Londres et Francfort devancent la Suisse comme «hubs» du renminbi (par Yves Hulmann, publié dans le Temps le Samedi 29 mars 2014)

L’été dernier, la place financière helvétique rêvait de devenir la première plateforme de négoce sur le Vieux Continent pour le renminbi, la monnaie chinoise, aussi appelée yuan. La signature, en juillet, d’un accord de libre-échange avec la Chine, le premier de ce type en Europe, a donné des ailes aux autorités suisses à propos de la mise en place d’un tel «hub» pour le yuan.

La visite, début décembre, d’une délégation helvétique menée par le Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI) à Shanghai, afin de renforcer la collaboration entre la Suisse et la Chine dans le secteur financier, promettait aussi d’accélérer les négociations en vue d’un accord concernant le yuan.

Ces derniers jours, les événements se sont précipités, mais pas à l’avantage de la Suisse. Coup sur coup, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont annoncé des avancées majeures sur ce plan. Mercredi, la Banque d’Angleterre (BoE) et la Banque populaire de Chine (PBOC) se sont mises d’accord sur l’établissement d’une chambre de compensation et de règlement (clearing) pour le yuan à Londres, une première en Europe. L’accord sera signé le 31 mars, a annoncé le Ministère britannique des finances, qui a précisé que 62% des paiements en yuans réalisés hors de Chine s’effectuent à Londres.

Le yuan a reculé d’un cran en février dans le classement des devises les plus utilisées pour des paiements internationaux, repassant au 8e rang, derrière le franc suisse, selon la société Swift.

Londres n’est pas la seule place financière européenne en lice. Vendredi soir, l’opérateur de la bourse de Francfort, Deutsche Börse, a annoncé avoir signé un accord préliminaire avec Bank of China. Il prévoit la création à Francfort d’une chambre de compensation pour le yuan. Séparément, la Bundesbank et la PBOC ont signé un accord-cadre à l’issue de la visite du président Xi Jinping vendredi à Berlin. Francfort a l’avantage d’abriter le siège de la Banque centrale européenne et de compter pas moins de cinq filiales de grandes banques chinoises.

Source : Londres et Francfort devancent la Suisse comme « hubs » du renminbi, Le Temps, 29 mars 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s