Les Libanais ne veulent pas d’une guerre civile. Interview R Zbinden

Le Premier ministre libanais Saad Hariri est-il Le Premier ministre libanais Saad Hariri est-il « séquestré » à Riyad?

Liliane Held-Khawam: « Tous les Libanais veulent éviter une nouvelle guerre civile »

13.11.2017 par Raphaël Zbinden

La démission surprise du Premier ministre libanais Saad Hariri, le 4 novembre 2017, a provoqué une grave crise politique qui menace de déstabiliser le pays. La Libano-Suisse Liliane Held-Khawam assure toutefois que les Libanais sont unis au-delà de leurs appartenances religieuses et ne veulent pas la guerre.

Va-t-on vers une nouvelle guerre civile au Liban? La question se pose plus intensément depuis que le Premier ministre Saad Hariri a annoncé à la télévision le 4 novembre de Riyad, en Arabie saoudite, qu’il démissionnait de son poste. Le chef de gouvernement sunnite possède la double nationalité saoudienne et libanaise et passe son temps entre Beyrouth et la capitale saoudienne.

Suite à l’annonce de sa démission, des voix se sont élevées pour affirmer que Saad Hariri était en fait retenu contre son gré en Arabie saoudite et que sa démission lui avait été dictée par le pouvoir saoudien. Une thèse brandie notamment par des personnalités telles que Hassan Nasrallah, le chef du puissant parti chiite libanais Hezbollah, et relayée par le président libanais Michel Aoun.

Dans une autre apparition télévisuelle, le 13 novembre, Saad Hariri a confirmé sa décision, assuré qu’il était libre et qu’il rentrerait bientôt à Beyrouth. Certains estiment cependant que cette dernière déclaration a également été faite sous pression.

Ces incertitudes ont plongé le pays dans une nouvelle crise politique qui menace de raviver les tensions entre les communautés religieuses du pays.

Liliane Held Khawam, qui a vécu la guerre civile de 1975-1990, donne son éclairage sur les derniers développements.

Que peut-on dire de la situation actuelle de Saad Hariri en Arabie saoudite?
On ne peut pas savoir avec certitude s’il est ou non retenu contre son gré. Mais les personnes qui le font entendre ne sont pas n’importe qui. Il s’agit tout de même du président lui-même et de Hassan Nasrallah, qui est toujours incroyablement bien informé. On peut donc penser qu’il y a anguille sous roche.

Mais il est également possible que Saad Hariri soit arrivé de son propre chef à la conclusion que sa position était intenable. Il doit en effet faire face d’un côté à une communauté internationale qui considère le Hezbollah comme une entité terroriste et le parti chiite de l’autre, qui fait partie de son gouvernement et constitue un acteur incontournable de la politique libanaise. Pris entre ces deux forces divergentes, il a peut-être simplement décidé de jeter l’éponge.

Mais que cherchent donc les Saoudiens?
Là encore, on ne peut faire que des hypothèses. Il est probable que le nœud du problème soit le désarmement du Hezbollah. Il existe un axe Israël-Arabie saoudite-Etats-Unis pour lequel le Hezbollah et l’Iran sont les plus grandes menaces actuelles. Ces Etats font depuis longtemps pression sur le gouvernement libanais pour qu’il confisque l’armement du principal parti chiite.

Les Saoudiens assurent que le Hezbollah est présent au Yémen aux côtés des rebelles Houtis. Ils les considèrent comme responsables d’un envoi de missiles sur l’Arabie saoudite en provenance du Yémen et en demanderaient des comptes.

Il est possible que la défaite de Daech en Syrie soit également pour quelque chose dans tout cela. Certaines forces, qui ont perdu leur avantage en Syrie, souhaitent avancer leurs pions au Liban. Et ils trouveraient un avantage à la déstabilisation du pays.

Cette déstabilisation peut-elle se produire?
Je ne pense pas. D’abord parce que personne au Liban n’aurait intérêt à une nouvelle guerre civile. Ensuite parce qu’il n’y a pas de tensions ni de haine entre les communautés. Les Libanais se sentent avant tout libanais, au-delà des différences confessionnelles. Le pays est beaucoup plus uni que ce qu’il peut apparaître de l’extérieur. D’ailleurs, le soupçon d’une séquestration de Saad Hariri choque et indigne tous les habitants, y compris les chiites.

