Refonte de l’ordre mondial. La Suisse en fer de lance. LHK

Berset à l'ONU.PNG

M Berset, représentant la Suisse à L’ONU le 25 septembre 2018. L’occasion de défendre un nouvel ordre mondial multilatéral. La vidéo ICI. 

Quelques semaines avant la votation, du 25 novembre 2018, sur l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination)», M Berset en tant que président de la Confédération a clairement défendu le multilatéralisme dans les enceintes de l’ONU.

Selon l’AFP « M Berset a mis en garde contre le nationalisme, l’égoïsme et le repli« , en évoquant les dangers du nationalisme, de l’isolationnisme, et de l’égoïsme. Dans ce discours, le président d ela Confédération n’a pas hésité à dire:

« Une politique axée sur le protectionnisme commercial et l’égoïsme a actuellement le vent en poupe. Or, hier comme aujourd’hui, le repli, le protectionnisme, la menace et la violence n’apporteront pas de réponses aux dysfonctionnements et aux déséquilibres du monde dans lequel nous vivons » (Source AFP)

Invoquant la théorie du baquet selon laquelle les solutions doivent être « résolus ensemble », M Berset a associé l’isolationnisme à « une baisse des échanges commerciaux, et par conséquent une baisse de la prospérité« .

La « théorie du baquet » rappelle métaphoriquement que dans les systèmes complexes, quand on considère les sous-ensembles vitaux du système (comme les organes vitaux d’un organisme), ils sont tous importants. Il ne sert à rien d’avoir un niveau d’excellence sur l’un des piliers (l’économie p.e.) si un autre élément (le social ou l’environnement) est dégradé, car le niveau de performance ou de qualité de l’ensemble est ici contrôlé par la « planche la plus faible du baquet » (Wikipédia et page 30 du livre Dépossession)

Etonnamment, M Berset a affiché clairement sa prise de position en faveur de la « refonte de l’ordre mondial« .  Pour appuyer ses propos, il a relevé la baisse du nombre de personnes frappées par l’extrême pauvreté est passé de deux milliards à 700 millions entre 1990 et 2015.

Bien M Berset s’est abstenu d’évoquer le sort des paysans suicidés, des personnes vulnérables qui ne mangent plus forcément à leur faim, des quantités phénoménales de mètres carrés commerciaux vides, etc. Mais bien sûr, ceci est de la politique intérieure suisse. Un sujet à éviter faute de quoi vous serez taxés de nationalistes-souverainistes-isolationnistes-égoïstes-…

https://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Des-centaines-de-paysans-se-sont-suicides-12302424

Alors quand on connait le poids de la signature des Conseillers fédéraux, on peut se demander pourquoi la votation du 25 novembre est-elle maintenue?

3 député(e)s commentent l’initiative

Il n’y a aucune chance, et je vous le garantis sans prendre de risque, qu’il ne peut y avoir de prévalence du droit suisse sur le droit international. Ceci serait considéré comme une opposition à la théorie du baquet, à la gestion commune depuis l’ONU des ressources (dont celle des humains considérés comme ressources au service des entreprises).

Voici un passage que nous aurions pu écrire:

« Une société a besoin du potentiel de tous ses membres. Le potentiel des personnes constitue le capital d’une société. Toute société doit se donner pour but de découvrir, reconnaître, apprécier et promouvoir ce potentiel. Laisser sommeiller des capacités et des talents sans les découvrir, les négliger, n’implique pas uniquement la déception de ceux qui les possèdent et le risque de les voir se détourner de cette société, mais signifie aussi que l’on renonce à un potentiel qui serait bénéfique à l’existence de la société.

Les migrants constatent souvent que leurs capacités et compétences sont insuffisamment considérées, voire pas du tout. Ou que les aptitudes et qualifications dont ils disposent sont considérées comme étant « inadéquates » ou« inutilisables ». Cela ne se fait pas seulement au détriment des intéressés, mais aussi de la société dans son ensemble » (Extrait de « La Suisse, société de migration, Huit pistes de réflexion sur le thème du potentiel« ).
Sauf que ce texte est émis par des autorités qui sont en quête d’une gouvernance mondiale non seulement multilatérale, mais aussi incluant des partenariats multiples, comprenez les représentants du marché de la haute finance. (Dépossession p50, avec les sponsors des programmes de l’ONU)

La Suisse est un fer de lance de la gouvernance mondiale qui se met en place, activement soutenue par le monde non pas de l’économie locale, mais par celle des firmes transnationales hautement endettées et donc aux mains du marché de la haute finance. Celles-là mêmes qui sont en train de tricoter un nouvel espace planétaire grâce aux myriades de processus de production.

