton de Vaud quand la situation ce dégradera encore plus, car il y a risque d’impayé qui fait un phénomène de contagion plus directe que s’il y avait des gardes fous. Certes, c’est plus un problème politique, mais le politicien réagisse après coup en général.
    Je ne mentionne pas Genève, car le canton me semble bien parti pour la faillite sans aucune aide extérieur.

    Selon moi Macron devra démissionner avant la fin de son mandats, car il ne peut pas appliquer les réformes. En faite il n’a pas le soutient populaire nécessaire pour cela et les français n’ont pas un esprit de sympathie pour lui. Bien d’une certaine façon elle est nécessaire comme chez nous. À cause des promesses irréalisables faite par les gouvernements précédant.

    Ainsi la France risque d’être en difficulté. Le Brexit coûtera probablement plus à l’Europe qu’aux Royaume-Unis du faite qu’elle est en position de force. Elle contribue plus à l’Europe que ce qu’elle reçoit et exporte plus à l’extérieur (moins de dépendance à l’Europe) et importe beaucoup de l’Europe (trouver des partenaire pour acheter du matériel plus facile que pour vendre, les US ont un niveau équivalent industrielle).

    Autre chose les pro-européens comme Sarkozy, Macron, (l’allemand qui nous traitaient d’indiens, je ne me souvient plus le nom) et d’autre ont tous un mépris prononcé de la Suisse. Ce qui montre bien que la Suisse ne pourra jamais avec l’idéologie actuelle faire affaire avec l’Europe et elle sera toujours perdante. On le voit avec la Grèce dont le gouvernement européen la méprisait.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s