Bien sûr, des forces pourraient fomenter les tensions et la haine pourrait resurgir. Mais le Hezbollah a prouvé qu’il n’était nullement intéressé à une confrontation. Il y a eu des attentats anti-chiites ces dernières années, mais qui n’ont pas été suivis de représailles.

De son côté, le gouvernement libanais est tout à fait conscient que ses forces armées sont inférieures à celles du Hezbollah. Il n’a donc aucune intention de tenter une opération de désarmement qui équivaudrait à un suicide.

Les Libanais ont compris depuis longtemps que des intérêts étrangers étaient à l’œuvre dans leur pays. Ils ont l’habitude de s’arranger entre eux. Et je pense qu’ils vont y parvenir aussi dans cette situation périlleuse. (cath.ch/rz)


Liliane Held Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, en Suisse et aux Etats-Unis.

Elle a fondé en 1989 une entreprise basée à Lausanne et active dans le conseil en stratégie d’entreprise et en management.

Elle est membre de l’association Sarments de Lavaux, également basée à Lausanne, active dans l’aide aux populations défavorisées du Liban et du Burkina Faso. Elle gère aussi une page Facebook de soutien aux chrétiens d’Orient.

 

7 réflexions sur “Les Libanais ne veulent pas d’une guerre civile. Interview R Zbinden

  1. Pauvre Liban. Pauvres Libanais.

    Comment ne pas se souvenir avec nostalgie du Liban des années 1950, alors destination favorite de villégiature des expats européens résidant en Afrique.
    Il n’y avait pas de mots assez nobles alors pour décrire ce pays magnifique et accueillant surnommé l’Eden de l’Afrique par ces mêmes expats…;
    Des nombreuses et courageuses interpellations du penseur et polémiste llbanais Hassan HAMADE adressées aux puissants de ce monde… ;
    Des turbulences cataclysmiques entre les différents courants de l’Islam et de leurs réseaux influents, notamment le soufisme en Afrique noire dont les sectes richissimes profitent de l’ignorance et de la crédulité de leurs adeptes et le wahhabisme fait de rigorisme et de paillettes quataro-saoudiennes, symbole de réussite sociale…

    Quant à Hariri, je pense qu’il a été démissionné et j’y verrai bien, pour de multiples raisons, le Mossad en embuscade.

    J'aime

  2. Le Liban, dit-on, était la Suisse du Moyen-Orient. On voit donc ce qui se passe lorsque des forces étrangères et inamicales interfèrent dans les propres affaires d’un pays souverain. Nous devrions en prendre des leçons et en tirer des conséquences. Les pieds que l’UE insère dans notre porte (avec la complicité de bon nombre d’élus, n’est-ce pas Simonetta !) ne peuvent qu’amener rancœur et discorde. Méfions-en nous et restons maître chez soi. C’est l’un des garants de la paix intérieure.

    J'aime

  3. Pour l’indépendance de la Suisse et des Suisses, sans jouer les oiseaux de mauvaises augure, je crains qu’il ne soit déjà trop tard…

    J'aime

  4. La clé du futur au Liban c’est bien ce qui arrive en Arabie Saoudite où il y a bien de grands changements à observer avec attention. Une prophétie néfaste dit que la mort d’un roi assassiné en Arabie Saoudite déclenchera la troisième guerre mondiale. C’est sur une chose que cette région est bien un théâtre de pouvoir entre les différentes forces mondiales qui ne portent rien de bon pour leur malheureux habitants.

    Aucun peuple n’a jamais voulu faire une guerre civile, mais la méthode pour faire faire une guerre civile est plutôt bien rôdé avec les agents provocateurs, le dernier exemple l’Ukraine.

    Aimé par 2 people

  5. Jeanmonti

    Même si les prophéties ne m’inspirent pas vraiment, il est indéniable que les événements en cours en Arabie Saoudite sont de nature à bouleverser l’organisation géopolitique du Moyen-Orient et du monde arabe en général dans la mesure ou l’Arabie Saoudite s’attache au Coran comme seule constitution du pays. Avec tout ce que cela sous-entend comme déchaînements passionnels.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s