Un espace virtuel émerge, tous les jours plus, fruit des interactions planétaires. Le Conseil fédéral ainsi que la BNS oeuvrent depuis de nombreuses années à l’avènement de ce monde, et de la gouvernance qui lui est associée.

L’hypercontrôle y accompagne l’hyperconcentration de richesses. Vous comprendrez que dans ces conditions la démocratie est un mot obsolète.

Liliane Held-Khawam

«Des centaines de chauffeurs philippins en Europe pour 2 euros par jour»

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20181109_01254394/des-centaines-de-chauffeurs-philippins-en-europe-pour-2-euros-par-jour?fbclid=IwAR0gpbeREMwt3wFwdfKHqoR0NDjsgMTCFdpf8vFCIDfwDJexvujXdxkco0I

 

 

 

7 réflexions sur “Refonte de l’ordre mondial. La Suisse en fer de lance. LHK

  1. « La démocratie est un mot obsolète » dîtes-vous… Effectivement, la démocratie est désormais un concept du passé qui s’efface devant le loi du marché mondial, la loi de la finance globalisée… la loi du plus fort. Bien entendu, la démocratie est unanimement célébrée par ceux là même qui l’étouffent car, pour le moment, il faut encore sauvegarder les apparences été éviter une révolte des peuples…

    Aimé par 1 personne

  2. Attention de ne pas tenir un discours du 19e s. Les seuls chiffres d’affaire annuels des GAFA totalisent à eux seuls plus de 1000 milliards de dollars US. Et leurs capitalisation boursière plus de 1200 milliards. Ils ne sont pas aux mains de la finance mondiale et fonctionnent selon leur logique propre, dont il est trop simple de dire qu’elle vise la gouvernance mondiale.
    Et cela même s’il est sans doute juste de dire que l’espace politique se réduit de plus en plus à une gestion à la marge.

    J'aime

  3. La gouvernance mondiale est une conclusion logique qui découle du multilatéralisme et de la gestion commune des ressources. Une gouvernance mondiale qui accueille en son sein les firmes transnationales grâce au principe de partenariats multiples. Enfin, les 4 grands gestionnaires d’actifs détiennent passablement de participations dans les entreprises de la Silicon Valley. Entre autre…

    J'aime

  4. Comme c’est beau ! La gauche (caviar) et le grand capital main dans la main. Quant à la vidéo de ces neuneus, elle ment effrontément. Et ils le savent bien. Ce sont donc des menteurs patentés.

    J'aime

  5. Ce n’est pas faute de l’avoir répété sur ce site. Tout comme nous, Français, vous avez élu votre Macron. Même profil, même propagande et mensonges, même déni de la volonté du peuple : l’apôtre même de la mondialisation et bien entendu pour votre bien. A croire que l’oligarchie se sert du même moule pour les pondre…

    Sauf que votre Berset m’a l’air plus intelligent et moins méprisant que le petit VRP de l’Elysée. Il vous la jouera plus fine et me semble plus adepte à un des principes d’une certaine famille qui d’ailleurs a toujours ses intérêts en Suisse.

    « Traire la vache, mais pas jusqu’à la faire crier. » – James de Rothschild (1792 – 1868), Dossier de l’Argent, Émile Zola, édition d’Henri Mitterrand.

    Berset sera donc moins brutal mais au final attendez vous à être bouffés tout crus. Les Suisses n’ont pas voulu adhérer à l’UE mais on les y a obligé quand même sans pour autant en faire partie officiellement. Joli tour de force quand même, non ?

    https://www.tdg.ch/monde/La-Suisse-sous-pression-avec-l-UE/story/21569025

    La Grèce a été leur laboratoire pour la destruction économique des nations. Tout comme d’ailleurs l’a été la Serbie dans leur plan de déstabilisation des pays musulmans laics au Moyen Orient. Même si ce sont des sujets qui paraissent totalement différents, la méthode appliquée est en fait la même. Et aujourd’hui, ils ont bien l’intention de multiplier les travaux pratiques.

    Après la Syrie, à qui le tour ?

    Et après la Grèce, à qui le tour ?

    Alors à quand les gilets jaunes en Suisse ? Malheureusement, ce n’est qu’une question de temps.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s